Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de nao-chi : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
La Liste La Liste
Siobhan Vivian   
C'est le bouquin qui m'a longtemps fait envie et, qui était aussi bien que ce que j'avais pu imaginer, avec une myriade de personnage très bien articulée.
On suit chacun d'eux dans de leur vie et au travers de leurs propres yeux ainsi que ceux des autres.
On peut donc voir plusieurs facettes des personnages car nous avons leurs points de vue et ressentis, ainsi que l'image qu'ils renvoient à leurs proches, à leurs amis ou a de vagues connaissances.
Les personnages ont tous une personnalité propre bien que la finalité soit la même pour tous, ils veulent tous être aimés que ce soit par une seul personne, par leurs proches ou par toute une école.
Un gros bémol qui l'a fait redescendre dans la catégorie bronze c'est sa fin.
Comme tout le long de l'histoire nous suivons chaque personnage à la suite pour la journée, une fois que son passage est fini on ne revient pas à lui.
Sauf que pour la fin je me serai plutôt attendu à une sorte de réunion de tous pour pouvoir poser si ce n'est un point final,un point à cette semaine haute en couleurs.
Et la .. rien.
Pour certains personnages cela fait bien plus de 50 pages que nous avons cessés de les suivre et on aurait dû deviner que leur fin été ici.
Qui plus est, pour signifier la fin du livre on a le droit à une phrase "philosophique", ou tout du moins qui se veut sage et c'est tout.
Encore une fois ça prouve l'importance d'une bonne fin car elle a totalement changé mon point de vue sur le livre en entier.
Alors que j'avais dévoré le bouquin et que je ne pouvais plus le lâcher, cette fin m'a laissé un arrière goût amer.

par nao-chi
Le Sixième Sommeil Le Sixième Sommeil
Bernard Werber   
Je vois dans les commentaires qui m'ont précédé que plusieurs personnes trouvent le livre trop lent à démarrer, je suis qu'à moitié d'accord. C'est vrai que l'action à proprement parler ne commence que dans la deuxième partie du livre, soit au bout de 170 pages. Néanmoins, ça serait un mensonge que de dire que les 170 premières pages ne servent strictement à rien. J'ai trouvé qu'elles mettaient très bien en place l'intrigue, en nous donnant beaucoup d'information sur le sommeil, qui est je pense un thème assez rare en littérature, d'autant plus traité comme il l'est ici. En plus, on sent un certain plaisir, chez l'auteur, à faire partager avec ses lecteurs ce qu'il sait sur ce sujet, ce qui est agréable. Du coup, tout le long de ma lecture, même si on part parfois sur des choses assez fantaisistes, qui me semblent qu'assez peu réalistes, l'auteur arrive parfaitement à les justifier pour les rendre crédibles. Le concept même de la science-fiction, quoi ! qui est parfaitement maitrisé par l'auteur. De bout en bout, du fait de cette longue introduction, j'ai vraiment réussi à me prendre au jeu. J'ai aussi trouvé que le texte provoquait une réflexion chez le lecteur, le pousse à s'interroger sur son rapport au sommeil, ses rêves, ses insomnies, etc... Bref, malgré le manque d'action, j'ai trouvé cette première partie très intéressante.

Mais j'ai aussi trouvé un énorme défaut à cette partie : la présentation des personnages est complètement nulle ! On tourne surtout autour du personnage principal, Jacques Klein. On passe 170 pages à nous le présenter sans nous le présenter réellement. Je veux dire par là qu'on nous explique qu'il a les cheveux noirs, qu'il fait des études de médecine, qu'il vit en région parisienne, qu'il a peur de l'eau, qu'il faisait pipi au lit quand il était enfant, ou encore, qu'il a une collection de coquillages... C'est dingue tout ce qu'on peut dire sur quelqu'un sans rien dire sur lui! Quand je suis arrivée au bout de la première partie, j'avais l'impression de toujours RIEN savoir de la personnalité de Jacques, et ça m'a profondément dérangé.
Les personnages secondaires ne rattrapent pas vraiment la médiocrité du personnage principal, puisqu'ils m'ont tous, sans exception, semblé être d'énormes caricatures ambulantes. Je crois que le pire était Justine, la fille un peu gothique, un peu tatouée, un peu philosophe, un peu obsédée sexuelle, un peu poète. J'ai rarement vu autant de clichés dans un seul et même personnage.

La deuxième partie du livre contient plus d'action que la première, mais m'a étonnamment moins intéressé, car j'ai trouvé le lien entre la partie 1 et 2 bancal [spoiler](Autant on prend le temps de nous expliquer pourquoi Jacques a eu envie d'aller en Malaisie, autant sa mère ça reste hyper léger comme explication)[/spoiler] et surtout, j'ai eu le sentiment qu'on perdait complètement de vu le thème de base du livre, le sommeil, et plus précieusement, le sixième sommeil, qui est quand même le titre du livre ! Au lieu de ça, on semble partir dans une espèce de roman d'aventure avec un message écologiste sur les bords, qui n'est pas foncièrement désagréable, mais ce n'est pas du tout ce que je m'attendais à lire au vu du début du livre. [spoiler]On termine quand même la première partie sur la mort d'un homme du fait des recherches sur le sixième sommeil ET POUUUUUF on oublie tout pour aller vivre dans la jungle avec une tribu malaisienne et mettre en place un complexe hôtelier. [/spoiler] Je trouve surtout ça frustrant pour le lecteur : à la fin de la première partie on a juste envie de savoir comment vont se continuer les recherches sur le sixième sommeil et à quoi ça va servir. Et bah non, on ne te le dira pas. [spoiler]Le pompon arrive à la fin, quand JK64, le plus naturellement du monde, dit à JK44 "dude, t'aurais pas oublié le sixième sommeil par hasard ?". Je ne sais pas qui de JK44 ou de Bernard Werber a le plus oublié de quoi il parlait... Mais moi en tout cas, en tant que lecteur, je ne l'avais pas oublié et je commençais franchement à m'impatienter. [/spoiler]

Heureusement, la troisième partie repart sur le thème du sixième sommeil, et constitue à mon sens plus ou moins la suite directe de la partie 1, ce qui se situe entre ne servant pas franchement à grand chose. J'ai trouvé que cette partie était la plus intéressante et la plus "dans le thème" au vu du titre. J'ai trouvé la fin du livre tout à fait satisfaisante, j'ai bien aimé le fait qu'elle soit plutôt ouverte, que ce soit à nous d'imaginer la suite. Malgré les réserves que j'ai pu exprimer plus tôt, cette dernière partie m'a quand même fait terminer ma lecture sur une note franchement positive. Dommage tout de même que ce soit la partie la plus courte du livre, puisque c'est celle que j'ai préféré, et parce que certains éléments auraient pu être un peu plus développés (par exemple l'influence des médias, j'ai trouvé l'explication un peu trop simplifiée pour servir à quelque chose)

Pour finir, un regret global sur cette lecture : j'ai trouvé qu'il y avait quelques incohérences un peu désagréables, notamment au niveau des dates/époques. ça constitue pourtant un élément important du livre, alors je me serais attendu à un sans faute. [spoiler]Dans le présent du début du livre, Jacques à 27 ans et on apprend que dans son enfance, sa mère surveillait son sommeil avec un smartphone. Si ma mémoire est bonne, le premier iPhone date de 2007. Donc si ça existait déjà dans l'enfance de Jacques, à la louche, on se situe au plus tôt vers 2030 au début du livre. Or, absolument rien dans le texte ne laisse entendre qu'on est dans un futur proche. Par exemple on utilise toujours des smartphones, internet, des DVDs,... on semble n'avoir fait aucun progrès sur ces technologies en 20 ans. On fait en plus des références actuelles, que ce soit des références culturelles (genre Walking Dead) ou des références à des célébrités actuelles. Alors que j'ai envie de dire que Calvin Klein a 70 ans passé et, je lui souhaite pas de mal, mais d'ici là il sera probablement mort et enterré depuis un moment. Et plus on avance dans le livre, plus cette incohérence devient gênante, puisque qu'à la fin, Jacques à 48 ans, donc on est en 2050 environ, et on a toujours pas l'impression d'être dans le futur.
Dans le même ordre d'idée, l'auteur a aussi du mal à faire ressentir le temps qui passe, je trouve. La disparition de Caroline : il se passe un an entre le moment où elle disparait et le moment où Jacques arrive sur l'ile, pourtant au niveau de l'enchainement d'action, on a l'impression qu'il se passe un mois à tout casser. Et plus tard, quand on fait un bond de 16 ans dans le futur en 3 lignes, je trouve aussi ça limite.[/spoiler]
Et sans allez jusqu'à l'incohérence, j'ai regretté quelques facilités scénaristiques un peu trop grossières pour moi. [spoiler]Genre, la peur de l'eau de Jacques. On en fait des caisses pendant 250 pages, puis il se soigne de sa phobie en 3 lignes et le chapitre d'après il va faire de la plongé sous-marine tranquillou billou. SÉRIEUSEMENT ?!! ça sonne juste hyper artificiel, façon "roue de secours de l'auteur parce qu'il avait finalement besoin que Jacques sache nager". Et je l'ai déjà dit, mais je trouve que la troisième partie du livre, qui est amené d'une façon absolument ridicule, et illustre elle aussi ce coté un peu grossier de l'intrigue par moment.[/spoiler]

Pour conclure, j'ai quand même trouvé pas mal de défauts à cet ouvrage, de ce fait, je ne pense pas que ce soit un très grand livre qui restera dans les annales, contrairement à d'autres livres de cet auteur. Après, je ne peux pas non plus dire que je ne l'ai pas apprécié, loin de là. J'ai lu ce livre avec un certain intérêt et même un certain plaisir, parce qu'il est quand même globalement intéressant, rythmé et simple à lire. Même si je termine ma lecture avec un sentiment d'à peu près, de maladresse, voire même de manque de cohérence, j'ai pas envie de trop mal noter ce livre, qui m'aura quand même fait passé un moment agréable, et c'est peut-être le plus important.
Uglies, Tome 2 : Pretties Uglies, Tome 2 : Pretties
Scott Westerfeld   
Génial ! Même si l'histoire suit à peu près le même schéma que dans le premier tome, la façon dont c'est écrit le rend logique, et donc pas dérangeant ! Plein de suspense et avec un Zane très attachant, j'ai vraiment beaucoup aimé !
[spoiler]La confrontation finale entre Tally, Zane et David est très bien faite. Elle avait oublié David, ce n'est pas sa faute, et je comprends qu'elle choisisse Zane, mais ça doit être horrible de vivre cette situation, dont la difficulté est plutôt bien retranscrite.[/spoiler]
La Rose écarlate, Tome 11 : Peux-tu comprendre cela ? La Rose écarlate, Tome 11 : Peux-tu comprendre cela ?
Patricia Lyfoung   
On reste encore sur notre faim à la fin de ce tome, vivement l'automne 2016 pour la suite....

par mickaella
La Rose écarlate, Tome 10 : Tu aurais dû me laisser mourir La Rose écarlate, Tome 10 : Tu aurais dû me laisser mourir
Patricia Lyfoung   
Attention : Quand il y a un spoil avec moi c'est pas pour rire alors si vous ne voulez pas savoir de gros spoils...ne cliquez tout simplement pas sur les lignes qui les indiquent x)

Une énigme qui s'élucide peu à peu, des personnages attachants [spoiler]voire trop :'( dans ce tome Guilhem a son côté adorable et attachant qui ressort histoire qu'on soit bien tristes et qu'on attende la suite avec impatience... je comprends Dimitri à 200% et[/spoiler] , Linus est plutôt bien recherché, comme traître et "méchant" de l'histoire je le trouve plutôt parfait ! [spoiler]A la base je me disais "oui bon, c'est un méchant avec un plan basique voilà..il a un petit peu de classe" et là il tire sur Kilian... O.O "Ah ouais quand même en fait il plaisante pas.." Bon je portais pas Kilian dans mon coeur hein, mais je pensais qu'il mourrait plus tard franchement...[/spoiler]
Bref un excellent tome, hâte de lire la suite !!
La Rose écarlate, Tome 9 : Me pardonneras-tu ? La Rose écarlate, Tome 9 : Me pardonneras-tu ?
Patricia Lyfoung   
C'est une saga magnifique.
Les dessins sont magnifiques.
Les personnages sont géniaux.
Le suspens est impressionnant.
L'histoire est vraiment très belle.
Merci à Patricia Lyfoung pour avoir imaginer cette histoire. :)
La Rose écarlate, Tome 8 : Où es-tu ? La Rose écarlate, Tome 8 : Où es-tu ?
Patricia Lyfoung   
La fin du septième tome était tellement... imprévisible ! Le mariage a été gaché...
Mais quel est donc le secret que dissimule la Rose blanche ? Pourquoi essaie-t-elle de séparer Maud et Guilhem ?
Nous ne pouvons qu'émettre des suppositions... Jusqu'à la sortie du livre !!!
J'ai vraiment trop hate :)
La Rose écarlate, Tome 6 : Je crois que je t'aime La Rose écarlate, Tome 6 : Je crois que je t'aime
Patricia Lyfoung   
C'est une bande dessinée géniale! J'aime beaucoup les dessins style 'manga', je les trouve vraiment très beaux, et les personnages sont tous attachants et ont des caractères propres. A lire !
La Rose écarlate, Tome 5 : Je serai toujours avec toi La Rose écarlate, Tome 5 : Je serai toujours avec toi
Patricia Lyfoung   
Cette série est tellement bien, et les dessins magnifiques ! J'ai accroché dès le premier tome :)
La Rose écarlate, Tome 4 : J'irai voir Venise La Rose écarlate, Tome 4 : J'irai voir Venise
Patricia Lyfoung   
Mon tome préféré sans aucune hésitation! J'adore quand ils rencontrent les pirates, qu'ils vont au bal masqué inconito, chez le roi, ... Un tome riche en aventture et en humour, on rage d'attendre que les deux ne se décarent toujorus pas leur amour, ce qui donne une folle envie de lire la suite! je recommande! Genialissime!
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4