Livres
451 644
Membres
397 232

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par allie 2018-10-27T11:30:42+02:00

– Un rat, un rat, un énooorme raaaat !!!

Mon voisin mystérieux se met à rire frénétiquement. OK, là, il se fout de ma gueule, aucun doute possible. J'ouvre les yeux et me retrouve nez à nez avec mon sauvage. Il est vêtu d'un simple jean déboutonné lui tombant sur les hanches, et mes yeux se focalisent immédiatement sur les motifs colorés qui recouvrent l'ensemble de ses bras et de son torse massif. La virilité à l'état brut. Plus sensuel, plus intense et plus attirant encore que dans mon souvenir. Un véritable appel au péché.

Oh non, bordel ! Pas lui !

– Toi ! Qu'est-ce que tu fous ici ?

– J'habite ici ! répond-il.

Ma mâchoire manque de se décrocher devant cette annonce, ce qui semble bien lui plaire car ses rires redoublent.

– Y a rien de drôle ! Arrête de te foutre de moi et aide-moi.

– Re-bonjour la teigne ! Primo, c'est très drôle ! Et te voir t'agiter en petite tenue au beau milieu du couloir est un spectacle nocturne très divertissant. Deuxio, ce n'est pas un rat mais un furet. Je te présente Stringer. Il est à moi. Il a dû s'échapper quand Élise est partie tout à l'heure.

J'assimile les infos et réalise que c'est lui et sa copine qui s'envoyaient en l'air avec autant d'ardeur tout à l'heure. Et comble du malaise, je m'aperçois qu'il a deviné que je les ai entendus. Le sourire provocant qu'il affiche est plus que significatif. Bien sûr, pour couronner le tout, ne pas oublier que je suis vêtue d'un simple sweat-shirt masquant à peine ma lingerie, qu'il reluque sans la moindre gêne. Je rougis aussitôt en prenant conscience de ma tenue, tirant désespérément sur ce fichu sweat-shirt qui refuse d'obtempérer.

– T'es vraiment un gros con, tu le sais ça, hein ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-11T08:10:39+01:00

– Non, ça va pas, je viens de prendre une châtaigne avec cette maudite lampe !

– Et bien maintenant, tu as une excuse pour avoir les poils qui se hérissent si vite.

Elle plisse aussitôt les yeux et me foudroie du regard. OK, je l’ai cherché.

– Je plaisante ! Je t’assure. J’ai eu tort. Je viens faire une trêve.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-11-11T08:07:31+01:00

– T’es quoi, toi ? Un ranger du risque ? Si tu ne m’avais pas hurlé dessus comme un malpropre, je n’aurais pas eu peur.

Ses yeux se plissent sous mon attaque et j’entends sa respiration siffler entre ses lèvres. Bon, peut-être que le remettre en rogne n’est pas la solution…

– Et si tu n’avais pas embouti ma caisse, ce ne serait pas arrivé ! Je t’ai prise pour un mec avec ta casquette ! Putain, femme au volant, danger au tournant !

– C’est tout ce que t’as en stock comme réflexion profonde ? Espèce de sale macho !

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2019-03-11T10:43:40+01:00

À la fin de la journée, je ne sais toujours pas quoi faire. Dois-je mettre au clair certains points avec Line et discuter avec elle de vive voix ou poursuivre comme à mon habitude ? Totalement indécis sur la conduite à tenir, mon esprit se brouille de questions. Pourquoi sa présence me tourmente-t-elle autant ? Comment fait-elle pour s’immiscer à ce point dans ma vie ? Et surtout, comment vais-je me sortir de cette attirance que j’ai pour elle ? Elle m’obsède. Je sais que si je cède, ce sera encore plus dur. Pour elle comme pour moi. Alors je me contente de la regarder et de me satisfaire de sa présence à quelques pas de moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2019-03-11T10:43:21+01:00

Mon téléphone se met alors à sonner, je me détourne de mon interlocuteur pour attraper l’appareil dans mon sac, posé sur le siège passager. Lorsque je me retourne, les yeux du sauvage sont fixés sur mes fesses puis remontent lentement, détaillant mon corps minutieusement jusqu’à harponner mon regard. Troublée et rougissant violemment comme une écolière, je rétorque néanmoins avec véhémence.

– Surtout ne te gêne pas, espèce de pervers !

– Je n’en ai pas l’intention, me répond-il avec sarcasme tout en affichant un rictus provocateur.

Exaspérée par tant d’assurance, je refuse d’entrer dans son petit jeu et reporte mon attention sur mon téléphone que je décroche en détournant le regard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-01-22T17:46:56+01:00

Spoiler(cliquez pour révéler)– Ah, tu me détestes ? Eh bien moi aussi, je te déteste ! Je déteste quand tu t’obstines à ne rien vouloir écouter, je déteste te voir foutre des décorations de Noël partout, je déteste quand ton parfum traîne dans l’escalier et que je me saoule à trop le respirer, je déteste la façon dont ton nez se fronce quand tu te mets en colère car cela me donne juste envie de te prendre dans mes bras pour te consoler, je déteste voir les hommes te regarder avec envie car je veux être le seul, je déteste l’éclat de tes yeux en ce moment même car j’y vois les larmes dont je suis responsable ! Et tout ce que j’y vois me confirme une seule chose : que j’aime détester t’aimer ! Line, tu m’as ramené à la vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-01-22T17:46:30+01:00

Spoiler(cliquez pour révéler)– Mais putain, je te déteste ! Ça te va ? Je déteste tes mensonges, je déteste tes silences, je déteste que des nanas que tu t’es tapées me balancent tes fringues à la figure, je déteste quand tu me dis que tout va bien alors que toi-même tu n’y crois pas, je déteste quand tu cries le nom d’une autre dans la nuit et que je me sens la plus misérable sur terre, je déteste ce que tu as réveillé en moi. Je déteste te détester, je déteste le manque que tu crées quand tu n’es pas là, je déteste quand tu me regardes comme ça et que j’ai l’impression que tout mon monde s’arrête de tourner !

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-01-22T17:45:21+01:00

« Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre. »

Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté

Jordan

Dire que je suis nerveux est un doux euphémisme. Je suis complètement flippé, mais rien ne me fera revenir sur ma décision. J’en connais une qui doit bien se foutre de ma gueule là-haut et je suis certain que nombre de personnes paieraient cher pour me voir en ce moment et savourer cet instant improbable. Ouais, je ne fais pas le fier, mais j’assume aussi dignement que possible.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-01-20T17:07:46+01:00

Mais la peur n’est que passagère. Elle reflète juste l’ignorance que l’on a de certaines choses. Et c’est bien souvent cette appréhension de l’inconnu qui nous paralyse. Une fois le premier pas effectué, elle s’envole et nous laisse respirer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-01-12T17:44:59+01:00

Chapitre 2 :

Line

«…

J’entends sa porte claquer et pas moins de cinq minutes plus tard, je reçois un texto d’un numéro inconnu.

[On n’a pas fait les présentations… Je suis Jordan Miller… Ton voisin !]

[Va au diable Jordan Miller, toi et ton rat]

[Bienvenue chez toi la teigne !]

De rage, je jette mon téléphone sur mon lit et moi avec. Je le déteste ! J’enfouis ma tête dans mon oreiller et hurle à pleins poumons. J’espérais vraiment ne plus revoir ce type. Il est trop obtus, agaçant et provocateur. Mais il est aussi terriblement sexy et désirable, je ne peux pas le nier. Y en a qui rencontrent des gens par hasard, moi je les rencontre car j’ai la poisse. Jordan est un danger évident, pourtant quelque chose d’indéfinissable m’attire aussi en lui, comme si je ne voyais qu’une partie de l’iceberg. Je ne sais plus que penser et fatiguée, décide d’aller me reposer de cette longue, très longue journée.…»

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode