Livres
521 233
Membres
537 493

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mrs Dalloway



Description ajoutée par Judice 2011-03-04T14:53:19+01:00

Résumé

Ce roman, sans doute le plus connu de Virginia Woolf, se déroule au long d'une seule journée. Celle d'une femme, Clarissa Dalloway, qui, dans le long monologue de sa conscience, tente de saisir ce qui fait l'existence pour ne pas succomber à la tentation du suicide.

Afficher en entier

Classement en biblio - 460 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Embe_lire 2018-04-25T22:18:45+02:00

Elle aurait de beaucoup préféré être de ces gens qui, comme Richard, faisaient les choses pour elles-mêmes; alors qu'elle, se disait-elle en attendant de traverser, la moitié du temps, elle ne faisait pas les choses tout simplement, pour elle-même; mais afin que les gens pensent ceci ou cela; et c'était complètement idiot car personne ne s'y laissait prendre une seconde.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

J'avais vu le film The Hours et j'avais été fascinée par ces destins croisés reliés entre leurs différents temps par un mince fil, celui d'un livre écrit, lu, vécu : Mrs Dalloway.

Je l'ai enfin lu alors qu'il m'avait été offert par mes grands-parents à Noël 1982. Je suis entrée dans la vie de Clarissa Dalloway qui se prépare pour une grande réception donnée à son domicile. Tout au long de cette unique journée, c'est l'occasion pour elle de faire le point sur sa vie, sa fragilité, ses erreurs, la futilité de ses actes commandités par une bienséance qui est d'ailleurs portée en dérision par son ami de toujours Peter Walsh revenu des Indes. Entre les actes obligatoires liés aux conventions sociales, il existe cette vie intérieure qui fourmille de souvenirs qui ne s'effacent pas, qui laissent une empreinte indélébile et qui reviennent comme le ressac des vagues.

Les pages du livre sont donc ponctuées de retour en arrière, à une époque de vacances où tous les jeunes gens se retrouvaient pour se découvrir et entamer cette longue ascension vers la vie qui serait la leur à cinquante ans.

C'est une magnifique journée de printemps, Londres s'illumine de couleurs. Les gens se promènent dans les rues, les parcs, croisent les soldats enfin libérés de l'horreur de la guerre, se pressent autour de la voiture si majestueuse qu'elle ne peut être que celle de la Royauté (mais qui se cache à l'intérieur ?...), vivent au rythme des heures égrenées par Big Ben (les cercles de plomb se dissolvent dans l'air). Les gens se croisent et le temps d'un regard, le lecteur a le temps de capter ce qu'ils pensent quand ils regardent cette jeune femme, cette autre jeune femme qui semble si triste en compagnie de cet homme étrange qui parle aux arbres, reste immobile et fait de grands gestes pour chasser, quoi ? Cet homme est Septimus Warren Smith, revenu de la guerre après avoir assisté sans émotions à la mort de son ami. Cet ami qui revient le hanter et qui le poussera dans ses derniers retranchements. Septimus qui est celui qui anime la vie intérieure de Virginia Woolf. Mrs Dalloway étant celle qui montre ce qu'elle doit être aux yeux du monde des humains. Tout au long de ces pages, Virginia Woolf nous montrera la double vie qui est en chacun de nous, celle des actes, celle des pensées. Et combien la faille peut être profonde entre les deux.

Ce n'est pas un livre très long mais il est dense, à la limite oppressant bien que le sujet en soit si futile : organiser une réception. Je n'ai pas pu le lire en une seule traite. Il m'a fallu des pauses, parfois de plusieurs jours, pour pouvoir me replonger dans ces lignes. Mrs Dalloway est le livre de la vie, de la guerre, de la folie, de l'amour.

Afficher en entier
Diamant

Lorsque j'ai commencé à lire ce livre, j'ai été emportée par le style. Tout semblait banal, les rues de Londres étaient bercées par la clameur ordinaire, Clarissa allait acheter des fleurs en songeant, et pourtant, derrière tout cela, il y avait comme un mystère... Le personnage de Septimus, c'est l'envers de notre âme, c'est la folie de Virginia Woolf, elle lui prête ses propres hallucinations, mais c'est aussi notre folie; c'est peut-être la société bouleversée par la première guerre mondiale, et il éclaire le roman d'une manière différente. Ainsi, Mrs Dalloway raconte une journée ordinaire, mais qui recèle mille secrets, mille tourments, mille joies aussi. J'ai été impressionnée par cette apparente et fausse trivialité de Virginia Woolf, et Mrs Dalloway fera toujours partie de mes romans préférés.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par bscmm 2020-08-19T21:51:20+02:00
Or

Ce roman que j'ai abordé une première fois avec une opacité qui m’empêchait de glisser entre les lignes m'est apparu à cette seconde reprise envoûtante. L'écriture de Virginia Woolf semble si habile dans ce quotidien où se mêle paresse, éclat, vigueur, jalousie et folie. Une folie que porte de manière éclatante Septimus, le vétéran de la Première Guerre Mondiale qui, l'on ne peut que le constater, semble être le rouage de ce livre qui met un parallélisme saisissant sur cette société après-guerre qui se trouve aux prises d'un tournant important notamment dans sa relation à ses colonies telles que l'Inde.

Cependant tout l'art de ce roman tient dans son silence. À travers une journée quotidienne de Mrs. Dalloway qui aborde différentes personnalités on voit le prétexte idéal à la mise en avant de divers problématiques. Celui d'un double personnage que représente Mrs. Dalloway avec Clarissa, représentant toutes les deux des facettes différentes d'une même personnalité, confrontant ainsi l'histoire à l'altérité individuelle qui se situe de toute part.On voit d'ailleurs cette confrontation avec les sentiments de Mme. Dalloway qui a choisi un homme presque inconnu comme époux qui correspondait à ses attentes "publiques" mettant fin à sa relation sentimentale avec Peter pour qui elle représente Clarissa et qui elle-même revient toujours sur ce choix qui signait la mort de ses sentiments et de la passion qui, on constate n'est pas présente au côté de Richard. Ce sujet de la mort que représente ce questionnement à une place majeure dans ce roman, d'une part plus ténue dans les sentiments de Clarissa, mais plus en évidence dans son interrogation sur le suicide et également avec le personnage de Septimus ainsi que son ami Ewans mort à la guerre.

Ce roman aux allures de promenade poétique regorge de parallèles et de questionnements incisifs que mets en exergue cette manière si particulière qu'utilise Virginia Woolf de superposer les discours et les interactions en se permettant ainsi un tourbillon précis entre des souvenirs et cette journée qui cristallise une société et ses intériorisations.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesRosesDeTrianon 2020-07-28T17:58:00+02:00
Argent

Un livre assez surprenant, dans lequel il faut rentrer, mais qui témoigne d'un talent admirable de la part de la romancière. J'ai bien aimé, c'était un beau voyage littéraire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nathaliTay 2020-03-22T01:47:01+01:00
Lu aussi

Mon premier roman de Virginia Wolf à vie. Je ne sais comment le classer pour l'instant. Attirée d'abord par le contexte londonien du roman, ce que j'ai apprécié fortement, je ne sais toutefois quel classement réel accordé à l’œuvre. Peu familière avec l'autrice, la lecture a été ardue pour moi, bien que j'aie saisi les différentes nuances présentes. Heureusement que l'édition que j'ai est pourvue d'un dossier d'analyses pertinentes. Ça me donne envie d'en découvrir davantage sur l'écrivaine, mais à petites doses.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Belami77 2020-02-20T17:08:41+01:00
Argent

Un livre traitant de la raison, de la folie, de la guerre, du suicide, de la médecine, des relations sociales…. difficile à lire du fait de l’absence d’intrigue et de progression dramatique. Le sujet se limite à la soirée organisée le jour-même par Mme Dalloway (! !)

Mais la linéarité du récit est désarticulée voire pulvérisée. Les vies intérieures, les pensées, les émotions, les regrets, les doutes, les espoirs, les angoisses, les peurs, les souffrances des personnages passées au crible se croisent, s’empilent, s’entrechoquent, se contredisent.

Le temps chronologique cadencé par Big Ben et le temps psychologique se mêlent – parfois dans le même paragraphe voire la même phrase.

Aussi, je ne doute pas que « Mrs Dalloway » puisse déboussoler ou perturber tout lecteur non préparé ou non averti. Il faudra au lecteur patience et concentration pour apprécier toute sa finesse et sa subtilité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vpommes 2019-12-26T21:05:30+01:00
Pas apprécié

Bon... J'ai détesté ce livre. Je n'ai pas l'habitude d'être aussi catégorique, c'est même très rare. Je l'ai lu en un long mois, je n'avais juste pas envie de l'ouvrir, pourtant j'avais hâte de le découvrir. En effet, je m'oblige toujours a lire des classiques pour ma culture personnelle, parce que je veux aussi comprendre ce qui a fait que ces livres sont unanimement appréciés et parce que cela me permet de faire de belles découvertes en général.

Cela faisait plusieurs années que j'entendais parler de Virginia Woolf, de son talent... J'avais donc envie de découvrir cette auteur anglaise du début du 20e siècle. En général, la littérature anglaise me plaît énormément. C'est pourquoi je suis extrêmement déçue. Cela n'engage que moi, mais je n'ai pas compris le but de ce roman, sa structure, l'histoire,... Rien.

D'abord le style, je n'ai pas aimé du tout cette façon d'entrer dans la tête de personnages puis de décrire leur déambulation puis d'entrer dans la tête d'un autre personnage inconnu et la encore de suivre son chemin, ses pensées.

Enfin j'ai bien compris que ce style fait partie du "pourquoi" c'est un chef d'œuvre mais dans mon cas, ca n'a pas fonctionné. J'aime suivre les histoires des personnages, les voir évoluer, mais là j'ai juste trouvé ce procédé très ennuyeux. De même, je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, a mon sens, peu développés et surtout inintéressants, fades.

J'ai failli abandonné ce livre, ce qui n'est arrivé qu'une ou deux fois dans ma vie de lectrice. Alors je me suis forcée, pour pas grand chose.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Astyanax 2019-12-25T17:46:30+01:00
Pas apprécié

"Regarde, Septimus, regarde !" s'écrira-t-elle. Car le docteur Holmes lui avait dit de faire son possible pour que son mari (qui n'avait rien d'inquiétant mais qui ne se sentait pas très en forme) s'intéresse à autre chose qu'à lui-même.

Il y a un sentiment de dégoût, de rancœur qui se dégage de l'oeuvre. Un tourbillon, une fresque composite liée par le néant. On est loin de Duras et de ses silences qui s'imposent. Le néant ne se trouve pas dans les interstices ; le néant se complaît dans les phrases fleuves qui se font échos. Les monologues font penser à des dialogues entre nombrilistes. Les personnages sont conscients de ce tourbillon ; ils se débattent dans les aléas du passé, du présent. Ils s'adonnent à la projection constante. Le lecteur s'embourbe dans les différents cercles, les éléments du décor dansent et nous rappellent à notre inertie. Le futur n'est que composition de fleurs, couleurs et indécisions. Ce roman sent la mort. Je n'y trouve pas d'instants de grâce. Et pourtant... Septimus et ses délires mystiques, la forme même qui dérape a réussi à me décrocher plusieurs sourires. La construction du roman est d'une rigueur...

Il est désagréable de se sentir dans plusieurs corps qui ne bougent pas, au mieux qui tombent. Alors on se lie avec les mystiques affligés, un peu à contre cœur. On s'y sent malgré tout emprisonné. La langue de Virginia Woolf non assez belle, à mes yeux, pour nous infliger un syndrome de Stockholm. Il ne demeure que le malaise, en fermant l'oeuvre. L'envie peut-être de recréer du sens.

Le "on", "nous" est maladroit. Déformation. Une déformation liée à ma lecture de Mrs. Dalloway.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marion-13 2019-10-22T21:56:24+02:00
Pas apprécié

Lecture trèèèèès laborieuse pour ma part.. J'adore les classiques mais alors c'était vraiment une corvée de terminer ce livre. Je ne voulais néanmoins pas l'abandonner mais je dois avouer que je ne suis vraiment pas fan de l'écriture de Virginia Woolf.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Never-Again 2019-10-20T00:55:12+02:00
Diamant

Un roman qui m'a semblé difficilement accessible, avant que je n'entre vraiment dans le texte. Alors, j'ai compris le génie de Woolf, sa façon de parler de tant de choses, si différentes et pourtant entrelacées, comme les destins de ses personnages. Le spectre de la première guerre mondiale, l'empire britannique, les débuts de la psychologie, les rapports de classe, les relations entre les êtres, la modernité et tous les dégâts qu'elle révèle dans la société et les individus qui la composent : en multipliant les consciences et les points de vue, Virginia Woolf arrive à faire un portrait de la société anglaise du début du XXème, tout en conservant une approche détaillée, intime des sentiments, pensées et motivations des êtres.

C'était ma première lecture de Virginia Woolf et j'ai bien envie de lire toute sa bibliographie, maintenant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pompon 2019-09-01T16:00:16+02:00
Diamant

Je ne m’attendais pas à être autant surprise par Mrs Dalloway. Honnêtement, lorsque j’ai commencé ma lecture, c’était surtout par anglophilie et curiosité pour Virginia Woolf (dont j’avais entendu, dans ma série britannique préférée, qu’elle était “worth reading”, enfin, je vous épargne les détails). A aucun moment, je n’avais imaginé pouvoir être autant émue et remuée par ce court roman au cours duquel, soyons francs, il ne se passe pratiquement rien. Et pourtant, de la plus curieuse façon, Mrs Dalloway est parvenu à me faire sortir de mes gonds, à m’emmener sur des chemins littéraires que je connaissais pas.

La réception qu’organise Clarissa Dalloway n’est qu’un prétexte pour immerger le lecteur dans la tête des personnages. Virginia Woolf s’illustre ici en véritable experte du “stream of consciouness” : cette technique littéraire diablement difficile révèle l’intériorité de chacun des protagonistes du récit au détour d’un élégant discours indirect libre superbement (et parfois même, cinématographiquement) mis-en-scène. Les premières pages du roman en sont l’expression particulière : parce que tous les personnages sont, de manière fortuite, témoins du passage d’un avion publicitaire dans le ciel, Virginia Woolf butine, telle une abeille, dans les pensées de chacun d’eux. J’ai été happée par cette écriture à la fois prodigieuse et confondante, et qui ne m’a pas tant donné la possibilité de lire un roman que de véritablement voir à travers les yeux et la conscience des personnages.

Au-delà d’une brillante exposition et analyse des mécanismes psychiques, Mrs Dalloway laisse aussi à découvrir des portraits de personnages parfois plus profonds et tourmentés qu’il n’y paraît. Les réguliers carillons du Big Ben qui ponctuent la journée sur laquelle s’étend le roman leur signalent l’écoulement des heures, et réveillent en eux l’anticipation de la mort. Chacun, à sa manière, va tenter d’échapper à la force inéluctable du temps : Clarissa se réfugie dans ses souvenirs de jeunesse, son mari tente de la reconquérir comme lorsqu’ils avaient vingt ans; après des années d’exil, Peter Walsh revient en Angleterre, Septimus (personnage qui m’a d’ailleurs particulièrement touchée) envisage sa fin imminente.

Est-il illusoire d’espérer échapper au temps ? Ne peut-on s’y résoudre, comme Clarissa à la fin du roman, et voguer tranquillement sur le flot des heures écoulées ? Le lecteur est lui-même confronté à ses propres angoisses, et même sommé d’y trouver un quelconque apaisement. Pour ma part, à chaque fois, la lecture de Mrs Dalloway me donne une impression de suspension. Chaque lecture me rappelle la précédente et pourtant, le souvenir est sans cesse renouvelé, enrichi, comme si la littérature était finalement ce lieu tant recherché : hors du temps.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rebillard 2019-08-17T15:53:48+02:00
Or

Clarissa Dalloway s'apprete à donner une réception, Septimus erre dans Londres. Deux moments de la vie de deux personnages qui se déroulent en même temps sans aucun lien. Ce roman est déroutant, mais passionnant et brillant. On sent un être tourmenté, avec une intelligence supérieure, mais au fond profondémment pessimiste. Au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans la lecture du livre, on ressent une certaine tension nerveuse, celle de Clarissa, puis on commence lentement à sombrer dans la folie avec Septimus...Ecrit avec force, virginia Woolf maîtrise tellement bien sa narration qu'elle nous noie, nous broie avec ses personnages. Un classique.

Afficher en entier

Date de sortie

Mrs Dalloway

  • France : 2004-03-25 - Poche (Français)

Activité récente

bscmm le place en liste or
2020-08-19T21:51:33+02:00

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 460
Commentaires 61
Extraits 118
Evaluations 114
Note globale 7.08 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode