Livres
540 131
Membres
570 270

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Nanoue : Je suis en train de lire

La Vie rêvée des chaussettes orphelines La Vie rêvée des chaussettes orphelines
Marie Vareille   
Un peu déçue par ce livre. Je suis restée un peu sur ma faim

par lilyanne
Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle
Stuart Turton   
Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/the-seven-deaths-of-evelyn-hardcastle-stuart-turton/

Ma notation: 5/5

Au vu du synopsis de ce roman, je n’ai même pas cherché à comprendre, je l’ai direct précommandé. Ah, mais moi, je suis une vraie gangster! Bien sûr, vu le nombre de fois où je suis tombée sur des livres prometteurs qui ne l’étaient plus du tout une fois commencés, j’avais mes réserves… Bah… C’était encore mieux que je ne l’espérais. Stuart Turton a créé un casse-tête de génie qui m’a surprise à chaque tournant! Ce n’est même pas la peine de chercher la solution, toutes vos suppositions seront balayées. Croyez-moi, j’ai déjà essayé!

HOLY SHIT. Quel livre brillant! The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle est un whodunnit qui n’a rien à envier aux romans d’Agatha Christie, bien que l’enquête nous rappelle le savoir-faire de cette auteure. Le récit met en avant un lieu à huis-clos où s’entremêlent meurtre, secret, mystère et voyage dans le temps. C’est une atmosphère presque oppressante où l’on se sent aussi prisonnier que le héros. Chaque détail est scrupuleusement implanté de sorte à ce que l’on s’interroge sur l’intention de l’indice et sa signification dans l’enquête. Les personnages se connaissant tous, ils ont leurs propres querelles et leur dose de faux-semblant!

Mais là où l’auteur a su se montrer malin, c’est dans sa manière d’aborder la boucle temporelle. Aiden habite le corps de huit autres protagonistes, ce qui nous permet d’avoir à chaque fois une nouvelle approche de l’histoire. Sérieusement, c’est trop bien! La journée se répète, mais les éléments sont en mouvement constant: le meurtre ne se reproduit jamais exactement de la même manière. Je trouve que les règles de la compétition rajoutent bien du challenge! On a toujours quelque chose à apprendre, il faut être très observateur.

D’ailleurs, je trouve que la question psychologique a été soigneusement abordée. Aiden ne sait rien de son passé, il ne connaît même pas son identité (on ne l’apprend que plus tard), du coup, lorsque son esprit prend possession du corps de son hôte, il en adopte souvent la personnalité. Ainsi, il lui devient difficile de distinguer sa propre personne! Chaque hôte a ses forces et ses faiblesses, et chaque caractère permet de s’approprier l’enquête différemment. C’est limite du dédoublement de personnalité, haha.

Côté intrigue, le travail réalisé par l’auteur est ENORME. Qu’il s’agisse de l’abondance des indices, des voyages dans le temps, des adversaires d’Aiden ou encore des liens avec l’assassinat, le roman s’est avéré étonnant sous toutes les coutures! Quand je croyais enfin avoir mis le grappin sur la résolution de l’enquête, un autre secret ou un autre mystère éclatait. Stuart Turton nous manipule tout le long sans aucun scrupule, et ce n’est que vers la fin que l’on voit combien ce bouquin est réellement complexe! Et bien écrit.

Etant donné la difficulté du récit, on apprend très peu de choses sur les protagonistes, mais dans ce contexte-là, cela ne m’a pas du tout dérangée. J’ai appris à apprécier Aiden pour ses valeurs, on parvient à le séparer aisément de ses hôtes, bien qu’on se demande combien de sa personnalité est vraiment la sienne. En fait, c’est une variable tout à fait justifiée, mais il faut avoir lu le livre pour comprendre que l’approfondissement des héros était quasi impossible! Pourtant, on en vient étrangement à se prendre d’affection pour certains personnages secondaires, notamment la douce servante Lucy et le rusé valet Cunningham, qui dévoilent plusieurs facettes adaptées selon leur interlocuteur.

Oh, puis, il y a un tueur assoiffé de sang prêt à découper notre héros en rondelles – littéralement.

Mais aussi beaucoup de plot twists sur plot twists sur plot twists.

J’ai pratiquement eu un coup de coeur pour ce livre, mais j’ai deux reproches à faire. J’aurais voulu qu’il y ait un minimum d’explication par rapport à cette bulle temporelle. Est-ce de la magie? De la science-fiction? Du paranormal? Et surtout, j’ai trouvé la raison derrière cette compétition peu convaincante… Disons qu’avec toute l’intelligence dont a su faire preuve l’auteur, je pensais que le motif serait plus remarquable que ça!

Néanmoins, ce fut une lecture E-PA-TANTE. C’est Georgette qui le dit. C’est Georgette qui valide!

Note: ça veut dire lisez-le.
Le bonheur n'a pas de rides Le bonheur n'a pas de rides
Anne-Gaëlle Huon   
Très bonne lecture!
Paulette est une personne capable de bonnes comme de mauvaises choses. Quand à monsieur Georges, je l'ai trouvé vraiment touchant dans sa façon d'être ainsi que monsieur Yvon. De merveilleux moments partagés avec ces pensionnaires,tantôt drôles,tantôt touchants.

par Maelle27
Le roi disait que j'étais diable Le roi disait que j'étais diable
Clara Dupont-Monod   
http://www.megworld.fr/2014/11/le-roi-disait-que-j-etais-le-diable-clara-dupont-monod.html

Aliénor d'Aquitaine me fascine et me passionne depuis que j'ai lu "Le lit d'Aliénor" de Mireille Calmel. J'admire cette femme de pouvoir qui était tellement en avance sur son temps. J'étais très heureuse de découvrir "Le roi disait que j'étais le diable" mais je n'ai pas été tant emballée que ça. Bien qu'il ait des qualités indéniables, j'ai aussi noté plusieurs défauts qui m'ont empêché d'apprécier pleinement ce roman.


J'ai été gênée par le style de Clara Dupont-Monod. Elle écrit bien, là n'est pas la question, c'est plutôt la construction du roman qui ne m'a pas plu. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de blabla inutile. L'auteure nous coupe régulièrement du récit pour nous donner des explications sur la vie ou le passé d'Aliénor. Ces informations sont intéressantes certes, mais m'ont perdue. J'étais bien incapable de me souvenir où en était le récit ou encore, où se trouvaient nos personnages. De plus, les ellipses récurrentes n'ont rien arrangé... J'ai eu l'impression que l'histoire d'Alénior et de Louis VII était par moment survolée.
De plus, j'aime les récits au présent lorsqu'il s'agit de romans d'anticipation ou des romances mais pas pour le roman historique. Ce temps m'a dérangée ici, je l'ai trouvé peu approprié.


Le point de vue d'Aliénor est intéressant puisque nous avons la vision de la jeune femme. Elle observe d'un œil très critique le Roi : sa faculté à beaucoup parler sans arriver à prendre seul les décisions ou encore sa foi aveuglante dans la religion. Aliénor n'est pas spécialement pieuse et vit dans un autre univers que son époux. Elle aime l'art et la poésie, tout le contraire du roi qui n'y trouve aucun intérêt.
Les passages en italique nous révèle le point de vue de Louis VII. Dès qu'il voit Aliénor, c'est le coup de foudre. Il est complètement sous le charme de son épouse et il la craint en même temps. Contrairement à lui, c'est une femme forte qui sait ce qu'elle veut. Je n'ai pas aimé ces passages, Louis VII n'est pas un personnage intéressant et l'entendre vanter les charmes d'Aliénor devient vite ennuyeux. Honnêtement, le point de vue de la reine aurait été amplement suffisant.


Pour conclure, j'ai aimé en apprendre plus sur Aliénor d'Aquitaine mais dans l'ensemble, ce roman ne m'a pas franchement convaincue. Le style de l'auteure ne m'ayant pas emportée, je suis restée assez extérieure au récit.

★★⋆☆☆
Une lecture moyenne.

par megmars
Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire
Joanna Bolouri   
Jusqu'ici, je ne me suis jamais faite de PAL de saisons, mais pour ce roman impossible de ne pas le lire en plein mois de décembre et ressentir la magie de Noël. J'ai attendu quelques jours avant de le sortir de ma PAL histoire d'être accordé à l'ouverture du calendrier de l'avant. Quelle belle surprise, c'était le premier roman que je lisais de Joanna Bolouri et c'est une comédie romantique comme je les aime : drôle, tendre et craquante.

Je réalise que je lis souvent des romans avec des personnages proches de ma tranche d'âge et pour le coup c'est la première fois qu'une héroïne dépasse la trentaine, ce n'est pas dénuée de sens car comme beaucoup je m'identifie à des héroïnes qui ont des points communs avec moi et contre toute attente, même si l'âge à une place importante dans cette histoire, ce n'est pas dérangeant puisque à l'origine de quelques situations cocasses.

Après plusieurs années de célibat, Emily est confrontée depuis plusieurs années à l'insistance de sa famille pour connaître l'évolution de sa vie sentimentale, cette année elle file le parfait amour avec Robert et elle espère bien venir accompagner au traditionnel Noël familial. Lorsqu'elle annonce la nouvelle à sa famille, elle ne peut échapper aux questions toutes plus intrusives les unes que les autres, mais cette année les choses sont différentes, elle pourra affronter sa famille sans devoir justifier sa solitude. Seulement, la situation se complique lorsque quelques jours avant leur départ elle apprend la vérité sur Robert et décide de rompre. Emily se retrouve face à un choix difficile : avouer la vérité ou s'arranger pour sauver les apparences. Contre toute attente, elle décide de faire appel à Evan son voisin insupportable qui lui pourrit la vie avec ses nuits agitées.

Bien évidemment vous vous doutez que la situation va réserver quelques scènes drôles, mais en même temps l’alchimie n'est pas loin donc parfois la tension crépite. J'aime beaucoup la manière dont on découvre les rapports houleux des deux voisins, ce n'est pas vraiment qu'il se déteste, mais Evan est une source de stress dans la vie d'Emily et le manque de sommeil va la pousser à se venger d'une manière assez amusante. Il s'avère qu'Evan va se révéler être un soutien inattendu et malgré qu'il ne soit pas ami, il va accepter d'aider Emily. Durant ces quatre jours, ils vont se découvrir de manière plus approfondi. C'est une chick-lit charmante, avec une famille touchante et des personnages attachants qui vont nous ouvrir la porte de leur maison le temps d'un réveillon (très alcoolisé).

Je suis assez surprise de la place qu'occupe la romance, souvent dans ce type de roman on la place en second plan et bien que l'héroïne profite de ce retour aux sources pour réévaluer sa vie de presque quarantenaire après une énième séparation, elle trouve une alchimie inattendue auprès de son insupportable invité. Et du côté d'Evan, la magie opère à merveille, tant pour son physique avantageux que pour sa personnalité, qui allie humour, romantisme et insouciance. Une fois les préjugés mis de côté, la relation va évoluer tout en douceur, un temps bloqué par la différence d'âge, mais surmonté par la naissance d'une réelle complicité et ils vont pouvoir compter l'un sur l'autre. La fin un peu précipitée a fait retomber mon excitation, mais c'est une très belle romance de Noël.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-4jZ

par Luxnbooks
Black OPS, tome 1 : Impitoyable Black OPS, tome 1 : Impitoyable
Cindy Gerard   
Black OPS 1 est une belle surprise ! Un univers bourré de testostérone avec des agents spéciaux, de l'action, du suspense, de l'émotion et de la romance.
On a pas le temps de s'ennuyer une minute et on aime ça !
Tout est bien dosé et tout est fait pour qu'on passe un excellent moment. L'intrigue ne manque pas de rebondissements, les révélations se font au fil des pages et pour la romance, l'auteur nous livre des personnages qui ne se supportent pas et qui passent leur temps à se lancer des piques. Leurs joutes verbales sont du pure bonheur !
Les personnages sont intenses, touchants et vrais et la relation entre Jenna et Gabe se construit petit à petit et elle est émouvante car ils vont vivre des moments très forts. Quand Gabe s'ouvre à Jenna ce n'est pas pour rien.

En résumé, un premier tome placé sous le signe de l'action, du suspense, de la douleur, de la perte, de l'amitié et de la romance. Avec des personnages bourrés de caractère et de répondant. Et avec tous ces mercenaires, on ne sait plus ou donner de la tête !!! Je n'ai plus qu'à attaquer la lecture des autres tomes.

par coco69
Percy Jackson et les Dieux grecs Percy Jackson et les Dieux grecs
Rick Riordan   
Je n'ai pas pu résister longtemps avant d'ouvrir LE livre.

Pourquoi LE?

Tout simplement parce que c'est le livre auquel je tiens le plus au monde, parce que je l'ai gagné à un concours facebook gratuitement, et, avec les plus beau cadeau : Une dédicace de mon auteur préféré.
Mais après, vous en fichez.

J'ai lutté longtemps pour ne pas le lire, de peur de l'abimer (oui je sais je suis bizarre) mais à la fin, c'était trop long.

Je suis si heureuse d'avoir pu retrouver Percy à la première personne! Ca m'a rappelé les bons moments que j'avais passé avec les cinq premiers tomes, et les gens qui me regardaient bizarrement quand je riai toute seule.

De plus, il est vraiment bien, car il permet d'apprendre la mythologie facilement, tout en riant et en se moquant des dieux.

Rick Riordian est vraiment mon auteur préféré, et je suis heureuse d'avoir reçu sa dédicace et se livre en cadeau. Ses histoires ne faiblissent jamais et sont toujours un bon moment a passer.

Je conseille ce livre à tout le monde et je jure sur le Styx de protéger à jamais ce livre colector.

Merci encore à Percy, Annabeth, Grover, Piper, Léo, Jason, Franck, Hazel, Nico, au Coach Hedge et bien évidemment à notre dieu préféré, notre cher Rick riordian.

Bonne lecture!

Morgane_Chase
Shirayuki aux cheveux rouges, Tome 3 Shirayuki aux cheveux rouges, Tome 3
Sorata Akizuki   
Un troisième tome plein de rebondissements, d'action, de découvertes et de surprises.
Il commence d'abord par l'arrivée de Raji à Clariness ; un épisode que j'ai trouvé plutôt comique et positif pour le prince de Tanbarun. À cause de son égoïsme, il avait donné une très mauvaise image de lui aux personnages ainsi qu'aux lectrices, et pourtant ici, on s'aperçoit qu'il n'est pas vraiment méchant et qu'il est même plutôt maladroit, mal à l'aise et drôle sans le vouloir. D'ailleurs, je suis vraiment contente que Sorata Akiduki ait décidé de le présenter sous cet angle qui lui donne davantage de profondeur, qui le rend bien plus attachant, et qui apporte même un côté humoristique au scénario.

L'auteure décide également de mettre en place un petit "flashback" qui nous permet d'en apprendre plus sur Izana, sa façon de diriger, et les valeurs qu'il prône. Ainsi, on s'aperçoit que malgré sa personnalité que l'on peut juger détestable au premier abord, c'est un prince honnête, qui ne se sert pas de son peuple, et qui veut le bien.

Ensuite, c'est au tour de Obi d'être approfondi et de recevoir enfin un titre qui justifie sa présence au palais. Je suis extrêmement satisfaite qu'il soit de plus en plus présent au fil des chapitres et que Zen lui demande de protéger Shirayuki. En effet, je dois avouer que même si j'apprécie énormément le prince et la relation qui progresse entre lui et notre héroïne, j'ai tout de même un véritable coup de coeur pour Obi, et c'est ses apparitions et ses répliques que j'attends chaque fois avec impatience. [spoiler]Ici, on le voit d'abord aider Shirayuki avec les plantes qu'elle doit couper, regrouper et ranger, et même s'il s'agit d'un passage assez simple et rapide, j'ai apprécié voir Obi se mélanger à la troupe de pharmaciens, et surtout, j'ai bien retenu le moment où il ôte, sans vraiment s'en rendre compte, le masque de Shirayuki. C'est un passage très doux qui soulève quelques interrogations et qui annonce sûrement d'autres rapprochements de ce genre par la suite ! D'ailleurs, quelques pages plus tard, alors que Shirayuki est à moitié soûle, Obi intervient de nouveau pour la rattraper quand elle tombe, sans oublier les passages où il l'écoute attentivement quand elle se sent mal.[/spoiler]

Pour finir, un nouveau personnage apparaît encore une fois dans le dernier chapitre du tome et il s'agit de Kiharu, une jeune fille accompagnée de son oiseau Popo, bien déterminée à sauver les animaux auxquels elle tient, et à défendre les intérêts de son peuple. J'ai beaucoup aimé cet épisode touchant et adorable, qui montre encore la volonté et la ténacité dont fait preuve Shirayuki pour aider les personnes dans le besoin et pour faire triompher le bien. D'ailleurs, ce que j'aime avec ce manga, c'est que même si certains passages semblent juste mignons ou drôles sans pour autant présenter une quelconque importance au récit principal, ils font en réalité eux aussi progresser le scénario, les relations entre les personnages, etc... En fait, rien n'est laissé au hasard, et c'est quelque chose que je tiens à souligner car généralement, dans les shôjos, on rencontre beaucoup d'obstacles qui sont vite résolus et dont on n'entend ensuite plus jamais parler, mais ici, ce n'est pas le cas. Bien au contraire ; tous les personnages présentés ont une importance bien particulière et on finit toujours par les revoir dans d'autres épisodes qui nous aident à en apprendre davantage sur eux.

par Cassy33

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode