Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Nala_fr : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
180 jours et le coeur plein 180 jours et le coeur plein
Julie Marcotte   
Les miens d’abord. C’est avec cette résolution tatouée sur le coeur qu’Olivia reprend son travail d’enseignante au primaire après un long congé de maternité. Elle doit vite se replonger dans les aléas du métier : épidémie de poux, collègue un peu zélé et parents parfois imprévisibles… Pour éviter que ses proches ne récoltent d’elle que des miettes, elle s’applique à prendre grand soin de ceux qu’elle chérit plus que tout.

De son bébé qu’elle devra partager avec la gardienne, de ses jumeaux qui vivent des hauts et des bas à l’école, de son père dont la santé faiblit, et de l’homme qu’elle aime à la folie.

A mesure que l’année avance, ses élèves lui en demandent tous plus les uns que les autres. La belle Ophélie reste muette, Axel trimballe en classe ses amis imaginaires et Jolan se réfugie sous les meubles comme un animal farouche… Olivia devra donc se remettre en question et prendre des décisions qui la laisseront la tête vide… et le coeur plein.

Après 180 jours et des poussières, Julie Marcotte est de retour avec un nouveau roman inspiré de son quotidien d’enseignante au primaire. Ses écrits sont nourris d’anecdotes souvent réelles, savoureuses et touchantes. Elle-même mère de trois enfants, elle dépeint avec justesse et sensibilité la réalité des mamans qui jonglent avec le casse-tête de la conciliat



par Edith972
Survivant d'Auschwitz : J'ai eu 13 ans en camp de concentration Survivant d'Auschwitz : J'ai eu 13 ans en camp de concentration
Thomas Geve   
J'ai lu ce livre pour en savoir un peu plus sur les camps et ce livre m'a vraiment beaucoup touché. J'en ai pleuré tellement des passages sont douloureux. A lire absolument.
La Décision La Décision
Isabelle Pandazopoulos   
Le sujet de ce livre est assez atypique : une toute jeune fille qui fait un déni de grossesse, auquel on rajoute des thématiques bien particulière et difficile, c'est sûr on lit pas ça tous les jours.
Ce livre, je ne suis ni pour ni contre. J'ai été assez d'accord dans le traitement du sujet principal, c'est-à-dire le déni. Le fait d'avoir le point de vue de Louise mais aussi de son entourage permet de prendre en considération le fait que, certes ce malheur lui arrive à elle, mais qu'il un impact considérable aussi sur les personnes qui l'entourent. Je l'ai personnellement lu comme un message me disant : "arrête de juger les gens, tu ne connais pas leur vie. Tu te bases sur des préjugés et des principes que tu considères comme "normaux" mais au final tu ne sais rien." J'ai trouvé ça juste, et en soit assez beau.
J'ai eu par contre du mal avec la narration et cette enchaînement de virgules. Cependant, j'ai bien ressenti le trouble, la douleur et la difficulté des personnages face à la situation.
Au final, on est tous humains, donc relativement égoiste avec des préjugés. On ne pas être parfait, mais on peut faire mieux.

PAR CONTRE, il y a raison pour laquelle ce livre ne figure pas dans ma liste de bronze. [spoiler]Cette raison, c'est la façon dont l'auteur a traité le sujet du viol. Il est vrai que 80% des femmes violés le sont par qqn de leur entourage. Et que la VICTIME a tendance à se sentir coupable. Est-ce que je l'ai provoqué ? Ai-je fais qqch de mal ? Et c'est exactement ça que vit Louise lorsqu'elle apprend la vérité. Oui et donc ? Vu qu'elle est tombé enceinte et a fait un déni, le viol est secondaire ? Il ne mérite pas autant d'attention ? Si c'est ça, alors il aurait pas fallu en parler. Parce que le viol, c'est grave. Et ça se traite pas en deux pages. NON. C'est quoi le message ? Ah bah, puisque vous le connaissez c'est moins grave, encore plus si vous tombez enceinte ! Parce que vous devez forcément être fautive quelque part. NON NON NON. Quand on se fait violer, et surtout quand s'est su comme pour Louise, cela aurait du aller plus loin. Beaucoup plus loin. L'enfant est important, le déni aussi. Mais le viol n'est pas censé être un "élément perturbateur". Non, il aurait du être traité de façon moins bâclé. [/spoiler]

Cela m'a fait bondir, et j'avais envie de hurler tellement j'ai trouvé ça horripilant. On a pas tous la même vision des choses, c'est sûr. Mais je pense qu'il y a parfois des sujets avec lesquels on devrait faire attention et ne pas les sortir comme justification des avancées d'une histoire. Un livre intéressant, mais qui n'était pas abouti à mon sens.

par Marshoo
Demain les chats Demain les chats
Bernard Werber   
Demain les chats, en voyant la couverture pour commencer, si on aime les chats, on ne peut que la trouver magnifique, ce chat noir si beau et ses yeux qui vous captivent.

Vous connaissez Werber ? Vous avez aimé les fourmis ? (Moi ça passe mais tout de même bof). Et bien Demain les chats n’a rien à voir si ce n’est qu'on lit d’un point de vue d’un animal et qu’une lutte de survie et de pouvoir sera engagée.

Comme pour la couverture, de toute évidence le livre attirera d’abord les amis des chats, mais vous vous tromperiez si vous restiez sur cette impression, que vous aimiez ou non les chats ce livre peut vous plaire. Une chose est aussi certaine, il ne plaira pas à tout le monde, c’est un roman d’anticipation (oui oui vu avez bien lu “anticipation”) qui ne laissera personne indifférent. C’est le genre de récit qui vous accroche ou que vous refermez, il m’a accroché du début à la fin, j'espère que ce sera votre cas également.

Nous suivons “Bastet” une chatte au nom de déesse égyptienne (Une femme à tête de chat), avec un caractère bien trempé, vivant dans un appartement Parisien avec sa “servante”. C’est la façon dont Bastet voie l’humaine qui lui donne à manger et s’occupe d’elle.

Bastet veut communiquer, avec tout être vivants car elle considère que pour s'élever en tant qu'espèce elle doit avoir le savoir de toute choses, elle va croiser le chemin d’un chat voisin (ex chat de laboratoire), intelligent et snob au grand nom de “Pythagore” qui va l’aider dans sa quête !
Je m'arrêterai là pour ce qui est de l’histoire sinon les surprises seraient gâchées mais sachez que c’est un livre à classer en anticipation, post-apocalyptique, science-fiction.

J’ai été surpris par le scénario, par les événements, par les déductions philosophiques des chats, de trouver des chats si humain, par le rythme qui s’emballe, par les récits historiques, par la facilité à ingurgiter tout cela, par le thème de la science-fiction (alors que je m'attendais à du fantastique). Ce roman m’a littéralement happé et va directement dans la case coup de cœur tant j’ai apprécié ma lecture, c’est le deuxième énorme coup de cœur que j’ai pour un livre depuis la rentrée (il y en a eu d’autres mais pas à ce point).

Lire la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2016/10/demain-les-chats-bernard-werber.html

par Maks
Survivants, tome 4 : La croisée des chemins Survivants, tome 4 : La croisée des chemins
Erin Hunter   
Encore un tome plein de rebondissements !
Les chiens doivent toujours partir plus moins, menacés par la "mauvaise pluie" et par les Chiens Méchants...
Les chiots de Lune reçoivent leur nouveau nom : Scarabée et Epine. Riff, elle, doit toujours se contenter de son nom de chiot, car Alpha ne l'apprécie toujours pas...

Les chiens arrivent finalement dans une ville fantôme, une ville où tous les deux-pattes sont morts. Ils se réfugient pendant un temps dans une maison abandonnée, mais quand ils partent chasser en forêt, ils découvrent une nouvelle menace : Terreur, un chien fou, prétend faire régner sa loi au nom du Chien-Peur. [spoiler]Sa meute, dont fait désormais parti Tick, lui obéit par peur.

Comme si ce problème n'était pas suffisant, Alpha se montre de plus en plus méprisant vis-à-vis des Chiens-en-Laisse et de Riff. Vif, qui le lui reproche, décide de le provoquer en duel afin de devenir le nouveau chef. Mais avant que le duel ne puisse avoir lieu, Vif se fait capturer par des méchants deux-pattes qui mène sur lui et d'autres animaux des expériences : il leur font boire l'eau contaminée.
Une partie de la meute, menée par Lucky et Tick qui a assisté à l'enlèvement, part à sa rescousse. Mais sur le chemin du retour, ils tombent sur la bande de Terreur. le chien fou tue Vif et est en retour tué par Riff.
Bien qu'horrifié par l'aspect sanguinaire de la jeune chienne méchante, Lucky décide qu'il est temps qu'elle se choisisse un vrai nom de chien : désormais, elle s'appellera Tempête. [/spoiler]

par Zelina
Dans la paix des saisons Dans la paix des saisons
Christian Signol   
Je craignais de trouver, ayant déjà lu Une année de neige et Au coeur des forêts, une histoire toujours agréable mais sans aucune surprise puisque les deux précédentes parlaient déjà du retour d'un malade à ses "racines" pour guérir et au final, j'ai eu droit à ce que je m'attendais mais avec quelques belles vérités sur la vie, la mort, le temps qui passe et les liens familiaux qui m'a tout de même fait apprécier ce roman. Pour ceux qui découvre Signol, c'est un bon roman, pour ceux qui comme moi ont lu tous les écrits de Signol, pas de franche surprise, c'est toujours une évasion vers une paix des saisons et de ses écrits.

par Noone
La Maison du lac La Maison du lac
Hannah Richell   
Bonjour, belle histoire, les personnages sont attachants, le livre est sympa pour ce détendre, il est parfait pour les vacances, bonne lecture a tous
Une putain d'histoire Une putain d'histoire
Bernard Minier   
Encore un très bon livre de Bernard Minier ,au début j'avais un peu peur parce que j'attendais une suite avec Martin Servaz mais non , on se retrouve avec de nouveau personnages et au Etats Unis, mais le livre est une réussite avec un suspense qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. Comme d'habitude on retrouve tout les trait de l'auteur sa force d'intaller une ambiance autour de nous et aussi de nous faire reflechir a nouveau sur un aspect de notre vie au quel on ne pense pas forcement dans lequel on doit vraiment se poser des question n'autre vis priver est telle vraiment encore priver au jour d'aujourd'hui. Pour en revenir au livre j'ai juste trouver le début un peu foullion il faut bien suivre si on veut pas décrocher. A qui conseiller se livre si vous aimez les thriller un peu en huit clos sur une ile avec une ambiance sombre, les histoire d'ados aussi et je dirais que c'est un livre a lire par mauvais temps avec de grosse pluie en automne pour vraiment se mettre dans l'ambiance a 100 pour 100. Vite monsieur Minier un autre livre

par Galio
Le Cercle Le Cercle
Bernard Minier   
Je crois que ça pourrait se passer de mots en fait. J'ai vraiment adoré ce deuxième roman, qui suit la même logique du premier : atmosphère lourde, intrigante et inquiétante ; méli-mélo de personnages plus intéressants et complexes les uns que les autres ; crimes sanglants à faire froid dans le dos ; enquête personnelle qui prend au tripes. Non, vraiment, rien à dire si ce n'est chapeau bas ! Le seul bémol serait que Mr Minier s'arrête là et ne nous offre pas un troisième livre (ce qui, j'espère, n'arrivera pas!)
On retrouve donc Servaz dans une nouvelle enquête avec la même petite équipe que j'adore et un Pujol qui paraît peut être un peu moins con, quoique. Et quand, dans le résumé, on vous dit que ça va être l'enquête la plus personnelle de sa vie, c'est pas du baratin. Cette histoire prend vraiment aux tripes. Mais je suis resté sur ma faim, mon estomac est encore noué, comme s'il manquait quelque chose (et ce quelque chose, ce n'est pas un défaut du livre, c'est plutôt un manque que seul un troisième livre pourra combler, je pense que vous comprendrez).
Bref, c'est avec un vrai délice que j'ai retrouvé les personnages de Glacé (bon peut-être un peu déçue de l'absence de l'un d'eux malgré tout), le style d'écriture de Minier et son rythme effréné avec ses intrigues de malade.

par Eoria
Les Derniers Jours de nos pères Les Derniers Jours de nos pères
Joël Dicker   
La façon dont Joël Dicker écrit ses personnages est à mon sens époustouflante. Si j'ai été impressionnée par La vérité sur l'affaire Harry Quebert, Les derniers jours de nos pères m'a malmenée tout le long de ma lecture. Malmenée dans le bon sens, j'étais embarquée dans un torrent de larmes et d'espoirs, incapable de penser par moi même, omnibulée par ce qu'il m'arrivait, ou plutôt ce qui arrivait aux personnages, bien qu'il n'y ai pas de réelle différence. Je vivais à travers eux, vivais leurs peurs, leurs détresses, leurs espoirs et leurs joies. J'ignore si c'est le contexte qui m'a plus touchée, et si La vérité sur l'affaire Harry Québert nous délivre de vrais leçons, Les derniers jours de nos pères réussit à nous les communiquer d'une façon merveilleusement implicite.

par Mali26