Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de nerilka : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Chroniques des Vampires, Tome 6 : Armand le Vampire Chroniques des Vampires, Tome 6 : Armand le Vampire
Anne Rice   
Je n'avais pas apprécié "Memnoch". Comme dans ce dernier, le thème de la religion est très présent, il "passe" cependant beaucoup mieux ici à mon avis étant donné les origines et le caractère d'Armand.
[spoiler]Qui a quand même failli, si tout cela ne lui était pas arrivé, finir ses jours moine et littéralement enterré vivant dans les tréfonds d'un obscur monastère.[/spoiler]
On pourra apprécier la description lyrique et idéalisée d'une certaine vie citadine italienne de la Renaissance, mais aussi l'évocation d'une société vampirique encore très "médiévale", beaucoup plus sombre et finalement assez crédible dans son interprétation de sa propre raison d'être dans le monde, et des codes qui en découlent.

Comme la plupart des romans d'Anne Rice ces temps ci, sauf coup de chance il est effectivement beaucoup plus facile et bon marché de se le procurer en VO qu'en français.

par Aude
Geisha Geisha
Arthur Golden   
Le film m'ayant plus j'ai voulu lire le livre dont avait été tiré le film. Les décors, les coutumes, tout un univers de femme à la fois magique et complexe. Magnifique livre ...

par Ella
L'Empire des anges L'Empire des anges
Bernard Werber   
La suite du légendaire "Les Thanatonautes", il y a tout de même un génie indéniable chez Werber, un génie orienté vers l'éducation de ses compères humain, sous le prétexte d'une histoire toujours bien ficelée et passionnante, ses livres sont toujours une mine de de réflexion, observations et leçon de vies, l'Empire des anges en est encore un exemple, du terre à terre au mysticisme le plus poussé, Bernard Werber nous emmène dans ce livre tantôt dans les bas fonds de l'humanité, tantôt au à l'autre bout de l'univers, en passant par le paradis !

par miracl
Danse macabre Danse macabre
Stephen King   
Decidement, le King est un genie *0* Danse macabre a ete mon premier livre de lui et j'ai ete soufflee, principalement par Le croque mitaine qui m'a fichue une trouille bleue, matiere grise et celui qui garde le ver >v< un livre que je recommande a tous les fans du King ou qui veulent le commencer >v< c'est le meilleur ouvrage pour se lancer dans du SK

par Miero
Dragonologie, les chroniques Tome 1 : A la recherche de l'oeil du dragon Dragonologie, les chroniques Tome 1 : A la recherche de l'oeil du dragon
Dugald A. Steer   
Je l'ai lu au collège…
La série ne m'avait pas particulièrement emballée, je n'ai lu que ce tome. Or n'étant pas excessivement difficile à l'époque considérer que le livre devait vraiment être moyen.
Enfin après tout est une question de gouts, d'autre auront peut-être adhéré


par Mondaye
Nouveaux contes des vampires, Tome 1 : Pandora Nouveaux contes des vampires, Tome 1 : Pandora
Anne Rice   
Un livre de remplissage.
Le personnage n'était sans doute pas à l'origine destiné à être développé, du coup une bonne part du peu qui en était dit dans les premiers livres de la série se trouve gommé à la sauce "Non mais en fait, Marius disait n'importe quoi", remplacé par des origines et un passé sans doute censés être plus prestigieux et romantiques.

L'introduction est incroyablement lourdingue, rapportant en style indirect la rencontre entre Pandora et David Talbot. Ils s'envoient des fleurs, beaucoup de fleurs. Ça s'attarde sur les événements d'un autre livre peu intéressant de la série (Memnoch), l'auteur tente sans grand succès d'évoquer leur aspect fascinant en ressortant quasiment les mêmes descriptions déjà servies lors d'interventions passées de ces deux-là, mais à dire plutôt qu'à montrer au moyen d'un minimum d'action et d'événements, ça tombe à plat.

La suite sauve un peu la mise, et le récit des premières rencontres de Pandora et Marius, et de la vie de jeune femme de Pandora n'est pas désagréable, si on passe outre une bonne dose de "regardez comme je partageais déjà votre vision du monde d'occidentaux modernes" un peu bizarre et forcée.
Le livre n'est pas tellement long cependant, du coup même leurs premiers siècles de vie commune ne sont que survolés, et la suite jusqu'aux événements de la première trilogie doit couvrir deux pages à tout casser.

par Aude
Le grand Nord Le grand Nord
Fred Bruemmer   
Nouvelle Description
L'Artique circumpolaire ,la plus vaste étendue sovage de la planète ,n'a cessé d"epuis des siècles de stimuler notre immagination et de nous inciter à explorer l'immensité de ses terres et de ses mers .
Englobant les régions septentrionales de sept pays et sétendant sur une superficie de soixante douze millions de mètres carrés ,l'Artique ne forme ,en réalité ,qu'un seul royaume naturel ooù plantes ,animaux et êtres humains ont appris à faire face à un environnement hostile .
Cette immense étendue de terres et de mers n'est pas toujours synonyme de désolation,comme le veut la croyance populaire .

par 21la
La Critique de l'École des femmes La Critique de l'École des femmes
Molière   
Quand j'ai lu le titre de cette œuvre, je me suis désolée à l'avance, croyant à tort qu'il allait s'agir d'une critique et d'une défense assez lourdes à lire. Mais au contraire, on se retrouve face à une autre comédie de Molière, assez divertissante d'ailleurs, et qui reprend certains points qui ont posé problème dans L’École des Femmes. Cela permet de se rappeler des détails et de voir les choses d'une autre façon, avec, d'un côté, les personnages contre (qui se ridiculisent), qui considèrent que la pièce était immorale et outrageante pour la pudeur, toute en récit, avec des situations parfois ridicules ; et les personnages qui sont pour et défendent la pièce en écrasant à certains égards leurs partenaires (comme lorsque Dorante s'en prend au Marquis, qui n'a pas écouté la pièce mais se permet de juger).

par Azza9
L'Île du docteur Moreau L'Île du docteur Moreau
Herbert George Wells   
C’est une affaire bien étonnante que plus d’un siècle avant notre ère, des écrivains tels que Herbert George Wells, auteur britannique prolifique à qui l’on doit notamment des classiques tels que La Guerre Des Mondes, L’Homme Invisible ou encore La Machine A Remonter Le Temps, s’intéressaient déjà aux répercussions possibles des manipulations génétiques et autres dégénérescences du même type. Cette histoire rocambolesque débute lorsque Edward Prendick, récent naufragé du Dame Altière, se voit recueillir par le dénommé Montgomery et ses difformes compagnons d’infortune. Suivant son tout nouvel ami sur une étrange île, notre héros va faire la connaissance du Docteur Moreau, incarné au cinéma par le non moins charismatique Marlon Brando. Bref, cet éminent savant, qui fût jadis radié de l’Ordre Des Médecins dans sa Grande Bretagne natale, s’adonne à d’odieuses mais sincères expériences sur des animaux, et tente avec plus ou moins de succès d’élever ces derniers au rang ultime de la perfection naturelle, celui d’êtres humains. Une fois de plus, l’utilisation de la science-fiction n’est qu’un prétexte à l’exploration des conditions humaines et sociales, et le thème si récurrent du savant fou incapable de conserver le contrôle de ses créations permet de se plonger avec enthousiasme dans un univers qui demeure encore aujourd’hui particulièrement controversé. Cette fois-ci, l’auteur anglais s’attaque effectivement aux théories Darwinistes ainsi et surtout qu’à leur application souvent douteuse (voir notamment le fameux Darwinisme Social censé justifier le rôle tenu par la haute société), mais aussi aux déviances pseudo-scientifiques alors en recrudescence à l’époque. Tout au long de ce roman, il existe un contraste important entre la recherche de perfection et d’évolution entamée par Moreau et la réalité d’un monde violent, impur, et corrompu sur lequel personne ne peut et ne doit avoir d’emprise. Voilà donc un sujet toujours d’actualité (et pas seulement en ce qui concerne les bébés clonés), qui donnera matière à réfléchir à tous ceux qui à l’instar de Wells, sont convaincus que les progrès de la science ne doivent pas autoriser l’Homme à se prendre pour le dieu qu’il ne sera jamais.
Chroniques des Vampires, Tome 5 : Memnoch le Démon Chroniques des Vampires, Tome 5 : Memnoch le Démon
Anne Rice   
Anne Rice tombe de plus en plus dans le religieux, et pour ceux que ça ne "passionne" pas outre mesure, s'en est indigeste.
On a du mal dans ce cas à passer outre pour avancer. Pourtant la quatrième de couverture pouvait prétendre à un bon roman dans la lignée des premiers des Chroniques, mais là ... non.
Dommage

par Ceinwèn