Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Nana1918 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Wild Seasons, Tome 3 : Dark Wild Night Wild Seasons, Tome 3 : Dark Wild Night
Christina Lauren   
J'ai l'impression que ça fait une éternité que j'attends d'avoir en ma possession l'histoire de Lola et Oliver. Je suis juste complètement attendrie par ce couple et ils ont bien mérité leur position de chouchou. Laissez-moi vous rafraîchir la mémoire, après une nuit alcoolisée, Mia s'est retrouvée mariée à Ansel, Harlow à Finn et Lola à Oliver. Alors que les premiers décidaient de poursuivre leur mariage, les autres couples décidaient de divorcer pour oublier cette erreur. Vous connaissez sans doute l'histoire des autres couples, cette histoire c'est celle de Lola et Oliver, qui ont fait le choix de rester amis.

Jusqu'à présent leur amitié ne leur à jamais poser le moindre problème et si tout le monde sait qu'ils sont faits l'un pour l'autre, il préfère fermer les yeux et rester dans le confort d'une amitié sincère. D'autant plus, qu'ils sont tous les deux persuadés que l'autre ne ressent pas la même chose, donc aucun ne va essayer de changer les choses et même si l'attirance est évidente pour tout le monde sauf eux, ils vont chercher à oublier leur désir naissant, qui vient changer la vision qu'ils ont de leur amitié.

Je ne vous cache pas que je n'ai pas compris l'orientation du résumé, je n'ai pas du tout vu l'histoire sous cet angle et j'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'un autre roman, tellement on est à côté de la plaque. Lola est à un moment de sa vie où tout va changer et son amitié avec Oliver est un point d'ancrage pour elle, sa bande dessinée va être adaptée au cinéma et au delà de la bonne nouvelle, c'est un travail qu'elle n'avait pas imaginé, sans compter que sa prochaine BD doit bientôt être remise à son éditeur, ce dont elle a besoin c'est d'un ami pour l'épauler. De son côté Oliver, se pose de plus en plus de questions sur les sentiments de Lola et ne souhaitant pas la brusquer il va se contenter de ce qu'il a avec elle et la soutenir et être complètement dévouée et à l'écoute de sa meilleure amie.

Lola a une histoire familiale compliquée et elle a du mal à s'ouvrir aux autres. Oliver le voit et le comprend, il ne l'a jamais laissée tomber et leur amitié va devenir tellement importante, qu'elle va finir par passer devant son amitié avec Harlow. J'avais reproché la lenteur de la saison 1 et c'est justement ce qui fait la magie de ce tome. L'histoire se déroule doucement, sans brusquer nos héros et l'amitié, laisse la place à l'attirance, puis à des sentiments plus forts. Ce que j'ai aimé par-dessus tout, c'est cette douceur entre les personnages. Pas besoin d'en faire des tonnes, c'est simple et c'est justement ce qui rend cette histoire adorable. J'ai attendu la formation de ce couple à l'instant où je les ai découverts et découvrir l'histoire de Loliver est un vrai bonheur, à la hauteur de tout ce que j'aurais pu imaginer.

Cette suite, est un peu différente des tomes précédents notamment, car Lola est un personnage réfléchi et n'a pas l'impulsivité d'Harlow, ou le goût de l'aventure de Mia. Et bien que nos deux mâles soient hot, j'ai été complètement charmé par la simplicité et l'authenticité d'Oliver. Ma seule déception, qui d'ailleurs était un peu le même dans les tomes précédents, concerne les projets de Lola qui laissent un peu sur notre faim, j'ai toujours ce sentiment de ne pas savoir comment sont censées évoluer les choses. C'est dommage et frustrant. Visiblement, la suite est attendue pour février 2016 et le personnage de London m'intrigue. On obtient quelques petites informations croustillantes à son sujet et ça met l'eau à la bouche. Encore une fois c'est une vraie réussite, Christina Lauren est au top.

http://wp.me/p4u7Dl-1u2

par Luxnbooks
The shock of the fall : Contrecoups The shock of the fall : Contrecoups
Nathan Filer   
L’avis de Favole :
(http://alabordagedelaculture.com/2014/09/09/favole-contrecoups-de-nathan-filer/)

Contrecoups est difficile à décrire, il est dérangeant, triste mais aussi beau et vrai.
C’est l’histoire de Matthew, jeune homme de 19 ans qui est schizophrène. Et c’est Matthew lui-même qui nous raconte sa vie alors autant vous dire que c’est déroutant. Je me suis sentie perdue un long moment avant de réussir à assembler les morceaux. L’événement tragique qui a chamboulé sa vie et celle de sa famille, à savoir la mort de son frère, Simon, ne nous est raconté en détails qu’à la fin du livre. Or Matthew construit son histoire autour de ce point en passant d’une idée à une autre sans logique apparente. C’est l’événement crucial, celui qui a tout fait basculer et ce n’est que lorsqu’il arrive à faire la paix avec cette tragédie qu’il arrive à nous la raconter. D’ailleurs c’est pour exorciser ses démons qu’il nous raconte sa vie et il le fait avec une honnêteté et une innocence touchante.

Parsemés de personnages brisés mais tentant de garder la tête hors de l’eau, on apprend à les connaître à travers ses yeux. Sa famille malgré les épreuves, reste toujours présente pour lui. Sa grand mère, Nanny noo, m’a particulièrement touchée. Présence régulière qui ne porte aucun jugement sur sa maladie et ses conséquences. Elle reste un pilier sur lequel s’appuyer. Ses parents et cette loi du silence qu’ils ont instauré autour de la mort de Simon, sans le vouloir, m’ont bouleversée. Perdre un enfant est monstrueux mais ils ont dû en plus faire face à la maladie de Matthew.

Quant à l’auteur, Nathan Filer, difficile de croire que c’est son premier roman. Méthodique, sa plume nous plonge dans l’esprit dérangé de Matthew avec une implacable justesse. Impossible de décrocher du livre, il fallait que je sache si Matthew allait vaincre ses démons et réussir à faire face à sa maladie et son passé.
Une belle leçon de courage.
If he had been with me If he had been with me
Laura Nowlin   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/06/if-he-had-been-with-me.html

If he had been with me c'est typiquement le livre qui nous prévient de la catastrophe imminente mais qui ne nous empêche pas de tomber tête la première dans le piège. Le résumé est clair, et si vous tentez d'occulter le détail fatidique les premières pages vous le rappelleront, Finn est mort. Le point de départ du récit est bel et bien que Finn est décédé dans un accident de la route et c'est le personne d'Autumn qui va revenir sur les événements passés ayant conduit d'une façon ou d'une autre à ce moment. Ce n'est donc jamais un secret et pourtant on se retrouve à bout de souffle, le cœur serré, les sanglots coincés dans la gorge, à la fin de ce roman. On a beau connaître l'issue du personnage, on se prend tellement au jeu que l’événement nous frappe de plein fouet. L'injustice, la peine, la douleur.

If he had been with me c'est l'histoire de Finn et Autumn. Voisins et amis d'enfance, ils ont grandi ensemble et forment une grande famille avec leurs mères et le père absent de la jeune femme. L'été avant de partir à l'Université, Finn décède dans un accident de voiture. Il pleuvait et il se disputait avec Sylvie, sa petite amie. Autumn, la narratrice, revient quelques années en arrière. Au début du lycée. Quand Finn et elle se sont éloignés, sont devenus presque des étrangers. Elle nous raconte ces quatre années de lycée, tous les événements parfois anodins qui ont finalement menés à cette dispute entre Finn et Sylvie et à cet accident fatal.

Autumn est une héroïne attachante et un peu excentrique. Elle a toujours été la fille étrange mais assez jolie pour que les adultes passent au dessus de ses bizarreries. Néanmoins même sa marginalité est dictée par son envie de trouver sa place. Si elle a eu sa chance au jeu de la popularité durant ses années de collège, c'est avec beaucoup d'application qu'elle fait sa place dans le groupe des marginaux du lycée. Sa meilleure amie Sacha, ses amis Alex, Angie, Brooke et Noah, son petit ami Jamie, et elle, s'appliquent religieusement à être le groupe non-conformistes opposés au groupe des populaires sportifs et cheerleaders. C'est d'ailleurs un côté de l'adolescence, ce besoin d'avoir une place à tout prix, que l'auteur nous dépeint avec beaucoup de simplicité et réalisme.

Cependant le plus important du roman est la relation que la jeune fille entretient avec Finn. Grâce aux liens, à l'éloignement, aux non-dits, et aux malentendus, Laura Nowlin dresse un portrait très juste de l'amitié. J'ai trouvé son interprétation très honnête et fidèle de ces facettes d'une amitié auxquels on aura tous pu être confronté un jour ou l'autre. Cet amour et désamour qui peut s'installer avec deux amis. La distance et l'éloignement qui se font peu à peu une place sans qu'il n'y ait forcément de cause à cela. Bien sur la relation entre Finn et Autumn est compliquée par les sentiments amoureux qu'ils se cachent et qu'en tant que lecteur on voit. On sait que Autum est réellement amoureuse de Finn, et non de son petit ami Jamie. Et on sent que ce sentiment est partagé par Finn. C'est tellement clair qu'on ne peux qu'être frustré par leur aveuglement et leur naïveté qui est pourtant presque logique.

Et il y a cette fin, que j'ai brièvement évoquée, dévastatrice et épuisante. Épuisante car elle nous laisse vidés, perdus, et tellement en colère. En colère contre l'injustice de voir un garçon aussi jeune que Finn partir. En colère contre les personnages qui auraient pu... qui auraient pu faire tellement si ils avaient agis différemment à un moment où un autre. Cette colère, c'est la colère du deuil. Parce qu'au fil du récit, au travers des yeux d'Autumn, on a apprit à aimer Finn. A aimer tous les petits moments où il était présent. A aimer ses silences. sa discrétion, sa droiture. A aimer la personne que Autumn se sentait être, et s'autorisait à être, avec lui.

If he had been with me est un roman plein de justesse et d'émotions écorchées. On se prend au jeu avec beaucoup de simplicité grâce à des personnages pleins de facettes et de failles, alors que la plume de l'auteur sert le tout avec beaucoup d'efficacité, rendant les sensations extrêmement réelles au-delà des pages et le roman bien rapidement addictif. Un vrai petit bijou qu'on se prend de plein fouet !

par Althea
Endgame, tome 1 : L'appel Endgame, tome 1 : L'appel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Une heure après la fin de ma lecture, je suis toujours aussi bouleversée. Sous le choc. Comment définir Endgame ? Juste époustouflant, incroyable, impitoyable.

J'ai mis exactement deux jours pour lire ce pavé de 538 pages. Tellement c'était bon, tellement c'était addictif. Comme beaucoup, au début, à cause du titre et du descriptif, j'ai eu peur de lire un pâle remake de Hunger Games. Mais ça n'avait vraiment aucun rapport. Aucun. On ne peut même pas les comparer tant ils sont différents. Parce qu'Endgame est cru, Endgame est noir, rempli de cruauté.

Mais j'ai très honnêtement apprécié au possible ce petit bijou. Je peux sans crainte le placer parmi les meilleurs romans qui m'ont été donnés de lire. Et malgré toute l'horreur contenu à l'intérieur de ces pages, James Frey a réussi, plusieurs fois, à me faire sourire. J'ai même ri, à un moment. Après je suis peut-être folle, je ne sais pas, mais il y avait un peu d'humour dans ce roman, pas grand chose, mais juste ce qu'il faut à mon goût pour ne pas sombrer dans un pessimisme total face à la cruauté d'Endgame.

Puis les personnages, mon dieu qu'ils étaient bons ! Ils ont tous, TOUS, quelque chose d'unique. Il n'y en a pas deux qui se ressemblent, ils ont leur propre personnalité, leur propre passé, et leurs propres motivations de gagner. Et je n'ai pu m'empêcher de frissonner devant certains Joueurs qui ne reculaient absolument devant rien. [spoiler]Je pense notamment à Baitsakhan, qui à mon avis est le plus avide de sang du haut de ses 13 ans, encore plus que Maccabee.[/spoiler] Au bout du compte, on éprouve plus d'affection pour certains Joueurs que d'autres, peut-être parce qu'ils sont plus mis en avant dans ce premier tome. Nous verrons bien comment Frey et Johnson vont répartir la narration pour la suite !

Et puis, plusieurs questions me trottinent dans la tête maintenant : normalement, dans les romans dystopiques, il y a toujours une personne qui entraîne la rébellion. Dans Hunger Games, Katniss. Dans Divergente, Tris. Mais dans Endgame, cela reste un mystère total ! Est-ce que des Joueurs vont se dresser contre le Peuple du Ciel ? Si oui, lesquels ? En tout cas, à la fin de ce premier volet, aucun des joueurs [spoiler]à part peut-être Hilal[/spoiler] ne semblent prêts à arrêter de Jouer. Patience donc.

Pour conclure, Endgame est, et je le dis sans aucun doute, un de mes livres préférés. Tout est bien mené, le scénario est bien ficelé, pas prévisible, et les personnages sont très bien travaillés (on a l'occasion d'en apprendre plus sur eux dans Endgame : Mission, cela leur donne plus de profondeur encore). Un final qui m'a choquée et émue aux larmes. Bref, j'attends la suite avec une impatience non cachée !

par MarineL
L'insomnie des étoiles L'insomnie des étoiles
Marc Dugain   
Il est vraiment bien. On entre vite dans l'histoire car une partie est vu sous le point de vue d'une jeune fille de 15 ans ( mon âge environ). On comprend mieux car c'est expliqué par ou pour une jeune fille et non pour des adultes qui savent de quoi ils parlent !! C'est un peu sombre quand même mais il y a quelques points positifs quand même !!

par Marie15
Le Pays des Contes, Tome 2 : Le Retour de l'Enchanteresse Le Pays des Contes, Tome 2 : Le Retour de l'Enchanteresse
Chris Colfer   
Ce livre est fantastique comme le premier . Il m'a beaucoup émue . J'adore quand ils partent à l'aventure pour vaincre l'Enchanteresse .
J'ai totalement craqué sur la couverture . Je le conseille à tous .

Toi contre moi Toi contre moi
Jenny Downham   
Toi contre Moi est un Magnifique Roman. J'ai vraiment aimé comment l'auteur nous fait rentré dans l'histoire, et dans la peau des personnages. Les deux héros, sont ennemies, et pourtant ils se ressemblent ... Voulant tout les deux défendre leurs famille. L'histoire est Fascinante, j'ai vraiment luttée pour fermé ce livre le soir ...
L'aspect de la justice me parait important, car trés présent dans l'histoire.
L'histoire d'amour est touchante, et elle me fait pensée un peu a Roméo et juliette, bien que l'histoire ne soit pas la même.
Cependant, à la fin, il me manque quelque chose, je reste un peu sur ... et la suite ?
Mais dans l'ensemble, Un trés trés bon livre que je conseil fortement de lire!

par dede1422
Comme si c'était toi Comme si c'était toi
Mhairi McFarlane   
Alors ... L histoire en elle même est vraiment pas mal et nous change des habituelles histoires ... Cependant le début est d'une longueur !!!! Et quand je dit début je suis gentille je me suis ennuyée jusqu'au milieu du livre peu près ... Mais après ça a été un régal !

J ai beaucoup aimé les 2 personnages Anna et James qui sont tout deux attachants et vraiment plein d humour !
OCD Love Story OCD Love Story
Corey Ann Haydu   
When Bea meets Beck, she knows instantly that he’s her kind of crazy. Sweet, strong, kinda-messed-up Beck understands her like no one else can. He makes her feel almost normal. He makes her feel like she could fall in love again.

But despite her feelings for Beck, Bea can’t stop thinking about someone else: a guy who is gorgeous and magnetic... and has no idea Bea even exists. But Bea knows a lot about him. She spends a lot of time watching him. She has a journal full of notes. Some might even say she’s obsessed.

Bea tells herself she’s got it all under control. But this isn’t a choice, it’s a compulsion. The truth is, she’s breaking down...and she might end up breaking her own heart. (less)

par lilou20
Afterworlds Afterworlds
Scott Westerfeld   
Alors, je ne sais pas trop par où commencer pour vous parler de livre... Je viens à peine de sortir d'une sorte de panne de lecture, et pour me remotiver j'ai eu la brillante idée (sarcasme) de lire un bouquin de 670 pages : mais que m'est-il passé par la tête ? C'était l'erreur du siècle.
Pourtant, tout s'annonçait bien : un roman à deux voix - Dieu, que j'aime ça -, une histoire qui commence par un attentat terroriste - du jamais vu dans la YA, super - , une histoire contemporaine avec une histoire avec comme sujet la mort - cocktail explosif !
Même quand j'ai commencé à lire les quatre premiers chapitres, je trouvais ça super intéressant, et les pages défilaient sans aucun problème. L'histoire de Darcy, était aussi prenante que celle de Lizzie !
Mais on est pas chez les Bisounours, alors tout ça s'est bien vite gâté !
Le fait que le roman, alterne un chapitre sur deux entre Darcy, et Lizzie, me plaisait au début, car quand à la fin du chapitre sur Darcy, on avait envie de savoir ce qui lui arrivait, il fallait lire celui sur Lizzie. Et quand on avait terminé avec Lizzie, et qu'on avait trouvé la chapitre prenant, il fallait attendre ... Normalement, ça aurait du nous pousser à lire plus. Cependant, ça n'a pas été la cas. Je trouve que cela ralentissait le rythme du roman, et empêchait l'attachement aux personnages. J'aurais souhaité également que les deux héroïnes soient un peu plus reliées.
Parlons maintenant des deux histoires :
- Darcy :
Son histoire souffre de beaucoup de passages inutiles, et de moments carrément ennuyant. Elle est attachante, certes, mais pas très mature selon moi parfois : sa jeune soeur, Nisha, me paraissait plus dans le coup. Cependant, cette plongée dans le monde de l'édition m'a bien plu. Sa relation avec [/spoiler]Imogen[/spoiler] était une réelle surprise : j'ai trouvé ce couple attachant, bien que le début de leur histoire me semble confus. J'ai également bien aimé avoir un extrait de Pyromancer, le roman d'Imogen, qui m'a paru très intéressant. Les parents de Darcy sont très tolérant, et j'aime bien sa mère. J'aurais pourtant aimé que son histoire aille plus loin, au moins, jusqu'à la sortie d'Afterworlds ! J'aurais voulu savoir si le livre allait bien marcher, et comme s'appellerait "Untitled Patel" !
- Lizzie :
C'est avec son histoire que j'ai eu le plus de mal. Le premier chapitre est très prenant en effet, et l'action est présente depuis le début. Pourtant, je me suis sentie très éloignée de ce personnage, et n'ai pas réussi à m'y attacher. Par contre, il y a certains passages, qui m'ont fait carrément flipper [spoiler]- Quand, Lizzie et Mindie vont dans l'école, et qu'il y a une voix qui les hante - Quand, on rencontre pour la première fois les quatre petites filles. [/spoiler] Ces moments font carrément peur, et j'en ai même fermé le livre. Enfin, l'auteur a réussi le tour de force de m'effrayer : bon après, je ne lis pas de livres à la Stephen King !
Et je passe au gros point noir de l'histoire : la romance.
Eh oui, je D-E-T-E-S-T-E absolument, les Instant Love ! Là, on a bien à faire, au coup de foudre le plus rapide de l'histoire de l'humanité : roulage de pelle après deux minutes de discussion, j'appelle ça des champions ! Et malheureusement, Yamaraj, notre sexy dieu de la mort, n'est pas non plus rentré dans mes Book Boyfriends ! Sa personnalité est fade, et pas très exploité.
L'histoire de Mindie, est intéressante, mais lassante à la fin - car tout tourne autour de ça. De plus, je trouve que quelques points de l'histoire sont mal exploités, voire pas exploités, et tout reste un peu fouillis.
Pourtant, il y a bien un moment épique : [spoiler]quand Lizzie tue le méchant homme : whaou, ça m'a agréablement surpris, dit la psychopathe qui trouve que tuer des gens ça peut être intéressant. [/spoiler]
La fin entre Yama et Lizzie, m'a paru parfaite.
Et suis-je la seule, a trouver que Lizzie serait trop bien avec l'Agent spécial Reyes?

Pour conclure, un roman satisfaisant, mais qui peine à me séduire, avec ses personnages pas assez développés, son histoire parfois fouillis, et ses passages qui traînent en longueur.