Livres
443 091
Membres
378 159

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Un jour, je laisserai éclater mon incommensurable colère, tu seras terrorisé et tu voudras t’enfuir, crois-moi. Pourquoi ris-tu ? C’est vrai. Un sphinx hors de contrôle peut tout détruire sur son passage et inspirer l’effroi dans le cœur de tous ceux qui… Mais arrête de rire !

Afficher en entier

-J'ai entendu dire que tu avais pris une compagne depuis notre dernière rencontre, Knox. J'ai été très surprise. J'ai même cru à une blague.

-Non, c'est vrai, affirma Knox.

-Dois-je en conclure que c'est vrai qu'il s'agit d'une Wallis ? dit-elle en retroussant très légèrement la lèvre supérieure, une expression de dédain que ne put s'empêcher de remarquer Knox.

Son démon, qui ne l'avait jamais beaucoup aimée, incita Knox à lui lancer un crayon ou même l'agrafeuse à la tête.

Afficher en entier

Keenan resta près de la fontaine avec Harper et vit Khloë assener un coup sec sur le coté d'une machine à friandises et en retirer une petite boule de plastique. Elle avait toujours était douée pour ces petites escroqueries.

- Super ! du chewing-gum à la fraise ! se réjouit-elle en ouvrant la capsule tout en retournant auprès de ses amis.

- Est-ce que c'est bizarre, tu crois, demanda Keenan à Harper, que moi un adulte, j'ai envie d'apprendre à faire ça ?

- Non, c'est plutôt cool, reconnut Harper en souriant parce qu'elle avait vu un groupe de jeunes qui avaient admirés la technique de Khloë et essayaient de l'imiter, mais, malheureusement pour eux, leurs tentatives avaient toutes échoué.

Afficher en entier

" - Je suis ton compagnon, ton alter ego. Je suis censé te protéger, affirma-t-il en appuyant son front contre celui de la jeune femme. Et là, j'étais en réunion avec mes sentinelles. C'était horrible. Je ne savais même pas où tu étais, ni que tu souffrais, que tu avais été agressé, poursuivit-t-il en mettant la main sur le coeur de Harper et en laissant ses battements l'apaiser. Tu sous-estimes ton importance pour moi. Tu l'as toujours fait. J'ai besoin de te savoir en sécurité. En Bonne santé. Avec moi."

Afficher en entier

-Détends-toi je reviens dans un petit moment.

-Merci, dit Harper en le serrant dans ses bras. Merci d'être venu me chercher, ajouta-t-elle un peu gauchement, n'ayant pas l'habitude de se faire gâter.

La solitude était son élément naturel mis elle comprenait que ce soit pas toujours facile pour Knox, si insistant et de nature si protecteur avec elle. Il lui suffisait de la voir un tant soit peu stréssée pour avoir envie d'intervenir et de lui régler tout ses problèmes.

Knox resserra son étreinte et l'embrassa doucement dans le cou.

- Je te donnerai toujours ce dont tu as besoin.

Il désirait constamment la dorloter, la choyer, lui offrir tout ce qu'elle voulait.

Afficher en entier

- Laisse-nous t'aider, poursuivit-elle. C'est important qu'on reste unies dans ce genre de situation. Comme les soeurs dans la série Charmed. Comment disent-elles déjà? Ah oui! "le pouvoir des trois nous libérera". Voilà!

- Mais on est quatre, intervint Harper.

- Ne t'inquiète pas, ma chérie, dit Devon, une petite erreur de calcul n'a jamais fait de mal à personne.

Afficher en entier

« — Tiens, Belinda…, réagit Harper en voyant la porte s’ouvrir.

Génial ! Sa démone intérieure ne se réjouissait pas plus qu’elle de cette intrusion. Elle trouvait cette Belinda plutôt inintéressante. Elle était une cambion et, par définition, à moitié humaine, mais ces démons étaient tout de même considérés comme une espèce à part entière.

Mains sur les hanches, tapotant sa jupe crayon de ses longs ongles en acrylique, Belinda s’arrêta devant Harper et ses collègues. Comme toujours, elle avait l’air terriblement professionnelle. Elle était parfaitement maquillée, et il n’y avait pas le moindre faux pli dans son tailleur gris sur mesure parfaitement adapté à sa silhouette svelte. Elle portait des chaussures noires à talons, confortables mais modernes. Elle avait remonté ses cheveux blond paille en un chignon banane très strict qui avait dû nécessiter une tonne de laque et devait lui faire mal au cuir chevelu tant il était serré.

— Harper, lança-t-elle, fixant sévèrement sur celle-ci ses yeux noisette, vous devez absolument respecter mon planning si vous voulez que cette fête se déroule sans anicroches.

— J’ai raté quelque chose ? s’enquit Harper en fronçant les sourcils.

— Votre rendez-vous avec la styliste. «  Vous deviez y être il y a une heure.

— Ah ! vous voulez parler de ce rendez-vous que je vous ai demandé d’annuler ?

— Si vous n’aimez pas cette styliste, lâcha Belinda en trépignant presque, je peux vous en trouver une autre.

— Ce ne sera pas nécessaire. Je vais acheter une robe dans une boutique de la galerie marchande.

— Vous n’êtes pas sérieuse ! éructa-t-elle, le visage défait, réellement horrifiée. »

Afficher en entier

"Ne commencez jamais un combat que vous n'avez aucun espoir de gagner,..."

Afficher en entier

La voiture pénétra dans l’enceinte de la propriété de Jonas. Harper fronça les sourcils en apercevant la maison, très impressionnante avec son immense pelouse, ses statues et sa fontaine. La demeure était certes imposante, et Harper en apprécia les grandes baies vitrées et les colonnes blanches. Mais elle était si… ostentatoire. Beaucoup trop même. Elle n’avait aucune personnalité et n’était vraiment pas accueillante.

La Bentley s’arrêta près de l’entrée, où les attendait un voiturier. Harper eut du mal à contenir un sourire en voyant avec quelle réticence Levi lui remit les clés de la voiture. Accompagné de Tanner, l’Ankou emboîta le pas à Harper et Knox, et le petit groupe escalada les quelques marches d’ardoise du perron.

— Monsieur Thorne, mademoiselle Wallis, les accueillit le majordome à la porte, souriant et bien mis, tout en adressant un petit signe de tête à Tanner et Levi, si vous voulez bien me suivre.

En pénétrant dans le hall d’entrée, Harper fut frappée par les odeurs de pot-pourri et d’encaustique. Avec son lustre de cristal, ses hauts plafonds décorés et son sol de pierre, l’intérieur de la maison était aussi impressionnant que l’extérieur. Et manquait tout autant d’âme.

— C’est mieux chez nous, chuchota Harper à Knox, qui lui répondit avec un petit sourire tordu, celui-là même qui ne manquait jamais de la titiller.

Afficher en entier

Khloë poussa un soupir et leva les yeux au ciel. "- Je ne comprends pas pourquoi cela t'a tellement énervé. Elle est loupé, cette photo, en plus. Je n'arrivais pas à capturer ton sexe en entier. De toute façon, un peu plus sérieuse, poursuivit-t-elle en ayant remarqué que ses propos en avaient étonné plus d'un, est ce que je peux te demander si tu es juste gâté par la nature ou si c'est le résultat d'une intervention chirurgicale ?" Elle paraissait sincèrement intéressée.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode