Livres
520 481
Membres
536 408

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par worldofdramapassion 2020-04-17T23:19:51+02:00

NOTE DE LA BARRE CHOCOLATÉ

Plus. Beau. Jour. De. Ma. Vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2020-04-23T22:18:29+02:00

— Tu es les quatre saisons, Rory. Je promets d’être ton abri dans l’hiver. De me baigner en toi en été. De tomber amoureux au printemps comme si c’était la première fois qu’on se voyait. Et à l’automne, de te donner un baiser pour chaque feuille tombée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par la-voyageuse 2020-04-22T16:32:40+02:00

Je lui chante une berceuse que ma mère me chantait quand j’étais petite pour m’aider à m’endormir.

Oh souffle le vent sur l’océan

Et les arbres, et les mers

Et le petit pigeon, qui jamais ne dort.

Mal grogne, les yeux toujours clos. Un signe de vie.

— Rory ?

— Oui ? dis-je, pleine d’espoir.

— T’es nulle, chérie. Arrête, je t’en supplie.

Sur ces mots, il perd connaissance, me laissant secouée de rire à ses côtés, tellement liée à lui que je sens son corps partout contre le mien. Je marmonne contre son torse :

— T’es un vrai chieur, Doherty.

Afficher en entier
Extrait ajouté par summeraws 2020-04-21T15:31:29+02:00

« — Qu’est-ce qu’il y a, Rory ? On dirait que t’as sucé Lucifer et qu’il t’a rempli la bouche de cendres et de lave.

— Non, mais pas loin. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2020-04-30T13:45:50+02:00

Rory

Ma vie tient dans une belle boule à neige ronde. De celles que personne n’a pris la peine de ramasser sur l’étagère poussiéreuse depuis des années. De secouer. Calme et tranquille. De l’extérieur, mon impeccable petit village suisse a tout l’air d’être parfait. Et il l’est. En quelque sorte. À vingt‐six ans, on dirait bien que j’ai ma vie en main.

Boulot parfait.

Appart’ parfait.

Coloc parfaite.

Mec parfait.

Parfaits mensonges.

En n, ce ne sont pas des mensonges à proprement parler. Tout ce que j’ai accompli est réel. J’ai travaillé dur pour y arriver. Le problème, c’est qu’il y a huit ans j’ai promis de tout abandonner en un clin d’œil si je tombais de nouveau sur lui. Mais à l’époque, je n’étais pas celle que je suis aujourd’hui.

J’étais perdue. Endeuillée. Brisée. Désorientée.

Non pas que ça ait une quelconque importance, parce que c’était avant et que nous sommes maintenant, et que ce n’est pas lui. Non. Impossible.

Ce n’est pas lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LesTentatrices 2020-04-28T22:04:31+02:00

" - Tu veux savoir si tu aimes quelqu'un ? Regarde le souffrir et mesure à quel point ça te déchire. Parce que, quand ça n'allait pas, quand tu souffrais, Rory, chaque fibre de mon être brulait avec toi."

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2020-04-23T16:55:39+02:00

Mal pose sa main sur ma joue en me souriant. Je n’avais jamais remarqué que nous nous imbriquions parfaitement ensemble. Il est juste assez grand pour que je puisse caler ma tête sous son menton. Juste assez large pour m’envelopper mais sans que ce soit comique. Nous sommes parfaitement en phase. C’est comme si nous étions faits l’un pour l’autre, deux pièces d’un puzzle complexe qui ne peuvent aller qu’ensemble.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2020-04-23T08:04:22+02:00

— L’Angleterre n’est pas loin de l’Irlande et il sera dans sa famille pour Noël et le jour de l’an. Il est enthousiaste. Et puis, deux mois, ce n’est rien.

— Deux mois, c’est un mois et vingt-neuf jours de plus que ton dernier séjour chez Mal et, si je me rappelle bien, tu as promis de laisser tomber sur-le-champ ton mec, ta culotte, et ton hypothétique famille pour être avec lui.

— Si je me rappelle bien…

Je finis mon verre de vin et le repose brutalement sur la table basse.

— J’avais dix-huit ans, j’étais en deuil, et je croyais moins en l’orgasme qu’à la petite souris. J’ai grandi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par summeraws 2020-04-21T15:31:54+02:00

« C’est ça, l’amour, tu ne crois pas ? C’est un peu mortel. Plus tu le fais durer et le tends comme une laisse en cuir, plus ça fait mal quand il revient te frapper. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2020-09-07T03:21:28+02:00

« -… Mais tant que je suis là, sur cette planète, que je respire, que je vis, je veux le faire auprès de la personne qui me fait rire. Qui m’aime inconditionnellement. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode