Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Nathou27240 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le testament des abeilles Le testament des abeilles
Natacha Calestrémé   
Si je ne m'attendais pas à pareil récit à la lecture du résumé, force est de constater que l'auteure est de taille et l'histoire de qualité. Ne lésinant pas sur les victimes, pas plus que sur les fausses pistes, l'auteure est en effet redoutable, et nous embarque sans délai au coeur d'une intrigue particulièrement bien construite et rondement menée en plus d'être remarquablement fouillée et documentée quant au thème abordé (que je rechigne à vous dévoiler, ceci afin de vous conserver la pleine et entière découverte de ce polar de haute volée). On sent que l'auteure maîtrise à la perfection son sujet sans pour autant dispenser maux et jugements, ce qui rend l'histoire d'autant plus intéressante, passionnante et prenante.

Outre l'intrigue, le lecteur retiendra sans doute ces personnages particulièrement bien campés et étoffés, à commencer par notre héros bien sûr, qu'il espérera retrouver pour une prochaine aventure. En effet on s'intéresse et on s'attache sans grande difficulté à ce policier aussi tenace qu'efficace, et dont le douloureux passé hante encore ses pensées.

Le tout est porté par une écriture simple, fluide, dynamique, un style clair et efficace, ce qui ne fait qu''ajouter au plaisir que procure cet instant de lecture qu'on aimerait bien prolonger encore un peu.

Chronique complète : http://deslivresetmoi7.blogspot.com/2018/07/chroniques-2018-le-testament-des.html
Un merci de trop Un merci de trop
Carène Ponte   
Je tiens à remercier les éditions Michel Lafon pour cette superbe découverte.

Depuis sa sortie, ce roman me faisait envie et je savais, juste en lisant le résumé, que j'allais adorer et passer un agréable moment en compagnie de Juliette. Mon instinct ne m'a pas trompé. Un merci de trop est un roman que vous devez avoir dans votre sac de plage !

Juliette est une jeune femme on ne peut plus parfaite, incapable de dire non et beaucoup trop gentille. Résultat ? Sa vie à 30 ans est plate et ennuyeuse. Mais une tout autre Juliette sommeille en elle, une Juliette rebelle, une Juliette qui veut réaliser son rêve et écrire un roman, une Juliette qui souhaite tout simplement envoyer balader tout le monde et vivre sa vie comme elle l'entend.

Un merci de trop est un roman vraiment agréable à lire et nous fait passer un merveilleux moment. Ce n'est pas de la grande littérature, mais l'histoire est sans prise de tête, pleine de fraîcheur et d'humour. C'est LE roman idéal pour lire à la plage, au bord d'une piscine ou quand on est un peu déprimée et de mauvaise humeur.
Une fois ma lecture débutée, je n'ai pu m'arrêter de lire. J'étais totalement prise par les aventures, parfois loufoques, de notre héroïne. Les pages défilaient sous mes yeux sans que je puisse m'en rendre compte. L'auteure arrive à nous transporter d'une manière déconcertante et à nous rendre complètement addictif à notre lecture.
Comme nous suivons les aventures et les mésaventures de l'héroïne, l'histoire est pleine d'émotions. Nous passons facilement de la crise de fou rire à la petite angoisse.

Le seul vrai point négatif -et encore, on ne peut pas vraiment dire que s'en est un- c'est la longueur du roman. C'est trop court. Beaucoup trop court.

Nous faisons un peu plus tard dans le roman, la rencontre de Luc, un des personnages secondaires et qui prendra une place importante dans l'histoire. L'auteure nous proposera alors une narration avec deux points de vue, celui de Juliette et celui de Luc. C'est un très bon point pour moi et ça nous permet de nous sentir encore plus proches des personnages.

Et justement, parlons-en des personnages.
J'ai eu un véritable coup de foudre pour Juliette. Je ne sais pas si c'est due au fait que je me suis reconnue à travers elle ou non, mais je me suis prise d'affection pour ce personnage.
Je n'ai qu'un seul petit regret, c'est concernant les personnages secondaires. Je les trouve, un peu moins approfondis, ils manquaient quelques petits détails, mais en rien cela enlève leur potentiel.

Il s'agit du premier roman de l'auteure et que dire ? J'ai tout simplement été admirative du début jusqu'à la fin. Tout est parfaitement maîtrisé. La plume de l'auteure est d'une fluidité surprenante, simple, mais efficace. Le roman se lit tout seul et je l'ai dévoré en quelques heures à peine.

En conclusion, Un merci de trop est une histoire pleine de légèreté, pour le moins originale et qui nous permet de nous vider la tête.
Je peux que vous conseillez cette magnifique lecture et vous pousser à vous le procurer au plus vite. Je vous assure que vous ne le regretterez pas !

Lien du blog : http://aliybooks.weebly.com/contemporain---jeunesse/un-merci-de-trop

par Philla
Chiens de sang Chiens de sang
Karine Giebel   
Un roman assez court, mais d'une folle intensité, cruel comme à l'habitude de l'auteure. Jusqu'au bout, on a de l'espoir pour les personnages. J'ai beaucoup aimé, et aurait tout autant apprécié qu'il y ait plus de pages.

par merediana
D'ombre et de silence D'ombre et de silence
Karine Giebel   
« D’ombre et de silence » parce que les personnages de Karine Giébel, sont voués à se taire et vivre dans l’ombre…

Karine Giébel se prête une fois de plus à l’écriture de la nouvelle, récit bien plus court que le roman, et dans lequel son auteur concentre sa prose au profit d’un suspense rapide qu’il maintiendra jusqu’au dénouement lequel créera la surprise, la chute, le choc…
Huit nouvelles (et non neuf), composent ce recueil noir et violent. Karine Giébel nous habitue depuis des années à publier des romans noirs. Ici, les thèmes récurrents sont ceux de la violence, de la vengeance. Sont exploités aussi ceux de l’intolérance, de la révolte, de la colère, le chagrin.

J’ai pratiquement lu tous les livres de cet auteur. C’est un auteur que j’ai toujours apprécié pour la fluidité de son écriture, pour le rythme, l’intensité et la tension qui se dégagent de chacun de ses romans ou nouvelles.
Ce dernier me paraît un peu différent et si je tente la comparaison avec ses autres livres, c’est sans doute celui que j’ai le moins apprécié, car 8 nouvelles augmentent considérablement la violence, parfois gratuite et humiliante, qui se dégage de ces histoires.

J’ai été démunie face à la souffrance de ses personnages,
j’ai été révoltée face au comportement d’autres personnages,
J’ai été sensible à la douleur de ces hommes et ses femmes face à la perte d’un être aimé,
J’ai été impressionnée par le courage de certains,
J’ai été, disons-le, ébranlée par trop de violence concentrée dans des récits assez courts,
J’ai été inondée par cette atmosphère « D’ombre et de silence », silence imposé par certains, voulu par d’autres, tantôt étouffant, tantôt sourd, tantôt assourdissant...
Un recueil à lire en connaissance de cause.

par SuperNova
Crimes au musée Crimes au musée
Danielle Thiéry    Geneviève Lefebvre    Catherine Lafrance    Claudia Larochelle    Marie-Chantale Gariépy    Ariane Gélinas    Marie Vindy    Florence Meney    Andrée A. Michaud    Martine Latulippe    Stéphanie De Mecquenem    Dominique Sylvain    Barbara Abel    Karine Giebel    Ingrid Desjours    Nathalie Hug    Claire Cooke    Elena Piacentini   
http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/09/recueil-de-nouvelles-crimes-au-musee-collectif.html

Je ne vais pas décrire et critiquer chaque nouvelle, tout d'abord parce qu'il y en a trop, ensuite parce que certaines ne m'ont pas marquée, et enfin parce que j'ai eu du mal à lire ce recueil de bout en bout. En effet, j'ai lu ce recueil sur un temps plutôt long. Ce qui m'a le plus gênée, ce sont les laïus, qui s'étalent sur plusieurs pages, après chaque nouvelle. J'avoue avoir rapidement sauté ces descriptions systématiques, sauf lorsque la nouvelle m'a spécialement plu. Je peux comprendre l'intention, mais je dois dire que ça gonfle le nombre de pages et interrompt la lecture et le suspens instauré par les ambiances des différentes nouvelles.

Je vais maintenant me concentrer sur les nouvelles, puisque c'est le plus intéressant. Le thème fédérateur est le musée. C'est plutôt original. Certaines nouvelles se passent directement dans un musée, d'autres y font simplement référence. Chaque texte est différent et offre une ambiance inédite dans le recueil. Certaines nouvelles m'ont simplement divertie sans me marquer vraiment, parce que finalement, elles n'étaient pas surprenantes. D'autres m'ont surprises par leur originalité souvent morbide. Je pense ici à "Il faut savoir se salir les mains", de Claudia Larochelle, qui présente une artiste travaillant des matériaux étranges et offre une perspective pour le moins créative. Barbara Abel a aussi su m'émouvoir et me surprendre en présentant un personnage totalement dépassé par la vie et à la limite de la folie. Et enfin, il y a des nouvelles qui m'ont bouleversée et donné envie de découvrir l'univers de leur auteur. C'est le cas de "L'intérieur", de Karine Giebel. Par sa plume, cet autrice a su rendre l'abominable encore plus insoutenable. C'est sans aucun doute la nouvelle qui m'a le plus émue. Quant à la nouvelle d'Ingrid Desjours, elle fait partie de mes préférées de ce recueil, comme je m'y attendais. La créativité de celle qui m'a attirée dans le monde du polar m'a totalement conquise. Je me suis laissée avoir par son "Second linceul", et je n'en ai pas senti venir la chute !

Conclusion : ♥♥♥ C'est un recueil appréciable qui ravira tous les amateurs de polars grâce à la diversité de ses propositions. Il aurait été cependant plus judicieux d'ôter les "biographies" après chaque nouvelle ou de les réduire drastiquement, selon moi.
13 à table ! 2018 13 à table ! 2018
Eric Giacometti    Leïla Slimani    Agnès Martin-Lugand    Romain Puértolas    François D'Épenoux    Jacques Ravenne    Adélaïde De Clermont-Tonnerre    Alexandra Lapierre    Karine Giebel    Michel Bussi    Maxime Chattam    Christian Jacq    Françoise Bourdin    Marcus Malte   
J'achète ce livre tous les ans malgré ma PAL assez conséquente, mais c'est pour la bonne cause ! Je viens de le finir et malgré des nouvelles innégales (qui sont loin d'être mauvaises tout de même) je le met toujours en ''or" pour l'engagement des auteurs.

par Melissa18
13 à table ! 2017 13 à table ! 2017
Agnès Martin-Lugand    Romain Puértolas    Agnès Ledig    François D'Épenoux    Marc Levy    Bernard Minier    Alexandra Lapierre    Karine Giebel    Franck Thilliez    Caryl Férey    Yann Queffélec    Maxime Chattam    Françoise Bourdin   
Le thème de l’anniversaire moment symbolique de la vie qui passe, m’a offert de jolis moments de lecture allant du drame à l’humour et du triller à l’intrigue sentimentale. Comme les précédentes éditions, mes goûts mes styles sont gâtés ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ses 13 histoires dont certaines sont de très bonne qualité.
J’apprécie le format « nouvelle » qui donne des histoires courtes qui doivent se mettre rapidement en place, jusqu’à surprendre le lecteur dans un dernier point final. C’est récréatif ! D’autant que je lis 13 à table après une lecture particulièrement difficile. Alors ça m’a fait du bien.
Un mot rapide sur chaque nouvelle, sans en faire un vrai résumé, et mon avis.

1. Françoise Bourdin – Un joyeux non-anniversaire
Françoise Bourdin nous raconte le dîner d’anniversaire du fils cadet de Marianne. Mais comme tous les ans, il est absent ! Le fils prodigue, reviendra-t-il enfin ? Un joli texte tendre sur une maman dévouée à ses trois enfants et sur tout l’amour qu’elle leurs porte.

2. Maxime Chattam – Le chemin du diable
L'atmosphère fantastique, voir diabolique de cette nouvelle m’a fait presque froid dans le dos. Le shérif Woodley tente de comprendre ce qui s'est passé, comment une famille entière a pu disparaître sur le pont du diable. Suicide ? Meurtres ? La réalité s'avérera bien plus effrayante encore, même diabolique !

3. Françoise d’Epenoux – Cent ans et toutes ses dents
Voici l’une des nouvelles mettant en scène une centenaire. Camille se prépare pour aller célébrer le siècle de sa tante acariâtre. Les nombreuses anecdotes relatées en font un personnage ignoble, aigri, égoïste et méchant. La fin vengeresse peut paraître quelque peu de mauvais goût mais m’a fait rire. François d'Epenoux signe là un beau texte à l'humour très noir.

4. Caryl Férey – Le voilà, ton cadeau
Le choix du thème de cette nouvelle est assez surprenant ! Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça… Il s'agit d'une histoire complètement délirante dans une réalité virtuelle ou une époque alternative. Le cadeau d'anniversaire s'avère être un bébé de seize mois nommé 403 que Mario déroba à la Baby bank pour le compte de Véra qui fête sa trentième année. Une histoire loufoque et barrée !

5. Karine Giébel – J’ai appris le silence
[spoiler]J'ai appris le silence.
Parce que j'ai appris le silence.
Parce que j'ai appris la peur.
Parce que j'ai appris l'endurance.
Parce que j'ai appris la prudence.
Mais j'ai appris à supporter bien pire.[/spoiler]
Justice et la vengeance. Cette lecture est très prenante et m’a particulièrement plu. Patricia Vernet, directrice d'un service de cardiologie, se fait kidnapper par un homme qui ne lui est pas inconnu : le ravisseur a été condamné vingt-cinq ans plus tôt à tort pour l'assassinat d'une jeune fille. Ivre de vengeance, il va séquestrer tous les acteurs de sa condamnation.

6. Alexandre Lapierre – Tu mens, ma fille !
La baronne Irina Dalimescu va fêter son 86ème anniversaire avec sa famille. Mais en réalité, elle a 100 ans. Après avoir passer une partie de sa vie à se rajeunir, elle voudrait fêter dignement cet anniversaire ! Mais comment voulez-vous croire quelqu’un qui a toujours nié avoir abîmer les escarpins de sa mère il y a 93 ans ? J’ai trouvé cette nouvelle habillement bien construite et la fin tragique.

7. Agnès Ledig – Le soleil devrait être au rendez-vous dimanche
Touchant ! Un père et de son fils voyage vers un chalet en montagne pour les dix ans de ce dernier. Hélas, les conditions climatiques ne seront pas celles espérées. Heureusement, les voyages sont fait de surprises et de rencontres qui valent autant qu’un jour de beau temps.

8. Marc Levy – Accords nus
Charmante, poétique, mystérieuse, j’ai vraiment aimé cette histoire tragique et romantique. Le jour de son anniversaire, le narrateur de cette histoire croise la fuyante Émilie, une jeune femme mystérieuse dont il tombe amoureux. Ils se retrouvent alors régulièrement… Sans un mot Emilie joue sur le piano du jeune homme les seins nus jusqu’au jour où elle disparaît…

9. Agnès Martin-Lugand – Merci la maîtresse
Ce texte écrit tout en pudeur m’a aussi plu. C’est une histoire de tout les jours, simple, pleine de bon sens, positive. Deux parents d'élèves doivent unir leurs efforts pour préparer le goûter d'anniversaire pour les huit ans respectifs de leurs enfants. De cette obligation découle une belle rencontre ; celle qui ébranle, interroge et finalement fait vivre…

10. Bernard Minier – L’échange
L’échange est sans doute une des moins bonne nouvelle du recueil de cette année. Le fait de sa longueur excessive en est sûrement l’une des causes ! A moins que ce ne soit le malaise que procure les souvenirs un brin fantastique de cet homme fêtant ses 113 ans ! Jeune pilote dans l’armée française durant la guerre 1914/18 il défit un aviateur allemand insaisissable… Mais Falkenberg s’avère être une femme. De cette défaite naît entre eux une relation destructrice, torride, sexuel et morbide qui durera au delà de la guerre.

11. Romain Puértolas – Les 40 ans d’un fakir
Mes retrouvailles avec le célèbre fakir qui "voyageait dans une armoire Ikea" m’a particulièrement déçu. Ajatashatru Lavash Patel se voir offrir par ses amis français un aller-retour en Inde pour fêter son quarantième anniversaire… Et c’est tout ! Je n’ai pas retrouvé l’humour, le décalage et ce petit plus qui fait que je m’attache à un personnage et son histoire. Bref, une histoire clairement bâclé.

12. Yann Queffélec – Fuchsia
Encore un anniversaire d’enfant ! Mais surtout l’histoire d’une mère faisant face à la dure réalité du divorce et des conflits qui en résulte. C’est une histoire émouvante. Liza se bat pour pouvoir emmener sa fille fêter ses 7 ans sur une île. Elle a promis ! Alors peut importe les moyens…

13. Franck Thilliez – Lasthénie
Ah là ! Respect pour ce mini-triller à la foi habile, pervers, écœurant et surprenant. D’un côté un donneur de sang dont le groupe est extrêmement rare. De l’autre une patiente souffrant d’anémie sévère chronique. Qui pourrait imaginer que Mathias Legrand, docteur en hématologie deviennent à son insu le dénominateur commun de ses deux histoires et le bras coupable exécutant cette machiavélique vengeance.


par RMarMat
13 à table ! 2016 13 à table ! 2016
Douglas Kennedy    Françoise Bourdin    Bernard Werber    Maxime Chattam    Stéphane De Groodt    Romain Puértolas    Agnès Ledig    François D'Épenoux    Nadine Monfils    Alexandra Lapierre    Karine Giebel    Michel Bussi   
Avec ce livre, on fait du bien aux autres et par la même occasion à soit ! J’ai passé un bon moment à découvrir ses douze nouvelles autour du thème de la fratrie. Toutes écrites par des auteurs talentueux au profit d’une grande cause (Les restaurants du cœur), elles sont très agréables et récréatives à lire, chacune dans leurs styles tantôt étonnantes, touchantes, déroutantes ou drôles. J’ai moi-même une sœur et deux frères et je crois qu’un bon écrivain pourrait facilement tirer une douzaine de nouvelles sur nos contradictions, ressemblances, sur nos « je t’aime, moi non plus », sur nos séparations et nos retrouvailles, sur notre amour et nos silences… L’on retrouverai un peu de tous les thèmes et sentiments décrites dans ses petites histoires imaginaires. Bref, un thème et des nouvelles qui provoquent forcement un certain remue-ménage dans mon fort intérieur.
[spoiler]
· Françoise Bourdin – Cent balles
« Dans une fratrie, la solidarité n’était-elle pas de rigueur ? »
C’est l’histoire de deux frères tellement différents mais inséparables. Ils sont proches, s’entraident prouvant que l’on a toujours besoin de l’autre et que quelques soit les actes, les chemins différents, il y a toujours à prendre et à donner entre frères à condition de ne pas juger. Une belle preuve d’amour !
· Michel Bussi – La seconde morte
Tout au long de cette intrigue, je me suis douté de la fin. Mais c’est tellement bien construit que j’ai fini pas me dire que je me trompais… Et puis quelle chute ! Mais chute…
· Maxime Chattam – Ceci est mon corps, ceci est mon péché
J’ai beaucoup aimé cette enquête policière, glauque et inquiétante. Par contre, moi qui imagine parfois au font de mon lit, un frère ou une sœur caché… je trouve ma folie moins inquiétant que de devoir m’interroger sur ce que je mange et surtout qui !
· Stéphane De Groodt – Frères Coen
J’avais déjà entendu ce texte sur canal + lu par Stéphane De Groodt dans une émission je ne sais plus laquelle. On aime ou on aime pas ! Il faut être très attentif, réactif et parfois s’y prendre à plusieurs reprises pour comprendre toutes les subtilités et drôleries de ce texte. Je vous conseil de le lire à voie haute… C’est un petit bijoux de jeux de mots et d’à peu prêt comme je les aime !
· François d’Epenoux – La main sur le cœur
Sans doute la nouvelle qui m’a le plus touché personnellement. Faut-il faire semblant entre frères et sœurs par amour d’une mère qui vous aiment autant les uns que les autres et qui ne cherche qu’à retrouver la magie d’une famille unie. Comment retrouver entre frères et sœurs l’instant futile et délicat de l’amour innocent de l’enfance. Pourquoi faut-il que se soit aux moments les plus durs de la vie comme la maladie, la mort que chacun oublie ses rancœurs, les non-dits, l’éloignement pour redevenir juste l’instant d’un clicher cette fratrie ? Pas avant ? Alors que c’est trop tard ! Mais tout ça ne compte peut-être pas entre frères et sœur. Peut-être est-ce normal puisque « J'étais leur petit frère et tout allait pour le mieux dans la meilleure fratrie du monde. »
· Karine Giebel – Aleyna
Ce n’est pas la nouvelle la plus joyeuse mais la plus authentique. Elle nous montre l’emprise des traditions archaïques, de la famille, de l’honneur dans certain milieu. C’est touchant, d’actualité et malheureusement criante de vérité. Le combat des femmes est loin d’être gagner…
· Douglas Kennedy – Tu peux tout me dire
Cette nouvelle semble presque autobiographique ! On devrais normalement se sentir en sécurité dans nos familles. On a confiance, on se confie, on demande conseil. Mais le plus souvent, cette famille nous trahie. Qui n’a pas éprouvé cette leçon au moins une foi dans sa vie ?
· Alexandra Lapierre – Fils unique
Ah les progrès de la génétiques… Un fils unique peut se découvrir une fratrie (ou pas)
· Agnès Ledig – Karen et moi
On peut être heureux d’arrêter de fumer surtout quand ça se passe dans les bras d’une autre…. Nos protagonistes en deviennent frère et sœur de cœur et finalement deviennent père de sang et mère d’adoption. Je vous laisse découvrir, c’est très beau !
· Nadine Montfils – La robe bleue
« Et qui te dis que les gens qui réalisent leurs rêves sont plus heureux que ceux qui se les imaginent? La réalité déçoit toujours. L'imagination, jamais. »
Deux sœurs, chacune dans leur monde ; un peu à côté de la plaque comme pour se protéger de la réalité tiennent un café. Rose rêve de quitter cet endroit où personne ne la remarque. Mais elle aime sa sœur, sa chienne Spéculos… Jusqu’au jour où un homme pas « comme les autres clients » entre et ravive ses espérances. … La fin est un peu « dérangeante » !
· Romain Puértolas – Le premier Rom sur la lune
Voici la nouvelle la plus farfelue de ce recueil mais aussi la plus poétique. Il y a un vrai fond et un message qui passe magnifiquement bien sous un doux voile d’humour. Une belle histoire pour tenir ses promesses… toujours !
· Bernard Weber – Jumeaux, trop jumeaux
Dans son style si particulier, Bernard Weber nous offre une vision (scientifique ? ) de la gémellité. Intéressant !:Même si la fin est un peu abrupt du fait du format imposé…
[/spoiler]


par RMarMat
Ne dis rien à papa Ne dis rien à papa
François-Xavier Dillard   
D'abord, j'ai choisi ce livre (pour ma première découverte de l'auteur) pour sa couverture et son titre qui m'avait intriguée. En effet il évoque l'usage de mensonges… l'idée que l'on cache quelque chose, que « papa » n'est pas dans la confidence... Cela veut-il donc dire plus de complicité avec « maman » ? (En référence à son précédent roman peut-être ?)

Pour cet opus, on rentre d'entrée de jeu dans le vif du sujet avec un chapitre « choc » et les adeptes de thriller savent combien ce fameux « premier chapitre » est important. Il a l'air de ne rien avoir à voir avec le reste de l'histoire. Il se fait tellement discret qu'on arrive presque à l'oublier avec la succession d'évènements qui suit. Mais il nous revient en boomerang à la fin quand les pièces du puzzle (qui semble très éclaté » au début), s'emboitent et illustre qu'un battement d'aile de papillon….

Avec le second chapitre, l'auteur effectue un brusque virage à 190° et passe sans transition à une autre histoire. Ce qui déroute de suite car le tout semble très décousu au départ mais je soupçonne évidemment l'auteur de l'avoir fait sciemment !

Alors, à mon sens, on ne "spoile" rien du tout en disant qu'il existe forcément un lien entre les différentes histoires (qu'il faut suivre avec attention sous peine de perdre le fil) et que tout se rejoint. N'est-ce pas d'ailleurs ce que l'on demande à un roman à suspense ? Tout semble couler de source, aller de soi et facile. On (croit) comprendre tout, tout de suite. Mais on reste dans l'interrogation sur les raisons, le pourquoi du comment. On se dit que la fin va être « télégraphiée ». Eh ben, oui. Oui et non finalement ! Dans le cas présent, la surprise vient effectivement mais vraiment à la fin de la fin alors que pendant les trois quart du livre on se dit que décidément on est « trop fort » parce qu'on a tout deviné ! Oui, on pense que c'est gros comme une maison mais finalement c'est plus fin que ça. L'axe central est ailleurs...

C'est un mélange d'histoires où l'on découvre des meurtres, un drame familial, un viol et un bonheur parfait – si parfait qu'on en cherche évidemment la faille ! C'est donc un thriller à tiroirs qui a l'air d'être un coffre dont on aurait déjà la combinaison mais ne dit-on pas qu'il ne pas se fier aux apparences !

Mon premier ressenti en refermant la dernière page a été la perplexité. On pense d'abord à un manque d'originalité tant ce schéma est classique et les thèmes abordés ont été galvaudés. On se demande donc ce qui fait la différence avec les autres thrillers classiques…

A bien y réfléchir, il faut dépasser cette impression de déjà lu, de prémâché, du « j'ai tout compris ». Est-ce bien sûr ? Il faut aller au-delà. Se laisser porter. Se découvrir une curiosité qui va plus loin. Voir comment l'auteur va « goupiller » (ou plutôt « dégoupiller ») son histoire. Certes, on se fait vite une idée sur la trame globale. Mais au-delà des soi-disant « grosses ficèles » comment va-t-il faire évoluer psychologiquement ses personnages ?

L'alternance du passé et du présent, l'idée qu'il y a un « ici » et un « ailleurs » … et un entre-deux, en italique qui ne comporte pas d'indication temporelle, les chapitres courts et l'alternance des temps donnent cette impression de rythme constant soumettant le lecteur à une gymnastique mentale intense. L'écriture sous tension renforce l'impression « TGV ».

Attention, certaines scènes décrites de façon très « crues » peuvent heurter la sensibilité d'un certain public… le roman est parfois violent et décrit des scènes sordides… Âmes sensibles, s'abstenir !

Bon, pour le côté « avis plutôt court » c'est raté. Merci en tout cas, d'avoir eu la patience de lire jusqu'ici !! ?

D'autres critiques à retrouver sur mon site: https://www.bouquinista.net

par Krysaline
13 à table ! 2015 13 à table ! 2015
Franck Thilliez    Agnès Ledig    Pierre Lemaître    Jean-Marie Périer    Alexandra Lapierre    Gilles Legardinier    Maxime Chattam    Françoise Bourdin    Tatiana De Rosnay    Guillaume Musso    Marc Levy    Éric-Emmanuel Schmitt    Bernard Werber   
Un recueil qui est juste indispensable !
Tout d'abord, c'est un livre qui est agréable à la lecture, les nouvelles ont du sens, certaines sont profondes, d'autres authentiques. Elles ont toutes été écrites avec le cœur et ça se ressent profondément.
Au-delà des histoires, il est nécessaire d'acheter ce recueil pour la simple et bonne raison que 5 €, ce n'est vraiment pas grand-chose, mais lorsque l'on sait que l'achat de ce livre est égal à trois repas distribués ... Soyons solidaires !
Faire un bon geste tout en se faisant plaisir, c'est quand même le meilleur des arguments, non ?

http://www.leslecturesdelily.com/2014/11/13-table-ecrit-par-collectif-dauteurs.html#more