Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ninon64 : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
La Marque des Anges, Tome 1: Fille des chimères La Marque des Anges, Tome 1: Fille des chimères
Laini Taylor   
alors là gallimard et bien je vous decerne ma note d'or pour une couverture horrible et peut être que c'est le but d'ailleurs la plus moche et dire que ceux qui decide sont soi disant diplomé de haute ecole de publicité, c'est comme les etiquettes antivol sur le dos des cd bien sur les titres pour que la playlist du cd soit illisible, je pense que l'on devrait nous faire choisir les couvertures après tout c'est bien nous qui lisons les livres non?? et nous avons du gout et franchement on peut pas faire pire que ça,c'était mon coup de gueule de la soirée car c dommage le livre est un succes au usa et je pense que une couverture pareille va gacher le potentiel du livre dommage!!!!!!!!!!!

par bimba25
La Prophétie de Glendower, Tome 1 La Prophétie de Glendower, Tome 1
Maggie Stiefvater   
http://wandering-world.skyrock.com/3129441122-Raven-Cycle-Tome-1-The-Raven-Boys.html

Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! Quel bonheur d'avoir pu retrouver la plume de Maggie Stiefvater dans un nouveau roman ! Son monde, sa culture, ses légendes et sa prodigieuse écriture m'avaient terriblement manqué ! Avec The Raven Boys, Maggie innove encore, sort des sentiers battus et nous emmène avec ses nombreux protagonistes dans un lieu gorgé de magie et de mystères... Le truc avec ce récit, c'est qu'il vous tourmente et vous hante sans cesse. Je n'arrêtais pas d'y penser ! Au lycée, à table, ou bien lorsque j'avais quelques minutes pour moi mais que je n'avais pas le roman sous la main ! L'univers captivant de cet ouvrage nous colle à la peau, c'est aussi simple que ça. Une fois que l'on se risque à ouvrir le roman et à pénétrer dans son climat ténébreux et tellement passionnant, impossible de pouvoir en sortir !
Maggie Stiefvater nous permet, une nouvelle fois, de rencontrer des personnages entiers, authentiques, et définitivement humains. On a beau voyager au cœur d'une intrigue fabuleuse avec une dizaine de protagonistes, impossible de ne pas s'attacher à chacun d'entre eux. C'est là que réside l'énorme potentiel de l'auteure, d'ailleurs. Qui d'autre qu'elle est capable de nous permettre de créer des liens avec autant de héros. Franchement ? Que ce soit avec quatre Raven Boys, Blue, Maura ( sa mère ) ou Calla et Perséphone ( ses tantes ), on se lie véritablement à leurs personnalités et à leurs histoires. En fait, plus j'y pense et plus je réalise que je ne pourrais vraiment pas choisir mon héros préféré, vu qu'ils m'ont tous plu. Les Corbeaux, Adam, Gansey, Noah et Ronan, sont tous ultra attachants et adorables. Chacun à sa manière, ils nous touchent, nous troublent, nous renversent et nous bouleversent. Chaque garçon possède sa propre identité, son propre rôle dans l'intrigue et son propre pouvoir pour nous attirer dans ses filets. C'est vraiment quelque chose ! Et je dois bien reconnaître que les Raven Boys me manquent déjà... Attendre un an avant de les retrouver ne va pas être une mince affaire. Blue est également une protagoniste passionnante à suivre. Je me suis tout aussi intéressé à elle qu'aux Corbeaux, en fait. C'est une jeune femme sincère, mature, tendre et bienveillante que j'ai adoré. De plus, elle sait être très drôle ! Souvent, les échanges avec sa famille ( qui est également très très agréable à découvrir ) m'ont énormément fait rire. Sa mère, Maura, est juste tordante et un peu folle. Je l'ai beaucoup aimé !
On commence un peu à connaître Maggie Stiefvater. En tout cas, me concernant, c'est le cinquième roman de l'auteure que je lis, donc je savais à peu près à quoi m'attendre niveau intrigue. En effet, même si j'ai adoré plonger au cœur de cette histoire riche en suspense et en mystères, le manque de retournements de situation s'est pas mal fait sentir. Exactement comme pour Frisson, Fièvre, Fusion ou encore Sous Le Signe Du Scorpion, Maggie ne décrit que très peu de coup de théâtre. Pour certains, cet aspect, enfin ce manque, risque d'être gênant. Pour moi, même si cela m'a un peu refroidi au départ, tout c'est très bien passé malgré tout. Bon après, j'ai l'habitude de cette auteure, donc ça vient peut-être de là... Mais en même temps, comment ne pas passer au-dessus de cette absence de "vraies" surprises quand Maggie nous permet de découvrir autant de légendes ensorcelantes et d'histoires teintées de magie et de secrets ? Sincèrement, j'ai été absorbé par ce récit de la première à la dernière page. J'ai adoré en apprendre plus sur les lignes telluriques, ces lieux où l'énergie du monde est décuplée, sur les légendes galloises et romaines, sur les endroits de la planète où l'irréel prend le pas sur notre normalité, sur les esprits, les fantômes, la route des morts... Franchement, c'est génial. Juste génial. Maggie m'a permis de passer des heures sur mon ordinateur ou mon téléphone pour en apprendre plus sur les ley lines ( les alignements de certains sites sacrés et les lignes telluriques ) et, rien que pour ça, le roman mérite bien son excellente note. Quel autre auteur dans ma vie m'a poussé à faire ça ? Aucun. Merci Maggie pour ces découvertes ! Merci beaucoup !
Autre détail ultra important à souligner : la plume de l'auteure. Hé là, ouaaaaaaaaaaaw quoi. Ok, Maggie ne nous écrit pas de longs chapitres avec un retournement de situation à chaque fois. Mais, au moins, elle s'arrête vraiment sur chaque ambiance, chaque atmosphère, chaque sentiment, chaque sensation. Maggie à la pouvoir de nous faire ressentir des choses intenses et réelles. Palpables, même. Tout est ultra visuel. Chaque sensation nous percute et nous brûle. Madame Stiefvater sait comment nous posséder corps et âme. Elle maîtrise les mots et les tournures de phrases avec brio. Vraiment, ce fût un plaisir immense de retrouver son écriture si unique et parfaite.
J'aimerais aussi vous parler de la romance dans l'histoire... En fait, il n'y en a pas. Quelques caresses, et encore... Le truc, c'est que, ça aussi, ça ne m'a posé aucun problème. On ne s'attend évidemment pas à découvrir un couple qui s'aime passionnément, vu que Blue et censée tuer son véritable amour en l'embrassant. Du coup, c'est comme si tout était décuplé par ce refoulement et cette malédiction. Surtout qu'au fur et à mesure de notre lecture, on doute sans arrêt sur l'identité de la véritable âme-sœur de Blue. Quatre garçons pour une fille, aucun pentagone amoureux ( je vous rassure ) et un résumé qui semble en dire trop... Pourtant, les retournements de situation côté romance sont bien présents, je vous le jure ! Même s'il n'y a, au final, aucun baiser échangé, la tension amoureuse est bien là...
L'histoire se laisse donc lire avec une immense fluidité. On laisse entraîner dans ce tsunami d'intensité, de lumière, de légendes, de personnages profonds et de ténèbres entêtantes sans aucun mal. La fin du récit m'a beaucoup plu ! En effet, tout s'accélère légèrement, quelques masques tombent, des révélations nous sont offertes, et pas mal de questions trouvent finalement leurs réponses. Pas de gros et horribles cliffhangers, et pas de fins qui nous poussent à vouloir la suite immédiatement. Quoi que... Même si les surprises ne sont pas vraiment au rendez-vous dans les ultimes pages, moi j'en veux toujours plus ! Le climat si fascinant, envoûtant, attractif et enchanteur du récit est véritablement obsédant. Intense, noir et obsédant. Trois mots qui décrivent à merveille le roman qu'est The Raven Boys.
En résumé, Maggie Stiefvater se réinvente, et ça fait du bien. J'ai adoré rencontrer Gansey, Blue, Adam, Noah et Ronan ( d'ailleurs, je suis fan de leurs prénoms ! J'aime toutes ces sonorités qui sortent de l'ordinaire ! ), voyager dans un univers terriblement captivant, retrouver la plume exquise de l'auteure et être tourmenté à longueur de journée par ce récit inoubliable. Les Raven Boys et Blue me manquent déjà, et je suis vraiment vraiment vraiment vraiment pressé de les retrouver en 2013 ! Vite, vite, vite Maggie, écrivez-nous la suite de la saga Raven Cycle !

par Jordan
Le Tigre de Tarcoola, Episode 1 : Le Cavalier d'Espérance Le Tigre de Tarcoola, Episode 1 : Le Cavalier d'Espérance
Valérie Simon   
Une romance historique qui va nous faire voyager avec délice dans des paysages incroyables et dans une histoire particulièrement intrigante !
Avis complet : http://elo-dit.over-blog.fr/2016/11/le-tigre-de-tarcoola-tome-1-le-cavalier-d-esperance-valerie-simon.html

par Elo-Dit
La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 2 : Rouge La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 2 : Rouge
Kristin Cashore   
Une vraie merveille. La plume de l'auteur glisse au fils des pages et nous laisse découvrir son contenu avec bonheur. Originale, créative, cette histoire nous emmène dans un univers de monstre très attachant. Autant les vampires sont dans des 10aines de livres, autant le thème des montres et très peu visité... mais ici c'est vraiment super. Rouge est un personnage complexe psychologiquement parlant mais tres attachant. Bravo a l'auteur
La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 1 : Graceling La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 1 : Graceling
Kristin Cashore   
ce livre est génial!! je l'ai lu il y a un bon moment, mais je le relis régulièrement! Il est magnifique. La plume de l'auteure est fluide, les personnages fouillés et attachants. Que demander de plus? ah oui! une bonne histoire qui tient la route et qui nous embarque dans son univers! tous est génial! J'ai lu tous les livre de cette auteure et ils sont aussi bien les uns que les autres!

par ninon64
La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 3 : Bitterblue La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 3 : Bitterblue
Kristin Cashore   
Honnêtement, j'ai un avis assez partagé pour ce dernier tome. L'histoire est très bien tournée, avec beaucoup de suspens. Sans trop en dire, des personnages et les idées précédentes reviennent, ce qui fait très plaisir ! Mais les nouveaux héros sont aussi attachants.
Plus que les tomes précédents, déjà sombres, le dernier l'est encore plus, et plus triste aussi. [spoiler]J'ai été déçue par le départ de Saf et j'ai trouvé le récit presque un peu trop sombre.[/spoiler]
Et ce n'est que de mon point de vue, mais j'ai préféré les deux premiers tomes, sur l'histoire. Mais ça reste un très bon livre, qui offre une jolie fin, ni trop mystérieuse ni trop dévoilée !

par Lexia
Phaenix, tome 1 : Les Cendres de l'oubli Phaenix, tome 1 : Les Cendres de l'oubli
Carina Rozenfeld   
http://wandering-world.skyrock.com/3106475547-Phoenix-Tome-1-Les-Cendres-De-L-oubli.html

Ouaw. Ouaw ouaw ouaw ouaw ouaw. Je suis juste incapable de dire autre chose, là tout de suite. Quel roman ! Mais quel roman ! Phænix est un ouvrage ardent, saisissant, intense, palpitant, et diablement obsédant ! Je peux vous assurer que ce livre est un coup de coeur. Un énorme coup de coeur, même. Cela faisait des mois que je n'avais pas pensé à un roman de cette façon. Il me hantait littéralement. A table, avec des amis, en famille, les personnages et l'intrigue de Phænix me poursuivaient partout ! J'ai vécu tellement de merveilleuses choses durant cette lecture que toutes les coucher à l'écrit risque d'être une expérience compliquée !
Dès le départ, en pénétrant dans l'univers du roman, j'ai senti que le coup de coeur n'allait pas être très long à venir. On pénètre dans un monde enchanteur et envoûtant. Carina Rozenfeld possède réellement un don avec les mots. Chaque description est solaire, fascinante et ultra visuelle. On ne peine vraiment pas à plonger dans chaque paysage, chaque situation et chaque lieu où l'auteure a voulu nous embarquer. Dès que je mettais à lire, la réalité autour de moi disparaissait. Le monde fantastique de Phænix effaçait le temps autour de moi. Je me suis retrouvé à de très nombreuses reprises sur un nuage de coton, engourdi, comme lorsqu'on se réveille après une longue nuit. Cette merveilleuse lecture m'a permis une évasion totale, rare et vraiment, vraiment, addictive. Impossible de ne lire que des bribes du livre. Dès qu'on plonge dans l'intrigue, les pages sont comme animées d'une vie propre, et elles se mettent à défiler avec frénésie entre nos doigts.
Évidemment, cette histoire d'amour que j'ai vécu avec le roman a pu voir le jour grâce, avant tout, aux personnages que renferme l'histoire. Anaïa m'a totalement fait craquer. Pour commencer, j'adore son prénom ! Sincèrement, je le trouve magnifique ! Puis c'est juste un protagoniste fabuleux. Mature, déterminée, sûre d'elle, aimante, passionnée et toujours pleine de surprises, elle m'a complètement fait fondre. Ses petites manies m'ont permis de complètement m'identifier à elle. Sa timidité maladive en public, le fait qu'elle pince sa paille avec ses dents ou encore sa façon de s'exprimer m'ont vraiment fait penser à moi. Oui bon ok, elle boit du Coca-Cola et non pas de l'Ice-Tea, mais on ne va pas lui en vouloir ( ni à Carina qui, elle non plus, ne supporte pas cette boisson ! Si si, je vous assure, c'est elle-même qui me l'a dit ! ). Anaïa est douce, tendre, innocente. Elle m'a profondément touché. Je crois que l'auteure a su décrire à merveille mon style de fille. Merci madame Rozenfeld. Voilà que je tombe à mon tour amoureux d'un être chimérique. Mais quel être ! Haaaaaaaaa, Anaïa, je t'aime !
Le gros plus de ce roman réside aussi dans les protagonistes masculins qui s'y cachent. Nous avons Enry, le garçon touchant, drôle, et qui ne prend rien au sérieux. Puis nous avons Eidan ( j'adore ce prénom aussi ), personne à la fois torturée, mélancolique et mystérieuse. Ces deux caractères apportent une réelle richesse au roman. On confronte toujours leurs dualités, en passant par une multitude de sensations. De plus, Eidan et Enry vont véritablement en faire voir de toutes les couleurs à Anaïa qui va, elle, mener sa propre route. Hors de question de se laisser poser des bâtons dans les roues par des jeunes hommes. Ce triangle amoureux ( qui, au fond, n'en est pas vraiment un ) m'a conquis et subjugué ! Les moments durant lesquels Anaïa se retrouvait seule avec l'un ou l'autre de ces héros étaient exceptionnels ! Quel bonheur !
L'élément qui m'a rendu complètement accro à Phænix ( parce que, oui, j'en suis véritablement devenu drogué et dépendant ) est le fait que Carina Rozenfeld ait inséré des dizaines de musiques dans son chef-d'œuvre. En effet, ce roman est ultra moderne ! Facebook, Apple et chansons récentes y sont monnaie courante ! Et grâce à chaque chanson que l'auteure a choisi d'intégrer à son histoire, ma fascination pour cette dernière n'en a été que plus forte. Seigneur !!! Je n'avais pas vibré pour un roman de cette façon depuis des siècles ! Les scènes musicales sont énormément tactiles, charnelles, et font parti des moments les plus intenses que j'ai jamais vécu. J'étais véritablement en transe, absorbé entièrement par chaque page, chaque ligne, chaque mot. Franchement, j'attendais d'éprouver cela depuis tellement longtemps ! C'était... C'était si unique ! Ajouter à cela un climat troublant, noir, inquiétant et terriblement tentant à la fois, grisant et exaltant, et vous caressez à peine mes impressions. Il faut lire Phænix pour éprouver autant de plaisir. Quelle lecture !
Nous rencontrons également d'autres personnages, tels que Garance, Yvan et Vincent, qui apportent un vrai plus à l'intrigue. Garance m'a énormément plu ! Drôle, pragmatique et indépendante, son rôle dans l'histoire est très important, puisqu'elle va servir de point de repère à sa meilleure amie, Anaïa. De plus, le contexte dans lequel nous sommes plongés est dévastateur. Le sud de la France, sa beauté, l'été qui perdure, les fleurs, les oiseaux, le soleil... Tout cela était vraiment magique à découvrir. Surtout qu'arrivée à la moitié du livre, l'atmosphère n'est plus du tout aussi charmante. Elle devient épaisse, ténébreuse, sibylline, obscure, et pourtant tellement, tellement passionnante et addictive.
Les rebondissements sont juste à couper le souffle ! Les découvertes que va faire Anaïa à son sujet et à celui de ses amis m'ont juste laissé bouché bée. Les surprises sont saisissantes, et elles nous poussent à lâcher le roman et à souffler quelques instants avant de pouvoir replonger dans cet univers extraordinaire. Et, surtout, je connais désormais la vraie signification de cet étrange "æ" ! La clé du roman ! Je comprends maintenant pourquoi l'auteure tenait tant à l'écrire "æ" et non pas "ae". Les lettres doivent être unies. Tout est lié. Littéralement.
On erre donc au beau milieu d'un récit émouvant, transcendant et véritablement enivrant. Enivrant... Voilà le mot qui colle parfaitement au roman. Il nous possède. Nous enivre. La conclusion du livre m'a complètement achevé, et je suis terriblement impatience d'avoir la suite des aventures d'Anaïa entre les mains. En refermant Phænix, on se trouve dans un état inquiétant et étrangement agréable, comme perdus sur une plage de cendres. Tout est froid et insipide. On en redemande. On en veut encore. Plus, plus, plus.
Phænix est donc un magnifique roman et un coup de coeur. C'est un ouvrage ardent, qui nous consume et nous brûle de passion. L'ambiance est captivante, les protagonistes touchants au possible et gorgés de magnificence, et l'intrigue est juste époustouflante. Tout, à mes yeux, est parfait. J'ai été saisi par tous les éléments de l'intrigue. Une lecture dévastatrice, marquante et incandescente, tel un brasier enivrant, que je vous conseille fortement de découvrir.

par Jordan
Lucky Harbor, Tome 6 : Aveuglément Lucky Harbor, Tome 6 : Aveuglément
Jill Shalvis   
Un tome à l'image des précédents.
Simple mais plaisant à lire, le couple Josh/Grace est mignon.
Cependant, j'ai trouvé qu'il manquait un peu de piquant.
Le personnage d'Anna m'a beaucoup plû, et les habitants de lucky harbor sont toujours aussi loufoques.

par Adèle
Love U, Tome 1 Love U, Tome 1
Kate B. Jacobson   
je n'aime pas les nouvelles qui sortent en un maximum de temps, l'intrigue est mal menée, on sait comment ça va finir, l'écriture pas plus passionnante que ça, et tout se passe évidemment trop vite pour pourvoir ce reconnaître dans le personnage, bref je n'ai pas aimé

par ninon64
Moi, une esclave ? Jamais ! Moi, une esclave ? Jamais !
Danielle Tremblay   
Pfff que dire...? Je ne comprends pas comment un roman pareil a pu être publié.
Entendons-nous bien, je suis de nature très ouverte à toutes nouvelles découvertes.
Mais là...C'est un recueil de récits pornographiques tordus, certainement écrits pour assouvir des fantasmes de toutes sortes. Le scénario? Minable...L'écriture? N'en parlons même pas. Quant aux personnages... Aussi profonds que des moules. J'ai perdu 2 heures de mon temps, partagée entre grimaces de dégoût et soupirs de lassitude. À fuir absolument.

Ps: La notice d'utilisation d'un déboucheur de canalisations sera plus passionnante.