Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mugen110179 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Démences Démences
Graham Masterton   
Sûrement l'un de mes préférés de Masterton. Du sexe, du gore, de la violence et SURTOUT : du gamin pris en otage (thème récurrent chez notre bon vieux Graham !).
L'histoire basée sur la culture druidique m'avait semblé une bonne idée, et au fil des pages on s'y prend vraiment. Comment s'en sortiront-ils ? Qui finira par crever ? Avec qui notre héros aura-t-il une aventure, cette fois-ci. ?
Toujours plus de question dont on attend la réponse. Mais je ne Spoil pas ! Lisez, voilà tout~


par Soudy
La longue Mars La longue Mars
Stephen Baxter    Terry Pratchett   
Décidément, cette série ne démarre jamais vraiment.

J'ai mis très longtemps à me plonger dedans, en grande partie parce que mes souvenirs des tomes précédents s'étaient fait flous, et parce que le roman met très longtemps à se mettre en place. Durant la moitié du volume, il ne se passe rien. Les deux explorations ravivent l'intérêt et sont bien exploitées, même si elles sont parfois redondantes, mais je n'ai pas vraiment apprécié la partie du récit sur les Suivants. Je trouve leur apparition en temps que nouvelle espèce trop soudaine et forcée.
Les différents tomes de la série suivent un peu trop le même schéma, c'est bien visible à partir de ce 3e tome.

Sans doute encore la faute à avoir mis trop de temps entre la lecture de chaque tome, je ne me souvenais quasiment plus des personnages, à part le trio du premier opus, à savoir Josué, Sally et Lobsang, ni leurs péripéties respectives. Mais d'eux ou des autres protagonistes, je n'ai senti aucun attachement, je ne suis restée qu'une lointaine spectatrice de leurs aventures et des événements de la Longue Terre.

Je ne sais pas si je vais persévérer avec cette série, elle a de bons côtés et n'est pas désagréable à lire, mais il me manque un gros quelque chose pour m'y attacher.

par Miney
La Longue Utopie La Longue Utopie
Stephen Baxter    Terry Pratchett   
Récit de science-fiction peut-être même visionnaire, non pas dans le côté fantastique du passage d’un monde à l’autre, mais sur le reste du récit. En effet, La Longue Utopie peut se lire autant seul, isolé, que dans la suite que Pratchett et Baxter ont écrit ensemble. Pour faire court, des personnes ont l’immense pouvoir qu’ils tiennent secret de se déplacer d’un monde à l’autre, parallèle. Ce pouvoir a été par la suite « commercialisé » et aujourd’hui, l’homme fait ce qu’il sait faire de mieux, coloniser. Mais une famille atterrit dans l’un des mondes qui présente des particularités.
Le récit est long à s’installer, avec parfois j’ai trouvé beaucoup de difficultés, mais certainement parce que je ne connais pas les romans précédents. Et malgré que le style est vraiment fluide et intéressant, ce n’est que sur le dernier tiers que l’histoire se décante pour aborder immédiatement un dénouement passionnant, avec les explications que nous attendions.
Je reste sur un avis mitigé. L’écriture est bien ciselé, le récit quant à lui, prend du volume un peu tardivement.

par Skritt
Le Long Cosmos Le Long Cosmos
Terry Pratchett    Stephen Baxter   
La saga est terminée ! Toujours aussi bien écrit et aussi passionnant, dommage qu'il ait fallu attendre si longtemps !
Je m'habillerai de nuit - Un roman du Disque-Monde Je m'habillerai de nuit - Un roman du Disque-Monde
Terry Pratchett   
Bon sang la claque. Les trois premiers de cette série étaient très bien, un apprentissage de la sorcellerie, une jeune fille qui découvre la vie et vit des aventures. Mais ce tome-ci est plus que ça. Je l'ai trouvé moins drôle que les premiers, plus dur aussi et un peu injuste parfois. Mais l'histoire est géniale. Tiphaine se retrouve poursuivie par une nouvelle créature et doit aussi faire face à sa vie de sorcière dans le Causse. Et si je dis que j'ai trouvé que le livre était injuste, c'est parce que j'ai ressenti de la peine pour Tiphaine. Elle se démène pour tout le monde pour au final qu'ils se "retournent" contre elle. Cependant malgré cela j'ai adoré, car la vie est injuste et il s'agit toujours d'une découverte de la vie. Un très beau roman qui vaut surtout pour le caractère de l'héroïne.

par Nyllia
Les annales du Disque-Monde, Tome 41 : La couronne du berger - Le dernier roman du Disque-monde Les annales du Disque-Monde, Tome 41 : La couronne du berger - Le dernier roman du Disque-monde
Terry Pratchett   
"Nos adieux à l'auteur - avec un roman qui lui échappe"

Terry Pratchett a toujours beaucoup communiqué à propos de la maladie qui l'a atteint si précocement. Un thème récurrent était qu'il ne souhaiterait plus vivre à partir du moment où il ne serait plus capable d'écrire. Énergique et infatigable, Terry Pratchett s'est équipé d'un système de traitement de texte avec reconnaissance vocale pour pouvoir continuer à écrire, s'est adjoint un secrétaire particulier. Plusieurs livres fantastiques ont été écrits pendant cette période, donc le fantastique "I shall wear midnight", le tome précédant celui-ci.

Terry Pratchett avait été émis le vœu que ses romans non terminés ne soient pas publiés. Son ami, l'auteur Neil Gaiman, nous a également informé du fait que la version de l'événement clé présent en tout début de ce dernier roman des Tiffany n'était pas présenté de la manière dont l'avait souhaité l'auteur (à la lumière de ses convictions, on comprend aisément pourquoi).
Terry Pratchett aurait-il souhaité que ce dernier roman soit proposé tel quel à ses lecteurs ? Je ne le pense pas.

J'ai démarré la lecture de ce roman juste après avoir relu toute la série, émue et heureuse de retrouver une dernière fois la patte inimitable de l'auteur...
Mais je ne l'ai pas retrouvée.

Le début du roman est satisfaisant, puis le doute survient et s'étoffe peu à peu. Les éléments majeurs du romans, les nouveautés, les événements font juxtaposés dans la fabrique de l'histoire. La lecture est agréable, puis devient de moins en moins fluide et même - sacrilège ! - ennuyeuse sur la fin ; j'ai même eu du mal à lire les derniers pages de ce livre.

Certaines idées, imaginatives et drôles, sont clairement du fait de l'auteur (le nouveau personnage et son bouc caractériel, la vocation de ce jeune garçon). Les clins d'oeil et les blagues sont bien de Terry Prattchet, mais le plus souvent recyclées. Plus grave, les personnages sonnent faux, surtout à mesure qu'on avance dans le livre. Nanny Ogg est surjouée, Mrs Earwig est cliché, les ch'tis hommes ne sont plus vraiment eux-mêmes.
Et Tiffany... Tiffany n'est plus là. Certes elle a encore grandi (toujours environ deux années s'écoulent d'un tome à l'autre) mais cela ne suffit pas à justifier les différences. Sa personnalité n'est plus la même, la personne qui la fait parler n'a pas saisi ce qu'elle était profondément. C'est difficile à exprimer, c'est un ressenti, mais il y a tout de même des éléments révélateurs. Un exemple ? Dans ce livre Tiffany "éclate de rire" à plusieurs reprises. Or Tiffany ne rit jamais. Elle est sérieuse, intense, tourmentée, ses joies sont profondes mais mesurées dans leur expression. Les pensées qui lui sont attribuées ne sont pas les siennes, ses atermoiements sont agaçants et déplacés.

La grande scène finale est fade et banale, on dirait de la fantasy classique dans tout ce qu'elle a de monotone, l'humour tourne à la farce - c'est bien simple, j'ai fini par lire en diagonale.

Je me suis souvent fait la réflexion que l'ambiance des romans du Disque-Monde était très semblable, pour l'esprit, l'humour et la sagesse malicieuse, aux Astérix de Gosciny et Uderzo.
En lisant ce dernier tome de la série Tiffany, j'ai eu la même sensation de manque et de dissonance qu'en lisant les Astérix publiés après la mort de Gosciny : l'âme maîtresse de la création a disparu.

Ce roman plaira sans doute aux admirateurs de l'auteur, qui seront touchés d'entendre l'écho de son esprit brillant et généreux. Mais ils seront peut-être aussi peinés de constater à quelle point sa présence s'étiole au fur et à mesure du roman, jusqu'à disparaître complètement.
Finalement c'est peut-être une manière comme une autre de faire son deuil de Terry Pratchett ?
Pour ma part je préférerai à l'avenir relire ses anciens livres - par bonheur si nombreux.

Mon jugement n'est qu'une impression personnelle bien sûr. Cependant, quand arrivée aux dernières pages, j'ai lu la note explicative à propos de la rédaction de ce roman, mes soupçons ont été confirmés. Malgré l'assurance que ce roman avait bien été écrit par l'auteur lui-même, la présentation de sa technique d'écriture (par bribes mélangées, les scènes écrites dans le désordre, avec un travail colossal ensuite de mise en forme puis un peaufinage incessant) indique bien à quel point Terry Pratchett n'avait pas fini "The Shepherd's Crown". On comprend alors pourquoi il n'avait pas souhaité que ses romans inachevés, ces esquisses brutes, ne soient publiées - son perfectionnisme ne le permettait pas.

Un bel hommage à l'auteur, mais un livre superflu.
Le dernier roman des Tiffany restera pour moi "I shall wear midnight" ; je ne relirai pas celui-ci...

par milabette
Les Annales du Disque-Monde, Tome 23 : Le Dernier Héros Les Annales du Disque-Monde, Tome 23 : Le Dernier Héros
Terry Pratchett   
Il a l'air vraiment sympa, mes personnages préférés y sont regroupés !
PS : ineffable est vraiment l'un des mots favoris de notre cher auteur (cf : "De bons présages" co-écrit avec Neil Gaiman) !

par Myok
Les Annales du Disque-Monde, tome 35 : Déraillé Les Annales du Disque-Monde, tome 35 : Déraillé
Terry Pratchett   
Sir Terry, mon amour, nous allons malheureusement nous séparer après ce tome. Vous me faites rire depuis exactement douze ans et je pense qu'il est temps pour moi de dire au revoir au Disque-Monde.

Déjà, les derniers tomes du Disque, sans parler de Roublard, avait pour moi un goût amer. Une sensation de déjà-vu, un humour qui perd en légèreté...
Ce tome-ci est une véritable catastrophe.

Adieu la subtilité et bonjour les incohérences.

Commençons par le pire du pire : Havelock Vétérini. Ce dernier :
- sera incapable de voir le potentiel du chemin de fer...
- n'acceptera de le faire que pour aller fricoter avec son amante en Uberwald...
- aura le droit à une scène stupide de crise de nerfs à cause d'une grille de mots croisés...
- finira par aller se déguiser et se battre à coups de pelle...
Mais le pire sera quand, très rapidement dans le récit, Sa Seigneurie dira "Euh...". Oui. Parfaitement. Si vous êtes un fan de la série, vous avez déjà tourné de l'oeil.

Quant à Moite, ce splendide arnaqueur et charmeur se change en berserk après absorption d'une potion traquera et tuera, pratiquement à mains nues, trois meurtriers.
La réaction du Guet ? Vimaire va lui serrer la main.

Le pauvre Moite qui d'ailleurs se retrouvera embarqué dans l'histoire sur un obscure prétexter de "Vous savez convaincre les gens !". Il est donc tout à fait normal que le ministre des Postes et directeur de plusieurs institutions importantes parte tout seul sur les routes pour rencontrer des propriétaires terriens.

Parlons ensuite des méchants. Le thème de ce tome est le fanatisme religieux, déjà abordés dans plusieurs Pratchett, mais ici sous l'angle du terrorisme. Quand je vous parlais de subtilité...
Les terroristes seront ici incarnés par des Nains (pratique, ils ont déjà la barbe) qui estiment que tout est mal en dehors de la mine.

Pourquoi pas, hein. Sauf qu'arrivé à la moitié du livre, l'intrigue commence à peine à décoller. Les gentils parlent de leur côté, les méchants parlent de leur côté. On s'ennuie.

Je suis déçue et, avouons-le, triste.

Au revoir, Disque-Monde. Tu resteras quand même ma série préférée.
Rigante, Tome 2 : Le Faucon de Minuit Rigante, Tome 2 : Le Faucon de Minuit
David Gemmell   
Très très bon.

Un poil en deçà du premier opus de Rigante, le livre reste un plaisir de découverte. Les personnages sont très sombres, la plupart de ceux provenant du premier sont devenus aigris, tristes. Bon pas tous, mais une partie.

Le héros, dans sa quête de vengeance va découvrir bien plus (encore heureux), mais aussi nourrir peu à peu des regrets, des doutes qui le feront modifier le cours de l'histoire. Pour notre plus grand plaisir bien évidemment.

L'analogie avec la Rome antique (citée par ailleurs dans le bouquin) reste vraiment bien faite. On entrevoit les débuts du déclin de l'Empire tels qu'ils se sont passés dans notre monde. Reste au milieu une poignée d'hommes vertueux, que l'on suit avidement à travers leur époque. Toujours aussi cette confrontation entre vieillesse et jeunesse, où l'âge entraîne un certain recul sur la réalité du monde.

Bref, on ne peut rester insensible à ces événements majeurs qui vont enrôler les héros bien malgré eux vers des hauteurs insoupçonnées et en faire des légendes à part entière.

Voilà. Bonne lecture!
Le Lion de Macédoine Le Lion de Macédoine
David Gemmell   
Une merveilleuse saga ! J'ai jamais autant aimé l'histoire de la Grèce qu'après L'avoir lu !! J'avais enfin retenue que Philippe de Macédoine est le père d'Alexandre le Grand !! Vous voulez passer un moment merveilleux ???? Lisez ce livre !!

par lalisa78