Livres
558 899
Membres
607 358

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de nadarania : Mes envies

Amours imprévues, Tome 2 : D'un commun accord Amours imprévues, Tome 2 : D'un commun accord
Liv Fox   
John est un homme qui a le coeur brisé et il n’a plus goût à la vie mondaine. Charity est un petit brin de femme qui est douce, conciliante, éduquée pour être femme d’un aristocrate et qui aime tout ce que se rapproche à l’univers maritime mais surtout elle est sans dot. Ainsi va naître cette alliance amicale, celle de se marier pour des intérêts communs. Ils ont besoin l’un de l’autre plus qu’il ne le pense au moment de leur mariage.

J’ai adoré ce livre !!! (Je l’ai préféré au tome 1) J’aime qu’on soit focalisé sur leur relation et rien d’autre. J’aime avoir accès à leurs pensées !!! Ce livre me change des romances historiques où nous avons des péripéties (de kidnapping ou d’espionnage) qui par leur biais rapproche les 2 protagonistes.

C’est une lecture qui fait du bien. Je l’ai lu rapidement en voulant toujours savoir la suite.

Je vous conseille fortement ce livre si vous souhaitez vous plonger dans une romance à la Régence anglaise.
Les Contes interdits : Barbe bleue Les Contes interdits : Barbe bleue
Steve Laflamme   
Fait à noter, le livre commence dans le futur. Bizarre. Et étrangement, et je me demande s'il y en a d'autres qui ont remarqué, mais le livre me fait beaucoup pensé aux romans sur Hannibal Lecter. Peut-être que l'auteur s'est inspiré des écrits de Thomas Harris. Qui sait ?
365 jours, Tome 1 365 jours, Tome 1
Blanka Lipinska   
Immonde, nauséabond et mal écrit : il fallait sans doute ne pas en attendre plus de 365 jours, connaissant la polémique qu'il y avait déjà eu sur son adaptation en film. Des abus aux viols, de la violence physique à la violence verbale, en s'arrêtant, dans une moindre mesure, par les clichés sur les femmes : tout y passe. Évidemment, beaucoup de ses traits sont caractéristiques de la Dark Romance et libre à chacun de lire ce qu'il lui plaît, mais ce livre reste à ne pas mettre dans toutes les mains.

La raison principale étant, bien sûr, que la notion du consentement y est totalement bafouée. Aucune idée de comment les défenseurs du livre parviennent à utiliser l'argument du "mais elle est d'accord avec tout ce qui lui arrive". NON. C'est clairement dit lors de nombreux passages : Laura a peur, n'ose pas agir, Massimo la force plusieurs fois alors qu'elle se débat, voire même une fois alors qu'elle exprime qu'elle n'a pas envie, le tout sous la contrainte et la menace de faire du mal à sa famille si elle tente de s'enfuir. Où est le consentement là-dedans et surtout comment peut-on voir du consentement là-dedans ? J'ai ma petite idée.

L'auteure s'amuse à alterner, en l'espace de quelques lignes seulement, des moments d'abus et de viol, à des moments où Laura est en pamoison devant le beau Massimo. Tant pis s'il la viole, il est de toute façon si honnête, si protecteur et tellement sexy. À vomir.

En plus de souffrir d'un style d'écriture proche du néant, le roman n'est vraiment pas à glisser entre toutes les mains. Il ne s'agit pas de New Romance, comme tente de le faire croire Hugo en l'éditant dans sa collection du même nom et sans mettre d'avertissement en début du roman. Il s'agit d'un texte dérangeant, mettant en scène les abus et viol d'un homme sur une femme non-consentante une grande partie du livre. Des scènes qui véhiculent des messages dérangeants sur le consentement et la sexualité. Évidemment que ça reste une fiction et peut-être que des gens aiment lire ce type de contenu, mais un avertissement aurait été la moindre des choses en tête du livre.

À réserver à un public averti avec du recul : sans parler de la crudité des scènes de sexe (dont la lecture appartient à la sensibilité du lecteur), rien dans le sort réservé aux femmes (et à Laura) dans le roman n'est normal.

par x-Key
Keleana, Tome 4 : La Reine des ombres, Première partie Keleana, Tome 4 : La Reine des ombres, Première partie
Sarah J. Maas   
Cette saga a beaucoup de potentiel, je l'aime beaucoup, mais la version française a de tout petits points noirs, donc elle n'a pas spécialement marché. En plus du fait que le prénom de l'héroïne a été remodelé à la française (je comprendrais probablement jamais pourquoi) et que j'ai remarqué en lisant le troisième tome en Septembre dernier qu'il manquait dans la version française quelques passages du livre qui sont en VO. Plus, si on regarde bien les chiffres, c'est pas pour dire mais plus ça va moins ça marche (en France). Le troisième tome a quelque peu fait un flop. Je pense pas qu'ils éditeront Queen of Shadows en France. Je peux me tromper mais ça ne serait pas rentable de le faire, malheureusement (bien que ce tome-ci soit génial).
D'un côté, je trouve ça un peu bête de s'arrêter là alors qu'ils ont déjà édité la moitié de la saga et que le troisième tome servait de "pont" entre le deuxième et le quatrième. Mais d'un autre côté, je comprends qu'en éditant la suite ils risquent plus de perdre que de gagner... après je ne suis pas une experte, si ça trouve ils tenteront le coup plus tard.
Je crois que dès le départ, ils auraient dû faire d'avantage d'efforts pour que ça marche. C'est pas parce que ça fait un carton aux USA que ça va faire un carton en France. Je crois qu'ils ont pris le truc pour acquis et donc ils n'ont pas vraiment fait d'effort pour la couverture, le titre, la traduction et tout ce qui s'en suit. C'est dommage.
Après avec la sortie du premier tome en poche, peut-être que ça relancera la saga. Tout le monde n'a pas les moyens et même l'envie d'acheter une saga dont les prix sont passés de 16 euros pour le premier tome à 21 pour le troisième sans raison apparente. De plus, je trouverais ça franchement inutile si les poches sortaient jusqu'au troisième tome comme les grands formats et point barre. Je ne suis pas sûre que ça soit franchement rentable...
Mais comme je l'ai dit, je ne suis pas une experte.

Plus, je pensais tout à l'heure, si je ne me trompe pas les droits ont été rachetés pour en faire une série TV ou un film (je ne sais plus). Donc peut-être aussi qu'il reste un espoir qu'avec la sortie de ToG à la télévision, les ventes seront boostées et que la maison d'édition française continuera d'éditer la saga en VF. Si l'adaptation marche en France...^^

par Sheo
Keleana, Tome 4 : La Reine des ombres, Deuxième partie Keleana, Tome 4 : La Reine des ombres, Deuxième partie
Sarah J. Maas   
La deuxième partie du quatrième tome de Keleana devrait sortir le 5 mars 2021 d'après la Maison d'édition en charge de la traduction.
The Witch and The Beast, Tome 1 The Witch and The Beast, Tome 1
Kousuke Satake   
Cette nouveauté lorsqu’elle est sortie m’a tout de suite fait de l’oeil. Rien que le titre m’a fait de l’oeil. Une sorcière et une bête? J’adhère directement! La couverture est très intrigante mais le résumé l’est encore plus. Au premier abord, avant ma lecture, je m’attendais à une histoire avec beaucoup de mystères et d’action. Et bien je n’ai pas été déçu! Ce premier tome tient toute ses promesses. J’ai vraiment adoré cette lecture et j’ai beaucoup trop hâte de découvrir la suite!

On va suivre deux personnages. On a Ashaf et Guido qui font tous les deux parti de l’ordre de l’Echo Noir. Une organisation qui permets d’éviter les débordements causée par la sorcellerie. Dans ce monde, il y a énormément d’événements surnaturels qui causent parfois des ravages.. Ashaf, un magicien accomplit ses tâches de bonne grâce. Par contre, en ce qui concerne Guido, il semble nourrir un dessein plus personnel en ce qui concerne une sorcière en particulier.. Rien ne se mettre sur le chemin de cette bête qui ne cherche qu’une chose: la vengeance.

J’ai vraiment été surprise par ce premier tome. Sur la papier, cette histoire semblait dingue et bien la lecture est encore mieux j’ai envie de dire. Cette histoire est tout simplement géniale. On ne s’ennuie pas une seule seconde. On a des moments calmes et beaucoup de moments d’actions. Ces moments sont juste incroyables et sont parfaitement bien dessinés. Le coup de crayon du mangaka est vraiment remarquable. L’histoire tient sont lot de mystères avec une ambiance assez sombre qui accentue tout ça.

J’ai adoré les personnages, le duo que Guido et Ashaf forment est pour le moins explosif. On en a un qui est quelqu’un de calme, posé alors que l’autre est littéralement tout le contraire. C’est plutôt drôle à suivre. Mais c’est un duo qui fonctionne à la perfection pour moi. Bien que ce premier tome nous introduit dans ce monde où les événements surnaturels font partie intégrante de la vie, je trouve que c’est un premier tome clairement réussi. Il nous donne envie de découvrir la suite, il intrigue le lecteur par son univers et son histoire.

Ce premier tome est, selon moi, un tome introductif mais qui n’en est pas moins passionnant à découvrir. J’ai vraiment envie et surtout hâte de découvrir la suite de cette série. On a un univers sombre mais fascinant avec des personnages haut en couleurs mais qui sont géniaux à suivre. La fin de ce premier tome nous donne envie de nous jeter sur la suite!

par enairolf
Le Jeu de la mort, Tome 1 Le Jeu de la mort, Tome 1
Mizuki Sora   
Un avis plutôt mitigé. Une idée originale dans le fond. Un dessin plutôt agréable. Mais une lecture confuse à mon goût.
Jin me paraît très immature par moment quand dans d'autres, il est très adulte et réfléchi. Est-ce que cela vient de la traduction et/ou des dialogues ? Pour ce qui est de Mikoto, elle est assez (trop) pessimiste, espérons qu'elle soit moins sombre à l'avenir.
Je ne sais pas encore me faire un avis très fondé sur ce manga. J'attends de voir ce que la suite va donner. Affaire à suivre donc.

par Lyanaa
Ibysse Ibysse
Florian Gazan   
J'ai reçu ce livre pour l'opération Masse Critique de janvier 2021, et je l'ai bien aimé. C'est l'histoire de Flo qui s'est fait quitté par sa femme qui vit dans un hôtel Ibis. On voit tout au long du roman sa reconstruction, sa recherche du bonheur sans Élodie.
J'ai trouvé intéressant l'inversement des rôles, car souvent, c'est le point de vue de la femme qui est mis en avant dans les thématiques de ruptures amoureuses. Ce fut une lecture agréable, bien que j'ai trouvé quelques passages un peu longs. La chute du livre est notamment intéressante mais un peu prévisible.
Tokyo, la nuit Tokyo, la nuit
Nick Bradley   
J’ai reçu ce roman dans le cadre d’une opération Masse critique privilégiée et je remercie énormément Babelio ainsi que les éditions Belfond pour l’envoi de ce roman. Quel plaisir le jour où j’ai ouvert ma boite aux lettres et qu’il m’attendait sagement. Je tiens à souligner la beauté de la couverture. N’est-elle pas magnifique franchement? Elle est simple, sobre et pourtant je la trouve incroyablement belle. Un joli objet-livre qui a sa place dans ma bibliothèque.

J’ai adoré cette lecture, sans vous mentir je l’ai lu en à peine une journée tant j’ai été prise dedans. Pour un premier roman, l’auteur frappe fort. Je suis tombée sous le charme de sa plume. C’est une plume fluide, addictive, qui donne envie de le dévorer en un rien temps. Et ce fut mon cas. Le genre de roman difficile à lâcher vous voyez? C’est un des plus beaux romans que j’ai pu lire tant c’était bien écrit. Je ne vous cache pas que je ne pensais pas aimer autant cette lecture et pourtant ce fut une de mes plus belle lecture sans aucun doute! Ce qui m’a totu de même un peu gêné par contre, c’est avoir des termes japonais qui ne sont pas forcément toujours traduit. C’est un peu gênant pour quelqu’un qui ne connaît rien à la langue japonaise. Mis à part ce tout petit détail limite insignifiant. Je n’ai franchement rien à dire de négatif sur ce roman.

A travers ce roman, j’ai voyagé au coeur de Tokyo. Bien que je n’ai jamais mis les pieds au Japon je vous avoue que c’est un pays qui me fascine énormément. Déjà, étant fan de tout ce qui est culture japonaise, c’est forcément un pays qui m’attire beaucoup. Mais mise à part tout ce qui est est manga et compagnie, je trouve ce pays fantastique, je trouve que c’est un très beau pays. Alors lire un roman comme celui ci, c’est une véritable immersion dans ce pays et un dépaysement le plus total! On se fait une idée des choses, en même temps quand on ne vous montre que les bons côtés des choses, on a tendance à oublier malheureusement que ce n’est pas tout beau tout rose partout. Ici l’auteur nous montre un Tokyo réaliste. Il nous montre la réalité pure et dure, avec tous ces côtés négatifs. Et ça j’ai beaucoup aimé!

J’ai beaucoup aimé le fait que ce soit tout un tas d’histoires dans un roman. Au premier abord, elles n’ont aucun liens et chaque histoire est différente. Et pourtant, plus on avance plus on se rend compte que tout est lié de près ou de loin d’ailleurs. Le roman se découpe en plusieurs histoires, certaines plus longues que d’autres. Ou certaine sont même en partie dessinés. On a un fil rouge qui lie toutes les histoires entre elles, même si les personnages sont parfois liés ensemble de près comme de loin, c’est le chat. Un joli chat calico qui gambade dans les rues de Tokyo à la recherche de quelque chose. C’est surtout ce chat qui fera le lien, le fil rouge entre toutes ces petites histoires. Je suis une amoureuse inconditionnelle des chats, j’aime énormément cet animal alors je ne vous cache pas que suivre un chat dans les rues de Tokyo, ça m’a vraiment beaucoup plu.

La première des histoires que l’on découvre parle de tatouage. On va suivre Kentaro, un tatoueur qui utilise la technique traditionnelle du tatouage tebori. Il reçoit une cliente avec une demande bien particulière. En effet, elle demande la ville de Tokyo sur tout son dos, littéralement tout son dos. Il va oeuvrer sur son dos pendant deux ans tant le tatouage est minutieux à faire. Cette petite introduction m’a vraiment beaucoup plu. Je regrette juste de pas avoir le fin mot de l’histoire concernant Kentaro. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler mais je vous avoue que ça m’a pas mal frustrée. La seconde histoire, La chute, m’a énormément plu. On va suivre le personnage de Ohashi, un sdf qui vit dans les rues de Tokyo. Son histoire m’a vraiment énormément touché et je pense même que c’est clairement mon histoire préféré de tout le roman. J’ai vraiment eu le coeur brisé en découvrant la vie de ce sextagénaire. On découvre également durant cette histoire les dessous des JO. Ils n’hésitent pas à nettoyer les rues pour que ça donne une merveilleuse image de Tokyo. C’est vraiment un crève coeur de découvrir ça.

La troisième histoire, Street Fighter 1, nous raconte la vie de Ken. Bon je ne vous cache pas qu’elle ne pas vraiment intéressée celle ci. Déjà parce que je n’aime pas Street Fighter donc difficile de s’intéresser à quelque chose quand ça parle d’une chose que vous n’aimez pas. Et puis j’ai eu du mal avec le personnage de Ken. Il ne pense qu’à son jeu, et ce même lorsqu’il se trouve en charmante compagnie. Je l’ai trouvé un peu lourd par moment. S’en suit l’histoire Sakura, que j’ai beaucoup aimé. On va suivre un chauffeur de taxi durant sa tournée. Et bien que l’histoire n’est pas forcément la plus incroyable, j’ai vraiment beaucoup aimé le suivre pendant son travail, découvrir les rues de Tokyo. La fin de son histoire m’a pas mal secouée et fait beaucoup de peine également. On va suivre ensuite l’histoire d’un détective, son histoire, Détective Ishikawa : notes d’enquête, se divise en trois parties. Un couple le sollicite pour qu’il retrouve leur fils disparu.

Dans Caractères chinois, on découvre le premier personnage féminin. Et j’ai adoré son histoire. On va suivre le personnage de Flo, une traductrice. Son personnage m’a beaucoup touché, elle se remet pas mal en questions pendant tout le long et va parfois plutôt mal. Mais elle peut compter sur sa sensei pour aller mieux. C’est une des histoires qui m’a vraiment beaucoup plu. Dans Feuilles d’automne, je ne vous cache que que c’est l’histoire qui m’a le moins convaincu. Je n’ai pas aimé la tournure que cette histoire a pris. De plus, je n’ai pas aimé les deux personnages. On est face à un couple qui au final on se demande bien ce qu’ils font ensemble. Je me suis pas mal ennuyer à suivre leurs déboires, je n’ai vraiment pas accroché aux personnages, encre moins à celui de Mari. Je l’ai trouvé tellement détestable!

Copy Cat, est une nouvelle dans le roman. Le personnage de Flo étant traductrice, on a ici l’oeuvre qu’elle a traduit. Et j’ai vraiment beaucoup aimé le principe. Ici on a une nouvelle de science fiction qui franchement est plutôt pas mal! Dans Omatsuri, on suit une jeune femme qui vit encore chez sa mère et étant en couple avec un homme. Elle doit aller à un festival mais son cher et tendre lui fait fond bon. Elle finit par y aller avec le facteur et va faire une étrange découverte. J’ai été un peu frustrée de ne pas vraiment savoir le fin mot de l’histoire sur celle là. J’aurais aimé plus de détails. Trophallaxie ne m’as convaincu non plus. On a face à nous un homme plutôt étrange. C’est un homme rempli de haine envers quasiment tout. On a des photos, comme si on était face à son blog. Je n’ai vraiment pas accroché à ce personnage que j’ai trouvé clairement dérangé et détestable!

Ce roman de Nick Bradley, qui en plus est son premier, est une merveilleuse découverte. J’ai vraiment dévoré et apprécié cette lecture. Elle m’a permis de voyager sans bouger de mon lit. Un vrai dépaysement. Un vraie régal de dévorer ces petites histoires qui ont tous un lien les une avec les autres. J’ai rencontré des personnages merveilleux, d’autres moins. Mais une chose est sûr, Tokyo la nuit est un roman que je ne suis pas prête d’oublier!

par enairolf
Les Détectives du Yorkshire, Tome 1 : Rendez-vous avec le crime Les Détectives du Yorkshire, Tome 1 : Rendez-vous avec le crime
Julia Chapman   
Mortecouille, on décède beaucoup plus dans le village de Bruncliffe que dans les paisibles Costwolds où Agatha Raisin s’est installée.

Pourtant, dans l’entourage de la mère Agatha, ça décédait sévère ! Ben on a trouvé encore plus mortel.

Dans notre paisible village du Yorkshire, ça assassine plus que si l’Éventreur de la même région était toujours en activité ou que dans « Dix petits nègres » d’une autre Agatha.

Pourtant, nous sommes face à des accidents ou à un suicide, pas de quoi alerter un Sherlock Holmes ou faire une enquête.

Quoique… Si une mère pense que son fils ne s’est pas suicidé et qu’un ancien du bled revient pour y monter son agence de détective, ça pourrait donner lieu à une enquête sur ce suicide qui pourrait ne pas en être un. Ou pas…

Voilà une enquête comme j’apprécie, un cosy mistery anglais tout ce qu’il y a de plus British et heureusement que le futur Brexit ne nous prive pas de ces auteurs anglais tels que je les affectionne.

Un village où tout se sait, où aucun secret ne tient bien longtemps, où dès que tu pètes, tout le monde est au courant, prêt à te juger, colporter les ragots, te ressortir ton passé que tu voudrais bien oublier, comme c’est le cas de notre Samson O’Brien, flic gradé à la MET et revenu au bled car petits soucis à la capitale.

Il y a plusieurs mystères et c’est ce qui ajoute du piment à l’enquête car nous sommes face à une montée de morts accidentelles, nous avons des personnes qui magouillent dans l’immobilier et le fait que Samson ne veuille pas nous en dire plus sur la cause de ses soucis à Londres, juste qu’il a dû se mettre au vert et qu’il compte repartir dans 6 mois.

Si vous n’aimez pas les atmosphères qui fleurent bon les collines anglaises et les petits villages charmants mais horripilants, vous attraperez des boutons dans cette enquête car tout sent l’Angleterre, des paysages aux personnages, en passant par le temps qu’il fait dehors et les mug de thé, agrémentés d’un nuage d’humour so british.

Notre enquêteur ne court pas comme un fou, mais son enquête est originale, l’emmènera sur des sentiers non prévus, le tout avec un petit suspense, celui qui vous accroche mais ne vous colle pas des sueurs froides ou des palpitations cardiaques.

Et puis, un enquêteur qui se fait surprendre au petit matin, la tchole à l’air (j’ai pas dit en l’air), qui fait du sauvetage uniquement vêtu de son boxer, le tout avec un corps de rêve qui donnerai envie à Dalida de chanter ♫ Samson l’amoroso ♪ Croqueur d’amour, ♪ L’œil de velours comme une caresse ♫ What’else ?

On me signale au passage que si c’est Dalida qui chantait, le premier rôle féminin du livre est tenu par Delilah… Samson et Delilah… Leurs prénoms sont biblique, mais celui de la femme est aussi le titre d’une chanson de Tom Jones ♫ My, my, my, Delilah ♪

Sans révolutionner le crime et ses différentes résolutions, le roman se laisse lire facilement, on se pique au jeu, on souri devant certaines répliques ou situations, on frémi lorsque le tueur passe à l’attaque, on se creuse les méninges afin de tenter de comprendre qui pourrait avoir un mobile sérieux quand soudain, tout s’éclaire.

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Hé les détectives en herbe, j’avais capté avant vous !

Une saga qui se met en place à son aise, sans pour autant lasser le lecteur, une résolution de meurtres, somme toute basique, mais qui est réaliste, des personnages attachants, qui évoluent, des secrets sur le passé de Samson pas encore dévoilés, des magouilleurs en arrière-plan pas encore mis hors d’état de nuire, ce qui laisse présager qu’il faudra lire le tome 2 pour en savoir un plus.

Ça tombe bien, j’avais l’intention de continuer avec ce couple d’enquêteurs sympathiques dont un est bourré de mystères et des secrets.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode