Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mlz-anonyme : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Âmes rouges, Tome 1 : L'éveil Les Âmes rouges, Tome 1 : L'éveil
Sarah Kroze    Alicia Kroze   
J'avais pu découvrir la version auto-éditée il y a deux ans de cela, et j'avais déjà beaucoup aimé ma lecture. Ce fut donc avec plaisir que j'ai pu lire le roman sous sa version éditée par Pocket Jeunesse grâce à l'opération Explobook de Lecteurs.com.

Tout d'abord, tout comme lors de ma première lecture, j'aime particulièrement comment les autrices se sont appropriées le thème des zombies à leur manière. Car en effet, ce ne sont pas les créatures mort-vivantes assoiffées de cerveaux que l'on peut voir dans de nombreuses intrigues, ce sont ici des êtres bien plus complexes.

On commence l'intrigue du roman avec Ellie qui se réveille dans une chambre d'hôtel avec une morsure au bras, comme nous l'indique le résumé. A partir de là, elle se rappellera comment cela est arrivé, et débute alors la découverte d'un monde nouveau pour nos personnages.

L'histoire est entraînante, alternant entre présent, mais aussi passé au moment de la période de la Seconde guerre mondiale, qui nous permet de mieux comprendre les créatures que nous côtoyons. Ce côté historique nous permettant de comprendre les origines de nos personnages sont vraiment intéressants, et montre que les autrices ont pensé le roman dans bien des aspects. Dans le présent, on suit Ellie et son petit frère Samy, dans leur quête. Avec eux, on lève le voile sur un monde surnaturel pour en connaître les différentes facettes. Car il y en a en effet plusieurs, car plusieurs types de créatures coexistent dans la petite ville où se déroule le récit, chacune avec ses particularités, bien qu'elles aient parfois des ressemblances du fait de leur origine commune.

Nous voulons savoir ce qu'il advient des personnages, et tout comme eux, nous voulons des réponses à nos questions, ou tout du moins en savoir plus sur les créatures du roman. Ces dernières sont d'ailleurs bien travaillés, car toute leur psychologie, leur origine, leurs forces et faiblesses, leur façon de fonctionner ..., sont pensés pour nous offrir des êtres dignes de ce nom.
L'intrigue nous emmène au cœur de ce nouvel univers, en nous distillant petit à petit les éléments, pour une histoire qui ne va pas trop rapidement et qui nous entraîne aux côtés des personnages.

Dans ces derniers, on va suivre le récit du point de vue de Ellie, l'aînée des deux enfants. Cette fois-ci, nous n'avons pas un personnage qui sait toujours prendre les bonnes décisions, loin de là. Ellie est impulsive, et c'est ce qui plus d'une fois pourra la perdre, tandis que son frère Samy semble être l'ancre à laquelle se raccrocher. Il est plus réfléchi, et c'est souvent grâce à lui que nos personnages ne finissant pas morts. Plus d'une fois, on aura d'ailleurs envie de frapper ou secouer Ellie afin de lui remettre les idées en plus, ou tout du moins, soupirer ou lever les yeux au ciel. Tout deux restent néanmoins des personnages attachants qu'on prend plaisir à suivre dans leurs péripéties.
Les autres personnages ont aussi chacun leur place, que ce soit l'antipathique famille Bouchard, Maxime, Divna ou Aiden, chacun a son rôle à jouer dans l'histoire, même ceux de moindre importance et qu'on aurait presque oublié. Certains nous donneront envie de les détester, tandis que d'autres nous donneront envie de les apprécier, avec pour chacun leur personnalité propre. Il est vrai que certains peuvent paraître un peu cliché, comme les Bouchard, qui sont tous horripilants ou méchants ou encore la fille jalouse, mais ils correspondent assez bien à leur place dans l'histoire.

L'ambiance reste toujours tendue pour le personnage principal, bien qu'il y ait quelques moments un peu plus calmes. Tout est tout le temps sur le qui-vive, on sent les tensions, la mort souvent présente, mais aussi les complots et les intérêts de chacun, qui se mêlent les uns aux autres pour ajouter leur grain de sel au récit.

Pour ce qui est de la fin, ce fut ici une découverte pour moi, car elle a sensiblement changé par rapport à l'ancienne version du roman. Certains détails changent, particulièrement dans les toutes dernières pages, mais la scène d'action est toujours bien présente pour nous emporter dans les dernières pages du livre. Elle clôt la quête des personnages, tout en laissant une certaine tension en suspens, nous laissant comprendre qu'une suite est tout à fait envisageable, ce qui sera certainement le cas, et qu'elle sera tout autant faite de complots et de tensions.


Pour conclure, j'ai tout autant apprécié ma lecture qu'il y a deux ans. J'ai apprécié retrouver les personnages, découvrir quelques scènes inédites, mais aussi de voir que certaines longueurs ont pu être retirées en faveur du récit. L'histoire est entraînante, en grande partie grâce aux créatures et à l'univers qu'ont créés les deux autrices que je trouve particulièrement intéressants et bien construits. On retrouve la base des zombies, mais elles ont su les adapter à leur roman et à leur créer leur propre histoire et origine. Les personnages sont pour une grande partie attachants, tandis que d'autres sont tout à fait détestables, du fait du rôle de chacun dans l'intrigue.
Les dernières pages nous laissent dans une tension volontairement non résolue, et de ce fait, on a envie de savoir ce qu'il adviendra des personnages par la suite, et d'en apprendre encore plus sur cet univers.

Note de 4,5/5 sur le blog
Tortues à l'infini Tortues à l'infini
John Green   
Turtles All The Way Down (titre anglophone) est, pour moi, le second meilleur roman de John Green (après Nos Etoiles Contraires) à égalité avec Qui es-tu Alaska? J'ai adoré ce livre que j'ai dévoré en moins d'une semaine...

Le style d'écriture est toujours aussi excellent. Je dirais même parfait, selon moi. C'est du pur John Green. Des phrases à en faire pleurer les plus insensibles. Des tournures de phrases, des expressions qui m'ont profondément ému... C'était de la poésie en roman. J'ai eu d'avantage l'impression de l'entendre parler quand je lisais ce livre. Ce dernier m'a définitivement semblé plus personnel que les précédents. On sent l'attachement de l'auteur à traiter ce thème. On sent l'engagement de John Green dans cet ouvrage. Encore plus que pour les autres livres.

Alors, commençons par le scénario et thème de ce livre. Si l'ouvrage est vendu comme une enquête, un mystère à résoudre, le livre ne se focalise pas dessus; ce qui m'a plu. Je me souviens ne pas avoir adoré La face cachée de Margo pour cette raison. Le thème de l'enquête, du suspens, du mystère à résoudre, de la grande quête ne m'est pas particulièrement cher. Je pense que ce livre aurait pu s'en passer, mais il ne m'a pas déranger. Non, clairement, ce livre est portée sur la maladie mentale de Aza et sa façon de gérer sa maladie avec les gens qui l'entourent. Et en cela, cet ouvrage relève du génie.

Je me suis reconnu dans énormément de passages de ce livre. J'ai trouvé que la maladie était très bien traité, non pas comme quelque chose qui est guérissable grâce à l'amour ou l'amitié, mais comme une vraie bataille, qui peut parfois sembler impossible à gagner mais aussi comme un défi à relever au quotidien. Les derniers mots du livre m'ont arraché quelques larmes.

Ensuite les personnages... S'ils ne sont pas nombreux, ils ont l'avantage d'être bien développés à mon goûts. Sans être idéalisés. Aza en est un très bon exemple. L'auteur la dépeint comme une jeune fille sensible, anxieuse, malade... On se prend d'empathie pour elle. Toutefois, John Green n'hésite pas à faire ressortir son côté égocentrique, self-centered, focalisé sur sa maladie, etc. qui existe, et qui peut effectivement être difficile à gérer pour l'entourage de personnes avec des maladies mentales.

J'ai aimé que l'histoire d'amour soit présente mais pas centrale. Le seul reproche que je pouvais faire à TFIOS était qu'Hazel semblait "guérir" de sa depression, un peu magicalement, grâce à l'influence de Gus. Or, ici, on ne tombe pas dans le piège du "l'amour m'a sauvé". La relation entre Aza et Davis est importante, car ce fut le premier amour d'Aza, et car elle met en lumière les luttes du personnage pour agir comme une adolescente normale, ses craintes, ses difficultés à process comme un individu lambda, etc. Donc la présence de cette histoire est pertinente mais elle ne prend pas une trop grosse partie de l'histoire.

L'amitié entre Daisy et Aza, à défaut d'être l'amitiée légendaire, auquel on pourrait s'attendre, est plutôt vraie et réaliste. Les deux amies s'aiment clairement. On sent que Daisy constitue une aide permanente pour Aza. Mais sans que ça tombe dans le cliché de la BFF, histoire d'amitié parfaite. Daisy est un très bon personnage en cela. Elle réagit très bien à certains comportements de Aza : elle lui propose d'aller voir un film chez elle, alors que celle ci fait une crise de panique, etc. Mais parfois, étant humaine, elle a de mauvaises réactions et s'emporte contre son amie. Certains n'apprécieront probablement pas. Moi, j'ai trouvé que ça ajoutait une touche de réalisme aux personnages et à la relation amicale des deux jeunes filles. Car personne n'est parfait, et aucune relation n'est vraiment flawless.

Profond, puissant, touchant sans tomber dans les clichés, je l'ai surtout trouvé très vrai. C'est ce réalisme émouvant qui m'a transporté dans ma lecture, m'a fait vivre toutes les émotions in live, m'a emporté. Véritable voyage dans les pensées directs du personnage principal, ce livre touchera plus particulièrement les personnes qui se reconnaissent en Aza (ce fut mon cas). En écrivant une oeuvre plus sérieuse et "lourde" que ses autres livres, John Green prend un pari risqué auprès de ses fans, qui pour moi, paye à 100%0
Six of Crows, Tome 1 Six of Crows, Tome 1
Leigh Bardugo   
«No mourners. No funerals.»

Six of Crows commence par une lecture addictive et se termine par un coup de cœur violent. :)

Leigh Bardugo nous fait plonger dans un monde fascinant et complet qui promet une aventure passionnante dès le départ.

On se retrouve aux côtés de Kaz, Inje, Matthias, Wylan, Jesper et Nina qui sont des personnages que j'ai trouvé tout bonnement supers.

Je les ai trouvé complets. Chacun a son histoire et sa personnalité. Ils sont tous différents et attachants d'une manière qui leur est propre. L'auteure a vraiment bien travaillé tout ce qu'ils sont et représentent, les rendant plus profonds si je puis dire, d'autant plus vrais et surtout crédibles.

Ainsi les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir, quelles qu'elles soient.

J'ai bien apprécié la plume de Leigh Bardugo qui écrit de manière simple mais captivante.

Alors que dans The Grisha trilogy elle avait choisi d'écrire à la première personne, dans Six of Crows elle écrit à la troisième personne et j'ai trouvé ça très agréable de suivre l'histoire de cette manière sans que, honnêtement, je sois capable de vous expliquer pourquoi.

On suit donc l'histoire de plusieurs points de vue (Jesper, Kaz, Inje, Matthias, Nina, Joost, Pekka). J'aurais bien aimé qu'on ait au moins un chapitre sous le point de vue de Wylan... peut-être dans le second tome !

L'histoire m'a énormément plu.

On suit les aventures de six jeunes criminels à qui on confie une mission qui paraît complètement impossible. Ils doivent se rendre dans un endroit nommé The Ice Court, un endroit où ils vont risquer leur peau, et sont chargés de retrouver un homme car la société est menacée par une drogue pour le moins désastreuse. Et bien-sûr, ensuite, ils doivent ressortir de cet endroit. Vivants, de préférence.

Six of Crows est composé d'un tas d'éléments qui nous permettent de passer un moment de lecture très agréable et qui efface le monde autour, nous pousse dans l'univers de l'auteure sans qu'on s’ennuie à aucun moment et sans qu'on puisse voir le temps qui s'écoule et les pages qui défilent.

Au rendez-vous action, rivalités entre gangs, imprévus, trahisons, flash-backs, révélations surprenantes et même un peu de romance avec une petite touche d'humour. Si ce n'est pas un beau mélange tout ça !

Petite parenthèse : Six of Crows se déroule deux ans après Ruin and Rising (dernier tome de The Grisha trilogy) et si vous n'avez pas lu The Grisha trilogy, rien ne vous empêchera de découvrir Six of Crows malgré tout.

Pour parler un peu plus en détails des personnages...

Kaz Brekker [spoiler](de son véritable nom, Rietveld)[/spoiler] est un voleur et bien plus encore, âgé de dix-sept ans, surnommé 'Dirtyhands' et qui appartient au gang 'The Dregs'. Il est intelligent et plein de ressources. Il n'accorde pas facilement sa confiance et cache bien son jeu. Je l'ai tout simplement adoré.

Inje Ghafa est une Suli qui s'est retrouvée après plusieurs évènements être l'espionne du gang auquel appartient Kaz et la meilleure de tout Ketterdam. Elle a dix-sept ans aussi. C'est une voleuse de secrets surnommée 'The wraith', qui rêve, un jour, de retrouver sa famille. Je l'ai trouvé vraiment attachante et je ne saurais vous dire pourquoi. Elle semble à la fois forte et fragile... En tout cas, je l'ai vraiment bien aimé.

Nina Zenik vient tout droit de Ravka et la jeune femme de dix-sept ans est une Grisha. Ancien soldat de la seconde armée, Heartrender talentueuse et à présent membre des Dregs elle n'a qu'un rêve : rentrer chez elle. Et pour cela, elle décide d'aider Kaz dans sa quête. J'ai beaucoup aimé sa façon d'être, sa personnalité. C'est un personnage très intéressant, que j'ai beaucoup apprécié découvrir.

Matthias Helvar est quant à lui un ancien Drüskelle, chasseur de Grisha, âgé de dix-huit ans. Il passe près d'un an en prison suite à une erreur qu'il prend sérieusement pour une trahison et ne ressort de cet enfer que pour aider Kaz et ses compagnons dans leur mission suicide : entrer dans un tout autre enfer et en ressortir vivants qui plus est ! Matthias est le personnage auquel je me suis le moins attachée et pourtant, je l'ai adoré !

Jesper Fahey est le meilleur tireur d'élite des Dregs. À dix-sept ans, il ne tient pas en place et ne manque aucune occasion d'avoir un peu d'action. [spoiler]C'est aussi un Grisha qui ne crie pas sur tous les toits qu'il est Fabrikator ! Surprise, surprise ![/spoiler] À mes yeux, Jesper est tout simplement passionnant. C'est un personnage que j'ai adoré et pour lequel j'ai d'ailleurs une petite préférence.

Wylan Van Eck a seize ans, c'est le plus jeune du groupe. Enfant d'un riche homme, il a quitté la maison de son père quelques mois plus tôt pour des raisons qu'on ignore [spoiler]jusqu'à la fin du livre. En vérité, Wylan n'est capable ni de lire ni d'écrire et pour ces raisons son père l'a renié déclarant qu'il est une insulte à sa maison.[/spoiler] Wylan est un garçon intelligent et talentueux. Un enfant rebelle qui se lance dans un mission suicide et dont le rôle est de poser des bombes -et de les faire exploser, bien entendu-.

De plus, les passés des personnages sont tout simplement "géniaux", si je puis me permettre. J'entends par là qu'ils sont recherchés, complets, et ils leur ont laissé, à tous, une marque qu'ils n'oublieront jamais et que parfois ils essaient même de cacher.

Les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir comme j'ai pu le dire plus haut. On sent un véritable lien qui se créait entre eux au fil du livre. [spoiler]La romance entre Nina et Matthias est un peu plus présente que celle entre les deux autres duos. Mais on sent malgré tout qu'il pourrait bien se passer quelque chose entre Jesper et Wylan -doigts croisés- et qu'entre Inje et Kaz, il y a bel et bien une petite étincelle qui ne demande qu'à se changer en véritable feu -surtout à la fin- (rien de destructeur, espérons). [/spoiler]

Un petit mot sur la fin...

Surprenante et tout aussi entraînante que le reste du bouquin, la fin de Six of Crows m'a épatée et à présent je me sens impatiente de connaître la suite. [spoiler]La bande de Kaz a réussi sa mission suicide haut-la-main mais alors qu'ils s'apprêtent à toucher leur récompense (récompense qui les rendra plus riches qu'ils n'auraient jamais osé l'espérer), la situation change du tout au tout. Leur groupe se retrouve divisé.[/spoiler] Les aventures (ou mésaventures) de Kaz et de son crew sont donc loin d'être terminées !

Six of Crows est un premier tome que j'ai adoré découvrir. C'est 462 pages passionnantes après lesquelles on ne peut demander que la suite ! D'ailleurs, l'attente va être rude !

Leigh Bardugo a remporté mon cœur littéraire haut-la-main.

Ce roman a été pour moi une excellente surprise, je ne m'attendais sincèrement pas à ce qu'il finisse dans ma liste de diamant en étant un gros coup de cœur.

L'un de mes plus gros coup de cœur de l'année 2015.

«We are all someone's monster.»

par Sheo
Qui ment ? Qui ment ?
Karen M. McManus   
«"Everybody's got secrets," he says. "Right?"»

(Une courte review parce que les examens m'épuisent et qu'écrire est actuellement mon pire cauchemar. ^^)

One of Us is Lying c'est ce qui arrive quand The Breakfast Club est témoin d'un meurtre alors qu'ils sont censés écrire une putain de dissertation.

J'ai beaucoup aimé ma lecture mais j'ai eu un mal fou à réellement m'y intéresser. Parce que je suis le genre de personne qui ruine un moment de suspens en disant "c'est lui le tueur" et en ayant raison.

Louan: 1 TBC OOUIL: 0

C'est donc le Samedi 24 Mars 1984. Non, mauvais sénar! c'est le Lundi 24 Septembre 2017 (ou 2016 pour ce que ça change). À Shermer High School... Toujours pas? Le lycée de Bayview High accueille cinq élèves en détention. Bon OK, techniquement c'est M. Vernon. Désolée, je ne m'y fais pas. C'est M. Avery qui accueille les élèves mais on va pas chipoter. Si? Bref, cinq élèves entrent en colle et seuls quatre d'entre eux en ressortiront (vivants). Et si vous vous posez la question, non ils n'ont pas écrit cette foutue dissert'!

"The Breakfast Club meets Pretty Little Liars" Moi je dis que ça donne tout de suite envie. En tous cas, ça m'a intrigué. Et pour une fois, c'est plutôt vrai. Après la mort Simon (don't worry, c'est pas un spoiler), le tueur de ce dernier poste des petits messages histoire de bien faire comprendre à tout le monde qu'il ne regrette rien, blablabla.

⇒ One of Us is Lying est donc une histoire que j'ai véritablement su apprécier. Malgré un léger manque d'intérêt par moments (et parce qu'aucune surprise ne m'a été offerte), Karen M. McManus a écrit un roman solide et une histoire intéressante qui a tout pour plaire. Un thriller YA qui a répondu à mes attentes sans réel problème.

⇒ Au niveau de la plume rien à signaler! L'auteure écrit de manière simple mais agréable et fluide. Malgré certains passages que j'ai trouvé un peu long, globalement tout glisse parfaitement; Karen M. McManus ne donne ni trop ni pas assez.

⇒ De manière globale, les personnages de OOUIL sont bons et solides eux aussi. Et ils sont réalistes malgré leur côté cliché. Oui, c'est un peu contradictoire mais vous devrez vous en contenter! Parce qu'être un stéréotype ne signifie pas que vous êtes irréaliste. Si, si. Et durant votre lecture, vous découvrirez que ces personnages ne sont pas que les étiquettes qui leur sont collées au front.

Bronwyn est le cerveau. Nate est le criminel. Addy est la reine de beauté. Cooper est l’athlète. Et si vous confiez vos secrets à Simon (le mort. Bah quoi?), il les révèlera à tout le monde via son appli.

Chacun est intéressant à découvrir, chacun ayant un rôle social (et autre) différent. Les personnages de Karen M. McManus ont leurs différences et leurs points communs, mais dans tous les cas, ils valent le détour.

C'est tout ce que je vous dirais, je vous laisse allez découvrir le reste par vous-même (parce que j'admets avoir une flemme incroyable de développer ce point).

⇒ En conclusion, One of Us is Lying est un roman solide que je me dois de recommander aux fans de The Breakfast Club parce que la vibe est là et que le tout modernisé est vraiment bon. Je verrai bien ce bouquin adapter au cinéma. Une adaptation réussie, on s'entend. En tous cas, j'ai passé un bon moment à lire OOSIL entre deux longues périodes de révision. (Quand je pense que je n'ai lu que trois livres pour le moment en Juin, ça me donne envie de maudire l'académie, sérieux. Les gars, vous êtes en train de bousiller mon rythme de lecture, merde!)

Oh! et maintenant j'ai la chanson du film dans la tête! ♫Don't you forget about me/Don't don't don't don't/Don't you forget about me♫

«Things'll get worse before they get better.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/06/15/one-of-us-is-lying-karen-m-mcmanus/

par Sheo
Un appartement à Paris Un appartement à Paris
Guillaume Musso   
Je viens tout juste de terminer le roman ... j'en reste complètement muette et surtout émue. Année après année j'attend cette période de l'année avec impatience. Découvrir le nouveau Musso est toujours pour moi un petit moment de bonheur, mais cette année c'est encore quelque chose de plus. C'est l'une des plus belles histoires qu'il nous a raconté à ce jours et il faut dire qu'elles sont toutes exceptionnelles. Une lecture que j'ai dévoré en quelques heures sans jamais m'arrêter, comme toujours et que je vais relire lorsque le trop plein d'émotion sera passé. ! Vivement l'An prochain pour découvrir une histoire, qui je l'espère sera à la hauteur de celle-ci)