Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de nico81 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Ajin, Tome 5 Ajin, Tome 5
Gamon Sakurai   
Contrairement au tome précédant je trouve ce tome encourageant! Il va y avoir de l'action! Et puis au final je me suis habitué au caractère "détaché" de Kei (et je trouve qu'il fait une super paire avec son nouvel allié). Je n'arrive pas à détester Satou, il est tellement cool, certes meurtrier mais charismatique. J'ai hâte de lire la suite.

par Swein
Terra Formars, Tome 7 Terra Formars, Tome 7
Yū Sasuga    Kenichi Tachibana   
Ma lecture de Terra Formas se poursuit, avec une sorte de fascination morbide : j'ai envie de voir ce que va finir par donner tout cet imbroglio de trucs à moitié bancale...
J'ai dors et déjà classé Terra Formars dans la catégories des nanar, et ce genre a l'air de bien se porter puisqu'il est en tête des ventes au japon (bon, bien derrière Shingeki no Kyojin, ok).
Ce qui est intéressant dans ce tome c'est qu'on voit bien le contexte culturel du japon : les tensions avec la Chine voisine ne sont pas étrangères au fait que l[spoiler]es auteurs en fassent tout d'un coup les "grands méchants fourbes" de l'intrigue...[/spoiler]
Si on excepte l'explication du leader insecte sortie un peu de nulle part, ça donne un tome très correcte et qui arrive encore à se prendre au sérieux... pour combien de temps encore ?
Terra Formars, Tome 1 Terra Formars, Tome 1
Kenichi Tachibana    Yū Sasuga   
Le speech ? Un constat tout con : prenez un cafard. La première chose qui vous vient à l'esprit c'est l'écraser. Et bien maintenant, imaginez que ce soit les cafard qui nous écrase. Voilà, c'est ça le speech.
Dans le côté pratique, l'histoire prend place dans un futur où les humains ont entamés la terraformation de Mars et ont utilisés à cette fin... des cafards. Laissés tranquille en autarcie, les petites bestioles ont bien évolués durant leurs 500 ans sans humain. Résultat ? Lorsqu'on envoie des astronautes sur Mars pour « mener la plus grande extermination de blattes de tout l'univers », cette fameuse équipe se fait littéralement broyer par nos amis à carapaces qui sont soudainement devenus humanoïdes et plutôt pas commodes. A ça vient se coupler la nouvelle arme des humains : une opération qui confère des supers-pouvoir d'insectes aux hommes et les transforme en super-guerrier à antennes qui pourront se fighter à la DBZ avec les méchants cafards humanoïdes. Hum... vous le sentez le concept de merde là ?

Bon, que ce soit clair, Terraformars c'est du gore. Mais genre vraiment quoi, du gore. Rien de plus. Le dessin pour ça tient la route : que ce soit des viscères, des membres tranchés ou des os apparents, tout est bien rendu dans un détail qui plaira aux fans du genre (moi, personnellement, je trouve ça juste crade et aux intérêts narratifs et émotionnels assez limités... mais on dira que je suis trop sophistiqué comme garçon)
Après, il faut dire que ce parti pris hyper cru et qui va droit à l'essentiel peut donner des situations pour le moins... surprenantes. Je prends pour exemple le premier tome (qui constitue plus un prologue à l'histoire qu'autre chose) : nous avons droit à une dizaine de pages pour nous présenter les 15 membres d'équipages où nous faisons connaissance avec, principalement, l'amie d'enfance du héros. Si vous ne lisez pas beaucoup de manga, sachez que pour nos amis japonais : amie d'enfance = futur petite copine. La conne sera donc l'objectif du héros à travers les différents combat qu'il va mener et... ah, non. [spoiler]En fait elle crève en premier. Ah, mais là vraiment pour le coup : un Cafard à deux pattes arrive, lui prend la tête et *crac*.[/spoiler] Simple, efficace et... déroutant. Bref, tout ça pour dire que lorsqu'un auteur en a vraiment rien à foutre des intrigues et veut juste donner dans le gore, eh ben il peut en arriver à détruire les clichés du manga avec la subtilité d'un marquis de Sade dopé aux hormones.
Terraformars obtient donc un bon point pour avoir tué la conne au lieu de nous prendre la tête avec pendant 15 tomes.
Les combats, quant à eux sont... hum, au final très classique, si on excepte le gore extrême et la faible durée de vie des personnages. Le système de mix humain/insecte donne des pouvoirs assez intéressants (même s'ils se basent sur les archétypes des héros à pouvoirs de manga) et on assiste parfois plus à un documentaire animalier qui t'explique que "untel moustique pique très fort et que untel scarabée peut voler très haut" qu'à un réel combat. Mais bon, ça reste original et on sent bien que les auteurs sont passionnés par les insectes et souhaitent faire passer leur passion (à travers une œuvre écœurante ? Ouais, faut croire) alors c'est un bon point au final.

Bon, ok, j'ai pas vraiment tout dit... En effet, si ce premier tome ne laissera jamais la possibilité à un personnage de développer vraiment sa personnalité (que ce soit clair : lire le premier tome par curiosité peut être marrant, mais ne vous attendez pas à vous attacher à un seul personnage : ils vont crever bien trop vite et le seul petit élément d'empathie qu'on va vous donner ce sera un micro-flashback d'une page pour vous expliquer à l'arrache le background du personnage) l'histoire à proprement parler ne commence qu'au deuxième tome où, là, les auteurs prennent un peu le temps de nous présenter les personnages qui vont faire le récit (miracle : des personnages ne meurent pas tous à la fin du tome !) Mais, dans les faits, c'est toujours de la quatrième vitesse avec une bonne couche de stéréotypes pour faire passer rapidement la pilule et pour te dire : « tiens, lui il est cool, lui il est mystérieux, elle elle est conne et bonne » C'est expédié en quatrième vitesse et on s'en fout.
Mais, du coup, je vais en profiter pour vous parler de l'univers de ce manga. Oui, parce que vu que l'auteur peut pas légitimer le principe gore de l'inversion des rôles humain/cafard avec ses personnages (dont on se contrefout royalement et envers lesquels on entretient qu'un espoir : les voir crever de façon dégueu') il le justifie par son univers qui est... une science-fiction où pour terraformer Mars on envoie des cafard pour que leur couleur noire absorbe la chaleur du soleil et réchauffe la planète, puis où on surveille plus du tout Mars pendant 500 ans en attendant d'y envoyer comme des fleurs des mecs qui n'ont aucune formation d'astronaute. Et là, inutile de vous dire que je pleure. Pourquoi ? Parce que c'est nul, tout simplement. On y croit pas une seconde, c'est le contraire même de la logique scientifique ! Pas un seul protocole scientifique n'est suivit, il n'y a que des raisonnements débiles et les retournements de situation à "je suis le méchant scientifique" sont proprement exaspérants ! La terre n'a pas bougé : on s'habille comme aujourd'hui, le contexte politique n'a pas changé, et le seul problème de l'humanité c'est la sur-population... Rah, l'univers de ce livre n'est même pas digne d'être décrit : il ne tient même pas debout tout seul et enchaine les incohérences. A vrai dire, on s'en fout aussi, le seul but du manga c'est de montrer des humains violemment déchiquetés par des extra-terrestres à tête d'insecte. C'est tout.
C'est principalement pour ça que, si je respect le dessinateur Kenichi Tachibana qui nous offre de belles scènes de démembrement, je n'éprouve, étrangement, que mépris pour le scénariste Yū Sasuga qui nous livre là un scénario qu'on croirait sortie d'une création de CE2 réalisées par des gamins branchés H24 sur Game One (à l'exception d'un ou deux retournements de situations qui présentent parfois un intérêt)
Pour revenir sur les combats (que j'avais, malgré tout, classés dans la catégorie "qualité") il faut noter qu'ils sont dénués de tout enjeux personnels. Ce n'est pas comme dans Bleach ou dans Naruto (et ses copains du même genre) où il y aurait une rivalité et une histoire autour du combat... Non, c'est le principe du : "l'humaine écrase la blatte parce que c'est un réflexe et donc la Blatte écrase l'humain parce que c'est un réflexe" C'est un principe que je trouve malgré tout intéressant, mais que j'ai des difficultés à envisager autrement que comme une facilité narrative pour imposer du gore.
Ici, on ne trouve nulle trace de violence psychologique ou sexuelle, contrairement à d'autres très bons mangas hyper violents (Berserk en tête) Du coup, ça fait juste : "Tripes. Tripes. Tripes. Oh, une mâchoire ! Tripes. Tripes..." Ce qui est peu marquant et offre peu de profondeur en réaction émotionnelle (si ce n'est de la joie quand la bonasse de service se fait raccourcir d'un bon mètre et encore, uniquement parce qu'on voit un néné)
Pour ce qui est du dessin, il n'est pas particulièrement expressif sur les visages, et les proportions des jambes sont à s'arracher les yeux. Pour le reste, ça passe.

Au final, que retenir de Terra Formars ? D'après le début des ventes, ce manga est en train de devenir la références des ados en quête de gore, et non sans raison : les morts pleuvent par avion-cargo et le sang coule à flot. Cependant, je pense qu'on est tout à fait en droit d'attendre un minimum de charac' design, de background pour les personnages et de cohérence dans l'univers... Et pour ça, Terra Formars n'est clairement pas une référence.
Donc voilà, à lire pour le délire si vous vous ennuyez, mais sans plus.
Pour info : Une adaptation en série télévisée et OAV est prévue...
Ajin, Tome 4 Ajin, Tome 4
Gamon Sakurai   
Ouahou! C'est comme si on avait changé de personnage principal! Kei est quasiment inexistant et antipathique...? Bon disons que les personnages principaux sont à présent les Ajin tout-court et je doit admettre que c'est un peu décevant.... Au moins on peut pas dire que les personnages sont irréalistes parce que c'est vrai qu'à la place de Kei on n'agirait pas (mais plus par peur que par indifférence...)

par Swein
Ajin, tome 8 Ajin, tome 8
Gamon Sakurai   
Un tome épatant. Les dessins sont toujours aussi bien fait, le dessinateur à vraiment un bon sens du cadrage.
[spoiler]L'idée de Satou pour s'introduire dans le bâtiment m'a complètement bluffé[/spoiler]

par T'ek
Noragami, Tome 2 Noragami, Tome 2
Toka Adachi   
Un tome 2 vraiment remarquable !
Digne de la suite au premier tome, cette fois-ci, on nous entraînent a la rencontre de nouveaux personnages !! Qui ne sont pas des moindres, pour mon avis personnel . . .
Toujours aussi drôle, les combats, ce n'est pas ce qui manque ! Enfin, pour le moment, il est plus combattif par rapport au premier.
L'intrigue nous laisse sur notre fin et donne réellement de connaitre la suite de l'histoire !
Pour ceux qui ont vu l'anime qui lui est consacré, je peux tout de suite dire qu'il est tres bien respecté pour le moment . . .
A lire d'office !!
Ajin, Tome 7 Ajin, Tome 7
Gamon Sakurai   
Un bon tome. J'ai beaucoup aimé le lire. Les dessins sont fidèle à eux-même.
Je vous le conseille.
Ajin, Tome 3 Ajin, Tome 3
Gamon Sakurai   
L'histoire prend une nouvelle tournure dans ce tome, avec les machinations de Sato et Takana qui s'étoffent, la vraie personnalité de Kei révélée... C'est dommage que tout aille si vite, à moins d'avoir lu le second tome peu avant c'est dur de reprendre en comprenant tout dès le début. Ce n'est pas très clair parfois et c'est quelque chose qui me gêne depuis le début de la série.
C'est néanmoins un très bon manga que j'ai hâte de continuer à lire.

par Natiguane
Ajin, Tome 6 Ajin, Tome 6
Gamon Sakurai   
Un tome assez calme côté action mais bourré de préparations ! La psyché de Kei se dessine un peu plus et on a une explication sur le passé de Shinomura, de comment elle s'est trouvé e enrôlé dans tout ça...la pauvre. La planche où son fantôme noir la serre dans ses bras est assez crève-coeur.

On revoit d'ailleurs enfin Kai et ce "débile profond" vraiment gentil est bizarre. Il fait tout de manière désintéressée et ne se vexe jamais. Hâte de voir son retour en scène si jamais cela devait arriver.
Ajin, Tome 1 Ajin, Tome 1
Gamon Sakurai    Tsuina Miura   
Mon avis sur : http://www.bookkyuden.com/pages/la-bibliotheque/les-livres/titre/a-d/a-b/a/ajin-tome-1.html

Ce tome aurait pu faire mieux, surtout au niveau de la qualité des graphismes qui est très inégale et qui donne une impression d’une œuvre brouillonne.

Ce sentiment est d’autant plus renforcé qu’il arrive que l’on perde le fil de l’intrigue, et notamment de l’interlocuteur. De plus, l’histoire et les personnages donnent un effet de déjà vu.

Cependant, l’intérêt est porté sur l’envie de découvrir les origines des Ajins. Il pousse, malgré l’énoncé de tous ces points faibles, à avancer plus loin dans cette série qui semble avoir un plus grand potentiel.

par choupie-s