Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Nini_60 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Les carnets de Cerise, Tome 1 : Le zoo pétrifié Les carnets de Cerise, Tome 1 : Le zoo pétrifié
Joris Chamblain    Aurélie Neyret   
J'ai été agréablement surprise par cette BD :)

Le style est très originale puisqu'il mélange journal intime BD et enquête.
Les personnages sont très attachants, notamment notre chère romancière ou Line la photographe et bien sûr Michel Ange !

Une très belle découverte avec de très beaux dessins, lire la suite me ferais très plaisir ^^
S'occuper de soi et de ses enfants dans le calme : bouddhisme pour les mères S'occuper de soi et de ses enfants dans le calme : bouddhisme pour les mères
Sarah Napthali   
Le bouddhisme vous traite comme un adulte. Ce n'est pas une religion. Vous n'êtes pas obligé de croire à quelque chose, sauf si cela correspond à votre expérience personnelle. Vous vous servez de votre propre jugement, inspiré par la sagesse et la compassion, au lieu de suivre un ensemble de commandements sacrés. Votre progrès spirituel dépend de vous. Vous suivez votre propre rythme. Dans le bouddhisme, il n'existe pas de Dieu, de Créateur, de juge qui fixe les règles, vous observe et évalue votre comportement. Pour beaucoup de gens, c'est un soulagement d'apprendre que les bouddhistes s'efforcent de combattre non pas tant le "péché" que l'illusion. Et le moyen de gérer l'illusion ne passe pas par le sentiment de culpabilité et les tentatives pour le faire disparaitre mais plutôt par la conscience et la vision pénétrante. Le Bouddha ne demandait pas à ses disciples une foi aveugle mais l'opposé : une démarche de questionnement.

par marce217
14 Juillet 14 Juillet
Eric Vuillard   
Comment se fait-il qu’il ne soit jamais venu à l’idée de personne de s’emparer d’un tel sujet ? Avant Éric Vuillard, il semble en effet qu’aucun romancier ne se soit avancé sur le chemin de l’un des actes fondateurs de notre histoire puisqu’il est devenu notre fête nationale : la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.
Rendons un triple hommage à l’auteur de Tristesse de la terre. D’abord celui d’avoir creusé les archives et, faisant œuvre d’historien, de nous détailler ce qui s’est vraiment passé ce jour historique ainsi que sa genèse.
Ensuite pour le ton avec lequel il nous restitue cet épisode aussi dramatique que glorieux. En accumulant les verbes et les adjectifs, il donne un mouvement incroyable à l’événement, si bien que l’on se sent littéralement entraîné par cette foule immense aux pieds de cet impressionnant monument.
Enfin, chapeau bas pour avoir redonné vie au peuple de France, à ces pauvres gens qui se sont improvisés en armée et qui ont fini par renverser la montagne qui se dressait face à eux. Pendant que les Robespierre et autre Mirabeau théorisaient la République une et indivisible, les sans-grade allaient au charbon. On serait presque tenté d’écrire allaient se faire tuer joyeusement tant ils mettaient d’entrain – ou d’inconscience – dans leur combat.
Tout a donc commencé par une grande famine. Comme les récoltes avaient été mauvaises, la population ne parvenait plus à se nourrir et attaquaient les greniers à grain et pillaient les magasins. De partout la colère grondait. À Paris, les gardes-françaises répriment les manifestations dans le sang avant de se rallier aux émeutiers.
Le peuple s’accapare la capitale aux cris de «Mort aux riches!». Les bourgeois, inquiets se réunissent à l’Hôtel de Ville. « Ils montent un comité et décident la création d’une milice armée. À la même heure, le roi part à la chasse. Son cheval galope dans les bois, ses gens rameutent les chiens, ça jappe, le cerf coure entre les fourrés. Seul le temps change les hommes, mais certaines distances semblent chargées de siècles; à vingt kilomètres de Paris, on vit dans un autre monde. La reine est au Trianon, elle cueille des capucines. »
Nous sommes le 14 juillet, au moment où près de la moitié de la population de Paris converge vers la forteresse de la Bastille. Il y a là les ouvriers, les petits commerçants, les artisans, les pauvres, les déserteurs, les brigands et même quelques bourgeois. Ils sont rassemblé tout ce qui de près ou de loin pouvaient servir comme armes, allant chercher des canons dans des musées, des épées dans des théâtres. « Il faut imaginer ça. Il faut imaginer un instant le gouverneur et les soldats de la citadelle jetant un œil par-dessus les créneaux. Il faut se figurer une foule qui est une ville, une ville qui est un peuple. Il faut imaginer leur stupeur. »
Humble, l’auteur reconnaît qu’au fond, on ignore ce qui se produisit vraiment. Mais cela lui donne la liberté d’imaginer et son récit n’en est que plus «authentique». Il énumère les noms de cette foule bigarrée, voit les jeunes hommes intrépides – ou inconscients – nous retrace des morceaux de leur biographie, le pays ou la région d’où ils viennent. Nous parle de Sassard le couillon, Scribot le cul-terreux, Servant, l’employé, Serusier, le marchand de légumes et puis Vattier, dit Picard, Cholet, dit le Bien-aimé et tous les autres, les pères et les fils. «C’est dingue ce qu’un faubourg contient de vies». Bien entendu, il n’oublie pas les femmes dont la détermination est tout aussi grande.
Les premiers coups de feu sur les assaillants donnent soudain à leur avancée une dimension plus dramatique. « Assassins ! Assassins ! » hurle la foule qui reprend sa marche en avant. Et voilà que la fronde et la colère se transforme en un opéra, une « grande guerre de gestes et de mots », que la fiction se transforme en réalité, que le 14 juillet est incarné. Place à la Fête Nationale !
goo.gl/Vm3XE9

par hcdahlem
Cannibale Cannibale
Didier Daeninckx   
j'ai vraiment tiré une leçon de ce livre et même si je n'ai pas trop aimé lire certains passages, dans d'autres au contraire j'ai été révoltée de voir comment ces kanakes sont traités avec mépris comme s'ils étaient des êtres inférieurs aux français! simplement pour "divertir" ils ont étés amenés là sans l'avoir demandé.
on peu voir que le personnage principal a été très injustement traité ( enfin lui et les autres) échangés contre des crocodiles comme s'ils n'étaient que des animaux.
de mon point de vue cette aventure lui a bien gaché une partie de sa vie.

par chups
Faut-il manger les animaux ? Faut-il manger les animaux ?
Jonathan Safran Foer   
Voilà un bouquin d'une intelligence remarquable qui met notre sens critique et notre bon sens à l'épreuve: l'auteur ne vient pas en donneur de leçons. Tout au contraire, il partage un cheminement, une expérience, une analyse qui l'ont conduit à faire le choix raisonnable du végétarisme.

Il souligne l'incidence de l'industrie agro-alimentaire sur tous les aspects de notre vie: santé, environnement, morale, atteinte de l'air, de l'eau, des terres agricoles, etc. Et nous donne à voir ce que nous refusons de savoir: les conditions d'élevage ou d'abattage, et les limites économiques de ces pratiques.

Mais il convoque également les points de vue des différents acteurs de cette économie: producteurs, ouvriers d'abattoirs, éleveurs industriels et traditionnels...

Un livre bouleversant, dans tous les sens du terme. Un livre nécessaire.
Difficile, douloureux, rare.

par charly09
Zéro Déchet Zéro Déchet
Béa Johnson   
Une révélation! Ce livre est une bible pour toutes les personnes qui voudraient prendre le chemin du zéro déchet. Certes tout n'est peut-être pas envisageable, même Béa reconnaît que pour certaines choses, cela n'était pas possible. C'est ce que j'ai apprécié dans ce livre, son côté humble, la reconnaissance de ses erreurs, de ses choix. Aucun jugement, aucune critique. Des conseils à gogo, des recettes, des idées et astuces. Une véritable mine d'or.

Ce livre n'est pas un qu'un mode d'emploi du zéro déchet. Il est aussi le témoignage de la vie de famille de Béa, cette française qui va tomber amoureuse d'un américain. L'Amérique où l'excès est aussi grand que le pays, mais il ne faut pas se voiler la face, nous aussi en Europe nous gaspillons, jetons à outrance.

Pour ma part, depuis mon végétarisme et ma décision de faire le plus de "fait maison" possible, il allait de soi que le zéro déchet devait être ma prochaine étape. Certes ce n'est pas facile, ce qui joue très fort dans ce choix de vie, c'est l'environnement, les magasins qui se trouvent autour de vous. Mais, lorsque l'on prend ce chemin, qui n'est pas facile tous les jours, on va se rendre compte rapidement que l'excès est partout et omniprésent. Il faut dès lors rester calme et surtout tolérant. Tenter de planter une petite graine de bienveillance par-ci par-là. Donner envie de faire du "home made" et pas critiquer. C'est par la bienveillance qu'on arrive à déplacer des montagnes, pas par les critiques.

Tous les conseils ne seront peut-être pas envisageables dans ce livre, mais chacun d'entre-nous trouvera l'une ou l'autre chose à faire de façon très simple. Puis jour après jour, mois après mois, on ajoutera encore une autre astuce. Car lorsque l'on prend ce chemin, rien ne nous paraît insurmontable, on tombera du train oui, mais ce n'est pas grave, on recommence, on teste, c'est gai et tellement important!

http://chezcookies.blogspot.be/

par cookies72
Urgence!Si l'océan meurt nous mourrons Urgence!Si l'océan meurt nous mourrons
Paul Watson   
Je suis vraiment admirative du travail qu'accomplissent Paul Watson et tous les bénévoles, de Sea Shepherd en général et je suis vraiment de tout cœur avec eux. C'est grâce à eux, à leurs combats perpétuels pour préserver la vie marine que j'ai pu comprendre la réelle importance de celle-ci et c'est aussi grâce à eux si j'ai pu ouvrir les yeux sur les atrocités, les horreurs que l'homme peut faire, dont j'étais loin de m'imaginer.

Mon but n'est pas de me lancer dans un débat, ni de critiquer ce qui est (au début) une critique de la société, du monde. Pour moi, c'est plus un cri du cœur, un état de fait, une mise au point. Ce petit livre a été fait pour interpeller les gens et les gouvernements à l'aube de la Cop21 sur ce qu'il se passe réellement dans le monde. Un cri d'alarme des écologistes pour l'océan. Et donc Sea Shepherd n'a pas peur de dire les choses, l'organisation utilise des mots forts parce qu'il le faut, il faut dire la vérité et interpeller le plus grand monde. Sea Shepherd insiste sur le fait que ce n'est pas que l'océan dont il est question, c'est la Nature toute entière, la Terre qu'il faut à tout prix protéger et donc on nous démontre l'importance de chaque espèce, de la biodiversité, des végétaux, des animaux, du microorganisme jusqu'à la baleine.

On y retrouve des chiffres, des données scientifiques, des faits réels, des explications, plein d'expressions imagées pour nous faire réaliser et comprendre.
On nous livre des solutions, tout ce qui est souhaitable, beau, magnifique, qui serait parfait mais... c'est un bien grand rêve, surtout à l'heure actuelle (certaines choses voulues sont un peu extrêmes à mon sens) mais c'est bon de les poser, de les émettre.

Ce n'est pas une lecture indispensable sans compter que chacun peut avoir son propre avis sur la question mais elle a le don de nous faire prendre conscience de l'importance des océans.

Je terminerais par ceci. On dit que les forêts sont les poumons de la Terre. C'est vrai. Mais ce sont les océans qui fournissent la plus grande majorité de l'oxygène. Alors imaginez un peu un monde sans océans... (indice: tout est dans le titre!)

par MaMt
13 à table ! 2015 13 à table ! 2015
Françoise Bourdin    Maxime Chattam    Franck Thilliez    Gilles Legardinier    Alexandra Lapierre    Jean-Marie Périer    Pierre Lemaître    Agnès Ledig    Tatiana De Rosnay    Guillaume Musso    Bernard Werber    Éric-Emmanuel Schmitt    Marc Levy   
Un recueil intéressant même si toutes les histoires ne m'ont pas touchées. Certaines m'ont permis de découvrir des auteurs que je ne connaissait pas.
Mes préférées ont été celles de Gilles Legardinier, Eric-Emmanuel Schmitt, Bernard Weber, Franck Thilliez et Maxime Chattam. Les autres m'ont beaucoup moins interpellées.

par Nini_60
Je suis le footballeur masqué Je suis le footballeur masqué
Anonyme   
Le footballeur masqué est un témoignage d'un ancien joueur de Ligue 1 qui a décidé de lever le mystère sur les dessous de ce monde décrié par beaucoup!

Etant une grande fane de ce sport qu'est le football, j'avais très envie de découvrir ce que ce livre pouvait dévoiler. Grands scoops et révélations choques sont annoncées, malheureusement cela n'arrive jamais. Loin d'être choquant, j'ai trouvé ce récit décousu et sans intérêt. Le témoignage tourne en rond et est sans queue ni tête. On passe d'un sujet à un autre pour y revenir deux paragraphes ou dix pages plus tard, c'est franchement désagréable.

C'est mauvais, long, inintéressant. Le narrateur ne cesse de critiquer certaine personne, certaines façons de faire etc, mais deux lignes plus bas dit quelque chose de gentil, histoire de ne froisser personne. Je trouve cela un peu pathétique de promettre des révélations choques quant au final, on nous sert des anecdotes que tout le monde sait déjà et que les choses sont amoindries afin de ne pas trop porter le chapeau. Si tu as si peur de t'en prendre plein la tête (même sous couvert d'anonymat), ne fait rien et tais toi. N'essaye pas de faire ce que tu ne sais pas faire. C'est vraiment un livre pour faire de l'argent facilement.

Du coup, ce livre m'a mis un peu en rogne. Tu fais le mec « j'ai de l'argent, j'ai eu des filles, je ne suis pas un footballeur reconnu, mais j'étais bon », mais tu n'es même pas foutu de porter tes cojones garçon ! Que tu ne veuilles pas donner ton nom est une chose, mais ne parle pas pour ne rien dire. Certains dirons qu'il ne fallait pas s'attendre à quelque chose de mieux de la part d'un footballeur et pour le coup, je leur donnerai presque raison.

Si vous cherchez un vrai livre qui vous donne quelques bonnes révélations croustillantes, je ne saurais que trop vous recommander « Sexe Football Club, les dessous du foot » écrit par Bruno Godard et Jérôme Jessel. Au moins, dans celui-ci vous trouverez de quoi vous mettre sous la dent !

http://monjardinpresquesecret.blogspot.fr/2015/05/je-suis-le-footballeur-masque.html

par Orbianna
Notre Dame de Paris Notre Dame de Paris
Victor Hugo    Benjamin Lacombe   
Un livre que j'avais déjà lu et apprécié dans sa version habituelle, donc pas de grosse surprise ou déception au niveau du texte. Je vais donc plutôt commenter la spécificité de cette édition précise : les illustrations.
Je connaissait pas du tout le travail de Benjamin Lacombe avant ce livre, mais je suis totalement séduite par son style. Les images sont déjà presque objectivement très belles, mais elles collent en plus à merveille au contenu du livre. J'ai particulièrement apprécié le choix limité de couleurs (rouge, jaune et gris surtout) qui permet de créer une véritable unité, et donc un projet totalement cohérent.
Au-delà de ça, je trouve que c'est un très bel objet. Le livre est fait avec un très beau papier, les impressions sont nette, c'est bien relié, la couverture est très bien finie. Le cadeau parfait pour tout les amoureux des livres, quoi !
On pourra regretter son prix élevé, mais personnellement je pense que ça les vaut largement.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4