Livres
467 121
Membres
431 965

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Prilla 2014-06-07T15:11:17+02:00

Ta vie est un sentier d'ombres et de lumières.

Tu y crois le matin, lorsque tu te réveilles, que tu te laves le visage devant le miroir, que tu marches dans les rues de ta ville, et que tu parles aux gens. Tu en doutes le soir, lorsque dans l'obscurité s'éclaire le théâtre de ton imagination, et que s'animent les acteurs d'une histoire que tu ne peux oublier.

Un battement de cils, un coup d’œil à la fenêtre, une respiration de nouveau régulière. L'orage déjà se calme, les cris joyeux de tes amis montent du jardin.

Mais ce n'est qu'une autre face du dé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kiriu 2016-06-02T20:01:22+02:00

Leurs lèvres s'unirent et ce fut un instant suspendu dans le temps, qui les emporta ailleurs, dans un lieu que leurs âmes seules connaissaient, dans une forteresse inexpugnable, impénétrable. Une citadelle perdue dans un cosmos inconnu, où personne ne pourrait jamais entrer. C'était la magie d'un amour qui avait mêlé leurs destins et les avait liés pour toujours. Au-delà des routes infinies. Au-delà des cycles de la vie, au-delà du début et de la fin de chaque chose.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elfy_rose 2019-08-01T15:05:38+02:00

« L’esprit est la clef de tout »

Afficher en entier
Extrait ajouté par vicolouu 2017-02-23T12:01:33+01:00

- Qu'est-ce que c'était ? demanda Jenny en serrant plus fort la main d'Alex dans la sienne.

- J'ai compris que la mort n'existe pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par CapClaire 2016-12-25T16:39:13+01:00

"Les paupières fermées comme des grilles condamnées et oubliées par le temps.

Le corps immobile et suspendu, forme de non-vie contrainte à un long oubli silencieux. Autour des yeux clos, l'abîme obscur. La colère s'est apaisée, le calme est revenu. Il durera un instant éternel, inconnu, et sans mémoire.

Du fracas apocalyptique ne sont parvenus que de sourds échos. Mails elle, elle est ailleurs. Son existence, désormais, est une réplique vibrante, une somptueuse mise en scène dans le théâtre de l'âme, où chaque regard peut mener dans le sentier de l'autre.

Qu'en est-il du disque? Est-il vraiment fini? Les secondes s'écoulent.

Pourtant, on pourrait le jurer, on entend un bruit de fond..."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kiriu 2016-06-02T20:00:53+02:00

Nous vivons dans les souvenirs. Non seulement les nôtres, donc, mais également ceux des autres. [...] Et la dimension des souvenirs est aussi réaliste qu'illimitée, à partir du moment où nous pouvons interagir avec quiconque est près de nous, et utiliser cette personne comme une ouverture sur autre chose. C'est le seul moyen d'avancer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alcyone 2014-07-28T19:13:43+02:00

Mais ce n’est pas un adieu, la partition revient au point de départ. Cette fois, les notes se mélangent, s’emmêlent, et se succèdent en vrac. Il n’y a plus de chef d’orchestre, les instruments ne suivent plus le même tempo. Les coups du pendule du cosmos résonnent du fond de l’abîme tandis que la pensée erre en quête d’un pourquoi. Mais ce n’est qu’une réplique. Une toupie qui tourne sur elle-même en un mouvement perpétuel. Et c’est là qu’on vieillit sans en voir les signes, qu’on se fait mal sans éprouver de douleur, pendant qu’on fouille l’univers de l’autre, volant ses secrets, ses intentions, ses rêves.

Afficher en entier

Parfois , des hurlements sinistres et inquiétants l'assiègent . Ils viennent des profondeurs . Entrainés par les courants , ils prennent corps au fur et à mesure qu'ils avancent , et enflent , retentissant tout autour d'elle . Quand ils l'assaillent , ils sifflent et résonnent comme mille cris déchirants . Heureusement ça ne dure pas longtemps . Ils s'éloignent rapidement ....

On peut seulement être , sans exister .

On peut errer ailleurs , on peut penser .

Pourra-t-on encore vivre ?

Afficher en entier

– L’histoire des électrochocs.

– Exactement. Écoute… Nous sommes dans un lieu de souvenirs, c’est bien ça ?

Marco regarda autour de lui. Le soir tombait, et les lumières artificielles commençaient à briller dans les rues de Barcelone. L’air se rafraîchissait, un vent froid venait de la mer. Dans les rues, il n’y avait que de rares passants. Et quelques personnes qui n’auraient pas dû se trouver là. Mais qui s’y trouvaient.

– Oui.

– Bien. Est-ce que toi aussi tu vois mes parents, là-bas ?

Marco se tourna aussitôt et observa attentivement les rues au-delà de l’enseigne du casino, près de l’entrée d’un parking devant lequel quelques voitures de luxe attendaient.

– Oui.

– Parfait. Maintenant, c’est toi qui vas regarder. Je vais tenter d’obtenir certaines réponses.

Alex enfonça les mains dans les poches de son jean et partit.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode