Livres
505 143
Membres
512 728

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mon ombre assassine



Description ajoutée par annick69 2018-12-09T13:37:15+01:00

Résumé

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession. Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs. Celle d'une femme manipulatrice et cynique. Celle d'une tueuse en série froide et méthodique. Un être polymorphe. Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir. Une ombre. Une ombre assassine.

Afficher en entier

Classement en biblio - 43 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Et_toi_tu_lis_quoi 2019-06-10T21:06:44+02:00

L’instant d’après, je jouissais à nouveau de la vague ardente de toute-puissance que m’avait conférée la mort, mais aussi d’une plénitude nouvelle et enivrante : celle de l’impunité

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par SweethyDark 2020-05-17T12:55:04+02:00
Or

Ce livre est un véritable page Turner. L’histoire est absolument passionnante, ainsi que Nadège.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par karole1975 2020-05-02T11:28:40+02:00
Or

Livre qui se lit très rapidement. Une fois commencé, on a du mal à le lâcher ,il est facile et agréable.Thriller psychologique d'une femme tueuse en série.Je recommande fortement .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jenna95 2020-04-23T13:12:14+02:00
Argent

Une histoire passionnante qui révèle les plus sombres pensées d'une femme.

Intéressant d'un point de vue psychologique et sociologique, on s'intéresse aux tueuses en série, ou les potentielles. Sociopathe, et pourtant à l'histoire qui n'est pas si banale. Ici pas question de reprendre des biographies sordides des tueurs en série médiatisés, pas une gamine maltraitée, abusée, qui aurait vécu des trucs tellement moches qu'on se demande si tout cela est vrai.

Oui, bien sûr, ça ne l'empêche pas d'avoir une vie pas facile, mais peut-être plus crédible, qui a forgé une femme au caractère froid et calculateur.

Bien structuré, le tout raconté d'une façon hyper réaliste avec articles et autres documents externes, ça ressemble presque plus à un témoignage qu'à un thriller, et c'est sans doute ce qui en fait sa force.

Et, il n'y a pas à dire, l'auteur le fait bien, en réussissant à nous faire partager un grand panel d'émotions différentes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par yayadu13 2020-04-22T16:38:26+02:00
Or

Ce livre est un petit bijou, l'auteur est talentueuse...

J'ai été prise par l'histoire dès les premières lignes, elle est vraiment très prenante, une fois plongé dans le récit, vous ne pourrez pas en sortir indemne...

Des questions me hantent, le doute s'infiltre dans mon esprit, et en croisant les gens, je me dis et s'ils étaient comme

Nadège Solignac...

Cette institutrice aimée et estimée ...

Cette enfant ignorée, seule avec ses peurs...

Cette femme froide, manipulatrice et cynique...

Vous êtes en présence d'une tueuse en série...

Son récit, m' a fait ressentir différentes émotions, tantôt de l' attendrissement, de la peine, mais également de l'horreur, des sueurs froides, et d'autres sentiments encore...

L'écriture est fluide, intrigante, macabre, une histoire très bien écrite, l'auteur nous fait rentrée dans les profondeurs de l'âme de l'ombre assassine...

Une pépite, je vous le conseille vivement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-Arsigny 2020-03-02T09:41:16+01:00
Diamant

J’ai adoré ce livre avoir les confessions d’une tueuse, savoir comment elle manipule les gens afin d’arriver à ses fins. Elle est gentille devant tout le monde mais elle est surtout machiavélique.

L’héroïne nous raconte son histoire à la première personne de son enfance à son dernier meurtre. On comprend qu’elle a un passé lourd à porter L’histoire est enrichi d’extraits d’auditions, d’articles de presse.

Une plume efficace un livre qu’on n’a pas envie de lâcher.

Je le recommande à ceux qui aiment les romans noir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nathou-3 2020-02-02T17:32:16+01:00
Diamant

Gros coup de coeur - Premier de l'année - Ce livre est vraiment bien construit, on as évidemment la confession de Nadège qui est terrifiante mais aussi très émouvante, parfois elle m'as fait peur

Et le déroulement de l'enquête, les auditions, j'ai beaucoup aimer également ce côté là.

On se rends compte avec cet opus, on ne sait jamais à qui on as affaire, que des personnes à premier abord, équilibré sont peut être des humains complètement détruits et sont capable de perversion extrême, je le savais, mais cet opus mets encore plus le doigt dessus.

Si comme moi vous aimez les thrillers et les témoignages il faut pas passer à côté, il est extra.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-232 2020-01-09T13:27:31+01:00
Or

C'est un excellent thriller qui dépote avec une tueuse en série.

On donnerait à Nadège le bon dieu sans confession mais il faut se méfier de l'eau qui dort!

Elle est manipulatrice, sans état d'âme et aime voir souffrir les autres.

Cette histoire très bien construite est prenante , sombre , glaçante.

La plume est efficace , addictive. J'ai dévoré ce livre dans la journée.

Je le recommande vivement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Do 2019-11-18T14:28:29+01:00
Diamant

Mon ombre assassine... c’est ainsi qu’elle se désigne elle-même, Nadège Solignac, institutrice et tueuse en série, quand elle se raconte (à la première personne) dans ce petit roman très noir et moralement tout aussi violent.

De son enfance odieuse (bien qu’elle dit ne jamais été maltraitée dans le sens propre de ce terme) jusqu’à l’erreur qui l’a fait atterrir derrière les barreaux.

Manipulatrice froide avec une rage intarissable au ventre, Nadège nous confie ses pensées, ses pulsions, sa folie et la jouissance vive quand elle a l’opportunité de tuer... comme un prédateur qui sait observer sa proie avec beaucoup de patience et s’en délecte à l’avance.

Un texte fort et thriller psychologique à vous glacer le sang. Une phrase (p. 252) prononcée par une enquêtrice, résume parfaitement ce que j’ai ressenti pendant cette lecture éprouvante : « Si j’ai pleuré sur l’enfance que Nadège Solignac a été je reste terrifiée par l’adulte qu’elle est devenue. »

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeoLabs 2019-07-10T02:58:35+02:00
Diamant

Quel talent! Une plume et style addictifs. La construction du récit à la première personne nous ballade dans la tête de la protagoniste à travers son vécu, procurant une immersion délectable. J'ai adoré Nadège. Elle est froide, sadique, machiavélique, brillante de méchanceté, étincelante d'intelligence, et pourtant si touchante. Ses obscures pensées m'ont même souvent fait rire. On en redemande!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Et_toi_tu_lis_quoi 2019-06-10T21:05:35+02:00
Or

Avec ce roman, je suis clairement sortie de ma zone de confort et de ma zone de prédilection.

Comme à mon habitude (mauvaise habitude ?) je me suis lancée sans avoir vraiment fait attention au synopsis.

En commençant ma lecture, j’ai cru avoir affaire à un traité sur les femmes meurtrières. Tout en pensant « pourquoi pas ? » j’ai également eu peur de m’ennuyer.

Puis, les choses ont pris une autre tournure dès que j’ai rencontré Nadège Solignac. Quand l’histoire s’ouvre, Nadège est en prison et c’est elle qui nous explique pourquoi, en commençant par le menu, à savoir son enfance tragique et sombre, semée d’ignominies, jalonnée de douleurs et piégée par un simulacre de parents : un père absent, une mère dépressive et tout simplement inapte dans ce rôle qui ne lui convient pas et qu’elle n’aurait jamais dû avoir. Ce portrait de l’enfance de Nadège est dérangeant et pose la base de ce qui fera d’elle l’ombre assassine, telle qu’elle s’est elle-même surnommée.

Nadège Solignac est donc, au commencement, une petite fille que l’on a tout simplement envie de plaindre et d’accueillir chez soi pour lui faire oublier ce début d’existence désastreux.

Nadège a un grand frère, Julien, le chouchou de son père. Puis, viendra une sœur, Manon, qu’elle n’appellera jamais par ce prénom au fil de l’histoire, puisqu’elle lui a trouvé un prénom qui lui sied mieux : le monstre. Sa petite sœur est un être difforme, lourdement handicapée, incapable de parler et qui ne s’exprime que par des cris. Ce calvaire qu’elle représente au quotidien pour la petite fille qu’est Nadège, nous le vivons avec elle, à tel point qu’on en oublie la narration. On oublie qu’il y a une auteure derrière, on est avec Nadège et le reste n’existe plus. Nadège prend possession de tout, de votre esprit et de votre réalité.

La narration est entrecoupée d’interrogatoires sur l’enquête en cours : le meurtre de Fabien Bianchi dont Nadège est présumée coupable.

Jalonnent également le récit, des articles de presse qui nous permettent de suivre l’évolution de la procédure, tout en suivant le fil chronologique de la vie de Nadège jusqu’à arriver à ce qui l’a menée là, derrière les barreaux d’une prison.

Une fois que cette période couvrant son enfance est passée, on rentre pleinement dans le vif du sujet. Nadège nous livre le fond de sa pensée, nous décrit son cheminement intérieur, son modus operandi, cette mission dont elle se sent investie : assassiner les gens qui ne méritent pas de vivre soit parce qu’ils l’ont faite souffrir, soit parce qu’ils sont un obstacle sur son parcours. Elle a semble-t-il une préférence pour les parents qui n’auraient jamais du, selon elle, avoir d’enfant. Elle donne l’impression de remplir une mission de service public.

Là où tout va basculer, et où vous allez prendre conscience de l’horreur de la chose c’est quand elle va décider quel costume d’agneau conviendra le mieux pour déguiser un loup. Ce n’est donc pas par hasard qu’elle choisit de devenir enseignante. Nadège, dès que ses parents ont compris l’intérêt qu’il y aurait à la mettre à l’école, s’est découvert une passion pour la culture, le travail, et s’est avérée douée, intelligente et donc redoutable.

Le contraste est saisissant entre ce tableau dur, réaliste et cruel du milieu social dont elle est issue et la manière dont elle va progressivement s’en éloigner pour tomber dans l’obscurité la plus profonde.

Certains passages m’ont presque fait penser à certains jeux vidéos, notamment quand elle est en pleine crise de folie meurtrière ou de rage passagère et qu’elle cherche à rejoindre la « zone neutre » c’est à dire un état relativement stable où elle retrouvera un semblant de calme. Je visualisais ça comme une carte sur laquelle l’espace sécurisé se réduit à un cercle en mouvement constant et duquel il ne faut pas sortir.

Les premiers meurtres qu’elle commet lui apportent une forme de jouissance, et de toute puissance qui la confortent sur cette voie : elle est née pour cela. Le plus sidérant lors de la narration des premiers meurtres, n’est pas tant l’acte en lui-même pour nous lecteur mais plutôt cette forme d’indulgence que l’on veut lui accorder, ces circonstances atténuantes qui nous viennent à l’esprit puisque nous savons maintenant que son enfance était une condamnation à basculer dans la folie.

J’ai été très perturbée de me retrouver à penser que je comprenais pourquoi elle avait commis certains homicides et pire de penser qu’elle avait bien fait !

Nadège nous prend dans ses filets, nous convainc ou tente de nous convaincre du bien fondé de ses méfaits et on acquiesce bêtement.

Toutefois, plus on approche de la fin du récit, moins on éprouve de bienveillance à son égard. On perçoit de plus en plus, la folie, l’esprit tortueux et l’intelligence redoutable dont elle fait preuve quand elle dégote une cible à abattre.

Le dénouement, après un dernier rebondissement, n’est selon moi, en aucun cas prévisible. Les dernières lignes vous font froid dans le dos, et quand vous franchirez le seuil de votre maison après l’avoir lu, croyez-moi vous ne verrez plus vos voisins comme avant !

En résumé, je ne peux pas dire que j’ai adoré parce qu’on parle d’un thriller quand même, je vais plutôt dire que j’ai été terrifiée par Nadège, ce personnage criant de vérité qu’a créé l’auteure.

Toutefois, je peux vous dire sans retenue que j’ai adoré l’écriture, et le style de l’auteure. C’est une affaire rondement menée. L’écriture est juste brillante et parfaite. Chaque mot compte. Aucune ponctuation n’est laissée au hasard. Nous sommes dans du très très haut niveau ! Je n’ai aucun absolument aucun reproche à faire sur la qualité d’écriture, l’orthographe parfait, les recherches spécifiques faites par l’auteure, et on sent l’esprit brillant et cultivé de l’auteure tout au long. Un grand bravo à Estelle Tharreau que je ne connaissais pas et qui est, sans conteste, tout simplement exceptionnelle.

Afficher en entier

Date de sortie

Mon ombre assassine

  • France : 2019-01-17 (Français)

Activité récente

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 43
Commentaires 29
Extraits 4
Evaluations 31
Note globale 8.63 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode