Livres
540 005
Membres
570 013

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Naufrages



Description ajoutée par Marie15 2011-01-16T11:32:01+01:00

Résumé

Isaku n'a que neuf ans lorsque son père part se louer dans un bourg lointain. Devenu chef de famille, le jeune garçon participe alors à l'étrange coutume qui permet à ce petit village isolé entre mer et montagne de survivre à la famine : les nuits de tempête, les habitants allument de grands feux sur la plage, attendant que des navires en difficulté, trompés par la lumière fallacieuse, viennent s'éventrer sur les récifs, offrant à la communauté leurs précieuses cargaisons. Sombre et cruel, ce conte philosophique épouse avec mélancolie le rythme, les odeurs et les couleurs des saisons au fil desquelles Isaku découvre le destin violent échu à ses semblables dans cette contrée reculée d'un lapon primitif

Afficher en entier

Classement en biblio - 25 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Croquignolle 2020-04-19T15:06:25+02:00

La position des étoiles avait évolué, tandis que la lune disparaissait derrière la cime des arbres. Isaku sut que l'aube approchait.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Freyja 2021-01-02T13:22:28+01:00
Or

https://mydearema.wordpress.com/2020/12/21/jai-lu-avis-de-lautomne-en-vrac/

Il s’agit d'un titre qui m'a vraiment chamboulée. Je ne m’attendais clairement pas à ce qu’il me fasse autant d’effet. En réalité, il s’agissait du tout premier que je lisais d’un auteur japonais, j’appréhendais carrément, ou je dirais même que j’y allais à reculons… Je partais avec l’idée que ‘pourquoi je m’emmerde à lire ça, je vais pas aimer, c’est pas dans mon genre de lectures, gnegnegne *insérer excuse nulle au choix*’. Puis, il s’avère que c’est littéralement ce livre, cet auteur qui m’a donné envie d’étendre un peu mes horizons, de sortir de ma zone de confort. Grâce à la personne qui m’a prêté ce livre, j’ai renoué avec des genres que je pensais détester, j’en suis hyper reconnaissante. "Naufrages" m’a fait chialer en plein milieu de la salle d’attente de mon garagiste, c’était extraordinaire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fiametta 2020-08-10T10:17:24+02:00
Or

"Naufrages" est un des meilleurs romans que j'ai eu entre les mains ces dernier mois, et pourtant j'avais quelque appréhension à entamer sa lecture. Il faut dire que le thème des naufrageurs n'est pas très engageant et j'avais gardé un souvenir lugubre de la lecture d'un autre roman traitant du sujet : "l'auberge la Jamaïque", qui est cependant un excellent récit. Mais nous sommes loin ici de l'univers romanesque de Daphné du Maurier. Akira Yoshimura nous propose un conte philosophique d'une grande finesse, basé sur l'éternel problème de la nécessité de survivre dans un milieu hostile. Les naufrageurs japonais de cette histoire - qui se situe en des temps non déterminés mais vraisemblablement anciens d'après le mode de vie - ont recours à divers stratagèmes verbaux pour se donner bonne conscience : ils se réfèrent souvent au respect de la tradition, utilisent un vocabulaire qui minimise l'horreur de leurs actes, et vont même jusqu'à rendre grâces à des divinités qui font "venir" les bateaux.... Fine observation de l'âme humaine ! L'auteur ne juge pas et je me garderai bien de le faire, car force m'est de constater que j'ai eu de l'empathie pour ces villageois aux cruelles moeurs d'un autre âge et je me réjouissais à l'énumération de leur butin. Mon coeur de lectrice totalement immergée dans sa lecture a été plus d'une fois partagé entre la compassion et l'horreur, et j'ai constaté, comme bien souvent, que celui qui raconte son histoire, ou celui dont on raconte l'histoire, gagnera le coeur de celui qui l'écoute, contrairement à ceux qui restent anonymes et muets, comme c'est ici le cas des naufragés. Là encore, fine observation de l'âme humaine, cette fois celle du lecteur tout doucement conduit par l'auteur à être lucide sur lui-même : "Et toi, que ferais-tu ?" semble demander Yoshimura ... On voit aussi dans l'histoire que le goût des rapines gâte l'entendement et la prudence et qu'on en vient à bouffer à tous les râteliers, parfois avec une funeste précipitation. Je n'en dirai pas plus sur l'intrigue pour ne pas spoiler. Parlons de l'écriture - et donc de la belle traduction de Rose-Marie Makino-Fayolle - simplement pour louer son charme poétique et la construction collée au rythme des saisons. L'auteur ne se contente pas de raconter les forfaits des villageois mais aussi leur vie honnête et laborieuse, très dure, de marins pêcheurs, leur mode de vie et leurs coutumes comme leurs techniques de pêche et leurs moeurs amoureuses et maritales, leur pratique religieuse, mélange de bouddhisme et d'animisme, etc. Il raconte aussi l'esclavage volontaire de ceux qui se vendent à des patrons, ou vendent leurs enfants pour de longues périodes allant jusqu'à dix ans. Akira Yoshimura raconte l'unité et la solidarité, la répartition équitable des richesses, l'obéissance aux chefs, la rudesse des parents envers leurs enfants, la pauvreté extrême. Ah, mais on dirait que j'en dis trop... Un dernier mot pour vous dire que ce terrible conte est plein de poésie grâce à l'écriture de son auteur, avec beaucoup de projection des sentiments et des émotions sur la nature environnante, décrite dans un style très visuel, très "cinéma japonais". Bref, j'ai grave kiffé !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Croquignolle 2020-04-30T18:16:59+02:00
Diamant

Il est des Naufrages qui laissent des traces.

et des Naufrages qui chamboulent des vies.

Il est des Naufrages qui hantent les jours.

et des Naufrages qui assurent la survie.

Il est des Naufrages attendus, espérés.

Il est des Naufrages maudits, hantés.

Il est des Naufrages qui nous marquent à jamais.

Celui de Akuri Yoshimura est de ceux-là.

Je ne savais rien de ce livre en ouvrant ses pages. Mais je me suis retrouvée instantanément projetée dans le courant lent de la vie d'un petit village japonais de bord d'océan.

Au début, j'ai pensé que je pourrais m'y ennuyer.

Mais le ressac, son hymne mélodieux et son rythme hypnotique m'ont vite fait comprendre que j'étais ici chez moi, qu'on avait besoin de mes forces vives, qu'il me faudrait attendre quelques années avant de me marier et que peut-être on me vendrait ailleurs pour la subsistance de la famille.

Pas de révolte, aucune. Ceci était ma vie.

J'ai scruté l'horizon en quête de bateaux perdus, j'ai allumé des feux nocturnes pour extraire le sel, j'ai pêché l'encornet et le maquereau à la bonne saison, j'ai prié les âmes des anciens pour la protection des miens, j'ai attendu le retour d'un père aimé.

J'ai ressenti dans mon âme profonde cet appel à retrouver ce qui habite l'homme depuis toujours : l'amour des siens et l'instinct de survie.

Alors quand le bateau est arrivé, quand le naufrage est survenu, une joie indicible m'a envahie, le fardeau de l'inquiétude du lendemain s'est envolé et les sacs de riz ont rempli les maisons sous les éclats de rire des enfants.

Mais les naufrages ne se ressemblent pas tous.

Certains apportent la vie, d'autres la suppriment.

Et cela laisse des traces...

Rares sont les livres qui m'ont enveloppée à ce point.

J'ai terminé ce roman il y a près de deux semaines et les odeurs m'enivrent, les regards m'appellent, les parties de pêches m'invitent, les morts me hantent... encore !

L'écriture de Akira Yoshimura ressemble à un jardin japonais : paisible, soigné, puissant, méditatif, enivrant, lent, beau, irrésistible.

A découvrir avec urgence... non, avec lenteur.

Comme le ressac d'une nuit très calme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Acharat 2018-04-02T14:25:49+02:00
Or

Trois ans dans un village de pécheurs japonais où l'on partage le quotidien. Cela se lit tout en fluidité. On est vite captivé par le temps qui passe, les relations entre les hommes et la nature, la nature elle-même.

Un moment de lecture riche en émotion.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par KestrelM 2015-01-07T18:46:03+01:00
Argent

Une œuvre très bien écrite qui plonge dans l'univers du Japon primitif avec beaucoup de réalisme - l'auteur a dû énormément se documenté. L'écriture est poétique et très agréable à lire, avec des passages très terre-à-terre car elle raconte la vie sous tous ses angles dans ce village. Le récit est également très sombre, triste, et finalement, j'attendais qu'il se passe une sorte d'évolution mais je suis un peu restée sur ma faim... J'ai préféré "Le convoi de l'eau", du même auteur. J'ai quand même bien aimé ce roman, surtout pour l'écriture et les images qu'elle fait naître en nous, c'est superbe !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie15 2011-01-20T21:56:07+01:00
Lu aussi

J'ai pas vraiment été emballé par ce livre !! C'est vraiment très sombre avec beaucoup de passages tristes (des morts par exemple). L'histoire est quand même intéressante, mais pas assez accrochant à mon gout ! La fin est vraiment surprenante !

Afficher en entier

Date de sortie

Naufrages

  • France : 2004-02-04 - Poche (Français)

Activité récente

Freyja le place en liste or
2020-09-18T11:19:53+02:00
gismo57 l'ajoute dans sa biblio or
2018-03-15T15:27:44+01:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 25
Commentaires 6
extraits 2
Evaluations 9
Note globale 8 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode