Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de NOEL21610 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Une colonne de feu Une colonne de feu
Ken Follett   
Quel livre ! Je n'avais jamais lu Ken Follett avant, mais j'ai été très impressionnée par ce roman, que j'ai adoré. Pour quelqu'un qui aime l'Histoire, c'est une pépite qui retrace les guerres de religion fin XVIè et qui regorge de complots et d'idéaux en tout genre, à coup de successions royales et espions meurtriers.
Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est l'intégration de la fiction, avec des personnages qui n'existent pas, aux faits et personnalités historiques. Cela donne à l'auteur une certaine liberté dans son roman, tout en suivant les évènement qui se sont vraiment déroulés.
Évidemment, il faut du courage pour finir tout ça. Plus d'une centaine de personnages, presque mille pages, plusieurs pays, plusieurs personnages principaux dont les intrigues s'entrecroisent... Et presque un siècle d'Histoire, c'est pas rien. Mais je trouve que Follett à fait un excellent travail, parce que je ne me suis jamais sentie perdue ou dépassée, même si je dois admettre que j'avais "révisé" mes lignées royales avant de m'attaquer au morceau. ^^
Pour ce qui est des personnages, il y en a deux qui m'ont marqués, notamment parce qu'ils sont opposés en tout : Ned Willard, qui se retrouve à agir pour la justice et la tolérance, quoi qu'il lui en coûte, et Pierre Aumande... que je me retiens d'insulter, tellement c'est un personnage haïssable.
Enfin, dans l'ensemble, j'ai trouvé ce roman vraiment passionnant, et dès que je l'ai sous la main, je dévorerai Les piliers de la terre.
Vers la liberté Vers la liberté
Mahtob Mahmoody   
J’ai lu plusieurs fois le livre Jamais sans ma fille, et vu d’innombrables fois le film éponyme.
Ce récit m’a toujours touché au plus haut point, par sa profondeur et peut-être aussi la médiatisation qui l’avait entouré.

Mais il n’empêche que l'histoire s’arrêtait une fois que Betty Mahmoody et sa fille atteignait l’ambassade américaine de Turquie.
Que sont-elles devenues ensuite ?

Quand j’ai appris que Mahtob, la petite fille de 5 ans qui s’était échappée d’Iran avait à son tour écrit un livre, je n’ai pu faire autrement que de me le procurer.
J’étais curieuse de savoir comment on vit après une telle épreuve. Est-ce possible de vivre une vie normale ?

Mahtob aborde peu les mois où elles sont restées captives dans la famille iranienne de son père. Ce qui est bien normal, car elle n’utilise que ses propres souvenirs, qui restent morcelés du fait de son jeune âge au moment des faits.

Mais elle raconte ce qui leur est arrivé ensuite : leur retour aux Etats-Unis, les retrouvailles avec sa famille maternelle, la joie de retrouver son grand-père (mourant, et qui avait pu tenir jusqu’à leur retour) et la réadaptation à leur ancienne vie.

Cela ne s’est pas passé simplement, comme on tournerait une page. Il a fallu retrouver une maison, une école, des habitudes, oublier la peur des bombes et des coups, et avancer.

Il a fallu oublier la haine qu’elle portait à son père, et pouvoir entendre les bons souvenirs que sa mère tentait de lui faire garder à l’esprit, malgré tout. Il a fallu changer d’identité, se cacher et déménager brusquement face à certaines menaces.

Car, évidemment, Moody Mahmoody a persévéré dans ses tentatives de ramener sa fille en Iran.
Comment cette petite fille, devenue adolescente, puis adulte, peut aujourd’hui raconter cela sereinement, et en ayant pas totalement rejeté la culture de son père ? Cela force l’admiration.

Elles ont été courageuses, toutes les deux : Betty Mahmoody en se battant pour faire bouger les choses au niveau des lois, en aidant à retrouver d’autres enfants kidnappés ; et Mahtob en se construisant jour après jour, en surmontant la maladie, la peur, et menant de front des études sérieuses et une double identité.

J’ai été vraiment bouleversée par son récit. Elle m’a touchée profondément, et je ne peux que l’admirer.


par bebi