Livres
606 234
Membres
697 170

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Chéri, il s’appelle Edward. Tu m’as dit toi-même que tu n’arrivais pas à penser à autre chose qu’à un vampire scintillant et dépressif en disant son prénom.

Afficher en entier

« ...je ne sortirais jamais avec le membre d’un gang. Notre famille est assez tarée comme ça.

-Dieu merci! »

Afficher en entier

« -Et puis, j’ai le droit de fantasmer sur Saint, ça ne veut pas dire que je vais me le faire. Il a un côté serial-killer sexy. Tu as vu ces yeux bleus? Ils sont froids comme la glace, mais j’adorerais les réchauffer. Il ressemble à Spike en plus costaud et plus sexy.

-Spike?

D’où est-ce que sa sœur sortait des délires pareils? »

Afficher en entier

« Je ferais n’importe quoi pour toi, Sierra. Sois-en persuadée. Je ferais tout ce dont tu pourrais avoir besoin. »

Afficher en entier

— Si tu ne penses pas être prête pour monter à moto pour le moment, alors on oublie.

Elle relâcha la respiration qu’elle avait retenue sans s’en rendre compte.

— Merci, Austin. Je suis sûre qu’on se reverra à une autre occasion alors.

Qu’était-elle en train de faire ? Ce n’était pas ça le plan. Ou bien ? Franchement, elle ne savait même plus quel était son plan. Elle avait envie de lui, c’était net, mais elle n’était pas sûre de pouvoir gérer davantage. Ce train de pensées ne l’emmenait nulle part. Il fallait qu’elle se décide : se lancer à fond ou bien laisser tomber. Se contenter de demi-mesures ne la conduirait qu’à être blessée en fin de compte. Ne le savait-elle donc pas ? Ne l’avait-elle pas déjà vécu ?

— Oh, vraiment ? Je ne crois pas. Ça ne va pas se passer comme ça, Gambettes.

— Pardon ?

La glace était de retour dans sa voix, mais elle ne savait pas comment la contrôler, pas alors qu’il était si grand et si… Austin.

— Tu ne veux pas monter à moto ? Très bien. Je comprends que tu ne sois pas prête et je ne veux pas te forcer à faire quelque chose qui te met mal à l’aise. Avec un peu de chance, tu pourras m’en parler bientôt et on trouvera un moyen de te mettre à l’arrière d’une moto. Parce que tu en as envie, Sierra. J’ai vu ça dans tes yeux après la peur. Tu veux faire de la moto à nouveau, et on trouvera un moyen.

Elle étrécit les yeux.

— Alors, comme ça, tu sais ce que je pense, hein ?

Elle n’aimait pas que les gens décident à sa place. Pas du tout.

— Oui. Dans ce cas précis, je le sais. Je ne suis pas en train de dire que je sais tout. Loin de là. Mais ça, je comprends. Maintenant que c’est dit, juste parce qu’on ne fait pas de moto ensemble, ça ne veut pas dire que tu disparais de ma vie pour autant. Tu comprends ? On va sortir ensemble ou je ne sais pas, trouver un moyen de se revoir parce que j’ai envie de toi, Sierra. Et vu la façon dont tu t’es léché les lèvres et dont tu m’as reluqué en rentrant, toi aussi tu as envie de moi. Je m’en rends compte, tu sais ?

— Enfoiré, marmonna-t-elle. Je n’aime pas du tout ce délire de mâle alpha.

Il passa son pouce sur ses lèvres.

— Très bien. Pour le déjeuner. Je t’enverrai mon adresse par texto.

Il sourit pour de bon, la laissant à court de souffle. Le salaud.

— Super, ma belle. Super.

Il baissa la tête ; elle avait compris son intention.

Et elle le laissa faire.

Ses lèvres effleurèrent les siennes, une fois, deux fois. Elle ferma les yeux et fondit contre lui. Il passa sa main derrière sa tête pour maintenir sa nuque. Elle gémit et entrouvrit les lèvres. Sa langue se mêla à la sienne tandis qu’il approfondissait le baiser.

Ce baiser, cet homme. Oh, Seigneur, il était puissant comme un alcool fort… dangereux.

Afficher en entier

“If you don’t turn that fucking music down, I’m going to ram this tattoo gun up a place no one on this earth should ever see.”

Austin Montgomery lifted the needle from his client’s arm so he could hold back a rough chuckle. He let his foot slide off the pedal so he could keep his composure. Dear Lord, his sister Maya clearly needed more coffee in her life.

Or for someone to turn down the fucking music in the shop.

“You’re not even working, Maya. Let me have my tunes,” Sloane, another artist, mumbled under his breath. Yeah, he didn’t yell it. Didn’t need to. No one wanted to yell at Austin’s sister. The man might be as big as a house and made of pure muscle, but no one messed with Maya.

Not if they wanted to live.

“I’m sketching, you dumbass,” Maya sniped, even though the smile in her eyes belied her wrath. His sister loved Sloane like a brother. Not that she didn’t have enough brothers and sisters to begin with, but the Montgomerys always had their arms open for strays and spares.

Austin rolled his eyes at the pair’s antics and stood up from his stool, his body aching from being bent over for too long. He refrained from saying that aloud as Maya and Sloane would have a joke for that. He usually preferred to have the other person in bed—or in the kitchen, office, doorway, etc—bent over, but that wasn’t where he would allow his mind to go. As it was, he was too damn old to be sitting in that position for too long, but he wanted to get this sleeve done for his customer.

“Hold on a sec, Rick,” he said to the man in the chair. “Want juice or anything? I’m going to stretch my legs and make sure Maya doesn’t kill Sloane.” He winked as he said it, just in case his client didn’t get the joke.

People could be so touchy when siblings threatened each other with bodily harm even while they smiled as they said it.

http://carrieannryan.com/delicate-ink/

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode