Livres
443 369
Membres
378 756

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mon ombre assassine



Description ajoutée par annick69 2018-12-09T13:37:15+01:00

Résumé

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession. Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs. Celle d'une femme manipulatrice et cynique. Celle d'une tueuse en série froide et méthodique. Un être polymorphe. Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir. Une ombre. Une ombre assassine.

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par TommyRollrbox 2019-01-19T07:27:28+01:00

Extrait de l’article d’Hélène Février paru sur le site de TV5 Monde, le 30 avril 2013 :

Femmes tueuses en série : mythes et réalités.

 

 

[…] Criminologie et tueuses en série voilà le titre du débat programmé aux Voûtes de Paris, situées à proximité d’anciens entrepôts… frigorifiques […]

 

Femmes criminelles : un pourcentage en augmentation

D’après les dernières statistiques officielles : un crime sur dix est commis par une femme. Ce qui est proportionnellement peu. Elles sont aussi moins nombreuses à être incarcérées : 4 %. Mais depuis dix ans, le taux de criminalité des femmes augmente plus vite que celui de la gent masculine. S’agissant du cas particulier des tueuses en série, en France, elles seraient, d’après Stéphane Bourgoin, entre 13 et 15 % […]

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par SophieSonge 2019-01-18T15:08:44+01:00
Diamant

Les crimes en série peuvent-ils être perpétrés par une femme ? Dans la conscience collective, la femme tient le rôle de victime plutôt que d'agresseur. Nadège, institutrice, appréciée de ses pairs, en fait la preuve devant les accusations de meurtre qui lui sont reprochées. Et pourtant...

Ce roman nous fait glisser insidieusement dans quelque chose de trouble et sidérant. On est tout de suite fasciné par le discours de Nadège, la narratrice. On aime entrer dans son esprit complexe, tortueux et pathogène. Avec elle, on suit une sorte de progression qui corrobore et explique les faits.

La personnalité de Nadège est double et inextricable. Simulatrice et manipulatrice, elle exerce sur l'autre un pouvoir d'extrême perversion à l'insu de chacun. Son incroyable maîtrise, son absence d'empathie désarçonne, fait froid dans le dos.

L'écriture d'Estelle Tharreau est percutante et persuasive. Elle nous entraîne avec génie et précision dans les coulisses d'une meurtrière psychopathe dont on ne voudrait pas croiser le chemin. Le profil de Nadège est captivant, chez elle l'art du camouflage et de la séduction est un Art. Les victimes tombent autour d'elle sans qu'elle ne soit jamais inquiétée. Sa perversité nous choque plus qu'elle nous étonne quand on connaît ce qu'elle a enduré. Sa manière de s'adapter, de tirer bénéfice de toute situation, nous questionne, nous scotche au poteau.

Si vous pensiez encore que la nature du mal était inhérente et exclusive à l'homme, ce roman vous ouvrira les yeux. Le portrait féminin revêt ici des aspects aussi machiavéliques qu'insoupçonnables...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeMondeDeMarie 2019-01-17T17:31:19+01:00
Diamant

Je ne peux que vous conseiller de vous précipiter en librairie pour l’acheter. Ce livre, pour moi le meilleur de l’auteur, est une pure merveille, un gros coup de coeur.

On plonge dans une histoire à la présentation originale, entre comptes-rendus policier et sorte de journal intime de Nadège. Il est très vite impossible de lâcher l’ouvrage avant de l’avoir fini et d’en connaître le dénouement.

Une femme qui cache une ombre terrible sous des airs de sainte. La psychologie de ce livre est très forte. Nadège nous raconte sa vie. Comment tout a commencé. Comment elle a pu devenir une criminelle redoutable, capable du crime parfait.

Une femme dont il vaut mieux ne jamais croiser la route mais qui, pourtant, sera parvenue à me toucher sur son vécu lorsqu’elle était enfant. Est-elle vraiment responsable de ce qu’elle est devenue?

Une lecture qui me restera longtemps en mémoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annick69 2019-01-17T09:55:01+01:00
Or

Ce roman noir est plus que perturbant. Il nous fait nous retrancher derrière nos peurs les plus profondes. On ne connait personne!! Je me suis prise d'empathie pour Nadège. Son enfance a été tronquée de façon odieuse.

- "Sans retenue morale ou affective, certains mots ou attitudes futiles peuvent devenir une lame acérée dans l'esprit et le cœur d'un enfant. Il suffisait de savoir lesquels employer pour chacun."

Et personne n'a été là pour l'aider, personne n'a rien vu, ou n'a pas voulu voir. Au fil des années, elle change, quelque chose de plus fort qu'elle la transforme.

- "Le seul problème qui m'angoissait encore était que j'allais supprimer un enfant. Non que cela me posât un cas de conscience. Enfant, adulte, au fond quelle différence fondamentale?"

La colère qu'elle a en elle va devenir vengeance, mais elle restera en façade celle qui est à l'écoute, celle qui aime les autres. Son histoire est assez troublante et dérangeante. Elle saura se cloîtrer derrière toute empathie et restera froide devant ses faits. Elle saura trouver les mots qui la déculpabiliseront. Presque tous prendront sa défense et ne vont pas comprendre de quoi on l'accuse ni pourquoi.

L'écriture entre coupée par des articles et interviews, et le style sont très agréables à lire. D'émotions fortes en dégoûts, on passe par divers états de conscience. Entre manipulation, maltraitance et vengeance, ce thriller psychologique vous perturbera au plus profond de vous. Je remercie Joël Maïssa des éditions Taurnada et l'auteure pour cette excellente lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Delphine-42 2019-01-17T02:51:34+01:00
Or

Le quatrième roman d'Estelle Tharreau sort aujourd'hui aux éditions Taurnada et est un bijou de noirceur cynique.

Différents de ces autres romans dans sa forme, nous assistons à une longue confession de Nadège Solignac, une jeune femme qui attend son jugement après la mort d'un policier, pour laquelle elle plaide la légitime défense...

Plus le récit avance, plus on s'aperçoit à quel point la femme qui se livre est totalement apathique, manipulatrice et peut totalement se camoufler tel un caméléon parmi ses semblables.

Le récit est entrecoupé d'articles de presse et d'interrogatoire rendant l'affaire très factuelle.

En cela, ce roman diffère des précédents romans de l'auteure.

Tout au long du roman, nous allons revivre l'enfance et l'adolescence de Nadège et ses premiers pas dans le crime... Se rendre compte à quel point, elle a pu, par son apparente normalité et sa grande empathie feinte, passer entre les mailles de la justice. A quel point elle a su manipuler les personnes de son entourage et profiter de la moindre occasion qui se profilait pour assouvir son besoin de tuer, de se débarrasser du moindre obstacle sur sa route, tout en donnant le change en livrant une prestation toute en nuances pour le commun des mortels ne la voyant que telle qu'elle souhaitait se montrer...

L'ombre assassine est un délice de roman noir avec un personnage féminin fort et complexe, cynique et calculatrice, arrivant à transformer ses faiblesses en forces.

Un personnage avec lequel on souffre à l'évocation de son passé mais qu'on ne peut aimer tant elle est froide et manipulatrice. Malgré la succession d'horreurs que le lecteur découvre, il ne peut s'arrêter de lire et de tourner les pages...

Un beau portrait de serial killer au féminin, brillamment développé et qui nous fait sortir de cette lecture avec une impression glaçante car le mal peut avoir le visage le plus pur...

Un roman décalé et brillant que je vous recommande :)

Afficher en entier
Or

Énorme coup de cœur pour cette lecture !

Estelle Tharreau nous raconte ici une incroyable histoire de tueuse en série.

Non, en fait elle fait mieux que de nous la raconter, elle nous la fait vivre.

Armée d’un style millimétré, l’auteure n’ajoute aucun mot superflu, mais n’en oublie pas un seul d’essentiel non plus.

Et nous voici plongés dans les pensées de l’insoupçonnable Nadège Solignac.

Petite fille à la vie difficile mais aux capacités aussi variées qu’effrayantes, elle va développer une maîtrise à toute épreuve afin de parvenir à faire ce qu’elle aime par-dessus tout : tuer.

Camouflée derrière un physique avenant et un métier qui la place au-dessus de tout soupçon, elle se fabrique de toutes pièces un personnage à l’opposé de son moi profond.

L’auteure distille au fil des pages un malaise grandissant qui nous malmène et nous ravit tout à la fois.

En nous plaçant non pas dans le rôle de simple spectateur mais bel et bien dans celui du confident, nous oscillons sans cesse entre répulsion et fascination.

Et nos pulsations cardiaques augmenteront bien plus souvent que ce que l’on aurait pu imaginer.

Pris dans notre lecture comme un petit animal dans les phares d’un véhicule, nous attendons et assistons, impuissants, à l’inévitable résultat.

Il est rare qu’en si peu de pages une telle histoire soit correctement racontée.

Et pourtant c’est précisément le cas ici.

260 pages, que nous engloutissons à une vitesse folle, et dans lesquelles il ne manque rien de ce qui fait d’une histoire une très grande histoire.

Rarement un roman m’aura donné autant de frissons.

Nul besoin de scènes de violences extrêmes, la seule description du psychisme de Nadège suffit à nous faire passer une nuit blanche.

Arrivé à la fin, révulsé par le parcours meurtrier de Nadège, mais ébahi par le talent de l’auteure, le lecteur n’aura qu’une attente : son prochain roman.

En attendant, ni vous ni moi ne regarderons plus nos proches et notre entourage de la même façon.

Oh non, car, après tout, comment être certain qu’une Nadège ne se cache pas près de nous ?

Vous comprendrez bien vite qu’il n’y a aucun moyen d’en être absolument sûr...

À lire, bien sûr ! Et vite, car le talent n’attend pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lesmotsdelau 2019-01-15T23:38:08+01:00
Or

Aussitôt reçu, aussitôt commencé, tasse de café fumant a porté de main, confortablement installée, je suis prête à me faufiler dans l’esprit machiavélique de ce personnage.

Histoire dévorée en deux jours, c’est vous dire si j’ai passé un bon moment !

Cette lecture semble si réelle qu’elle en est terriblement addictive. Je découvre avec « Mon ombre assassine » la plume de l’auteure, il me tarde déjà de combler mon retard et de lire ses précédents ouvrages.

Méfiez-vous des apparences ! elles peuvent souvent être trompeuses voir dans ce cas-là mortelles.

L’auteure nous livre ici une histoire sous forme d’enquête, la vie d’une jeune institutrice, accusée d’homicide sur le père de l’une de ses élèves.

On comprend bien vite que cette jeune femme n’est pas si innocente qu’elle en a l’air et que derrière son visage angélique se cache une personnalité très froide, calculatrice et dangereuse. Mise en détention provisoire, Nadège Solignac qui est narratrice de ce roman va nous livrer de façon très intime ses pensées, souvent dérangeantes, qui sont totalement à l’opposé du visage qu’elle renvoie aux gens qui la côtoient.

Née de parents qui ne la désiraient pas, elle va grandir seule s’enfermant petit à petit dans une bulle meurtrière.

Même si le personnage relate du fond de sa cellule que ses actes n’ont pas été influencés par son enfance malheureuse, à la lecture de ces lignes on peut bien se douter que cela à forcement jouer un rôle.

Nous allons assister très rapidement à la naissance d’un monstre qui va se construire un masque de façade.

Déjouant toutes les situations, un jeu de chat et de souris va commencer.

Retournant tout à son avantage par une grande force de persuasion et à un mental infaillible, passant aisément de bourreau à victime. Un récit en cinq parties comme les cinq étapes qui l’ont fait devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

Le personnage est très bien travaillé, le lecteur va connaître par cœur Nadège dans ses deux facettes, car le texte est écrit comme si c’était elle qui nous racontait, comme une sorte de journal intime ou d’une interview confession.

Le récit diabolique est entrecoupé d’article de presse, mais aussi de la partie enquête où tout l’entourage de la suspecte va être interrogé sur son comportement quotidien et ses actes passés.

Une histoire qui peut être dérangeante, car la plongée dans ce cerveau psychopathe et manipulateur n’est pas de tout repos.

On peut penser que tout ceci a existé, que la personne de Nadège n’est pas imaginaire, car sa vie prend forme sous nos yeux. Stéphane Bourgoin est cité en notes préliminaires sur la méthodologie des crimes de ces femmes tueuses en séries.

Plus discrètes que les hommes, mais très perverses, elles sont capables de rouler tout le monde dans la farine avec une force psychologique impressionnante.

Cette histoire en est la preuve et aurait pu tout à fait figurer dans les faits divers de Mr Bourgoin.

Cette force d’écriture, cette puissance autour de ce personnage nous entraîne dans cette lecture que l’on ne peut lâcher.

Les questions nous assaillent au point qu’elles en deviennent obsédantes, peut-on relâcher dans la nature une personne comme Nadège ?

Va-t-elle commettre une erreur qui révélera ainsi aux yeux de tous, sa vraie nature ?

Méfiez-vous des personnes, le mal peut prendre des visages bien différents, il peut même se dissimuler sous les traits de la charmante institutrice de votre enfant…

Une lecture complète et détaillée, un thriller psychologique à suspense que je suis heureuse d’avoir découvert.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Liliaza 2019-01-09T10:07:21+01:00
Diamant

Spoiler alert : c’est un énorme coup de cœur!

Nous suivons l’histoire de Nadège qui, depuis sa prison, nous livre son histoire. Une histoire tragique et prenante. Cela faisait longtemps que je cherchais un livre comme celui-là. Un livre avec une tueuse, une véritable sociopathe qui nous raconte son histoire. Il y en a tellement peu. D’ailleurs, je suis ouverte à toutes suggestions de livre sur le même sujet. Notre roman commence avec un article de journal. Il est d’ailleurs entrecoupé d’articles de journaux mais aussi d’interrogatoires. C’est une excellente idée. Le récit étant à la première personne, cela permet de voir d’autres points de vue. De voir comment le "commun de mortel" survit face à la présence de Nadège. Pour certains c’est une tueuse implacable. Pour d’autres, c’est une gentille institutrice adorant les enfants. Voir les deux aspects nous permet de réaliser comment chaque mouvement peut être analysé de plusieurs façons différentes. Lisez l’extrait ci-dessous pour vous donner une idée. Cette histoire est prenante et c’est dû aussi à l’écriture qui est excellente et colle parfaitement avec le récit. On s’y croit. On se prend pour Nadège. On a vraiment l’impression qu’elle nous parle. Une fois le livre commencé, on n’arrive pas à le lâcher. Si je devais formuler une seule critique : trop court. Mais quand on aime, on en veut toujours plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merryfantasy 2019-01-05T10:22:48+01:00

Le meilleur Estelle Tharreau de tous les temps ! Vous avez dû vous en rendre compte en parcourant ce blog : j'adore cette auteure. Chacun de ses titres a ce petit quelque chose qui fait qu'on n'arrive pas à le poser, car on est embarqué dans une histoire qui nous perturbe ou nous plaît. Au choix. Et ce livre ne fait pas exception.

C'est un bijou ! Je l'ai commencé très tard un soir, en mode « Je ne lis qu'un chapitre, juste pour me mettre dans l'ambiance ». Tu parles ! Quand j'ai lâché le livre, il était encore plus tard, et j'en étais à 58 %. Impossible à lâcher, je vous avais prévenus !

L'histoire est extrêmement bien ficelée. Entre deux articles de presse ou interrogatoires, on découvre peu à peu la personnalité de Nadège, depuis sa cellule, qui nous explique comment elle en est arrivée là. Du coup, pour nous lecteurs, il n'y a pas de doute quant à sa culpabilité. D'ailleurs, elle nous explique chacun de ses meurtres avec beaucoup de détails. Mais à chaque article ou à chaque compte-rendu d'interrogatoire, on se laisse espérer que les autres ne sauront pas ce qu'on sait nous : car Nadège est touchante, et l'on a envie qu'elle s'en sorte.

Ne cherchez pas la morale ou l'éthique dans cette histoire. Il s'agit d'un de ces livres complètement décalés où l'on se trouve du côté du méchant. Ça fait du bien, ça change. Mais surtout, non surtout, on ne voudrait pas devenir comme elle. On est content de ne pas lui ressembler. Surtout pas. Mais oui, on l'écoute jusqu'au bout, on compatit, on en arrive même à s'énerver contre les personnages qui ne la laissent pas tranquille.

Bref, on vit ce récit à 100 %, et ça c'est du grand art ! Et là, tout de suite, je suis déçue d'avoir terminé si vite ma lecture, car j'en voudrais encore. Car c'était terrible, mais en même temps tellement bien. Merci à l'auteure de nous avoir offert cette histoire !

https://mes-reves-eveilles.blogspot.com/2019/01/mon-ombre-assassine.html

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Mon ombre assassine" est sorti 2019-01-17T00:00:00+01:00
background Layer 1 17 Janvier

Date de sortie

Mon ombre assassine

  • France : 2019-01-17 (Français)

Activité récente

Maks le place en liste or
2019-01-16T07:34:10+01:00

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 8
Extraits 1
Evaluations 7
Note globale 8.86 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode