Livres
461 493
Membres
417 914

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Sokingu 2018-06-21T21:53:01+02:00

— Très bien, qu’est-ce que tu dis de ça : t’es qu’un connard. Un vrai connard de première. Tu ne t’en rends même pas compte, je crois. J’en ai rien à foutre, que tu trouves ça pas si grave. Ce n’est pas à toi de décider. C’est à moi de décider quand, où, et à qui je veux le dire. (Soudain, ma gorge se noue.) Tu m’as ôté ce choix. Et en plus t’as osé mêler Blue à tout ça ? Sérieux ? T’es qu’une merde, Martin. Je n’ai même pas envie de voir ta sale gueule !

Afficher en entier

Aime les tartelettes au beurre de cacahuète et les Oreo (autrement dit, pas con)

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jolin 2017-06-16T11:56:44+02:00

A quoi peut bien ressembler un mec dont les barrières viennent de tomber ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jolin 2017-06-16T11:55:11+02:00

Il évoquait l'océan qui sépare les êtres. Et leur but : trouver un port qui vaille la peine d'être rejoint à la nage.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sokingu 2018-06-21T21:57:12+02:00

s. Je ne suis pas prêt à te révéler mon identité, c’est tout. Je sais que c’est idiot et, honnêtement, on est arrivés à un point où je passe la moitié de mon temps à imaginer comment se déroulerait notre première rencontre. Mais je ne puis imaginer un moyen que cela arrive sans tout bouleverser. Je crois que j’ai peur de te perdre.

Est-ce que ça te semble sensé ? Ne m’en tiens pas rancune.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sokingu 2018-06-21T21:49:08+02:00

Leah est obnubilée par mon eyeliner.

— Bordel, Simon !

— Irrésistible, n’est-ce pas ? demande Abby.

Je ressens soudain comme un sursaut de gêne. Lequel n’est guère arrangé par les regards de Bram, le joli garçon.

— Je ne savais pas à quel point tu avais les yeux gris, fait remarquer Leah avant de se tourner vers Nick, incrédule. Tu savais, toi ?

— Non plus, confirme Nick.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sokingu 2018-06-21T21:36:53+02:00

— Salut, dit-il d’une voix douce. Comme si ce mot n’appartenait qu’à nous.

— Sacré scoop sur Facebook ce soir.

Je m’étends sur mon matelas.

Son rire silencieux.

— En effet.

— Alors, notre prochain coup ? On reste classe ? Ou est-ce qu’on spamme le fil de tout le monde avec des selfies-bisous ?

— Je penche pour les selfies, dit-il. Mais pas plus de deux douzaines par jour.

— Et on devra fêter notre anniversaire chaque semaine. Tous les dimanches.

— Sans oublier notre premier baiser, tous les lundis.

— Et quelques dizaines de posts, chaque soir, pour dire combien on se manque mutuellement.

— Mais c’est vrai que tu me manques, dit-il.

Non mais bon sang, quoi. J’ai choisi ma semaine pour être puni.

— Qu’est-ce que tu fais en ce moment ?

— C’est une invitation ?

— Si seulement…

Il rit.

— Je regarde par la fenêtre, assis à mon bureau, et je te parle.

— Tu parles à ton copain.

— C’est ça, dit-il. (Je l’entends sourire.) À mon copain.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sokingu 2018-06-21T21:35:43+02:00

— Et maintenant ?

— On devrait sans doute retourner en cours.

— Non, je parlais de nous. Je ne sais pas ce que tu veux. Je ne sais pas si tu es prêt à t’assumer publiquement, dis-je, mais il me titille la paume de son pouce, et je perds le fil.

Je m’enfonce dans mon siège, la tête tournée vers lui.

— Si tu es pour, je suis pour, déclare-t-il.

— Pour ? Genre, quoi ? Genre être mon petit copain ?

— Oui, absolument. Si c’est ce que tu veux.

— C’est ce que je veux, dis-je.

Mon petit copain. Mon footballeur star, aux yeux marron et à la grammaire impeccable.

Et je n’arrête pas de sourire. Parce que, franchement, il y a des moments où c’est trop de travail que de ne pas sourire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sokingu 2018-06-21T21:34:57+02:00

À peine à l’intérieur, il met le chauffage au maximum. Un câble auxiliaire s’échappe de la prise allume-cigare, relié à un iPod. Il me dit de choisir la musique. Je ne sais pas s’il s’en rend compte, mais me passer son iPod, c’est comme m’ouvrir la fenêtre de son âme.

Et évidemment que sa sélection musicale est parfaite. Beaucoup de classiques de la soul et de hip-hop récent. Des brassées de bluegrass. Une seule chanson de Justin Bieber, comme un plaisir coupable. Et, sans exception, chaque album ou artiste que j’ai pu mentionner dans mes e-mails.

Je crois que je suis amoureux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jolin 2017-06-16T11:54:19+02:00

Cela t'arrive-t-il de te sentir enfermé en toi-même ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode