Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Naisho : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Everything, Everything Everything, Everything
Nicola Yoon   
C'est une claque majestrale que je viens de me prendre après avoir refermé ce livre.

Outre le fait qu'il soit magnifique, il est merveilleux à l'intérieur. L'histoire est puissante, pleine de beauté, et plein de bon sens.
Je ne m'attendais à rien en particulier en commençant ce livre, d'ailleurs, je ne savais même pas de quoi cela parlait, Préférant me plonger dans un univers inconnu.

C'est l'histoire de Madeline. Cette dernière a quasiment passé sa vie enfermer chez elle, protéger par des appareils de changement d'air, dans une pièce sans poussière, sans personne extérieur, sans maladie. Madeline a une maladie rare, elle est allergique au monde. Sa vie est monotone, mais elle l'aime puisqu'elle n'a connu que ça. Elle passe ses journées à lire, à étudier, et à passer du temps avec sa maman et son infirmière (meilleure amie) Carla.
Jusqu'au jour ou de nouveaux habitants emménagent dans la maison d'en face, et Oliver (plus souvent surnommé Olly), fait son apparition et va bousculer la vie de Madeline.

Ce livre m'a fait aller de découverte en découverte. Premièrement, j'ai beaucoup appris de la maladie de Madeline, la maladie de DICS. Cette dernière est expliquée de manière simple et ludique, ce n'est pas un cours, mais cela est très intéressant.
On retrouve aussi les premiers sentiments d'amour, ce que cela provoque, surtout pour une adolescente de 17 ans qui n'a encore jamais connu ça. J'ai trouvé ça magique et très mignon. On se laisse pousser des ailes, on croit vivre d'amour et d'eau fraîche... bref, j'ai toujours trouvé ce sentiment merveilleux et j'ai pris plaisir à le redécouvrir par le biais de Madeline.
On retrouve aussi les premières Aventures, avec un grand A, quand on se dit que la vie vaut la peine d'être vécu que lorsque l'on fait quelques choses d'incroyable, qui, même si cela risque de nous tuer, est merveilleux sur le coup.
On redécouvre la trahison... je dis redécouvrir car dans ce roman, on a l'impression d'être au tout début de la vie, c'est un sentiment étrange à expliquer, mais, même pour le lecteur, on a la sensation que nous aussi on découvre l'univers, au même titre que le personnage principal.

Les personnages sont tous uniques et tous magiques en même temps. Madeline, malgré sa vie plutôt morne, est un éclat de vie à elle seule, elle fourmille de joie, de bonne humeur, d'espoir, de partage...
Olly est un garçon qui n'a pas la vie facile, il est toujours en noir, signe de deuil, mais n'y prêtait pas attention, c'est un garçon charmant, attentionné et très joli, à ce que j'ai pu lire.
La mère de Madeline est étrange, et je le savais dès le début, mais c'est une mère qui aime sa fille et qui ferait tout pour elle.
Enfin Carla est une amie extraordinaire, je n'arrive pas à exprimer de mot à son encontre et préfère vous laisser la découvrir, et l'aimais autant que moi.

Le style m'a tout de suite plu de par sa simplicité, sa fluidité. Le texte est ponctué de dessin, d'illustration, de citation de Madeline, et même de mail, qui est toujours agréable à voir lors d'une lecture. Cela permet aussi de faire défiler les pages à une vitesse incroyable. J'ai beaucoup aimé cet aspect.
J'ai tout de même un petit regret. Ce livre aurait été un véritable coup de cœur si on avait eu une alternance de point de vue. Je m'explique ; j'aurais aimé savoir ce que pensait vraiment la maman de Madeline, et Olly, cela aurait donné de la profondeur à l'histoire et aurait fourni toutes les ficelles nécessaires pour le lecteur. Après tout, un lecteur est curieux et veut toujours en savoir plus.
Mis à part cela, c'est un excellent roman que je conseillerais à tout le monde, au plus jeune comme au moins jeune, aux fans de n'importe quel genre.

Ce roman est un peu un livre doudou pour moi, il me rappelle ce qui est important, il me rappelle ma jeunesse (bien que je n'ai que 20 ans!) et me fait me sentir bien.


par newmoon
DUFF, Dodue utile et franchement fade DUFF, Dodue utile et franchement fade
Kody Keplinger   
Même si Bianca n’aime pas particulièrement aller au Nest, une boîte de nuit pour mineurs, elle s’y rend pratiquement tous les week-ends pour faire plaisir à ses deux meilleures amies Casey et Jessica. Et si ces deux dernières passent tout leur temps à danser, Bianca reste toujours accoudée au comptoir les yeux rivés sur la pendule, attendant une heure qu’elle juge raisonnable pour commencer à se plaindre et leur faire comprendre qu’elle voudrait rentrer. C’est dans ce contexte plus que coutumier que vient la déranger Wesley Rush, le tombeur du lycée. Si Bianca l’a toujours détesté et le lui fait bien comprendre, Wesley ne renonce pas pour autant. Après tout ce n’est pas elle qu’il veut séduire mais ses deux meilleures amies. Pour parvenir à ses fins, il est persuadé qu’il doit se montrer amical envers Bianca afin d’attendrir les deux autres filles et donc marquer des points dans leur estime. Pourquoi Bianca ? Parce qu’elle est la DUFF du groupe, la Dodue Utile et Franchement Fade, celle qui sert de faire valoir aux autres, réhaussant leur beauté par sa banalité. Bianca ne peut que haïr Wesley encore plus mais une partie d’elle ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y aurait pas un fond de vérité dans tout ça. Après tout Casey et Jessica sont toutes les deux magnifiques, comparées à elle. Malgré ses répliques cinglantes elle ne parvient pas à se débarrasser de Wesley et, après une journée particulièrement mauvaise, elle l’embrasse sans trop savoir pourquoi. Si elle ne comprend pas elle-même son geste, en revanche elle est parfaitement consciente du calme et de la sérénité que lui procure ce baiser, lui vidant la tête de tous ces tracas pour quelques instants. Commence alors entre eux une relation purement physique, partagé entre désir et dégoût, qui doit absolument resté secrète.

Présenté ainsi, il est évident que Duff ne plaira pas à tout le monde. J’ai moi-même énormément de mal avec les livres basés sur le sexe mais je n’ai eu aucun problème avec celui-ci parce que même s’il en est souvent question, il n’y a jamais de description de ce type de scène. Sans oublier que ces moments sont englobés dans un véritable scénario, presque noyé au milieu de questionnements intérieurs bien plus complexes, ce qui fait que comme pour Bianca, ces moments d’oubli sont aussi pour le lecteur l’occasion de faire un break .

J’ai véritablement été surprise par la tournure qu’a prise leur relation entre notre héroïne et le tombeur du lycée. Au début du livre Wesley est lourd, sûr de lui, arrogant, et a un tableau de chasse assez impressionnant. Bianca n’a jamais caché le dégoût qu’il lui inspire (et nous le fait savoir avec cynisme et sarcasme, ce qui est tout simplement délectable !) donc je n’ai pas imaginé une seule seconde qu’elle puisse se lancer dans ce genre de relation avec lui (oui je suis parfois naïve ^^). Surtout qu’il y a Toby, le garçon sur qui elle craque depuis des années mais qu’elle n’a jamais osé aborder. Et pourtant cette relation entre Bianca et Wesley fonctionne, à ma plus grande surprise. Lorsqu’elle est avec lui, Bianca oublie sa mère toujours absente, ce père qui se voile la face et qui refuse d’admettre que le divorce relève de l’évidence, sans parler de cette insécurité qu’elle traîne avec elle depuis que Wesley l’a traité de Duff et de son incapacité à se confier à ses deux meilleures amies. Est-elle réellement aussi moche et aussi grosse que ça ?

L’histoire est bien plus profonde que ne le laisse penser la couverture et je n’ai pas réussi à lâcher cette histoire tant que je n’étais pas arrivée à la dernière page ! Je me suis attachée à Bianca en un battement de paupières. Avec son caractère bien trempé, son sarcasme et ses répliques mordantes, il est impossible de ne pas l’aimer. Elle porte un regard lucide sur ce qu’est l’amour à l’adolescence, ce qui change des romans young adult habituels. Bien évidemment sa vision des choses va quelque peu évoluer suite à son étrange relation avec Wesley mais jamais elle ne parlera d’amour fou et inébranlable. Mais au-delà de cette romance et de ce pseudo triangle amoureux (Bianca-Toby-Wesley) il y a une véritable réflexion sur le regard des autres et l’estime de soi, mais aussi sur les ravages de l’alcoolisme. Il y est aussi question d’amour, mais pas celui avec un grand A, plutôt celui avec un F comme famille ou A comme amitié.

Il n’y a pas que Bianca qui ait droit à son introspection. Même si le sujet est traité plus sommairement, il est aussi question de la différence. En effet si aujourd’hui Jessica est l’une des filles les plus populaires du lycée, ça n’a pas toujours été le cas. Elle est d’une naïveté touchante et m’a souvent rappeler Britanny, l’une des pompom-girl de la série Glee. Wesley a lui aussi son propre secret, sa propre tristesse cachée, et j’ai vraiment été heureuse de voir que l’auteur lui avait finalement accordé plus de profondeur qu’on ne le dirait au premier abord. Wesley ne se dévoile que par petites touches mais le fait que le garçon le plus populaire du lycée s’intéresse à une Duff devient alors logique et surtout crédible.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Duff est loin de retracer les aventures creuses et superficielles d’une adolescente frivole. Ce récit est vrai, bourré d’humour, et surtout très divertissant. Je n’ai pas ressenti une seule fois l’envie de sauter quelques lignes, ce qui ne m’était pas arrivé depuis très, très longtemps. Ce n’est pas un coup de cœur parce qu’il me manquait quelque chose, la petite étincelle, mais je relirai Duff avec un grand plaisir !

http://lesmotspourrever.com/duff/
MDR - Menteuse Drôlement Raleuse MDR - Menteuse Drôlement Raleuse
Kody Keplinger   
Un excellent livre, tout simplement, qui aura frôlé le coup de coeur !
Depuis que j'ai découvert l'écriture de Kody Keplinger, je ne m'en passe tout simplement pas, avec une plume simple mais entrainante et prenante, cette auteure parvient à nous présenter une situation qui peut sembler banale (une simple histoire d'amour) mais elle a ce truc en plus qui nous fait tomber amoureux de ses personnages, de son histoire, car ce livre n'est pas seulement du divertissement, c'est aussi une leçon de vie, certes la morale du livre est moins forte et présente que dans les trois premiers tomes, mais elle est tout de même là !
Le seul bémol que je trouverais cependant à ce livre c'est la fin, très abrupte, et je serais prête à sacrifier un bras pour avoir un prologue !
Mais à part ça je n'ai rien à dire, les personnes, Sonny et Rider sont exceptionnels, drôles comme je les aime, j'ai adoré leur relation, très taquine (comme celle entre Wesley et Bianca que, à mon grand plaisirs, nous retrouvons dans ce tome, j'ai aussi énormément le fait que l'auteure ait insérer également les deux autres couples, même si c'est plus subtilement, dans ce tome ci) !
Enfin bref, à lire, tout comme les autres tomes !!!

par Jess-jess
The Fill-In Boyfriend The Fill-In Boyfriend
Kasie West   
«I like it when you're not perfect.»

Je passais ma bibliothèque en revue pour le simple plaisir de le faire (parce que ouais, j'aime regarder ma propre bibliothèque... est-ce qu'on peut compter ça comme une forme de narcissisme ou d'arrogance, ou quelque chose dans le genre? Parce que, j'aime vraiment ma bibliothèque. Si c'était possible, je sortirais avec ma bibliothèque.

Et je vais arrêter de dire le mot bibliothèque avant de ne même plus être capable de le dire correctement.) Je disais donc... je regardais ma... gigantesque collection de livres quand je me suis dit qu'il faudrait peut-être que je me trouve un bouquin à lire et comme je suis aussi très nulle pour garder mes petites mains loin de ma PAL monstre (rien de bien mal à ça) et que The Fill-In Boyfriend me tentait depuis des mois bah... me voilà. (Oui, tout ça pour ça. Impressionnant, n'est-ce pas?)

Bref, c'est le deuxième roman que lis de Kasie West et je suis déjà prête à en découvrir un autre. Parce que la part de mon être qui se trouve être complètement, pathétiquement, et irrévocablement romantique n'est pas en mesure de résister à de telles histoires.

♥ C'est une histoire très simple et légèrement clichée mais carrément addictive et je n'ai pas pu faire autrement que l'adorer. Parfois quelques lectures toutes simples et légères font du bien, surtout avant la rentrée quand le stress des cours à la pelle vous revient.

On va donc suivre Gia qui est l'une des filles les plus populaires du lycée. Depuis quelques mois Gia sort avec Bradley et pour prouver à ses amies que ce dernier est bien réel puisqu'ils ont une relation à distance et que Bradley n'a jamais dénié à rencontrer ses copines, Gia prévoit de se rendre au bal du lycée avec Bradley. Sauf que sur le parking, Bradley largue Gia et se casse en la laissant désespérée à l'idée que son groupe de friends la prenne pour une menteuse...

Pas de chance.

Jusqu'à ce que ses yeux se posent sur un bel inconnu qui attend tranquillement dans sa voiture que le temps passe. Personne au lycée ne le connait et Gia va donc embarquer le jeune homme dans un drôle de mensonge... pour une soirée, il sera Bradley.

«"I can pay you."
He raised his eyebrows. "I'm sure there are services for that. Maybe you can try calling 1-800-HOOKERS or something?"
"You know the number well?"»

♥ La plume de Kasie West est le genre de plume qui me plait chez les auteurs de contemporains; simple mais avec une petite touche de quelque chose pour la rendre géniale. Kasie West a une plume légère et plutôt addictive, mais le mieux c'est que rien qu'avec ça, elle a réussi à jouer avec mes émotions comme avec des pantins.

♥ Passons aux personnages. Rien de complexe, rien de nouveau, mais comme je l'ai dit plus haut un cliché ou pas, quand c'est bien mis en place, mon pauvre petit cœur ne peut résister. En clair, les personnages m'ont plu. *tada*

Gia a beau être une fille populaire, n'allez pas tout-de-suite vous imaginer que c'est une peste. Elle est accro aux réseaux sociaux et elle a déjà fait du tord à certaines personnes sans véritablement s'en rendre compte. OK. Mais c'est un personnage qui évolue et auquel je me suis attachée, je l'ai bien aimé.

Fill-in-Bradley (aka Hayden) est adorable. Vous m'avez perdue. J'ai des cœurs dans les yeux. Je crois que chaque fille qui se respecte devrait avoir son propre fill-in-Bradley. ;)

Bec est l'amour de ma vie. J'adore cette fille. Elle n'a pas la langue dans sa poche et dit ce qu'elle pense. Elle est féroce mais aussi adorable et c'est une amie géniale. (Je veux une Bec aussi!!!)

Certains des personnages secondaires m'ont plu. Comme Nate, par exemple. Certains m'ont donné envie de leur arracher les yeux et de les manger. (Ouais c'est dégueu.) Comme Drew, ou encore Jules. (Faites attention à vos yeux les gars!)

♥ Je n'ai rien de spéciale à dire sur la romance, hormis le fait que je l'ai apprécié comme on apprécie un film pop-corn qu'on a déjà vu un million de fois. Je savais comment ça allait se finir, je savais que c'était comme un plaisir coupable, mais j'y ai mis tout mon cœur.

♥ J'ai plus de choses à dire concernant les amitiés dans The Fill-In Boyfriend.

Le groupe d'amies avec lequel Gia passe le plus clair de son temps, les populaires, m'ont tapées sur le système. Jules, en particulier, qui cherche vraiment la petite bête. J'aurais été à la place de Gia, je l'aurais frappé sérieusement. Mais je ne suis pas populaire et pas à la place de Gia... cela dit, je l'aurais quand-même frapper avec plaisir.

Quant aux deux autres dont j'admets avoir oublié les prénoms, elles ne sont pas méchantes et de manière globale je pourrais presque les décrire comme de bonnes amies envers Gia. Mais elles m'ont déçues. Je trouve ça idiot de ne pas essayer de comprendre le pourquoi du comment et de juste partir faire la gueule dans son coin... enfin, si vous avez lu ce livre, vous comprenez sûrement ce que je veux dire. Leur réaction face aux mensonges de Gia m'a déçue parce que je pense qu'elles auraient pu essayer de comprendre.

Pour finir sur une bonne note, j'ai adoré la relation entre Bec et Gia. Au début, elles ne sont pas amies et n'appartiennent clairement pas au même cercle mais grâce à Fill-In-Bradley, les deux filles (puisque que Bec est la sœur de FIB -ouais, FIB, ahahah-) vont être menées à se fréquenter et vont devenir amies. Plus ou moins difficilement, puisqu'il semblerait que Bec est le même genre de rabat-joie que moi (parfois).

En tout cas, j'ai adoré l'évolution de leur amitié et leur relation en générale. Même quand Bec pouvait à peine voir Gia en peinture, j'étais déjà sous le charme. ^^

♥ En conclusion, plus ça va plus je me dis que je vais vraiment finir ma vie seule. Ma liste de qualités chez un mec est bien trop longue pour que qui que ce soit y convienne. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je vais aller pleurer sur mon sort et me torturer un peu plus en allant regarder une comédie romantique...

«Mocking someone else to make us seem deep or intelligent only proves the exact opposite.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/09/01/the-fill-in-boyfriend-kasie-west/

par Sheo
P.S. I Like You P.S. I Like You
Kasie West   
http://www.my-bo0ks.com/2017/06/ps-i-like-you-kasie-west.html

PS : I like you m’avait totalement tapé dans l’œil lorsque j’ai découvert son résumé avant sa sortie. Je l’attendais donc avec une grande impatience et curieuse de savoir ce qu’il nous réservait.

Je ressors toute chamboulée par ma lecture. Il y a des romans pour lesquels c’est une sorte de coup de foudre littéraire dès les premières ligns. Le genre de lecture que l’on veut garder pour soi. Comme j’aime les appeler : « livre doudou » : un roman qui nous met du baume au cœur, qui donne le sourire et nous fait rêver tout simplement. C’est ce qu’il s’est passé pour PS : I like you.

Lily griffonne toujours dans son carnet. Dessins, paroles de chansons, ses pensées les plus secrètes. Jusqu’au jour où elle n’a plus le droit à son carnet en cours de chimie. Elle écrit donc des paroles sur sa table. Le lendemain elle découvre que quelqu’un a écrire la suite. Entre elle et son interlocuteur secret, elle se sent libre de dire tout ce qu’elle pense. Mais arrivera un moment où l’anonymat devra cesser et on n’est pas toujours prêt à faire face à la vérité…

J’ai de suite accrochée au personnage de Lily. Timide, sensible et un peu effacée, je me suis beaucoup identifiée à elle. C’est surement ce qui fait que j’ai autant aimé l’histoire de PS : I love you. On la découvre au fil des lettres qu’elle écrit à cet anonyme. De son côté, le mystérieux inconnu a de suite fait fondre mon cœur. Pourtant, je me doutais de son identité depuis le début. Je m’en doutais et je l’espérais à la fois. Je ne vous dévoilerais donc pas son identité, car il est mieux de le découvrir par soi-même, mais sachez qu’il est… hyper chou !

Leur relation met vraiment du baume au cœur. Dès les premiers mots, on rit, on espère et on attend la prochaine lettre. Tout comme notre héroïne Lily. Les choses évoluent à leur rythme et j’ai toujours que celui-ci était parfait. A la fois lentement, pour qu’ils apprennent à se connaître sans pour autant s’ennuyer une seconde. Croyez-moi, les pages défilent toutes seules. Comme avec les autres romans de la collection New Way, les émotions sont au rendez-vous, la plume de l’auteure, Kasie West est tellement juste et sincère qu’on ne peut qu’aimer.

J’ai terminé PS : I like you sur un petit nuage. Un petit moment de plénitude loin de tout tracas. Une bouffée d’air frais que j’aurais bien prolongé ! Alors je n’ai qu’un conseil à vous donner, découvrir PS : I like you dès que possible !

par Carole94P
By your side By your side
Kasie West   
«Books, bringing people together»

En tant que fangirl et bookworm, By Your Side c'est un peu mon rêve le plus fou. Sérieusement, vous n'avez jamais rêvé d'être coincé dans une bibliothèque immense avec quelqu'un d'un minimum attirant?
Du coup, forcément, c'est pas comme si j'allais passer à côté de ce livre.

Ces derniers temps j'avais absolument tout sauf envie de lire une romance. Et puis, je me suis dit que le mois de Février accueillant le jour de la Saint Valentin, j'allais devoir faire un petit effort.
Eh bien avec By Your Side, c'était un effort très plaisant. À la seconde où je l'ai commencé, je ne pouvais plus et je ne voulais plus le lâcher. Je voulais encore moins que ça se termine mais bon, ça c'est une autre histoire.
J'ai adoré.

Je n'avais encore jamais lu de roman écrit par Kasie West. Mais maintenant, je serais curieuse d'en découvrir d'autres.
J'ai beaucoup aimé sa plume simple et fluide qui m'a permis de me plonger dans l'histoire sans aucune difficulté et qui réussit à bien faire ressortir les émotions des personnages.

En parlant de personnages, je les ai adoré! Autumn est très attachante. Et Dax, mon dieu, il est à tomber. J'ai beaucoup aimé son calme à côté de l'anxiété d'Autumn. Tous les deux s'accordent plutôt bien, si vous voulez mon avis.
Quant aux personnages secondaires, eux aussi je les ai beaucoup aimé. Généralement dans les romances contemporaines, je ne suis pas la plus grande fan qui soit des amis des personnages mais là, je ne sais pas vraiment pourquoi, je me suis attachée à ce groupe de potes. Tant mieux, du coup.

Pour revenir sur l'histoire, elle est simple et ce n'est pas d'une originalité de malade dans la longue liste des romances contemporaines mais comme je l'ai dit plus haut, mon rêve le plus fou est de rester coincée dans une bibliothèque avec un mec craquant alors je ne pouvais qu'adhérer!

Ce fut donc une victoire pour ma lecture en l'honneur de la Saint Valentin (que je maudis pourtant chaque année) et une romance que je recommande chaudement. Parce que c'est tout mignon et addictif et qu'on ne peut s'empêcher de tomber amoureux avec Dax et Autumn.

La prochaine fois que je voudrais lire une romance qui vaut le coup d'être lue, c'est officiel, je me tournerais vers Kasie West! Je suis ravie d'avoir eu l'occasion de découvrir cette auteure. Depuis le temps que j'en entendais parler, maintenant je comprends pourquoi tant d'engouement autour d'elle!

«Possibilities are exciting and endless.»

par Sheo
Fangirl Fangirl
Rainbow Rowell   
Waouh, jamais je ne me serais attendu à une tel merveille !
Même si ma sœur, l'ayant lu et ayant eu les même préjugé que moi au début, m'avais bien dit qu'il ne fallait pas s'attarder sur résumé et sur la couverture peut accrocheurs, je n'ai pu m'en empêcher, et c'est vrai que ce n'est pas du tout le vrai reflet du livre.
En vérité ce livre est vraiment extra, et par dessus tout, peu commun.
J'ai presque immédiatement accroché avec Cath que je comprenais parfaitement. Même si elle est sur ses gardes, et qu'elle est loin d'être sociable il faut la comprendre : elle se retrouve dans un monde qui ne la comprend pas et qu'elle ne comprend pas non plus !
Elle a ses idées bien à elle et reste plantée sur ses positions, elle n'est donc pas naïve pour deux sous, et elle est très intelligente, a la même passion que moi (lire)....et est drôle ! Que dire de plus, une héroïne comme on en voit peut ! Ce qui m'a totalement fait tomber sous la charme c'est que quand il est question de Laura, elle ne lui pardonne pas et ne croit pas à une soudaine réconciliation, ça aurait signifié que son armure contenait une énorme faille (faille que beaucoup de héros dans les livres ont, et que je n'affectionne pas du tout), et elle serait redescendu dans mon estime.
Lévi que je n'appréciais pas particulièrement au début et devenu de plus en plus génial à mes yeux, ses sourires et sa douceur envers Cath m'ont fait fondre à mon tour. Et puis dans leur histoire d'amour pas de niaiserie (qui me donne de soudaine envie de suicides ou d’homicides) pas de "il m'effleura et je faillis défaillir" (petit clin d’œil à mon précédent commentaire), non tout se fait simplement ils se rapprochent, ils se plaisent, ils s'aiment. Sans confettis ni paillettes. J'ai adoré.
Reagan est devenu mon idole tout au fil des pages. Sa dureté, sa froideur et sa parfois méchanceté, m'ont conquis. Pourtant on voit bien qu'elle n'est pas sans cœur et n'essaie pas de jouer un jeu pour en donner l'impression, c'est juste que c'est son caractère.
Et Wren, un coup je l'adorais, un coup je la haïssait. Elle changeait de visage comme de chemise. Mais on découvre son véritable et définitif visage à la fin et je puis affirmer que désormais Wren fait également partie des personnages géniaux de ce livre.
Aussi j'ai vraiment aimé que le livre jongle entre la fanfiction de Cath et sa vie à elle. Cela permet de s'en détacher quelques instants pour découvrir un autre univers incroyable et addictif. Et ça permet également de nous faire découvrir de nouveaux personnages tous très attachants et agréables.
Et la fin bien qu'un peu conte de fée (mais je n'en veux pas à l'auteur car elle a écrit le livre d'une manière tellement réelle qu'un peu de "magie", (ça n'en est pas vraiment) ne fait de mal à personne) est splendide et je n'aurais pu concevoir une autre fin.
Vraiment c'est un roman qui fait du bien, beaucoup.
A lire sans se poser de questions.
The Distance Between Us The Distance Between Us
Kasie West   
«Feelings can be the most costly thing in the universe.»

(Ceci sera une courte review parce que honnêtement, je n'ai pas grand-chose à dire.)

Je crois que quand j'en aurais fini avec Kasie West, je vais avoir un manque d'amour gros comme une maison.

OK, je l'admets. Les histoires de mecs riches qui tombent amoureux de filles pauvres, en plus d'être très cliché c'est pas du tout ma tasse de thé. Donc, je ne donnais pas cher de celui-ci.

ET POURTANT.

Je ne sais pas si je dois mettre ça sur le compte d'un total besoin de romance ces derniers jours ou sur le talent de Kasie West mais je me suis retrouvée sur le cul quand j'ai réalisé que j'étais en train d'adorer ce bouquin.

◊ Money can't buy a good first impression.

Susan a été larguée par son petit-ami lorsque celui-ci a appris qu'elle était enceinte de Caymen. (Un petit-ami immensément riche, bien-sûr.) Depuis elle a une dent contre les riches et a élevée sa fille dans cette optique-là. Alors quand Xander, beau et riche, débarque dans le magasin de poupées de sa mère, Caymen sait déjà qu'elle n'a aucune envie de le connaître.

Jusqu'au jour où sans prévenir, les deux adolescents commencent à se voir régulièrement via des journées qu'ils organisent pour essayer de trouver quel métier ils ont envie d'exercer. En apprenant à connaître Xander, Caymen découvre que le fait qu'il soit riche ne signifie pas forcément que leur histoire doit se passer comme celle de ses parents. (Maintenant, il faut convaincre maman.)

"I wonder why some people seem to be born knowing what they want to do with their lives and others - mostly me - have no idea."

OK, je vais le dire. Kasie West est le genre d'auteur qui réussi à vous faire vous sentir spécial juste en écrivant une histoire qui aux premiers abords ne vend rien de nouveau. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais cette auteure a du talent, c'est clair.

(Si vous n'avez pas encore lu On The Fence, je vous conseille de lire The Distance Between Us avant de justement lire On The Fence. Parce que les deux histoires se déroulent dans la même ville et chronologiquement parlant, TDBU se déroule avant OTF. Voilà!)

◊ Les personnages sont attachants. Un mélange entre clichés et réalistes que maîtrise Kasie West à la perfection. Selon les situations, il est même très facile de s'identifier aux personnages.

♦ J'ai adoré Caymen. Elle est géniale. C'est un personnage attachant du début à la fin. Mais ce qui m'a vraiment plu, c'est son humour. Caymen possède un talent inné pour le sarcasme. She's exceptionally good at sarcasm. (Comprendra qui pourra.) ;)

"Your name. Caymen. Like the Cayman Islands. Is that your moms favorite place to visit or something?"
"No, it's her third favorite place. I have an older brother named Paris and an older sister named Sydney."
"Wow." He opens the bag, takes out a muffin, and hands it to me. The top glistens with sprinkled sugar. "Really?"
I gently unwrap it. "No."

♦ Xander est riche. Dans le genre très riche. Mais il est surtout super mignon. Au début, j'avais un peu peur qu'il soit le genre de gars riche qui prend tout le monde de haut mais il s'est rapidement révélé que Kasie West est au courant que ça n'est absolument pas craquant un mec qui se prend pour un dieu (ou un truc dans le genre).

Verdict, Xander Spence est (riche) méga craquant.

Concernant les personnages secondaires, j'ai beaucoup aimé Skye qui refera de petites apparitions dans On The Fence, et Henry. Cela dit, je n'ai pas vraiment su apprécier Mason. Je trouvais qu'il faisait tâche dans l'histoire. Sorry.

◊ J'ai bien aimé la romance entre Xander et Cayment. Tout simplement parce qu'avant toute chose, il y a une réelle alchimie entre les deux personnages. De plus, ils ne tombent pas immédiatement fous amoureux l'un de l'autre. Leur romance se développe tranquillement mais sûrement, et c'est efficace.

Je les ai tellement adoré ensemble que je serais capable d'écrire Caymen + Xander = ♥ comme une gamine de six ans un peu partout... ^^

"Caymen?"
"Yes?"
"You look terrified. Does this scare you?"
"More than anything."
"Why?"
"Because I didn’t bring my mints."
"And now the real answer . . ."
"Because I’m afraid that once you catch me, the game’s over."

◊ En conclusion, The Distance Between Us vaut clairement plus que ce je lui donnais avant de me lancer. J'ai passé un super moment avec cette romance contemporaine, tellement que c'en était presque trop court à mon goût.

Parfait pour finir l'été.

«[...] knowing about someone doesn't equate to knowing them.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/09/04/the-distance-between-us-kasie-west/

par Sheo
On The Fence On The Fence
Kasie West   
«You gotta do your best to be the best, right?»

Je sais, encore un. Je crois que je suis d'humeur à me sentir désolée pour moi-même de ne pas connaître d'histoire d'amour comme celles de Kasie West et qu'en plus, j'aime ça.

Je ne vais pas tourner autour du pot pendant mille ans et on va tout-de-suite rentrer dans le vif du sujet.

Ce livre est super. Super dans le genre cliché et romantique. Super pour ceux qui n'ont pas envie de se prendre la tête avec une intrigue complexe ou simplement ceux qui ont juste mortellement envie de se laisser aller à l'amour d'un livre. Ouais, je crois qu'on peut dire qu'on lit Kasie West quand on a juste envie de tomber amoureux.

⊂ Charlotte, plus communément Charlie, est entourée par quatre garçons. Ses trois grands frères Jerom, Nathan, et Gage, et leur voisin et ami depuis longtemps Braden qu'ils considèrent tous comme un frère. Charlie se moque bien de la mode et de ce qu'une fille lambda est supposée aimer. Elle, c'est une sportive aux airs de garçon manqué.

Quand Charlie trouve un travail qui la pousse à être féminine et qu'elle commence à ressentir des sentiments plus que platoniques envers Braden, les questions se bousculent. La première d'entre toutes étant la façon dont ses frères, Braden, et les garçons avec lesquels elle a l'habitude de passer du temps, la voient. Comme un pote, un mec, ou voient-ils la fille qui se cache sous les apparences?

Très honnêtement, j'ai beaucoup aimé cette histoire alors qu'en lisant le résumé j'étais un peu septique. Mais comme c'est Kasie West, je ne me suis pas posée un million de questions et je me suis simplement lancée dans l'histoire.

Je suis ravie de vous dire que c'est bien cliché, du déjà vue, qu'il n'y a aucune surprise, mais que j'ai adoré. C'était addictive et mon côté romantique s'est délecté de cette lecture. Je ne vois sérieusement pas pourquoi je me priverais d'un cliché de temps en temps quand c'est si bon! ⊃

⊂ Je n'ai rien de nouveau à dire sur la plume de Kasie West. Tous mes arguments la concernant sont déjà répertoriés dans les reviews que j'ai écrit pour The Fill-In Boyfriend et By Your Side. Mais pour vous faire un petit récap, Kasie West est le genre d'auteure qui vous emporte par sa simplicité et son efficacité. ⊃

⊂ Les personnages sont super attachants. Je les aime d'amour fraternel. Sérieux.

Les frères de Charlie? Vous m'avez perdue. Jerom est un grand-frère attentionné, Nathan est discret et super craquant, Gage est amusant... et les trois sont des frères protecteurs qui débordent d'amour pour leur petite sœur. J'aime.

Braden mérite carrément la médaille du meilleur ami amoureux le plus mignon qui soit. En tant que personnage à part entière, je l'ai tout-aussi trouvé attachant et j'ai simplement aimé sa personnalité.

Ce qui m'a le plus plu dans le personnage de Charlie c'est son côté garçon manqué. Elle est sportive et elle ne s'inquiète pas de sa féminité, et ça ne l'empêche pas d'être heureuse et de se sentir bien dans sa peau telle qu'elle est. Et pourtant au fil de l'histoire, en apprenant à la connaître, on découvre qu'elle est en vérité capable d'être féminine. Charlie nous prouve qu'adorer courir après un ballon et sortir avec des amies pour parler garçons est compatible.

En plus, elle est attachante. Que demander de plus?

Les personnages secondaires sont eux aussi supers. D'ordinaire, je suis presque sûre de ne pas aimer au moins un des personnages secondaires. Mais pour le coup, tous m'ont plu. De Linda à Amber en passant par Evan et sans oublier le père de Charlie. ⊃

⊂ Bien-sûr un Kasie West sans romance... ça sonne étrange. Et jusque-là je n'ai jamais été déçue par les romances qu'offre l'auteure. Celle de On The Fence ne déroge pas à la règle. OK, c'est cliché. Ils ont grandi ensemble, ils sont super amis, et Braden est le meilleur pote de ses frères... blablabla. Mais au cas où vous ne l'auriez toujours pas compris, j'ai tendance à aimer les clichés.

Je me sens à l'aise dans un bon gros cliché. C'est comme retrouver soon lit après avoier passé des semaines loin de chez soit. Quelque chose comme ça.

BREF.

Braden et Charlie. Pour faire simple et clair, c'était mignon comme tout. J'avais presque des cœurs dans les yeux. Donc, c'est une bonne chose, n'est-ce pas? Leur relation m'a vraiment plu. Avant d'être amoureux, ils sont amis et les sentiments qu'ils ont l'un envers l'autre ne change pas ça. Ils ont une relation solide et craquante, dans le genre qui vous donne envie de leur faire des câlins. ⊃

⊂ L'un des meilleurs aspects de ce bouquin, c'est le côté familial qui flotte dans l'air. C'est super agréable et touchant à découvrir.

La relation de Charlie avec ses frères m'a énormément plu. Les scènes entre eux ont toujours un air de défi et de complicité. Kasie West a réussi à placer une véritable dynamique fraternelle entre eux.
La relation de Charlie avec son père m'a beaucoup touchée. Je suppose que ce n'est pas facile tous les jours d'élever une fille qui n'a pas de modèle féminin. Le père de Charlie a littéralement dû se coltiner toutes les conversations gênantes qu'une fille a normalement avec sa mère. Et on peut vraiment sentir qu'il l'a fait avec tout l'amour du monde. J'ai beaucoup la tendresse entre ces deux personnages, ce point commun qu'ils ont. Charlie aurait eu besoin de sa mère et le père de Charlie aurait eu besoin de sa femme, et comme ils ne l'ont ni l'un ni l'autre, ils ont forgé un lien très fort qui se dévoile sous une douce, presque douloureuse, complicité. ⊃

En conclusion, On The Fence est un très bon contemporain qui vaut largement le détour si vous n'avez aucune envie de lire un bouquin avec des mots difficiles qui vous feront mal aux yeux. Parfois les histoires légères et simples sont les meilleures. Maintenant si vous voulez bien m'excuser, je vais aller faire du sport moi aussi. Je vais aller faire suer mon âme. (J'avais envie de le dire, désolée.) Et ensuite j'irai regarder une série bien girly. Un planning totalement équilibré, quoi.

«"I don’t know how to get over it."
"You can only go through it."»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/09/02/on-the-fence-kasie-west/

par Sheo
Éternels, Tome 1 : Evermore Éternels, Tome 1 : Evermore
Alyson Noël   
Je viens de le finir a l'instant & Je suis très agréablement surprise.
L'écriture est assez simple, ce qui en fait un livre agréable à lire, pas compliqué du tout. La narration au présent m'a un peu dérangé au début, mais finalement on s'y fait assez bien & Ca ne dérange plus du tout.
Les personnages sont vraiment hyper attachants. On comprends bien & On partage la peine d'Ever, & Aussi ses "écarts".
Quand à Damen, c'est un personnage ténébreux, mystérieux, très interessant.
Le véritable plus dans ce livre, c'est la différence dans l'histoire. Durant tout le bouquin, je pensais que Damen était un vampire, alors que pas du tout. Ca change un peu du sujet "Vampires" du moment.
Il n'y a pas vraiment de ressemblance avec Twilight, même si en lisant le résumé, je pensais que ce serait qu'une simple "copie" de Twilight, c'est tout l'inverse.
L'histoire tient debout, on se laisse vite emporté.
Parcontre la fin est assez soudaine.
Dans l'ensemble, un livre que j'ai vraiment aimé. Je lirais le tome 2 bientot, comme je l'ai déjà.

par Okapi