Livres
477 932
Membres
459 075

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Elenoara 2018-05-12T19:23:52+02:00

Peter et sara

" donc... Il est dit ici que vous deux n'êtes pas vraiment mariés. Est-ce exact ?"

" eh bien, nous avons tous les deux été mariés à nos époux tardifs. Est-ce que ça compte ?"

" je... Devine. Mais vous êtes un couple maintenant ?"

Sara & Peter parlent simultanément. " non !"/ Peter : " oui !"

" eh bien, êtes-vous ou n'êtes-vous pas ?"

" oui."

Alors qu'est-ce qui vous amène ici aujourd'hui ?

" elle est à moi. Elle ne l'a pas encore accepté."

" Sara ?"

" je ne suis pas sa !"

" Alors... que se passe-T-il ici ?

" je veux être aussi loin de lui que je peux."

" Pourquoi est-ce ?"

" parce qu'il a complètement repris ma vie et m'a pris ma liberté."

" ne crois-tu pas que tu exagères, ptitsa ?"

" Non ! C'est exactement ce que tu as fait, Peter !"

" comment a-T-il fait ça, Sara ?"

" eh bien, voyons... après m'avoir torturé, il..."

" attends, je te torture ?"

" la revoilà avec ses exagérations."

" Peter, tu m'as waterboared parce que je ne te dirais pas où était mon mari."

" Attendez. Quoi ?

" ce n'est arrivé qu'une fois. Et tu as essayé de m'empoisonner. Alors on est quittes. Laisse tomber, ptitsa.."

Enlever ses lunettes et frotter ses tempes. " attends... Je croyais que ton mari était mort, Sara."

" il l'est. Peter L'a tué."

" C'est parce qu'il est partiellement responsable de la mort de ma femme et de mon enfant. Il le méritait. Ce qu'il ne méritait pas, c'était sara."

" pourquoi n'es-tu pas allé voir les autorités à ce sujet, Sara ?"

" J'ai l'intention de."

" tu as l'intention de le faire ? Pourquoi n'as-tu pas déjà ?"

" parce qu'elle ne veut pas laisser tomber ma cuisine gastronomique, les massages du corps et ma grosse bite."

" repas gastronomiques ? Massages ?"

" Ouais... Il a tendance à le faire. Et très bien, je pourrais ajouter. Je l'aime beaucoup."

" eh bien, il me semble que vous n'êtes pas sûr de ce que vous voulez, Sara. Est-ce que tu veux vraiment quitter peter ?"

" Oui... Non... Merde... Je ne sais pas !"

" Oh, elle sait. Elle se passera de ces bêtises quand on sera à la maison et qu'elle aura mon repas cuit à la maison et ma bite à l'intérieur d'elle."

Sara sourit vivement. " je voudrais un repas que vous avez fait pour moi vendredi dernier, s'il vous plaît. Et ce " truc " que vous avez fait au lit cette nuit-là."

" bien sûr, ptitsa."

" ummm... au risque d'être condescendant, vous deux n'êtes peut-être que quelques ajustements à court d'une relation saine."

" je ne vois rien de mal à notre relation. Sara a juste besoin d'admettre qu'elle est à moi et que tout ira bien."

" je ne suis pas à toi, Peter !"

" OK... Je vais avoir besoin de vous deux pour passer devant le bureau de ma réceptionniste en sortant et réserver environ 10-12 séances de plus avec moi."

" Pourquoi tant de choses ?"

" parce que cette séance est terminée et nous n'avons même pas gratté la surface de ce qui se passe entre vous deux. Et... Après ça, j'ai besoin d'un verre."

À suivre.......

Afficher en entier
Extrait ajouté par Livie-1 2019-07-10T14:26:18+02:00

(Peter) Personne ne m’enlèvera Sara. Elle m’a choisi, et elle reste à moi.

(Sara) Entre nous, tout n’a jamais été qu’un mensonge malsain – une obsession pathologique pour lui et un besoin tout aussi pervers pour moi.

(Père de Sara) Je suis étonné qu’il ne l’ait pas assommée d’un coup sur la tête, juste devant nous, pour la traîner jusqu’à son lit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Idole 2019-07-03T13:15:17+02:00

Point de vue de Sarah :

Mon souhait pervers, c’est qu’il vienne me chercher.

J’y ai si souvent pensé que je peux visualiser la scène comme un film dans ma tête. Je rentrerai chez moi un jour, et il sera là, grand et menaçant, plus dangereux et beau que jamais. Il sera là malgré les patrouilles de police à l’extérieur, malgré toutes les précautions des fédéraux.

Il sera là pour m’enlever, et tout ce que je dirai n’y changera rien.

C’est probablement ce dont j’ai le plus honte dans tous ces fantasmes : je n’ai pas le choix… et ça me plaît. J’ai envie que Peter m’enlève, qu’il vienne me prendre sans tenir compte de mes objections. Ce n’est que de cette manière que je serai capable de vivre en me disant que j’ai brusquement disparu de la vie des gens qui m’aiment et qui ont besoin de moi, que j’ai abandonné ma famille, mes patientes, les membres de mon groupe et tous mes amis.

Il faut que Peter soit un homme méchant afin que je puisse être quelqu'un de bien.

Je dois le détester afin de l’aimer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2018-10-01T23:32:41+02:00

— Comment ça, tu ne veux pas sortir avec moi ? je demande quand nous quittons la station-service pour nous engager sur une route à deux voies. Dans ce cas, qu’est-ce que tu veux ?

Il s’arrête au feu rouge et me regarde.

— Je veux tout, Sara.

Sa voix grave est basse et profonde, ses yeux gris reflètent la lumière des lampadaires alentour.

— Je veux tes jours et tes nuits, tes heures et tes minutes. Je veux partager tes joies et tes peines, tes victoires et tes frustrations. Je veux m’endormir en te serrant dans mes bras tous les soirs, et me réveiller tous les matins en sentant le parfum de tes cheveux sur mon oreiller. Je te veux toi, ptichka – avec moi pour toujours, de toutes les manières.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2018-09-30T22:44:00+02:00

— Quand… fis-je avant de déglutir pour ravaler la boule qui me noue la gorge. Quand reviendras-tu me chercher ?

Il me dévisage et son masque dénué d’émotions se fendille.

— Dès que je le pourrai, ptichka, dit-il d’une voix vibrante. Putain ! Dès que je le pourrai.

Le nœud dans ma gorge prend de l’ampleur et des larmes me piquent de nouveau les yeux.

— Alors, je vais rester jusqu’à ce que maman guérisse ?

— Oui, et jusqu’à ce que j’en aie fini avec…

Il s’interrompt et prend une profonde inspiration.

— Peu importe. Tu en as déjà gros sur le cœur. Mais sache que je reviendrai te chercher.

Il plonge son regard dans le mien et prend mon visage entre ses grandes paumes.

— Tu m’entends, Sara ? Quoi qu’il arrive, tant qu’il me restera le moindre souffle, je reviendrai te chercher. Tu m’appartiens, ptichka. Tant que nous vivrons.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-09-26T09:39:56+02:00

— Tu m’entends, Sara ? Quoi qu’il arrive, tant qu’il me restera le moindre souffle, je reviendrai te chercher. Tu m’appartiens, ptichka. Tant que nous vivrons.

Je referme les mains autour de ses poignets vigoureux et des larmes brûlantes dévalent mes joues. Je soutiens son regard. Autrefois, ces paroles m’auraient terrorisée, mais à présent elles apaisent la douleur qui me comprime la poitrine. Je pourrai m’y raccrocher quand il partira et que mon nouveau monde – celui qui tourne exclusivement autour de lui – tombera en ruines.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elenoara 2018-05-12T19:22:22+02:00

Starring: The couples of Anna Zaires' dark world

________________________________________________

PETER & SARA

Therapist: "So... It says here that the two of you are not actually married. Is that correct?"

Sara: "Well, we were both once married to our late spouses. Does that count?"

Therapist: "I... guess. But you're a couple now?"

Sara & Peter speak simultaneously. Sara: "No!"/ Peter: "Yes!"

Therapist: "Well, are you or aren't you?"

Peter: "Yes."

Therapist: "Ummm... Okay... So what brings you both here today?"

Peter: "She's mine. She just hasn't accepted it yet."

Therapist: "Sara?"

Sara: "I'm not his!"

Therapist: "So, then... What's actually going on here?"

Sara: "I just want to get as far away from him as I can."

Therapist: "Why is that?"

Sara: "Because he has completely taken over my life and took away my freedom."

Peter: "Don't you think you're exaggerating, ptitsa?"

Sara: "No! That's exactly what you've done, Peter!"

Therapist: "How exactly has he done that, Sara?"

Sara: "Well, let's see... After torturing me, he..."

Therapist: "Wait, torturing you?"

Peter: "There she goes again with her exaggerations."

Sara: "Peter, you waterboared me because I wouldn't tell you where my husband was."

Therapist: "Wait. What?"

Peter: "It only happened once. And you tried to poison me. So we're even. Let it go, ptitsa.."

Therapist: Taking off her glasses and rubbing her temples. "Wait... I thought your husband was dead, Sara."

Sara: "He is. Peter killed him."

Peter: "That's because he's partially responsible for my wife and child getting murdered. He deserved it. What he didn't deserve was Sara."

Therapist: "Why haven't you gone to the authorities about this, Sara?"

Sara: "I plan to."

Therapist: "You plan to? Why haven't you already?"

Peter: "Because she doesn't want to give up my gourmet cooking, full body massages and my massive cock."

Therapist: "Gourmet meals? Massages?"

Sara: "Yeah... He tends to do that. And very well I might add. I like it a LOT."

Therapist: "Well it seems to me that you're unsure of what you want, Sara. Do you actually WANT to leave Peter?"

Sara: "Yes... No... Damn it... I don't know!"

Peter: "Oh, she knows. She'll get over this nonsense when we get home and she gets my home cooked meal and my cock inside of her."

Sara smiles brightly. "I would like meal you made for me last Friday, please. And that "thing" you did in bed that night."

Peter: "Of course, ptitsa."

Therapist: "Ummm... At the risk of coming off as condescending, the two of you may be just a few tweaks short of a healthy relationship."

Peter: "I see nothing wrong with our relationship. Sara just needs to admit that she's mine and everything will be fine."

Sara: "I'm not yours, Peter!"

Therapist: "Okay... I'm going to need the two of you to stop by my receptionist's desk on your way out and book about 10-12 more sessions with me."

Sara: "Why so many?"

Therapist: "Because this session is over and we have not even scratched the surface of what's going on with you two. And... After this, I need a drink."

To be continued.......

Titre : Les Chroniques de la thérapie du mariage

En vedette : les couples du monde sombre d'Anna Zaïre

Afficher en entier
Extrait ajouté par NAAMASTE 2018-04-11T23:03:50+02:00

Excerpt #1

“What happened?” Dropping the backpack on the bed, I rush toward him. “Do we have to—”

He catches my face between his big, rough palms and slants his lips across mine in a hard, violently hungry kiss. We didn’t make love last night—I passed out early from jet lag and Peter considerately let me sleep—and I can taste the pent-up lust in this kiss, the dark fire that always burns between us.

Backing me up against the bed, Peter tears off my clothes, then his own, and then, with no preliminaries, he thrusts into me, stretching me with his thickness, battering me with his hard heat. I cry out at the shock of it, but he doesn’t stop, doesn’t slow down. His eyes glitter fiercely as he stretches my arms above my head, his hands shackling my wrists, and I realize it’s something more than lust driving him today, something savage and desperate.

My body’s response is swift and sudden, like oil catching fire. One minute, I’m gritting my teeth at the merciless force of his thrusts, and the next, I’m hurtling over the edge and screaming as I splinter in brutal ecstasy. There’s no relief in this orgasm, only a lessening of impossible tension, but even that doesn’t last. The second peak, as violent as the first, comes right on its heels, and I cry out at the agonizing spasms, the pleasure ripping me apart as he drives into me, over and over again, riding me through the climax and beyond.

I don’t know how long Peter fucks me like that, but by the time he comes, spurting burning-hot seed inside me, my throat is raw from screaming and I’ve lost count of how many orgasms he’s wrung out from my battered body. The hard muscles of his chest gleam with sweat as he withdraws from me, and I lie there panting, too dazed and exhausted to move.

He leaves, then returns a few moments later with a wet towel, which he uses to pat at the wetness between my legs. “Sara…” His voice is rough, thick with emotion as he leans over me to brush a strand of hair off my sweat-dampened forehead. “Ptichka, I—”

A hard knock on the door jolts us both.

“Peter.” It’s Yan, his voice as sharp as earlier this morning. “You need to hear this. Now.”

Swearing under his breath, Peter jumps off the bed, finds his discarded jeans in the pile of clothes on the floor, and pulls them on without bothering with underwear. The look he gives me over his shoulder is fierce, almost angry, but he doesn’t say anything as he strides out of the room.

I sit up, wincing at the soreness between my thighs, and force myself to get up and take another quick rinse before getting dressed again.

I have no idea what’s going on, but I’m getting an awful premonition.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode