Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Nala_fr : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Chemin des âmes Le Chemin des âmes
Joseph Boyden   
Un livre à lire pour qui est intéressé aux guerres, aux coutumes indo canadiennes ou bien la folie humaine. Il traite le sujet sans merci. Sans en rajouter non plus. Juste ce qu’il faut d’horreur pour que cela reste gravé en nous. Pour faire comprendre que l’on ne revient jamais de la guerre comme on y est allé.
Pour ma part, j’ai une pensée pour toutes les âmes qui ont disparues dans les tranchées. Tous ces enfants qui auraient pu vivre une vie normale. Se marier. Avoir à leur tour des enfants. Pour ces pères qui ont tout perdus.
On oublie trop souvent leurs sacrifices qui font que notre monde est plus ou moins en paix aujourd’hui. Et ce livre, me rappelle leurs mémoires.
Pour lire la chronique complète c'est ici => http://fancy-world.over-blog.com/article-le-chemin-des-ames-de-joseph-boyden-106375652.html

par Hanaelle
J'ai fui l'Allemagne nazie : journal d'Ilse, 1938-1939 J'ai fui l'Allemagne nazie : journal d'Ilse, 1938-1939
Yaël Hassan   
Un livre bouleversant rappelant l'horreur de la Seconde Guerre. Une histoire bien écrite et qui se lit rapidement, trop peut-être...

par Sandy
Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom
Barbara Constantine   
J'ai adoré, sublime roman, léger, simple, plein d'émotion.
A lire absolument...
L'instant précis où les destins s'entremêlent L'instant précis où les destins s'entremêlent
Angélique Barbérat   
Vous connaissez la musique du film "Love Story"...
non ??? comment ça non ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je serais -déjà- si vieille que plus personne ne connait ce chef-d'oeuvre ??!!!
Hop hop hop, filez sur You Tube....
j'attends.... ;-)))
alors ??...verdict ????
C'est pas THE musique idéale pour définir cette histoire ???!!! hein ???!!! (j'ai pas d'actions...promis....)

Pour commencer la couverture, on ne voit qu'elle, colorée....et le titre...qui interpelle, on a de suite envie de plonger dedans pour voir ce qu'il recelle.....comme on a raison...

Je n'ai pas pu le lacher un fois la première page tournée....

L'histoire est belle, poignante, éprouvante, dure, complexe, délicate, inextricable par moments, mais tellement délicieuse....

Kyle & Coryn, deux personnages...tourmentés, bouleversants....attachants...captivants...fascinants....

Promis...juré...craché, plus jamais je n'exterminerai une araignée....

Faites comme moi, plongez vous ne le regretterez pas...vous serez embarqués....c'est inévitable....

C'est la romance du moment....
Cher inconnu Cher inconnu
Berlie Doherty   
Ce livre raconte l’histoire du couple que forment Hellen et Chris des adolescents de 16 ans qui vont devoir faire face à la grossesse de la jeune fille.

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je trouvais le style d’écriture peut être trop « enfantin » pour le sujet abordé, mais je m’y suis habituée au fil du livre. Ce qui m’a dérangé aussi c’est qu’il y a des changements de narration ou je ne m’en apercevais pas forcément dés le début, donc je relisais le début du passage pour mieux comprendre. J’ai trouvé aussi quelques moments pas très réalistes.

Mais j’ai aussi aimé ce livre par rapport à comment le sujet a été abordé, on voit au fur et à mesure des pages que ces adolescents ont été forcés à grandir trop vite, surtout pour Hellen. J’ai vraiment adoré quand Hellen s’adresse directement à son « cher inconnu » on y voit bien tout les sentiments par lesquels elle passe.

C’est un livre sympa que je ne regrette pas d’avoir lu mais j’en garde tout de même un avis assez mitigé.


par Laeti6tia
Les âges sombres Les âges sombres
Karen Maitland   
Commencer la lecture du nouveau Karen Maitland ne fut pas forcément une chose si facile que ça. Après le très bon "la compagnie des menteurs", il serait très facile de décevoir. De plus, je n'ai vu, lu ni entendu aucune critique de ce livre nul part (c'est ça de lire les livres en avance...). C'est donc avec une certaine appréhension que je l'ai commencé.

Karen Maitland nous plonge une fois encore dans l'Angleterre du XVI siècle. 27 ans plus tôt que la première fois. La peste, elle n'est pas encore là...

Les 3 premiers chapitres m'ont laissé un goûts étrange. Une histoire qui semble commencer bizarrement et un changement de point de vu à chaque chapitre, mais au final on s'y fait très vite. L'histoire trouve son rythme, les personnages deviennent attachants (ou pas!), on choisis assez vite son camp. (oui mais pour combien de temps?)
Le talent de M.Maitland ne réside pas que dans son écriture. Ses personnages sont toujours bien plus complexes qu'il n'y parait au premier abord. On se demande qui sont ces Maîtres-Huants. Que cachent ces Beguines ?
Comme je l'ai dis un peu plus haut, la peste n'est pas de la partie, non en effet, mais le sale temps si, tout comme la pluie, le froid, la boue, la misère et la faim! Le changement de personnage à chaque chapitre nous donne la possibilité de voir l'histoire d'une autre manière mais aussi de vivre avec eux. On vis avec ces pauvres gens dans leur crasse. Parmi les beguines dans leur domaine. Avec ce prête, ses secrets et ses peurs.
Bien vite un climat de tension s’installe, car en effet à cette époque ou la religion règne en maître, là ou elle est plus forte que le roi et la raison, il ne fait pas bon être hérétique ou simplement aspirer à d'autres croyances, voir même simplement être étranger. En effet, tout comme dans son son premier roman, l'auteure nous parle de la peur de l'inconnue et des étrangers. Mais aussi et surtout des superstitions de l'époque.
Plus l'histoire avance, et moins on sait qui "aimer" et qui croire. Les vrais visages s'affichent, les vérités tombent, tout comme les morts. C'est donc dans un climat de tension extrême que va se finir ce livre. Une fin justement peut-être trop rapide, mais qui n'enlève rien à la beauté et à la justesse du roman. Indéniablement Karen Maitland est une grande auteure, et une auteure à suivre de (très) près!
La dernière fugitive La dernière fugitive
Tracy Chevalier   
La question au rapport de la fuite des esclaves du sud vers le nord de l’Amérique évoqué avec beaucoup d'humanisme montre que tout n'est pas forcement tout noir ou tout blanc lorsque l'on veut aider son prochain sans mettre en danger sa propre famille.

par RMarMat
Vieux, râleur et suicidaire - La vie selon Ove Vieux, râleur et suicidaire - La vie selon Ove
Fredrik Backman   
J’avais repéré ce livre grâce à son titre que j’ai trouvé marrant et ce fut un véritable coup de cœur! Que dire…ce livre est un concentré d’humour, de moments poignants parfois mais surtout de tendresse et d’émotion.

Ove, un vieux bougre de 59 ans, souhaite rejoindre sa défunte femme pour la simple et bonne raison qu’il ne trouve plus de sens à la vie qu’il mène après son licenciement abusif. Toutefois, le destin en a décidé autrement et toutes les tentatives de suicide de ce dernier vont être interrompues par différents événements dont l’apparition de nouveaux voisins pour le moins envahissants. Ainsi, sa vie va être chamboulée par l’arrivée dans son quartier de Parvaneh, une jeune iranienne, son mari et leurs deux petites filles. Ove, qui a toujours vécu selon des principes et une ligne de conduite bien établis, ne va pas voir du bon œil ce nouveau petit monde surtout si cela l’empêche d’accéder au repos éternel.

Le récit quant à lui offre des chapitres alternant entre le passé d’Ove, qui permet d’en apprendre un peu plus sur le personnage entre son enfance et les différents aléas de sa vie d’adulte, et son présent, qui semble assez terne de prime abord mais qui va petit à petit prendre des couleurs.

On s’attache facilement aux personnages et plus particulièrement à ce cher Ove ; qui bien que grincheux et râleur, possède un cœur d’or et finit mine de rien (et souvent bien malgré lui) par s’ouvrir et aider son entourage qu’il qualifie tout de même de casse pieds ou d’empotés (on ne se refait pas !).

En bref, c’est un livre plein d’humanité qui fait réfléchir sur plusieurs aspects de la vie. J’ai passé un excellent moment de lecture au final et je le recommande vivement.
https://serialbookineuse.wordpress.com/2016/02/29/vieux-raleur-et-suicidaire-la-vie-selon-ove-fredrik-backman/
Fuir la colline aux esclaves Fuir la colline aux esclaves
Kathleen Grissom   
Les larmes de la liberté est la suite de La colline aux esclaves dont je n'avais pas du tout apprécié l'aspect invraisemblable de quelques situations comme vous le savez déjà probablement si vous me lisez. Vous avez certainement lu également que je me suis retrouvée avec ce second roman sans l'avoir cherché car la bibliothécaire l'a remis dans les mains de ma soeur lorsqu'elle est allée avec ma fille à la bibliothèque pour récupérer notamment deux autres romans Charleston que j'avais suggérés à l'achat. Et elle a bien fait car j'ai beaucoup aimé cette suite "Les larmes de la liberté". Il est très réussi !
Il n'est pas nécessaire d'avoir lu le premier roman. Le second est très compréhensible sans cela, mais il est vrai que cela peut aider à mieux appréhender le contexte et connaître toute l'histoire antérieure si le coeur vous en dit.
Ici, l'histoire qui se passe au début du 19ème siècle se focalise sur le personnage de Jamie, le fils de Marshall, propriétaire héritier d'une plantation, et de Belle, une mulâtre esclave. Je ne dirais pas ici les raisons qui mène Jamie dans la ville de Philadelphie pour ne pas spolier celles qui voudraient lire le premier roman. Jamie, du fait qu'il a été conçu par une mulâtre et malgré qu'il soit blanc, risque d'être découvert parce qu'il a la particularité reconnaissable d'avoir un oeil aveugle. Cela le rend facilement identifiable par les terribles contremaîtres qui le recherchent et cela peut durer toute une vie. Les esclaves en fuite ne le savent que trop bien et Jamie est désormais considéré comme l'un d'entre eux bien qu'il ait été élevé tout à fait comme un blanc jusqu'à sa fuite parce que son père veut le vendre comme esclave. C'est pour cette raison qu'il doit passer sa vie à taire ses origines et sa véritable identité, notamment pour ne jamais être considéré autrement qu'un blanc et pouvoir vivre en liberté. A treize ans, il est totalement apeuré dans sa fuite lorsqu'il trouve de l'aide auprès d'un esclave prénommé Henry ayant fuit lui aussi et vivant dans la peur également d'être découvert un jour. Quinze ans plus tard, Henry se cache toujours vivant éloigné de son fils Pan et de sa femme s'aventurant uniquement à aller les voir une fois par semaine. Mais sa femme malade, bien qu'il en rejetait l'idée, finit par décéder. Henry n'a alors pas d'autres solutions que de confier Pan âgé de douze ans à Jamie dont la nouvelle identité après avoir été celle de James Smith, est devenu légalement celle de James Burton, un homme notable qui donne des cours de dessin. Pan se plait dans sa nouvelle vie de domestique où tous ses besoins sont satisfaits comme jamais. James et Pan s'attachent fortement l'un à l'autre. C'est la curiosité surprenante du garçon, son côté vif et joyeux qui plaisent beaucoup à James. Pan, lui, est en admiration devant son maître qui le protège et dont il apprécie l'humour et la chaleur. Mais voilà que Pan qui souhaitait offrir un second perroquet à son maître pour le rendre de nouveau heureux, défit l'interdiction de son père qu'il a pourtant suffisamment entendue, de s'approcher du port car il risquait grandement d'être enlevé pour être vendu comme esclave. Ce qui va se produire évidemment. A partir de ce moment, l'histoire de James nous sera racontée, dévoilant l'évolution de sa vie depuis son arrivée à Philadelphie jusqu'à son ascension et devenir James Burton pour ensuite le suivre dans sa recherche pour retrouver Pan, ce qui va le mettre face à ses pires cauchemars car il risque d'être découvert.
C'est une histoire si prenante et qui monte tant en puissance que l'on s'inquiète vraiment pour nos héros. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé leur personnalité : Pan est un garçon touchant par sa candeur, sa fraîcheur de coeur et d'esprit, et James est un héro très intéressant dans son évolution personnel avec une pointe d'humour bienvenue et agréable. Certains personnages secondaires sont très attachants également. Par ailleurs, j'ai trouvé original le thème du roman par rapport au regard porté sur l'esclavagisme et la place à trouver lorsque l'on est métisse, particulièrement comme dans la situation de James où on a été élevé et considéré comme blanc et libre par certains, et est pourtant résolument un noir-esclave de sang pour d'autres. De plus, lui-même possède ses propres préjugés sur les noirs qu'il considère comme inférieurs de par l'éducation qu'il a reçu de sa grand-mère blanche qui ignorait, si mes souvenirs sont bons, qu'il était l'enfant d'une mulâtre. Il est alors très intéressant de voir comme son regard va évoluer de par le fait qu'il vit tour à tour deux situations opposées, celle de penser et se sentir blanc et celle d'être considérée et traitée comme un esclave. Pour finir, ce roman évoque aussi une passion contrariée que James va vivre avec une jeune femme de la haute société.
Les larmes de la liberté est une histoire forte, poignante et passionnante qui réservent de belles surprises et de très beaux personnages qui pour survivre et/ou aider ceux qui sont asservis sont amenés à se dépasser devant l'adversité en devenant de véritables héros agissant dans l'humilité et l'altruisme le plus total.
Un très bon roman coup de coeur !!!
www.ladyromance.over-blog.com
Double faute Double faute
Isabelle Pandazopoulos   
Merci Booknode !

Il faut savoir que de cette auteure je ne connaissais que "La Décision" qui m'avait laissée perplexe et que je n'avais pas trop apprécié en grande partie à cause de la protagoniste.

Néanmoins ce fût partie remise grâce à ce roman, et même si j'avais peur de me retrouver dans le même ressentiment que La Décision, je suis plutôt contente d'avoir pu le lire !

On reconnaît vraiment l'écriture d'Isabelle mais cette fois-ci elle a su donner une dimension à ce roman, particulièrement intense.

On plonge dans une histoire qui a priori, n'a rien d'extraordinaire, sauf qu'il ne s'agit que d'une façade et que la famille d'Ulysse est littéralement éclatée. Entre un père ultra-autoritaire et parfois violent, un prodige du tennis qui tourne au drame, un jeune "mal dans sa peau" car il se sent abandonné de sa famille et une mère effacée au possible, sachez que ce n'est pas joli joli à voir.

J'ai été très touchée par la profondeur des sentiments d'Ulysse, ses réactions sont étonnantes et j'ai adoré avoir son point de vue torturé, ravagé par la culpabilité et la haine. C'est sans doute tout ce travail sur le personnage principal qui me fait apprécier ce roman plus que "La Décision" que j'avais trouvé fade.

J'ai été frustrée et abîmée en lisant. J'ai été bouleversée aussi. La scène avec l'oral des TPE est sans doute la plus marquante des scènes et la plus représentative de la caractéristique morale du roman.

En tout cas, je remercie à fond Gallimard et Booknode de m'avoir fait découvrir ce roman !