Livres
424 879
Membres
344 488

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Neuf contes



Description ajoutée par BillyMay 2018-04-14T09:59:38+02:00

Résumé

Une écrivaine de fantasy récemment veuve se laisse guider à travers un hiver glacial par la voix de feu son époux. Une dame âgée, victime d'hallucinations, apprend peu à peu à accepter la présence des petits hommes qui ne cessent de surgir à ses côtés, tandis que des militants populistes se rassemblent pour mettre le feu à sa maison de retraite. Une femme née avec une malformation génétique passe pour un vampire. Un crime commis il y a longtemps se voit vengé dans l'Arctique par un stromatolithe vieux de 1,9 milliard d'années... Dans ce recueil composé de neuf contes poétiques et satiriques empreints d'une ambiance gothique, Margaret Atwood, la grande dame des lettres canadiennes, s'aventure dans des ténèbres explorées avant elle par des auteurs tels que Robert Louis Stevenson, Daphné Du Maurier ou Arthur Conan Doyle, ainsi que par elle-même, dans son roman adapté en une série TV unanimement saluée par la critique, "Captive".

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par dadotiste 2018-06-13T00:58:37+02:00

« Ces neuf contes ont une dette envers les contes à travers les âges. Appeler une nouvelle de fiction un “ conte ” l’écarte, ne serait-ce que très légèrement, du domaine des jours et des œuvres réalistes, car ce terme évoque le monde des contes folkloriques, des contes merveilleux, et les conteurs de village d’autrefois. Nous pouvons raisonnablement considérer que tous les contes sont de la fiction, alors qu’une “ histoire ” peut être une histoire vraie, traitant de ce que nous sommes généralement d’accord pour appeler la “ vraie vie ”, ou encore une nouvelle qui s’en tient aux limites du réalisme social. Dans sa complainte, c’est un conte que nous raconte le vieux marin. “ Donnez-moi une pièce de cuivre, et je vous dirai un conte en or ”, aimait dire le regretté Robertson Davies »

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Liliaza 2018-07-04T22:28:43+02:00
Lu aussi

C'est le premier livre de Margaret Atwood que je lis. Je n'en entendais que du bien notamment pour La servante écarlate. La première nouvelle m'a beaucoup plu. Tout de suite je me suis mis à la place de cette brave dame, auteure d'une grande saga de fantasy qui vient de perdre son mari et entend sa voix. Folie ou paranormal? L'auteure n'apporte pas de réponse. On apprécie ou pas. Personnellement j'aime bien ce concept de ne pas trop en dévoiler sur la fin pour que chaque lecteur s'imagine la sienne. La seconde nouvelle est directement liée à la première mais on ne le découvre que plus tard. Quand j'ai vu ça je me suis dis : génial toutes les nouvelles vont êtres liés et on va avoir différents points de vue.

Que nenni mon ami!

Les nouvelles se succèdent avec plus ou moins d'intérêt. Il y en a une que je n'ai même pas fini tellement elle n'avait aucun sens. C'est vraiment dommage car l'écriture est superbe et certaines nouvelles sont d'une qualité indéniable. C'est vraiment dommage que ce ne soit pas sur tout le livre. Mais cela ne refrène pas mon envie de lire La servante écarlate. Au contraire! Si elle arrive à écrire un livre de la qualité des premières nouvelles alors il faut foncer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dadotiste 2018-06-20T21:05:39+02:00
Argent

Il est difficile de juger un recueil de nouvelles. Surtout qu'ici toutes ne provoquent pas le même émoi.

La dernière nouvelle fut pour moi un coup de cœur. Elle m'a vraiment mise mal à l'aise. « Les vieux au feu » m'a littéralement fait vibrer. Le suspense, peu à monte, jusqu'à devenir intenable.

 Elle fait écho à la société d'aujourd'hui dans laquelle il n'y a plus de place pour nos vieux, devenus inutiles pour la société. On les parque dans des maisons de retraite qui bien souvent ne sont que des mouroirs. Attention, je ne jette pas la pierre aux familles mais à l'État, qui ne donne pas assez de personnel à ces structures.

Dans cette nouvelle, les vieux sont parqués dans des établissements qui semblent idylliques. De beaux jardins, de petits appartements privatifs, des soignants non intrusifs...

 Sauf qu'on le sent bien, ces vieux sont trop vieux. Ici, leur âge n'est jamais exprimé mais c'est une sensation. La population, elle semble assez pauvre. Et elle n'attend qu'une chose, la mort de ces vieux. Vaches à lait qui ponctionnent leur argent. Le lecteur va suivre une sorte de révolution du système établi. Le point de vue est à l'intérieur d'une des nombreuse résidence médicalisée. L'innocence de la vieille dame malvoyante qui ne comprend pas ce qui se passe. Sa peur, son angoisse... vous la ressentirez de plein fouet. C'en est presque terrifiant.

Ceux de dehors veulent leur mort.

Pour en revenir à la société d'aujourd'hui, beaucoup de malades souffrent et voudraient pouvoir en finir. Qu'ils soient atteints de cancers ou de maladie neurodégénératives qui leur font perdre le peu de dignité qu'il leur reste. Euthanasie assistée ? Comment ne pas arriver à la dérive ? Et c'est à cela que m'a fait penser cette nouvelle. Car si les maisons existent, il est rare d'en trouver des biens. Bien souvent, les vieux y attendent de mourir. Et les familles parfois, attendent de ne plus avoir à les payer. Les abus... Des idées qui font froid dans le dos. Dans la société d'aujourd'hui, comment peut-on laisser nos vieux sans assistance ? N'est-ce pas aussi les tuer à petit feu ?...

J'ai également trouvé la nouvelle « La main morte t'aime » assez glaçante. Très bien menée, on se délecte de la mise en abîme.

Les autres nouvelles sont également agréables mais elles ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable.

Les regrets, les remords, la différence, la honte, l'amitié, la vengeance... le vieillissement, le cheminement vers la mort... vous y trouverez forcément celle qui saura retenir votre attention.

Toutes, d'une manière ou d'une autre ont attrait à un futur proche, qui n'est toutefois pas très loin du nôtre.

C'est bien écrit, c'est addictif et mis à part les trois premières nouvelles qui fonctionnent ensemble, toutes sont très différentes, de sorte qu'il n'y a pas de redite et qu'on ne s'ennuie pas.

En conclusion, un recueil que je vous recommande.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benerogue 2018-06-06T15:46:50+02:00
Pas apprécié

J’ai vraiment eu du mal à accrocher à ce livre, il ne m’a pas vraiment plu. Mais je remercie malgré tout Robert Laffont et NetGalley de m’avoir laissé découvrir cet ouvrage.

Je pense que je n’accroche pas avec la plume de Margaret Atwood, car cela m’a fait la même chose avec La servante écarlate : alors que je trouve l’histoire géniale, la lecture m’a semblé longue et ennuyeuse. C’est la même sensation que j’ai eu ici avec Neuf Contes. Alors que la première nouvelle commençait bien, avec Constance et Alphinland, je me suis rapidement ennuyé. Et c’est pour ça que j’ai mis plus de 15 jours à venir à bout de l’ouvrage.

Le titre lui-même ne correspond pas au contenu du livre, aux attentes que j’en avais, car on est bien loin des contes. « Nouvelles » serait peut-être plus convenue.

Toutes les histoires ont un point commun, la vieillesse. Les personnages sont tous des personnes âgées. Alors bien sur Atwood utilise toujours le sarcasme et l’humour noir pour faire passer ses idées. Mais à mon sens, le principal problème de l’œuvre c’est que les personnages n’évoquent rien, aucun sentiment. Je les ai trouvés plat. Et sans phénomène d’identification ou d’évocation de sentiment envers les personnages, je n’arrive pas à accrocher

Une déception donc pour moi. Mais je ne perds pas espoir de découvrir vraiment cette grande auteure. Je vais m’essayer à Captive !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HubrisLibris 2018-05-05T18:00:27+02:00
Pas apprécié

Neuf contes. Une auteure que je découvre, dont j’ai entraperçu l’univers à travers une série : The Handmaid’s tales. Une envie de saisir les mots, de feuilleter les pages. Plutôt que de voguer à la lecture de la Servante Ecarlate, je lorgne vers ce nouveau livre. Une composition de neuf contes. En quatrième de couverture, des mots m’interpellent : gothique, daphné du maurier, sombre. Tout un univers qui me plait. Pourtant, la déception s’installe, lentement, gangrène la joie. Pourquoi ?

Des contes.

Des nouvelles.

Rien de tout ça.

De contes, il n’en reste que des ersatz, des échos qu’on peine à recevoir entre les mots, derrière les idées disséminées. Les trois premiers s’enchâssent, proposent une troupe de personnages, tous liés, tous désoeuvrés. Idée intéressante de mener des personnages sur trois nouvelles mais l'intérêt s’estompe rapidement, ne parvient pas à être maintenu. Pourtant, ils sont odieux, chacun d’eux, plus encore les jumeaux qui n’ont que pour distraction les enterrement des autres. Mais ensuite ? L’histoire s’estompe, ne trouve pas de réelle fin. C’est ouvert, c’est au lecteur d’imaginer, de se débrouiller.

Du gothique, il se trame piteusement dans la Main (...). Peut-être l’unique conte que j’ai su apprécier.

Un récit noir. Une histoire d’amour sans niaiserie.

La dystopie se fraye un chemin dans la dernière nouvelle, offre un sursaut d'intérêt. Une maison de retraite. Des flambeaux dressés envers cette population vieillissante, sans plus aucune utilité. Les brûler. L’idée intrigue, dérange, pourrait faire écho à notre société. Idée d’un futur que certains ont probablement envisagé. Mais! Pourquoi des petits personnages, pourquoi ces énergumènes que seul le personnage principal peut voir ? Du sérieux, on passe à l’absurde. Dommage.

Le thème principal est la vieillesse. Tous sont proches de la fin. Au bord du précipice. La faucheuse ricane à chaque paragraphe. Pourquoi n’ai-je pas aimé alors que ma sympathie va aux désaxés, pouilleux, curieux ? Manque d’empathie pour ces personnages. Manque d’affection envers le thème de la vieillesse. Je m’imaginais autre chose, d’autres contrées imaginaires.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Neuf contes" est sorti 2018-04-12T00:00:00+02:00
background Layer 1 12 Avril

Date de sortie

Neuf contes

  • France : 2018-04-12 (Français)

Activité récente

Allis le place en liste or
2018-08-02T12:54:30+02:00

Les chiffres

Lecteurs 9
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 5
Note globale 5.8 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Stone Mattress - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode