Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Naie : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Bayou Heat, Tome 8.5 : Bayou Noël Bayou Heat, Tome 8.5 : Bayou Noël
Laura Wright    Alexandra Ivy   
CHAPTER 1

Paris, 2005

Night had just fallen when Garrick Loriot strode into his opulent Parisian apartment with a scowl on his lean, starkly handsome face. After months of delicate negotiations, he’d at last reached a tentative deal to purchase an apartment building in Montmartre to use as a safe house for Pantera Diplomats, only to have the negotiations fall apart when it was declared a historical landmark.
Seriously. Was there anything in this city that wasn’t a fucking historical landmark?
His pissy mood, however, swiftly disappeared when he flipped on the light and caught sight of the envelope that had been slipped beneath his door.
It was from her. He could just catch the scent of vanilla mixed with earthy cypress. His heart did that familiar leap as he bent to grab it off the priceless Parisian carpet.
He always looked forward to hearing from Molly. Especially this time of year. With his father deceased, these letters were his one and only connection to the Wildlands and the mother who had never fully recovered from a near-fatal accident.
Like both his parents, Garrick was a born Diplomat which meant he never knew where he would be from one week to another. He depended on those letters to keep him connected to his home.
Unlike those of the previous Nurturers who’d cared for his mother, Molly’s letters weren’t dry reports of medical facts. Hers felt like family, and were filled with wit and humor, and captured his mother’s spirit, making him feel as if he were there.
And after his shitty day, he could use a pick-me-up.
Tearing open the envelope, he dropped into a chair near the window, his six-foot-plus frame dressed in one of the Armani suits Molly always called his “stick up his ass armor.” And by the white glow of the Noël lights strewn on buildings, lampposts and even the Eiffel Tower in the distance, he read:

Dear Mr. Loriot:
I am writing to inform you of my resignation as caretaker to your mother, Virginia Loriot, effective December 24.
This was not an easy decision for me to make. These past five years have been very rewarding, but it’s time for me to move on. I have accepted a position at Medical, and will be starting straight away.
Thank you for the opportunity to work with your mother. I wish her nothing but the best. You’ll be pleased to know I’ve found a suitable replacement. Virginia has met and approved her.
Best regards,
Molly Cochell
What. The. Fuck.

END OF EXCERPT

Source: http://alexandraivy.com/books/bayou.php

par Jenna
Calendar Girl, Tome 10 : Octobre Calendar Girl, Tome 10 : Octobre
Audrey Carlan   
Ce tome me laisse une impression un peu mitigée et en toute honnêteté je n’ai pas été autant convaincu que je l’espérais. La vie de Mia va prendre un nouveau tournant et ce mois va être sous le signe de la nouveauté, puisque le contrat d’escort de la jeune femme est arrivée à échéance, la jeune femme va pouvoir s’installer à plein temps dans la villa de Wes à Malibu et reprendre sa vie en main dans ce nouvel environnement.

Dans ce nouvel opus, Mia va se voir confier une rubrique dans une émission de télé et ce nouveau projet va être un défi pour la jeune femme. Au côté du célèbre Docteur Hoffman, elle va tenter de monter le meilleur d’elle-même et ces derniers mois vont lui apporter le savoir nécessaire pour briller dans sa rubrique : Vivre en beauté.

Parallèlement nous allons vivre des moments difficiles puisque Wes s’avère souffrir de traumatisme sévère et plus que jamais ils vont avoir besoin l’un de l’autre. Les insécurités de nos héros vont ressurgir et c’est parfois avec beaucoup d’émotions que je les ai vues se rapprocher. Cependant par moments, le trop plein de scène de sexe est devenu un peu lourd quand on considère que le roman est court, il est indispensable que l’équilibre de l’histoire soit respecté, car j’ai eu l’impression qu’on avançait pas beaucoup dans l’histoire.

En bref, un tome qui ne répondait pas totalement à mes souhaits. Le fond de l’histoire avait quelques aspects intéressants, mais les scènes de sexe entre Mia et Wes sont vraiment trop présentes au détriment de l’intrigue nécessaire. Malgré tout, de bons passages sont présents et la lecture est toujours aussi agréable et fluide.

Ma chronique : http://wp.me/p4u7Dl-3CQ

par Luxnbooks
Bayou Heat, Tome 5 & 6 : Talon/Xavier Bayou Heat, Tome 5 & 6 : Talon/Xavier
Laura Wright    Alexandra Ivy   
PROLOGUE

LOUISIANA

1988

The house hidden in the tangled undergrowth just south of Bossier City was one stiff breeze away from total collapse.
Built from logs that had warped in the humid Louisiana weather, the cabin had a thin sheet of rusted tin and the windows were framed by rotting shutters. Even worse, the front porch had sagged at one end, giving it the appearance of a cheap funhouse.
Not the first place any man would select for his wife to give birth to his twin daughters.
But what choice did Chayton have?
With a muttered curse, he paced through the thick grass that left a damp film of dew on his knee-high moccasins. With the blood of the Chitimacha tribe flowing through his veins, Chayton felt most comfortable in soft leather pants and a vest that had been beaded by his mother. His glossy, dark hair was worn in a braid that fell to his waist, and his lean face was dominated by a prominent nose and eyes so dark they looked black. His bow was loosely held in one hand, with a quiver of arrows strapped to his back.
He was always on guard.
Ever since the vision had forced him to go on the run with his pregnant wife.
A familiar fear speared through his heart at the memory of that fateful day.
He’d been in the Wildlands at the request of the elders. He was one of the very few humans ever allowed in the remote sanctuary of the mystical Pantera. At first it had been his position as a shaman that had allowed him entry. Like his father before him, he’d had the ability to touch the spirit world.
It was a gift that gave him a much longer life span than most humans and the strange talent to detect the faction of an unborn Pantera baby. They called him when a female was close to delivering her cub to foresee whether it would be a Diplomat or Hunter or Healer. The Pantera began training their young from the cradle. Or at least they’d called him until the Pantera stopped having cubs.
That should have been the end of his connection to the Wildlands, but during one of his visits he’d stumbled across a talent that had only been a distant rumor among shamans until he’d manifested the gift.
He could do more than a catch a hint of the future of a Pantera.
He was an actual seer.
His predictions were often vague and sometimes impossible to interpret, but they were accurate enough that he was summoned to the Wildlands when the elders were debating a decision that would affect their people. Surrounded by the magic of the Wildlands, he would call upon the powers of his ancestors to be blessed with a glimpse of the future that could help lead the Pantera in the right direction.
It was a power he used only when the need was great.
Opening pathways to the ancestors was not only dangerous to him, but could occasionally allow malevolent spirits to escape into the world of men.
A damned shame he hadn’t said no when the elders had called for him again six months ago. But then he’d never seen a vision that was so clear. And certainly never one so intimately connected to himself.
His dark thoughts were thankfully cut short as the midwife stepped onto the porch. A small, dried up prune of a woman, she was known by the locals as JuJu.
“It’s done,” she said in clipped tones, wiping her hands on a bloody apron wrapped around her thin body.
She had the bedside manner of a rattlesnake.
Chayton stepped forward. “My wife?”
“Weak, but she’ll live.”
“And the babes?”
“Both are healthy.” The woman stuck out a hand gnarled by age. “You have my money?”
Chayton reached beneath his vest to pull out the precious money that he’d earned by selling the pelts of animals he hunted. He didn’t dare take a job that would force him to fill out paperwork.
Paperwork could be traced.
He held up the money. “Your word that you won’t speak of this birth,” he growled, his eyes hard with warning. “Not to anyone.”
A cunning expression touched her dark, leathered face. “It will cost you.”
“Fine.” Chayton added another fifty he couldn’t afford. “Your word.”
“You have it.” JuJu snatched the money and poked it into the pocket of her apron. “Do you want to see your children?”
“Yes.”
Chayton took a step forward only to come to a horrified halt when he heard a female voice speak from the nearby trees.
“We all wish to see the children.”
In one fluid motion he had an arrow in his bow and pointed toward the strange mist that flowed forward.
“Stay back,” he snarled, his gut twisting with dread as the mist lightened to reveal three females who moved forward with grim intent.
The elders.

END OF EXCERPT

Source: http://alexandraivy.com/books/talon.php

par Jenna
Calendar Girl, Tome 8 : Août Calendar Girl, Tome 8 : Août
Audrey Carlan   
Ca y est ! Enfin les aventures de Mia prennent une tournure intéressante. Ce huitième tome placé sous le signe de la famille donne un nouveau tour à la saga et la perspective de prochains livres très différents des premiers.

Après son mois passé à Miami en compagnie de la star du hiphop, Anton Santiago et de son copain Wes, Mia s’envole pour Dallas. Ce mois-ci, son contrat la conduit aux côtés de Maxwell Cunningham, un riche entrepreneur texan qui a besoin d’elle pour jouer le rôle de sa sœur.
Après le récent décès de son père, Maxwell a découvert lors de la lecture du testament que ce dernier léguait 49% des parts de son entreprise multinationale à une certaine Mia Saunders, née un 14 juillet. Dès que Maxwell en a pris connaissance, il fait des pieds et des mains pour retrouver cette sœur qu’il n’a jamais connu. Il a un an à compter du jour de lecture du testament pour la débusquer sinon l’entreprise ira aux mains d’investisseurs peu scrupuleux. Alors quand par hasard, il tombe sur Mia via l’agence d’escort, il décide de l’embaucher. Quelle coïncidence que leurs noms et dates de naissance soient identiques ! Et si les coïncidences n’existaient pas ?!

Quel plaisir de découvrir Mia sous un nouveau jour ! Dans ce tome exit la jeune femme obsédée par sa libido et par tous les hommes qui croisent sa route. Depuis qu’elle a décidé de se consacrer exclusivement à sa relation avec Wes, elle est devenue bien plus intéressante.
Ce mois d’août sera pour elle un mois de gros bouleversements. Il va révéler certains gros secrets du passé. Des secrets qui pourraient changer sa vie et celle de Maddie de manière irréversible.
Ce tome est beaucoup plus touchant que les précédents. Il est plus grave aussi. Entre révélations inattendues et fin tragique, il est bien plus captivant que tous les précédents. Pour une fois, je n’ai pas été dérangée par une vulgarité trop présente. Ce huitième tome est bien meilleur que les autres. Il est empli d’émotions, de moments émouvants et parfois difficiles. Enfin, on quitte le monde de superficialité que l’on côtoie depuis le début. Le scénario devient plus profond et prend une nouvelle dimension qui laisse présager une suite complètement différente.
En résumé, une fois n’est pas coutume mais j’ai été séduite par ce tome. J’espère sincèrement que l’auteure va poursuivre dans cette voie et abandonner le côté trop frivole des premiers livres. Il m’a complètement reboosté et motivé à continuer la série. J’espère ne pas être déçue par le prochain volume. La suite le mois prochain….
Bayou Heat, Tome 1 & 2 : Raphael/Parish Bayou Heat, Tome 1 & 2 : Raphael/Parish
Laura Wright    Alexandra Ivy   
Legend of the Pantera

To most people the Pantera, a mystical race of puma shifters who live in the depths of the Louisiana swamps, have become little more than a legend.
It was rumored that in the ancient past twin sisters, born of magic, had created a sacred land and claimed it as their own. From that land came creatures who were neither human or animal, but a mixture of the two.
They became faster and stronger than normal humans. Their senses were hyper-acute. And when surrounded by the magic of the Wildlands they were capable of shifting into pumas.
It was also whispered that they possessed other gifts. Telepathy, witchcraft, immortality and the ability to produce a musk that could enthrall mere mortals.
Mothers warned young girls never to roam alone near the swamps, convinced that they would be snatched by the Pantera, while young men were trained to avoid hunting anywhere near the protected Wildlands.
Not that the warnings were always successful.
What girl didn’t dream of being seduced by a gorgeous, mysterious stranger? And what young man didn’t want to try his skill against the most lethal predators?
As the years passed, however, the sightings of the Pantera became so rare that the rumors faded to myths.
Most believed the species had become extinct.
Sadly, they weren’t entirely mistaken…

CHAPTER 1
Slut. Whore.
Worthless piece of white trash.
The words were still ringing in Ashe Pascal’s ears as the door to the trailer slammed behind her.
She grimaced as she gathered her clothes that littered the front porch and headed for her piece-of-shit clunker that was parked near the curb.
For once the drunken insults flung by her mother managed to hit a nerve.
Not that she was a whore. It wasn’t like she’d gotten paid for spreading her legs, was it?
Hell no, she’d spread them for free.
Or at least she assumed she had.
How else could she be pregnant? Immaculate conceptions might happen in the good book, but in the bayous of southern Louisiana women got knocked-up the good old-fashioned way.
A damned shame she couldn’t remember what happened.
If she had to pay the piper she should at least have enjoyed the dance.
With a shake of her head, she yanked open the door of her car and tossed her clothes on the cracked leather seat before climbing behind the driver’s wheel.
Shoving her key into the ignition, she breathed out a sigh of relief as the engine rattled to weary life. The way her pissy luck was running she’d expected the battery to be dead. Again.
She supposed there was an irony in the fact that she’d promised herself that she would start looking for a new car just as soon as she’d paid off her mother’s latest bar tab. She’d even driven to the bar to tell the owner that she was done being her mother’s personal banker.
And that’s when the trouble had started.
Barely aware that she’d shoved her car in gear, Ashe absently drove through the small town that hovered on the edge of the bayou, pulling to a halt across the street from the only bar in town.
The two story wooden building with a tin roof had at one time been painted a cheery yellow, but over the years it’d faded to a miserable mustard, with heavy green shutters that could offer protection during hurricane season. The entire structure was built on heavy stilts to keep the main floor off the ground. A necessary precaution in this area. The danger of flooding was a hundred percent, which no doubt explained why less than a few hundred people lived in the town.
She gave a humorless laugh at the neon sign that blinked in the thickening gloom.
‘The Cougar’s Den’
It sounded like a hang-out for the local football team, or maybe a taxidermist’s shop.
Instead it was filled with a motley crew who she assumed came in from the oil fields, the shrimp boats and the dark shadows of the swamps. And of course, locals like her mother who were so desperate for a drink they were willing to ignore the thick air of aggression that filled the entire building.
The rest of the town avoided the place like the plague.
Including the pack of stray dogs that terrorized the rest of the town.
The Cougar’s Den was a cesspit of danger.
Her grim thoughts were abruptly interrupted as the humid spring breeze swept through her open window, tugging at her long, black curls and caressing her skin that remained a pale ivory no matter how much sun she got. Her eyes, as dark as a midnight sky, narrowed.
There was something in the breeze.
Something beyond the hint of azaleas, and newly bloomed roses from Old Lady La Vaux’s garden, and even the more distant smell of rotting vegetation that wafted from the swamps.
What the hell was that scent?
Not cologne, but…musk.
Yes. That’s what it was. A rich, intoxicating male musk.

END OF EXCERPT

par Jenna
Calendar Girl, Tome 6 : Juin Calendar Girl, Tome 6 : Juin
Audrey Carlan   
Nous sommes arrivés à une phase de transition pour Mia, ce tome marque une étape importante pour cette année décisive. Il devient également beaucoup plus difficile de vous exposer les faits sans risquer de trop vous en dire. Nous sommes arrivés à la moitié de cette année et le futur paraît plus incertain que jamais, difficile de se protéger alors qu’il reste encore six mois où il peut se passer n’importe quoi.

Ce mois de Juin va être un peu différent , notamment car elle a été embauché pour être au bras d’un homme âgé et qu’elle ne l’intéresse pas de la manière dont elle s’y attend. Cet homme puissant souhait simplement que Mia l’accompagne pour un projet important et cela la plonge dans un univers totalement inconnu, cette manière de parader au bras d’un homme n’est pas dans ses habitudes. Pourtant alors que le père ne l’intéresse pas, elle va pouvoir compter sur son charmant fils Aaron Shipley, qui est d’une beauté à couper le souffle. Je ne vous cache pas que lorsqu’ils se sont rencontrés, j’ai levé les yeux au ciel, Mia craque tellement facilement devant un bel homme que parfois j’ai du mal à la suivre.

J’ai beaucoup aimé la nostalgie qui transparaît de ce livre, Mia va repenser à tout ce qu’elle a vécue et faire le point sur sa vie. Être escort ce n’est pas un choix et pourtant elle est déterminée à payer sa dette toute seule, sans compter que sans ce métier elle n’aurait pas rencontré ces hommes exceptionnels qui vont s’avérer très présents dans ce tome et j’ai réalisé à quel point elle est entourée. Lorsqu’elle a débuté ce travail, la jeune femme était plus seule que jamais et aujourd’hui, elle a une armée de beaux mecs qui est prête à tout pour elle. La voir réaliser qu’ils sont sa famille fait chaud au cœur, pour elle qui a toujours manqué d’amour. Aujourd’hui elle peut compter sur ses amis pour être présents.

Un mois de juin qui m’a bien plu en plein cœur de Washington, pour le coup niveau tourisme ce n’est pas trop ça, mais Mia va vivre un mois très intense. Comme à son habitude la jeune femme ne va pas hésiter à jouer les entremetteuses et c’est toujours un plaisir de la voir agir pour les autres. Audrey Carlan réussi encore une fois a redonné du souffle à sa série, qui ne cesse de jouer le yoyo avec mon cœur. Ce tome se démarque de ses prédécesseurs et nous offre un aperçu de ce qui nous attend en juillet.

http://wp.me/p4u7Dl-3oj

par Luxnbooks
Créatures des ténèbres, Tome 3 : Au-delà de l'oubli Créatures des ténèbres, Tome 3 : Au-delà de l'oubli
Jacquelyn Frank   
Léo Alvarez est le meilleur ami de Jackson Waverly, et il est comme un frère pour Docia. C'est par rapport à eux qu'il s'est retrouvé plongé au cœur de la bataille entre les légitimistes et les thaumaturges, sans le vouloir. Il est d'ailleurs avec eux, au Nouveau Mexique, pour tenter de panser ses blessures (infligées par Chatha le pervers) lorsque la maisonnée est attaquée par Apophis, le Dieu farfadet et que Jackson/Ménès est grièvement blessé. Léo devra sa survie à Confiance, une Ange de la Nuit, venue pour les aider. Malgré sa haine envers les changecorps, ainsi que tout les autres nocturnes, Léo, l'humain, va faire équipe avec Confiance pour sauver la vie du pharaon. L'amour et l'amitié vont rivaliser avec la haine et les à priori... A savoir lesquels seront les plus forts...

Une fois de plus j'ai adoré ce roman! J'aime beaucoup l'univers très sombre qu'à créé Jacquelyn Frank avec ses Nocturnes. Et pourtant j'ai mis un certain temps pour le lire car le monde des Créatures des Ténèbres est compliqué. L'apparition de nouvelles créatures implique l'explication d'un nouveau mode de vie, de nouvelles hiérarchies et de nouvelles craintes. J'ai été fascinée par l'arrivée de Confiance l'Ange de la Nuit, qui bouleverse notre vision des anges à proprement dite. Léo est une boule de haine, de rancœur et d'amertume (on le serait aussi si on était passé entre les mains d'un thaumaturge psychopathe.) Mais au dessus de tout ça, il y a sa loyauté et ça fait de lui un être unique... (même si j'ai eu plus d'une fois envie de lui mettre mon pied au c*l pour le faire se remuer pffff ;) C'est ce duo que l'on va suivre tout au long du roman et qui va nous faire trembler et passer par des montagnes russes émotionnelles... Que du bonheur en somme!

Créatures des Ténèbres n'est pas un roman qui se lit à la plage (quoi que) car il demande beaucoup d'attention mais il est tellement original qu'on lui pardonne volontiers... surtout que dans ce tome l'histoire est, à mon avis, une charnière et laisse augurer de nombreuses péripéties... Pour résumer, vite la suite!!!!!!!
Béa pour @actuYA.fr

par BeaMars
Calendar Girl, Tome 4 : Avril Calendar Girl, Tome 4 : Avril
Audrey Carlan   
Cette série joue un peu au yoyo avec mes nerfs et j’ai du mal à évaluer mon ressenti. C’est indéniable l’addictivité est bien présente et quelque chose me retient d’abandonner complètement. Certes mes sentiments sont mitigés, mais l’histoire associée à la plume suffit à me contenter pour le moment. Dans l’ensemble mon constat est sensiblement le même, à savoir que chaque histoire est trop indépendante et je reste trop accroché à l’intrigue de base pour ne pas y prendre goût.

Dans ce tome j’ai retrouvé une Mia un peu différente et ce changement montre une réelle évolution, ces aventures lui apportent un enseignement et on commence à voir le résultat. Sa mission d’avril va la conduire à Boston, où elle va faire la connaissance de Mason Murphy un joueur chez les Red-Sox et on peut dire que ce jeune homme n’a pas la langue dans sa poche et lui faudra quelques piques de notre jolie escort. Contrairement à ce que j’imaginais, ce tome s’est avéré beaucoup plus positif que l’avait été Février, mais la supportrice en moi qui a succombé au charme de Wes est terriblement frustrée de ne pas avoir sa dose quotidienne et je regrette que son personnage ne soit pas plus récurrent.

J’ai découvert une Mia altruiste, qui va tenter de se mêler des histoires de son client et on peut dire que cette petite histoire m’a beaucoup plu. Seulement deux éléments m’ont perturbé et ont apporté une part de déception, même si dans un sens il y a une part de prévisibilité c’est frustrant en tant que lectrice de n’avoir aucun recours. J’avais tellement adoré le mois de mars, que j’étais persuadé de repartir sur de bonnes bases et même si les personnages secondaires rencontrés au fil des tomes sont touchants, j’aimerais une constante et sentir que ces personnages qui ont compté le temps d’un tome, sont devenu importants pour la suite des évènements. Or pour le moment, aucun lien ne se fait et l’intrigue centrale stagne.

En bref, j’ai du mal à me faire un réel avis malgré quatre tomes et je n’envisage pourtant pas d’abandonner au cours de route. C’est un sentiment très étrange que de se sentir frustrée par sa lecture, mais en même temps de ne pas réussir à décrocher dans l’attente qu’un élément vienne tout changer. Encore une fois Mia nous a prouvé que malgré les doutes, elle va tout donner pour devenir une femme meilleure. Curieuse de découvrir Mai, mais en même temps je préfère baisser mes attentes d’un cran pour éviter la dégringolade, car ce sentiment de frustration s’accroche et j’espère voir le déclic se produire avant décembre.

http://wp.me/p4u7Dl-3cQ

par Luxnbooks
Créatures des ténèbres, Tome 1 : Fruit défendu Créatures des ténèbres, Tome 1 : Fruit défendu
Jacquelyn Frank   
C'est avec une certaine impatience que j'attendais cette nouvelle saga, Le Clan des Nocturnes, Tome 6 : Adam n'ayant pas répondu à tous les questionnements restés en suspend, notamment au sujet de la prophétie annoncée par les Anciens impliquant les enfants du Temps et de l'Espace. Et c'est pourtant bien un spin-off et non une suite que nous entamons ici même si dans le prologue nous retrouvons Kestra et Bella dans la bibliothèque du roi des Démons Noah, déchiffrant un papyrus annonçant une terrible guerre entre les 12 clans des Nocturnes. Nous connaissions les démons, les vampires, les druides, les lycanthropes, le peuple des ombres et les Mistrals, le monde de Jacquelyn Franck s'étoffe encore avec ici les gargouilles, les djinns, les changecorps: un humain, le véhicule, et l'âme d'un ancien Egyptien momifié, le duplicata. L'hôte du symbiote a eu une mort violente et injuste, il a accepté d'accueillir un passager avec lequel il va devoir apprendre à vivre en fusionnant...

Menes, grand unificateur de la Haute et Basse Egypte, Hachepsout première reine à avoir régner en tant que pharaon, voilà de quoi ravir les passionnés d'Egypte antique, d'autres illustres noms ayant également leur place dans cette histoire mais ils sont associés à des termes tirant sur la science fiction, et nous voilà dans un remake de Stargate SG1,(les nexus faisant office de porte des étoiles), alors que jusqu'ici nous baignions dans un univers paranormal fait de magie et poésie. L'ensemble est plutôt déstabilisant d'autant que je n'ai absolument pas reconnu le style lyrique de l'auteur qui m'avait pourtant enchanté dans la première saga malgré une traduction souvent approximative. L'écriture manque de maturité et donne bien souvent dans la simplicité brouillonne voire confuse avec pas mal de langage familier qui ne sert pas forcément le récit. C'est une grande déception à ce niveau, même si l'intrigue extrêmement bien conçue m'a embarquée malgré tout.

Docia s'imaginait être une fille banale, surprotégée par Jackson son frère policier maitre-chiens et couvée par ses collègues, jusqu'à ce qu'elle devienne la cible de criminels déterminés à la tuer. Déclarée morte par les médecins, elle revient miraculeusement à la vie après avoir accepté d'héberger une âme, qui, selon ses nouveaux protecteurs Ram et Asikri, est celle de la grande reine Hatchepsout. Cette dernière est l'âme soeur du Grand Ménès qui doit revenir à la vie pour combattre à nouveau les thaumaturges s'opposant aux légitimistes dont il est le roi. Oui mais, Ram meilleur ami du roi et son hôte Vincent sont irrésistiblement attirés par Docia qui ne commence qu'à entrevoir les implications de son choix pour rester en vie dans ce monde qui lui est étranger. Elle va devoir apprendre, et vite, car des dangers la menacent de toute part, d'autant que la mission assignée à son symbiote risque d'être déterminante pour l'avenir de toute une race.

C'est un premier opus intéressant tant au niveau de la trame que de l'idée de base de cette nouvelle mythologie qui nous plonge dans une fiction qui n'a pas de réel rapport avec l'histoire de ces pharaons. L'intrigue peine à se mettre en place, la romance n'a rien de transcendant même si elle oscille entre celles de Lancelot et Guenièvre et Roméo et Juliette, les scènes sensuelles peu nombreuses heureusement n'enjolivent en rien le récit dépourvu de passion et de souffle épique. J'ai eu beaucoup de mal à cerner la psychologie des protagonistes qui manquent de personnalité à mon sens, ce qui m'a désagréablement surprise tant j'avais apprécié chaque héros du Clan des Nocturnes, tous finement et soigneusement étudiés dans chacun des tomes. Cette nouvelle série peut se lire séparément de l'autre, peut-être en attendais-je trop, mais ce "fruit défendu" me laisse dubitative, peu convaincue par cette entrée en matière. Je dois avouer cependant que le dernier quart du livre commence à émettre quelques signaux plus distinctifs du talent de Jacquelyn Franck, à confirmer donc avec le suite Créatures des ténèbres, tome 2 : Amour éternel.


par Seregan
Calendar Girl, Tome 2 : Février Calendar Girl, Tome 2 : Février
Audrey Carlan   
http://wp.me/p7NXJX-2Mz

Aussitôt acheté, aussitôt lu car j’avais très hâte de pouvoir lire cette suite. Comme je l’ai dit dans mon précédent avis, le concept est toujours aussi original : 12 villes, 12 missions à chaque fois, ce qui permet d’éviter une redondance tous les mois et de découvrir de nouvelles villes et protagonistes… De plus, le livre se lit toujours aussi bien et avec fluidité.

Pour autant, j’ai été très déçue par ce tome, si ce n’est agacé. Ce que je redoutais est finalement arrivé : Mia couche avec Janvier et maintenant Février trois jours à peine après avoir quitté son premier client.

J’ai trouvé le comportement de Mia assez aberrant. Dès son arrivée, elle succombe et désire follement Alec et ne rêve que de coucher avec. En précisant au fil de notre lecture, qu’elle a des sentiments pour Wes et pense souvent à lui durant ce mois passé avec Alec, bien sûr.

N’oublions pas que lorsque sa tante lui a proposé ce job, elle a été choquée par cette proposition et s’est mise à revendiquer qu’elle n’était pas une prostituée.. Assez paradoxal comme comportement, je trouve.. Quant à Alec, il ne m’a fait ni chaud ni froid. Je l’ai trouvé assez bizarre, un peu trop vite familier avec Mia alors qu’il ne la connait même pas.

Bref, la seule chose qui m’a réellement plu, ce sont les prises de conscience de Mia sur elle-même et son corps. Apprendre à se voir autrement et à s’aimer à travers le travail d’Alec est assez intéressant quoique pas assez approfondi dû au format du livre qui ne le permet pas.

Je me répète mais on ne peut vraiment enlever à l’auteur d’avoir su trouver le bon filon pour rendre accro les lectrices en créant un sentiment de frustration et d’impatience à chaque fin de tome. Qu’on n’aime ou pas, on vous voudra forcément savoir le fin mot de l’histoire et surtout savoir avec qui Mia finira.

Me concernant, je lirai le tome sur Mars car je l’ai pré-commandé et payé mais si l’histoire est à l’image de février, je passerais mon tour pour les autres mois et lirais peut-être décembre pour avoir le fin mot de tout ça ou je trouverais une chronique bien spoiliante !

par Cassije