Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Mondaye

Extraits de livres par Mondaye

Commentaires de livres appréciés par Mondaye

Extraits de livres appréciés par Mondaye

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 16-08
Un de mes premiers contact avec le roman noir américain (après 10 days wonder) moi qui suis plutôt whodunnit à l'anglaise.

Et pourtant j'ai bien aimé. Il y a quelque chose dans l'écriture, dans l'atmosphère, dans les personnages qui fait penser à ses vieux films américains en noir et blanc notamment ceux de Hitchcock.

Le héros à plus d'un anti-héros (pas vraiment toujours très très sympathique mais néanmoins humain), et un sens de l'humour noir et ambigu qui colle bien à atmosphère.

Le suspense est bien mené, les rebondissements maintiennent le rythme sans partir dans le décor, bref tout est là pour passer un bon moment.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Deuxième volet de la corde du pendu est malheureusement dernier, l'auteur étant mort sans achever son œuvre.

Après l'exposition du tome précédent, on retrouve le dynamisme habituel et rocambolesque de notre héros et ses aventures.

Petite mention pour le moment ou Rocambole met en garde son ennemi contre... Rocambole, et se avec celui-ci persuader que son interlocuteur est on meilleur allié. J'ai faillit m'étouffer de rire.

Sinon c'est manœuvre et contre manœuvre, ruse contre ruse, et si les épées ne claquent pas en se croisant, ce que les regards sont là pour le faire, bien plus éloquemment. Un vrai duel de l'esprit, plein d'incertitude et de rebondissement.

Mais malheureusement la mort de l'auteur nous abandonne en pleine bataille, certains que notre héros l’emportera... mais sans savoir quel tour lui assurera sa victoire.

Bref un vrai moment de plaisir, qui se dévore très vite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Dans ce tome, qui sert principalement d'exposition, Rocambole n'apparait que le temps d’échapper à l'horrible situation dans laquelle l'avait mis la fin du tome précédent.

Et après cela, nous avons le droit à un long récit dressant l'origine et la situation présente de la bonne œuvre qui devait l'occuper pendant l'épisode suivant de ses aventures, et dont le début nous est narré dans le tome suivant. Tout cela pour dire qu'une fois de plus, on regrettera une faible présence de notre cher héros.

Cette nouvelle aventure à un cadre de début qui n'est pas sans rappeler celui de l'héritage maudit, avec les deux demi frères, mais on passe rapidement dans quelque chose d'assez différent.

Peu d'aventure, mais on ne s’ennuie pas tant que cela au final, car on sait bien que cette mise en place des éléments de décors est nécessaire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
L'opération lancé à la fin du cycle précédent a enfin vu son succès à la fin du premier tome: les compagnons de Rocambole avec à leur tête Marmousset sont passé de l'autre côté de la Manche et prépare son évasion. Mais celui-ci ne leur facilite guère la tâche...

Mon premier petit plaisir est que, même si il est un peu moins présent que dans le cycle précédent (prison oblige, les masques sont rares) Rocambole est de retour, et en fait voir de toutes les couleurs à ses geôliers. Le rythme est soutenu, l'intrigue riche en rebondissement, mais il manque ce charme d'apparition/disparition, surprise et milles masques. Bref ça s'enchaine très bien, mais manque de frisson.

La fin elle par contre ne laisse pas de nous inquiéter. Et malheureusement, le cycle suivant est inachevé du à la mort de l'auteur... :/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un excellent moment.

Et pourtant la lecture n'a pas démarré sans préjugé: il y a environ trois ans j'achevais ma lecture de The color of magic sur une immense déception: l'humour légendaire de Terry Pratchett que j'espérais découvrir m'avais laissé de marbre: tout juste si une des blagues m'avais arraché un bref sourire.. la lecture a trainé sur plus de deux mois pour s'achever comme on achève d'arracher une dent qui nous taquine le fond de la bouche.

Et là dès les premières pages le sourire, et tout aussi rapidement le fou rire.
Certes le fou rire n'a pas été permanent, mais tout de même deux ou trois scènes m'ont laissée à ricaner comme une idiote sur mon lit et à peine gênée tant je trouvais justification à cela.

L'histoire est moins décousue que dans The Color of Magic ce qui a pu aider, et mon niveau d'anglais peut-être meilleur qu'à l'époque... mais je pense toutefois que hors ces éléments personnels, la qualité de ce tome est bien meilleure.

Aussi si vous avez été déçue comme moi par le premier volume de Terry Pratchett, ne baissez pas les bras et tentez le coup. Peut-être aurez vous une bonne surprise. ;)
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 18-04
Une lecture qui a eu du mal à passer.
(Juste une remarque, le livre est lu en anglais, j'ai l'habitude de lire en anglais mais ne suis pas une "native" donc suis légèrement moins patiente avec cette langue)
Ma note ne concerne pas la qualité littéraire de l’œuvre - je pense que là dessus, malgré mon Waterloo, il n'est pas à revenir: c'est un classique.
Mais cela ne m'a pas empêchée de m'ennuyer mortellement pendant une bonne partie du livre.
Sans doute car je suis partie avec un mauvais apriori d'ouïs dire qui laissait penser à un livre dynamique là ou le rythme est à la lenteur et aux digression nombreuse. Plus que du récit d'aventure, Moby Dick tient du documentaire.
Et si je ne dis pas nom à un documentaire de temps à autre, je pars généralement pour une écriture plus moderne... je ne compte plus les orthographes et expressions sombrées dans l'oubli dans l'anglais que je fréquente d'ordinaire. de plus les marins de Moby Dick s'exprime autant comme des marins que les bergères de l'Astrée s'exprime comme des bergère. C'est pas déplaisant à lire, mais très artificiel.
Enfin, tout en se piquant d'être un documentaire scientifique et culturel rendant hommage à l'art de la pêche à la baleine comme quelque chose de grandiose, le livre introduit de nombreuse erreur dans ces deux domaines en défendant une monstrueuse barbarie.
Bref, vous l'aurez compris, une déception dont je serais bien passé au large, à l'exception du son glorieux de la mer qui résonnait dans l'écriture... mais pas suffisant pour repêcher le reste.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un très joli petit livre, frais et léger, juste ce qui me fallait en ce moment.
Anne ressemble beaucoup à la petite fille que j'étais, pleine d'imagination, de vivacité et de distraction. Capable d'être rancunière mais aussi du pardon, de faire des erreurs, mais de se corriger.
C'est un vrai plaisir de la voir évoluer, et on se prend d'une réelle tendresse pour elle. La fin m'a arrachée quelque larmes, et je pense lire prochainement la suite de ses aventures.
La plume en anglais est la fois fluide et élégante, on se prend de l'envie de voyager et de découvrir nous même les merveilles canadienne compté par l'auteur.
Bref une excellente découverte.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-02
Une lecture magnifique que je regrette avoir tant tarder à faire.
Mal informée par quelques camarades je m'attendait à une lecture déprimante à la manière de Germinal. Mais loin s'en faut.
Alors certes, elle reste tragique - tout le monde connait la fin d'Anna - mais malgré le destin cruel de son héroïne, elle ne pèse pas lourdement sur l'esprit, bien qu'invitant à la réflexion.
Et il est impossible de vraiment détester aucun des protagonistes, leur caractère si profondément humain ne nous fait que les prendre en pitié - sauf peut-être la comtesse Lydie. Celui que je comprenais le mieux était sans doute Levine.
Difficile aussi de lâcher le livre - du moins entre les parties- le récit était vraiment presque d'un bloc malgré un étalement temporel important. Je ne m'attendais absolument pas à une lecture aussi addictive.
Le dernier point est que de connaître la fin ne gâche en rien le récit. de plus à la manière des incipits des romans de l'époque, on peut deviner ce qui va se passer... l'histoire d'Anna s'ouvre avec un train.
Bref une lecture remarquable que je n'hésite pas à recommander.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Encore un bon petit livre de la part de van Gulik (oui encore car même si c'est le premier dans les faits et la chronologie c'est mon troisième déjà).
Bon j'ai résolu deux ingrédients de l'intrigue avant d'atteindre le chapitre 3, et plusieurs autres avant leur révélation effective, mais ça c'est parce que je lis trop de roman policier, au bout d'un moment, rares sont les ficelles qui nous surprennent réellement.
Ce que j'aime bien par contre c'est ce "canon" de trois fils rouge par livre. Une enquête unique serait trop facile à craquer, quand il y en a plusieurs d'un coup, l'auteur peut nous embrouiller sur ce qui est lié à l'une ou à l'autre ce qui rend le désembrouillement plus délicat. (Car la seule chose qui est pire qu'une pelote de laine emmêlée, c'est bien trois pelote emmêlées.
Sinon plume fluide, bon dosage du rythme, et ambiance intéressante.
Bref un fort bon moment à passer.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-02
Soyons honnête j'ai été très déçue.
Alors certes, ce livre venait juste après le Double dont la qualité de plume (en terme d'élégance) est tellement supérieure malgré la traduction que toute comparaison semble risible, mais même.
Une histoire pour moi beaucoup trop simple, avec trop d'événements improbables. Et pour ce qui est de faire réfléchir... n'étant pas en accord avec les thèses de l'auteur, beaucoup trop défaitistes à mon goût, disons que j'ai trouvé cela un peu trop facile. de plus l'enchainement des événements à un côté beaucoup trop irréel, et simpliste.
Après si on est capable de ne pas s'attendre à trop je suppose que le roman fait passer un bon moment. Mais il m'a tant déçue que j'ai été heureuse de le refermer.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
Un roman qui mériterait peut-être plus mais qui a souffert d'une difficulté à entrer dans l'histoire de ma part en raison d'attente faussée.
En effet je n'avais pas lu le résumé et le livre apparaissant dans la liste des 100 meilleurs romans policier de tout les temps je m'attendais à une intrigue policière. Or il s'agit en fait d'un roman d'espionnage.
Il m'a donc fallu du temps pour me réconcilier avec le fait et apprécier le tour pris par l'intrigue.
Ensuite j'ai eu une grosse interruption et étant arrivé au quart du roman je ne l'ai repris que presque trois mois plus tard, et donc certains détails certainement utiles à le compréhension se sont perdu en route.
Enfin je l'ai lu en anglais, et malgré une relative bonne maîtrise de la langue, certains termes nautiques m'ont laissées assez perdue. (Ils m'auraient de fait peut-être aussi perdue en français pour être honnête).

Ces problèmes mis à part je suis venue sur la fin à me sentir assez impliquée dans l'histoire... mais qui se terminait déjà.
je fini donc sur ce dernier défaut que je lui ai trouvé: une fin un peu rapide à mon gout.
Mais sinon bonne plume, quelques passages qui nous font sourire et une bonne construction de l'intrigue.
Bref je recommande aux amateur d'aventure et d'espionnage, mais sauf à de vrais bilingues fans de navigation, je suggère une traduction.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un petit livre qui fait du bien au moral.

Léger et grave à la fois, il parvient à nous parler de la guerre, de l'occupation et de ces années terribles sans peser sur notre cœur de manière durable.

Cela pour plusieurs raisons.
La plus évidente est l'humour vif et léger comme une bulle de savon qui parsème les pages.
L'autre sont des personnages si optimistes malgré le fait qu'ils les ont vécus ses horreurs que on aurait honte à se ronger le cœur et à ne pas suivre leur force.
Et puis l'histoire, un rien invraisemblable mais pas trop est aussi pleine de joie malgré la tristesse et de situation qui ne peuvent que nous faire sourire. Un brin de romance vient aussi alléger l'ambiance.

Bref j'avais longtemps hésité à le lire, malgré les retours positifs que l'on m'en avait donné, et je ne regrette pas de m'être résigner à le faire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Encore une fois, un tome plaisant, dynamique sans être trop précipité, riche sans être étouffant, drôle sans être "léger", bien construit et entrainant.
Deux ans de plus ont passé, et l'heure tant attendue des révélations est arrivée (comme le suggère le titre du tome suivant ^^ ).Tavi a donc beaucoup à assumer, et ce tome marque ses débuts dans ce sens. Il a par ailleurs grandement évoluer depuis ses débuts. DE même Amara qui va prendre un tournant dans sa carrière.. ainsi qu'un autre individus.
Par contre l'histoire ne marque que peu d'évolution au niveau de la situation des Vord, mais plus du côté politique. Ce qui laisse un gros morceau pour la suite que je compte dévorer rapidement. :)
Enfin je ne sais pas trop quoi dire sans trop en dire, sinon que j'ai apprécié ce moment de lecture qui sans être unique n'en est pas moins plus que plaisant. ^^
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Un roman qui sans être extraordinaire, m'a fait passé un agréable moment.
Soyons honnête, je ne suis pas trop urban fantasy. La magie ne prend pas, donc je suis toujours un peu plus distante que je ne le serais pour de la pure fantasy.
Mais ce livre a réussi à me tirer quelques éclats de rire malgré cela, et à me divertir plaisamment pour plusieurs heures et j'en ressors donc satisfaite sinon conquise.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ma relecture de la tétralogie s'achève tout juste, et le rideau vient de retomber pour la deuxième fois sur cette tragédie.

Car oui, ce qui s'était amorcé à la fin du tome précédent, cette dernière part de la prophétie arrive enfin à son terme.

On retrouve dont seize ans plus tard nos différents personnages qui ont parsemé les premiers tomes. Mais loin d'une vision idyllique d'un royaume en paix et d'une famille unie que l'on aurait pu espérer.


La belle famille de Takeo (Hannah la soeur de Kaede et Zenko le fils de Lord Arai) on tout deux leur rancoeur: l'une jalouse de sa soeur n'a jamais accepté le refus de Lord Otori de la prendre comme concubine, l'autre ne lui a jamais pardonné la mort de son père abattu de manière indigne par un de ses alliés le pirate Fumio.
La Tribue quand a elle est divisée, aussi bien entre que parmi les familles.


Même au sein du couple Otori, Kaede n'aime guère ses jumelles (superstition considérant les jumeaux comme porte-malheur) et est rongée par son incapacité à concevoir un fils.


Encore une fois le clan des otori surprend dans l'univers de la littérature jeunesse par une histoire grave, tragique, ou se mêle avec une grande élégance cruauté et beauté dans un style simple et élégant.*

Même connaissant l'histoire à l'avance, je n'ai pu m'empêcher de sentir mon coeur se serrer de pitié par moment en particulier
Spoiler(cliquez pour révéler)
pour les jumelles et plus spécialement Maya et son meurtre "contrôle" de son petit frère.


Une série que je ne regrette pas d'avoir relu car même si elle peut convenir pour de jeunes adolescent, elle reste aussi profonde et marquante pour des lecteurs plus adultes.

*J'ai fait cette relecture en anglais, j'ajoute au passage que l'anglais reste accessible malgré quelques mots moins commun, donc si vous êtes à l'aise en anglais n'hésitez pas. ;)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une agréable surprise.

Soyons claire l'urban fantasy ne fait plus (si elle l'a un jour fait ) partie de ma zone de confort en terme de lecture.

Mais je me suis laissée tenté par les conseils d'une amie et je dois dire que je ressors de cette lecture sinon conquise, du moins heureuse.

Bon le style ne vole pas bien haut par moment. Il n'est pas mauvais au sens strict du terme, mais ce n'est clairement pas ce que j'appellerais un point fort du roman.

Le rythme est en revanche bien maitrisé, et l'intrigue si elle est parfois un bien embrouillé avec les partis multiples, tient plutôt la route.

L'héroïne est attachante, les dialogue ne sont pas mal.

Et surtout c'est une lecture absolument pas prise de tête. Je pense que prendre le livre au sérieux, c'est ne pas l'apprécier à coup sûr.

Bref un bon petit moment de divertissement, et si je ne courrais pas après la suite, je la lirais volontiers si elle me passe entre les mains.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 28-07-2016
Difficile de critiquer des recueils de nouvelles de manière générale. Plus délicat encore quand il y en a si peu.
Car en effet ce sont deux nouvelles sans liens entres elles sinon l'univers ou elles prennent place, à atmosphères complètement différentes que nous propose Jaworsky.
Et avec cela, une nouvelle occasion d'admirer son art pour la chute.
Montefellone nous propose l'histoire d'une bataille qui prend place de tout évidence avant les événements de Gagner la guerre puisque c'est celle de la déclaration d'indépendance de Ciudalia. Elle nous montre le souffle épique de la bataille, les dures décisions de bataille, mais aussi et surtout l'absurdité de cette violence, ou l'on perd beaucoup pour des cuases qui ne sont pas toujours les bonnes. La fin en particulier est cruelle et splendide. Une phrase qui résume en la renversant la situation de la majorité de la nouvelle.

Je lui ai toutefois préféré Comment Blandin fut perdu.
Une nouvelle qui illustre l'art et l'obsession, avec une histoire qui enchante et ne nous laisse aucun répit sur la cinquantaine de page qui la compose.
La fin est délicieusement mystérieuse, et semble laisser la voie à l'interprétation. Quelle est la vérité? la signification? Seul reste le sourire mystérieux d'Alma.

Bref deux nouvelles hélas si courtes, et pourtant merveilleusement équilibrées dont le seul défaut et de ne pas avoir comblé complètement mon appétit, non en terme de qualité, mais en terme de quantité.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Bon certes ce n'est pas le livre du siècle. de même que star wars n'est certainement pas la série cinématographique du siècle.
Mais avouons le, malgré des passages convenus, c'est un très très bon moment de divertissement.
Rythme équilibré et dynamique, intrigue plus que potable, univers qui reste un brin superficiel, mais assez creusé pour faire une toile de fond convenable.
Au niveau des personnages...
Hadrian a un côté charmeur moitié voyou, moitié chevalier servant, et c'est un peu le meneur de la bande, et sans doute celui auquel on s'attache le plus vite.
Royce (car oui il y en a deuxième, Riyria signifiant deux en elfique) est plus réservé et taciturne. Il possède un pragmatisme marqué et un sens de l'humour assez sombre... et bien plus de noblesse qu'il ne l'avouerait, même sous la torture.
Au niveau de l'histoire... imaginé un peu ces films au rebondissement multiples, sauvetages in extremis et duel flamboyant... oui un côté cape et épée qui 'est absolument pour me déplaire.

Le bémol est juste un côté légèrement superficiel au niveau de l'univers et des motivations des personnages, mais cela n'empêche absolument pas d'en faire un bon divertissement.
Et il n'a jamais prétendu à plus.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-07-2016

Deuxième tome qui tient bien les promesses du premier.

Rythme toujours aussi dynamique, style fluide et agréable et une intrigue...

A la fin du premier tome, on se demandait comment l'auteur allait rebondir. La réponse est merveilleusement bien.

Irmine... forcément a changé. Il est devenu plus dur, et de part sa longue absence (à ses yeux), ses relations avec les autres ont changées. Ce qui est naturel, et bien présenté par l'auteur.

Ce tome est aussi l'occasion d'avoir plusieurs révélations importante... et une sacrée mise en bouche pour le suivant... qui malheureusement n'est pas encore sorti. Bref ça remet pas mal de chose en perspective, et j'ai hâte de voir ou cela va nous conduire.

Niveau situation politique... et bien c'est le grand gros bazars. Et là aussi je me demande comment l'auteur va se dépatouillé avec cette pelote qu'on a laissé dans les mains d'un chaton.

Donc je recommande à 100% la lecture de ce livre qui a manqué de me faire manquer plusieurs stations de rer sans que je lui en tienne rigueur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 21-07-2016
Alors premier point sur lequel je vais un peu insister, le livre est écrit au présent.
Certaines personnes ont des blocages avec les narrateurs internes, d'autres avec les narrateurs externes... Moi à ce niveau je suis assez indifférente du moment que l'auteur en use bien.
Mais le temps du récit c'est une autre histoire. le passé composé me plait moyennement, le présent j'ai tendance à avoir un blocage.
Donc pour ma part c'est essentiellement le temps qui est à l'origine d'un petit problème d'immersion. pas d'intérêt, l'intrigue étant tout à fait plaisante. Juste de... faire partie de l'histoire.
Je sais c'est absurde, le présent est censé être justement plus proche de l'action. Mais bon on m'ôte mon passé simple, et je me retrouve à trébucher.

Sinon, une histoire très jolie et poétique divisée en trois axes, mais en vérité une grande continuité.
On retrouve comme l'indique le résumé un côté la belle et la bête mais pas seulement. On retrouve aussi ces quêtes qui appartiennent aussi bien à la mytholgie chinoise qu'à nos beaux contes de nos régions, ou le héros ou l'héroïne doit traverser des épreuve pour sauver l'être qui lui est cher ou obtenir la sagesse. Et le cadre choisit par l'auteur est très joliment exploité.

Dans les multiples débats visant à définir les genres, il ressort que la fantasy est un dérivé du merveilleux. Et que l'exemple type de ce genre est le conte.
Or à mon sens ce livre plus que ce que les gens ont l'habitude d'appeler de la fantasy, c'est avant tout un conte, tant par le type d'histoire qu'il présente que par la façon de le raconter.

Bref, je recommande ce livre aux amateurs de récit mythologique ou contes, sa grande poésie saura les séduire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 03-06-2016
J'ai entamé ce livre juste après avoir fini Jésus Vidéo du même auteur dont il se revendique la suite et ceci explique sans doute ma déception.

Soyons honnête le livre est loin d'être mauvais. Le rythme est bon, le style fluide, l'auteur sait distillé l'information juste quand il faut et nous prendre par surprise.

Mais voilà, il manque ce "quelque chose" qui rendant Jésus Vidéo palpitant, qui nous suspendait au pages comme un naufragé à la mince planche de bois qui lui sert de salut.

Un des autres points qui a de quoi dérouté est que l'on suit l'antagoniste du tome précédent. Certes on sen souviendra et c'est mentionné, il a été "métamorphosé" par l'affaire. Mais je trouve que ça ôte une dimension au personnage, et ne suis qu'à moitié convaincue par le nouveau John Kaun.

Sinon, en revanche intéressant est encore une fois une forme de micro étude (sans doute avec imprécision mais qu'importe) sur la religion et son incrustation dans nos société, et plus particulièrement sur le fanatisme religieux.

Et ce que j'ai bien aimé aussi c'est la fin, la manière dont une fois de plus la boucle est bouclée.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Si ils avaient réussi leur mission j'aurais sans doute boudé violemment le livre


Bref vous l'aurez compris sentiments mitigés, car guère à la hauteur de mes attentes. Mais tout de même un bon moment de lecture et je remercie booknode et son opération pour me l'avoir offert.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 30-05-2016
Ayant reçue L'affaire Jésus, je me suis empressée de dévorer Jésus Vidéo afin d'être sûre d'avoir toutes les cartes en mains et surtout ne pas risque d'être spoilée accidentellement.

Que dire de cette lecture? C'est le type de lecture qu'on ne parvient plus à refermer une fois entamée qui à sortir la lampe torche caché sous les draps.
C'est le type de lecture qui fait appel à cet aventurier qui sommeille en nous près à suivre Jim Hawkins à la poursuite de l'île au trésor....

J'avais récemment lu Le cimetière des bateaux sans nom ou il y a aussi cet aspect de chasse au trésor des temps moderne et avait été déçue. Cette fois-ci je ressors transportée.


Le style tout d'abord est élégant et fluide, et ne laisse pas d’accros qui rendraient la lecture pénible.

Le rythme est quand à lui parfaitement maîtrisé. L'auteur distille les informations et retournement avec l'art d'un alchimiste. L'histoire est un immense puzzle dont chaque morceau vient à son heure, ni trop tôt, ni trop tard.

Le sujet est quand à lui aussi traité avec une grande finesse car il laisse une grande liberté d'interprétation. ce qui est réel ou de l'ordre de déformation et détournement des partis est volontairement tordu dans tout les sens jusqu'à la fin qui... que dire sans gâcher le plaisir? La boucle est bouclé et puis voilà tout. Le roman bien qu'ayant une suite, se suffit parfaitement à lu même.

A noter que certains passages sont un peu ... peu tendre à l'égard de l'église, donc je ne recommande pas ce livres aux cléricaux. Mais pour ma part agréant avec une bonne part des thèses... et bien cela ne m'a guère gênée. ^^

Niveau personnages, à mon avis l'auteur, de nationalité allemande, doit pas mal s'identifier avec le personnage de l'auteur allemand justement. :P
Par ailleurs celui-ci fait partie des personnages qui ont toute ma sympathie
- Stephen a un côté très "beau gosse" qui énerve un poil au début, mais à terme il murit un peu, et il a une flamme assez forte du moins pour être pardonner et pour qu'on prenne plaisir à la suivre.
- Judith est très courageuse et possède une force de caractère qui lui fait honneur.
Quant à son frère, en toute honnêteté, il a eu le malheur de devenir très second plan à mes yeux même s'il n'est pas non plus tout à fait terne pour autant.
- Le magnat américain Kaul à un côté un rien stéréotypé qui parle à mon antiaméricanisme primaire (qui est du reste assez minime et est en fait un surtout un anti-americano-centrisme )
- De même le prélat Inquisiteurs, parle à ma défiance naturelle à l’Église (due à une lecture abusive de roman historique se passant pendant les guerres de religions. )

Si je devais classer ce livre je serais bien en peine... un aspect thriller assez important très certainement. Mais aussi ce côté roman d'aventure avec des courses poursuite, des doubles jeux, espions etc.
Et bien entendu un aspect science-fiction avec la notion de voyage dans le temps qui est tout de même le pivot du livre...
Et enfin une bonne dose de sociétal et économique et plus particulièrement un côté politico-religieux qui vient parachever le tout en le classant définitivement dans les inclassables.

Ce qui fait que je résumerais mon classement à celui-ci:
Un livre à lire absolument.

Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 07-05-2016
Petit roman policier historique se lisant très vite, The valley of shadow (ou la mort au trois visage dans se version française) ne m'a aucunement déçue.
Mon attente était double, puisque j'ai choisit deux mots pour qualifier ce roman.
Le premier policier. Car oui ce que j'attendais avant tout en entamant ce livre c'était un bon petit whodunnit, avec une enquête aux indices à la fois visibles et masqué, une possibilité de faire fonctionner se neurones, et pour une fois un bel échec de ma part. le suspense reste jusqu'à la fin, et une fois la solution dévoilée, on s'en veut un peu de ne pas avoir réussi à assembler les morceaux.
Le second historique.
Contexte bien dépaysant que cette Irlande du septième siècle.
Je sortais tout juste d'un livre qui s'inspirait de la culture celtes et la mélangeait à de la science-fiction, et j'ai été relativement surprise d'apprendre qu'une bonne part de ces points que je pensais sortir de l'imagination de cette auteur (Kennealy) sont en fait basé sur de vraie code: place de la femme privilégié par rapports aux standards associés au moyen-âge (l'héroïne est tout de même avocate, la femme semble pouvoir sans regard surpris occuper des positions de commandement etc) l'élection des "roi" et chef de clans, les neufs sortent de mariages admis et ainsi de suite.
Le style est fluide, rien à redire à ce niveau, et les personnages sont assez vivants. On prend plaisir à les suivre dans la résolution de l'intrigue.
Je dirais donc que ce livre fut une agréable découverte et je n'hésite pas à le recommander aux amateurs du genre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-04-2016
Un petit bijou de roman policier.
Cela devait faire bien deux ans que Ten days wonder traînait sur une étagère.
Et comme je suis dans une période d'anglais intensif (60 jours que dans cette langue) je me suis décidé à l'ouvrir.
Et ne l'ai pas regretté. Style fluide et prenant, rien à redire, mais le style n'est pas ce qui fait de ce petit livre une merveille.
Non c'est bien l'intrigue qui est un délice parfaitement dosée de suspense et de doutes, d'interrogation constante, avec un aspect très psychologique, et surtout une véritable adresse pour déguiser la vérité.
C'est un peu confus comme manière d'exprimer les choses, mais j'ai du mal à trouver mes mots. Toujours est il que j'ai été suspendue aux pages du livre, arrachée à la réalité et que la fin... et bien est juste extraordinairement fine.
En un mot comme en cent, je ressors séduite de cette lecture et espère retrouver un jour prochain la plume de l'auteur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 24-04-2016
Quand on veut s'attaquer à un auteur dans la langue et que on se repose sur sa bibliothèque, on a pas toujours la possibilité de commencer par le commencement.
C'est donc par The Leper of St. Giles que j'ai découvert Ellis Peters. Et ni ce fait, ni l'anglais n'ont pesé en rien dans ma lecture, tant elle a été passionnante.
Bon soyons honnête, un livre sur la couverture duquel il y a inscrit "a medieval whodunnit" partait déjà avec un a priori très positif, car quand je dis que j'aime bien certains roman policier, il s'agit en réalité généralement de roman de détection.
Mais le livre tient bien ses promesses, et le lecteur attentif peut deviner le meurtrier. J'ai bien faillit le démasquer avec certitude, mais sur la fin j'avais un autre suspect tout aussi probable. Dévoiler le texte masqué
Plaisant aussi est le contexte historique et politique, et plus particulièrement toute la thématique des lépreux, de l'acceptation de la maladie, la peur de la contagion.
Sinon le style est remarquablement fluide et l'intrigue bien maîtrisée, les indices, révélations et retournements de situation amené avec un rythme souple et prenant, ni trop rapide, ni trop languissant.

Bref une excellente découverte, j'en dévorerais volontiers d'autres sous peu.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-04-2016
Deuxième roman de l'auteur à m'être passé entre les mains et je dois confesser lui préféré le premier. (le lépreux de Saint-Giles)
La raison principale en étant que l'intrigue policière est complètement secondaire dans l'histoire ce qui est un peu désarçonnant quand on cherchait justement un bon petit whodunnit.
Sinon le contexte moyenâgeux reste tout de même assez intéressant, même si parfois on s'interroge sur son réalisme. Et la petite romance est sympathique, même si là encore le réalisme pêche un peu.
Bref un bon moment à passer, mais pas vraiment ce que je recherchais en terme de "genre". D'où une déception toute relative.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0