Livres
442 765
Membres
377 481

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par allie 2018-10-27T11:30:42+02:00

– Un rat, un rat, un énooorme raaaat !!!

Mon voisin mystérieux se met à rire frénétiquement. OK, là, il se fout de ma gueule, aucun doute possible. J'ouvre les yeux et me retrouve nez à nez avec mon sauvage. Il est vêtu d'un simple jean déboutonné lui tombant sur les hanches, et mes yeux se focalisent immédiatement sur les motifs colorés qui recouvrent l'ensemble de ses bras et de son torse massif. La virilité à l'état brut. Plus sensuel, plus intense et plus attirant encore que dans mon souvenir. Un véritable appel au péché.

Oh non, bordel ! Pas lui !

– Toi ! Qu'est-ce que tu fous ici ?

– J'habite ici ! répond-il.

Ma mâchoire manque de se décrocher devant cette annonce, ce qui semble bien lui plaire car ses rires redoublent.

– Y a rien de drôle ! Arrête de te foutre de moi et aide-moi.

– Re-bonjour la teigne ! Primo, c'est très drôle ! Et te voir t'agiter en petite tenue au beau milieu du couloir est un spectacle nocturne très divertissant. Deuxio, ce n'est pas un rat mais un furet. Je te présente Stringer. Il est à moi. Il a dû s'échapper quand Élise est partie tout à l'heure.

J'assimile les infos et réalise que c'est lui et sa copine qui s'envoyaient en l'air avec autant d'ardeur tout à l'heure. Et comble du malaise, je m'aperçois qu'il a deviné que je les ai entendus. Le sourire provocant qu'il affiche est plus que significatif. Bien sûr, pour couronner le tout, ne pas oublier que je suis vêtue d'un simple sweat-shirt masquant à peine ma lingerie, qu'il reluque sans la moindre gêne. Je rougis aussitôt en prenant conscience de ma tenue, tirant désespérément sur ce fichu sweat-shirt qui refuse d'obtempérer.

– T'es vraiment un gros con, tu le sais ça, hein ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-01-12T17:44:59+01:00

Chapitre 2 :

Line

«…

J’entends sa porte claquer et pas moins de cinq minutes plus tard, je reçois un texto d’un numéro inconnu.

[On n’a pas fait les présentations… Je suis Jordan Miller… Ton voisin !]

[Va au diable Jordan Miller, toi et ton rat]

[Bienvenue chez toi la teigne !]

De rage, je jette mon téléphone sur mon lit et moi avec. Je le déteste ! J’enfouis ma tête dans mon oreiller et hurle à pleins poumons. J’espérais vraiment ne plus revoir ce type. Il est trop obtus, agaçant et provocateur. Mais il est aussi terriblement sexy et désirable, je ne peux pas le nier. Y en a qui rencontrent des gens par hasard, moi je les rencontre car j’ai la poisse. Jordan est un danger évident, pourtant quelque chose d’indéfinissable m’attire aussi en lui, comme si je ne voyais qu’une partie de l’iceberg. Je ne sais plus que penser et fatiguée, décide d’aller me reposer de cette longue, très longue journée.…»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-01-12T17:43:39+01:00

Chapitre 1 :

Line

«…

Mais… Où sont passés mes neurones ? La collision les a fait fuir, pas de doutes possibles.

Ses avant-bras arborent de nombreux motifs savamment réalisés, renforçant cette impression de force brute qui émane de lui. Quand il tend sa main ornée de bagues d’acier vers moi, j’ai un mouvement de recul incontrôlé, ce qui semble l’irriter plus encore.

– Woh ! Tout doux ! Est-ce que tout va bien ?

Je suis incapable de prononcer un seul mot. Mes mains tremblent de plus belle et des légers picotements annonciateurs d’un malaise parcourent mes extrémités. Je ne suis pourtant pas sujette aux crises de panique habituellement. Cependant, c’est aussi mon tout premier accident de voiture et ce type aux allures brusques me dévisage avec insistance. Alors oui, une angoisse sévère me prend et la tête me tourne subitement, un voile obscurcit ma vision. Une main chaude vient se poser sur ma nuque et des mots me parviennent au travers du brouillard dans lequel je flotte.

– Hey, la croquette, reste avec moi !

Il tapote ma joue pour m’aider à retrouver pied. Mais sa présence toute proche ne m’aide vraiment pas. Son parfum s’insinue en moi et ses effluves épicés sont beaucoup trop enivrants. Le contact de sa main chaude et rugueuse contre ma pommette me déstabilise, me rappelant à quel point il est loin le dernier moment que j’ai passé avec un homme.

– Reste avec moi, OK ! Je vais appeler les secours.

– Non ! Non, c’est bon, ça va aller… Je…

Je me redresse tant bien que mal, espérant ainsi faire reculer ce sauvage et son parfum.

– T’as pas l’air bien, ce serait plus judicieux.

Plus judicieux ? Il est sérieux, lui ? La panique recule, laissant place à la colère, je suis comme une petite bombe prête à exploser. C’est son attitude de connard mal embouché qui m’a fait flipper et maintenant il se décide à jouer les sauveteurs ? Mais c’est quoi ce type qui me hurle dessus pour ensuite se permettre de me faire des leçons de morale ?

– T’es quoi, toi ? Un ranger du risque ? Si tu ne m’avais pas hurlé dessus comme un malpropre, je n’aurais pas eu peur.

Ses yeux se plissent sous mon attaque et j’entends sa respiration siffler entre ses lèvres. Bon, peut-être que le remettre en rogne n’est pas la solution…»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Soleil-1 2018-11-21T09:38:32+01:00

« Non ! Tout ça… Toute cette merde… C’est fini ! Je n’en peux plus. Reste chez toi avec tes mensonges, tes potes et tes greluches. Tes Abigael, Élise, Joddie… Retourne auprès d’elles. Je ne veux plus jamais avoir affaire à toi, Jordan Miller. Tu m’oublies, tu m’ignores et surtout tu arrêtes de m’appeler !

– Line… Qu’est-ce que je peux faire pour…

– Rien, surtout tu ne fais rien ! J’ai perdu la tête pour un homme qui refuse d’avancer mais maintenant, j’arrête de perdre mon temps. Tous tes silences, garde-les pour toi car eux seuls connaissent la vérité. Tu veux que je te dise ? Tu ne supportes pas la difficulté que tu as à te supporter toi-même. Et ça, c’est ton combat, pas le mien !

Je tourne les talons et claque la porte violemment avant de tirer le verrou avec force. J’éclate en sanglots et cours jusqu’à la chambre où je m’écroule sur le lit, secouée par mes pleurs. Durant plusieurs heures, le chagrin me dévaste et je m’épuise de larmes pour finir par m’endormir. »

Extrait de 

My Hipster Christmas

Mag Maury

Afficher en entier
Extrait ajouté par Infinity-write 2018-11-13T19:50:12+01:00

"-Allez, arrête de faire la tronche ! Déride-toi un peu la teigne. J'ai parfois du mal à canaliser mon côté provocateur.

- Du mal à canaliser ? Mais si tu as un problème de canalisation, va t'acheter du DESTOP."

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-11T08:10:39+01:00

– Non, ça va pas, je viens de prendre une châtaigne avec cette maudite lampe !

– Et bien maintenant, tu as une excuse pour avoir les poils qui se hérissent si vite.

Elle plisse aussitôt les yeux et me foudroie du regard. OK, je l’ai cherché.

– Je plaisante ! Je t’assure. J’ai eu tort. Je viens faire une trêve.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-11T08:07:31+01:00

– T’es quoi, toi ? Un ranger du risque ? Si tu ne m’avais pas hurlé dessus comme un malpropre, je n’aurais pas eu peur.

Ses yeux se plissent sous mon attaque et j’entends sa respiration siffler entre ses lèvres. Bon, peut-être que le remettre en rogne n’est pas la solution…

– Et si tu n’avais pas embouti ma caisse, ce ne serait pas arrivé ! Je t’ai prise pour un mec avec ta casquette ! Putain, femme au volant, danger au tournant !

– C’est tout ce que t’as en stock comme réflexion profonde ? Espèce de sale macho !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Missdelfi 2018-11-07T04:00:54+01:00

"L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre. Bien sûr je te ferai mal. Bien sûr tu me feras mal. Bien sûr nous aurons mal. Mais ça, c’est la condition de l’existence. Se faire printemps, c’est prendre le risque de l’hiver. Se faire présent, c’est prendre le risque de l’absence… C’est à mon risque de peine que je connais ma joie. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode