Livres
454 601
Membres
402 955

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"À midi, ma mère me réveille et m'apporte le déjeuner au lit. Elle le fait toujours quand je suis à la maison le dimanche. Je me force à avaler quelques bouchées. Difficilement : à part le yaourt et le fromage blanc et les flancs, plus rien ne descend. [...] Comme chaque jour, je me regarde dans la glace. J'y vois un visage étranger, ravagé. Il y a longtemps que je ne me reconnais plus dans l'image que me renvoie le miroir. Ce visage ne m'appartient pas. Pas plus que le corps squelettique. Celui-là, d'ailleurs, je ne le sens même plus. L'héroïne l'a rendu insensible à la faim, à la douleur, et même à la fièvre. Il ne se réveille que quand il est en crise de manque.

Debout devant le miroir, je me prépare mon shoot. J'en ai vachement envie. C'est un shoot un peu spécial car j'ai de la grise. On l'appelle ainsi par opposition à la blanche – de couleur blanche ou brunâtre – qu'on trouve généralement sur le marché. La grise, c'est une poudre grise mouchetée de vert, de l'héroïne particulièrement impure, mais qui provoque un flash dingue. Ça agit sur le cœur, et il faut effectuer le dosage avec beaucoup de soin : si on s'en injecte trop, on clamse. Mais j'ai follement envie de ce super-flash.

Je m'enfonce l'aiguille dans la veine, j'aspire, le sang monte toute de suite. J'ai filtré plusieurs fois ma grise, mais ça contient des tas de saletés. Et ça y est : l'aiguille est bouchée. C'est à peu près ce qui peut arriver de pire, l'aiguille qui se bouche à ce moment précis, car si le sang caille dans la seringue il n'y a plus rien à faire, il faut jeter la dose.

J'appuie de toutes mes forces pour faire passer cette saloperie par l'aiguille. J'ai du bol, ça marche. J'actionne encore une fois la seringue pour m'injecter le truc jusqu'à la dernière goutte. Et l'aiguille se rebouche. Je suis folle furieuse. Il ne me reste que huit à dix secondes avant le flash. J'appuie de toutes mes forces. Le piston saute et le sang gicle. Il y en a plein la salle de bains.

Le flash est dément. Une crampe épouvantable dans la région du cœur. Un million d'aiguilles me transpercent la peau du crâne. Je tiens ma tête à deux mains pour l'empêcher d'éclater sous le martellement – à croire que quelqu'un me tape dessus. Et tout à coup mon bras gauche est paralysé. "

Afficher en entier

Il ne nous parle plus, il ne nous voit pas. C'est pire que les coups.

Afficher en entier

" Ce document unique fera enfin comprendre à un large public que la toxicomanie juvénile, de même que l'alcoolisme juvénile aujourd'hui en constante progression et l'attirance des jeunes pour les sectes ne sont pas des importations mais des phénomènes engendrés par notre société même. "

Afficher en entier

Nous avons toujours rêvé d'aller à Paris. Nous voulions louer une chambrette à Montmartre et nous y désintoxiquer. Nous n'avions jamais entendu parler de la drogue à Paris, et nous pensions que ça n'existait pas. A Paris il n'y a que des artistes, des mecs super, ils boivent du café, ou un verre de vin de temps en temps

Afficher en entier

« Ce livre nous parle d‘une détresse que notre société refoule de sa conscience. »

Afficher en entier

Je suis de plus en plus convaincue que je finirai comme Atze. De temps en temps apparaît une petite lueur d'espoir, et je m'y agrippe. J'ai un prof que j'aime bien, M. Mücke. Il nous a fait jouer - comme au théâtre - les situations qu'un jeune rencontre dans la vie. Par exemple un entretien d'embauche. L'un de nous est le chef, un autre le demandeur d'emploi. Moi, je ne me laisse pas intimider par le chef, j'ai vite fait de lui renvoyer la balle, et le garçon qui tenait son rôle se trouve tout penaud. Du coup je me dis : Peut-être que tu sauras aussi t'en sortir dans la vie.

Afficher en entier

" La seringue à usage unique, en plastique d'un blanc laiteux, est encore plantée dans la main gauche : Babette D. (quatorze ans), collégienne, est morte. La jeune fille - à se jour la plus jeune victime de la drogue- a été découverte inanimée dans un appartement de la Brotteroder Strass.

Afficher en entier

Nous sommes le 18 avril 1976, un mois avant mon quatorzième anniversaire. Je n'oublierai jamais cette date.

Afficher en entier

On est toujours seul. La vie est une saloperie.

Afficher en entier

Merde, tu n'as que treize ans et t'en es déjà à l'H.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode