Livres
394 627
Comms
1 386 104
Membres
289 025

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Nom de code : Verity ajouté par Asylea 2015-03-07T14:50:39+01:00

J'ai dit la vérité. N'est-ce pas là l'ironie ? Ils m'ont choisie parce que je suis douée pour raconter des mensonges. Mais j'ai dit la vérité.

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par Asylea 2015-03-07T14:55:31+01:00

"Embrassez-moi, Hardy !"

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par Asylea 2015-03-07T14:46:35+01:00

- Regardez-moi ça ! s'exclama-t-il avec un fort accent américain. Trois superbes filles anglaises pour ce vol!

- Crétin de Yankee ! cracha la jeune pilote de bombardier en kilt bleu. Je viens d'Ecosse !

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par Kalwen 2017-06-27T15:05:19+02:00

"Elle m'a entendue. Elle a reconnu mes larmes de peur des coups de feu. Elle n'a pas osé m'appeler, n'a pas osé révéler ma présence (...). Soudain, elle est partie d'un grand rire et a poussé un cri tremblant, d'une voix aigüe et désespérée.

- EMBRASSEZ-MOI, HARDY ! Embrassez-moi VITE !

Spoiler(cliquez pour révéler)
Elle a détourné le visage pour faciliter les choses. Et je l'ai abattue."

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par Kalwen 2017-06-27T15:04:54+02:00

"Certains des derniers mots (d'Edith Cavall, infirmière britannique de la première guerre fusillée pour trahison) sont gravés sur le socle de la statue. (...)

Je crois que ses véritables derniers mots ont été : "Je suis heureuse de mourir pour mon pays". Je ne crois pas vraiment à de telles bêtises moralisatrices. (...) En vérité, je préfère "Embrassez-moi, Hardy". Ce sont de beaux derniers mots."

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par AudacieuseErudite 2016-06-08T15:53:35+02:00

- "Allez ! lança Maddie. Vive la France !"

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par AudacieuseErudite 2016-06-08T15:53:13+02:00

"Tous les enfants, sauf un, grandissent."

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par AudacieuseErudite 2016-06-08T15:52:55+02:00

- "La vérité est fille du temps, non de l'autorité."

Puis :

- "Avant tout, sois loyal envers toi-même."

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par amelsdu11 2015-07-15T12:44:58+02:00

Un vol de transport anormal

Maddie, la chanceuse, n'eut pas à subir tout ça. Maddie se contenta de récupérer sa feuille à la cabane des Opérations d'Oakway, comme d'habitude, sourit en voyant le "S" et la destination "RAF Buscot", car cela signifiait qu'elle pourrait prendre uune tasse de thé avec sa meilleure amie à un moment au cours des prochaines vingt-quatre heures, et elle rejoignit le Puss Moth avec son masque à gaz et son sac de vol. C'était la routine. Incroyable de penser combien sa journée à commencer de façon normale. Il faisait encore jour quand nous avons atterri à l'aérodrome des Opérations spéciales de la RAF. La lune se levait tôt, il était environ 6h30, et à cause du Double Summer Time nous avons dû attendre que la nuit tombe. Jamie, dont le nom de code en vol était John, volait cette nuit-là, de même que Michael. Tous ces noms de code étaient bien sûrs tirés de Peter Pan. La mission de cette nuit particulière était appelée opération Sirius, ce qui semblait approprié. "Deuxième étoile à droite, puis tout droit jusqu'au matin".

C'est terrible, raconté ainsi, n'est ce pas ? Comme si nous en connaissions pas déjà la fin. C'est comme regarder Roméo boire le poison. Chaque fois, on se dit que sa bien-aimée va se réveiller et l'arrêter. Chaque fois, on voudrait crier : "Espèce de crétin, attends une minute !", et elle ouvrira les yeux ! "Oi ! et toi, pauvre conne, ouvre les yeux, réveille-toi ! Ne meurs pas cette fois-ci !". Mais ils ne survivent jamais.

Afficher en entier
Extrait de Nom de code : Verity ajouté par AudacieuseErudite 2015-07-05T10:12:22+02:00

Les gens sont compliqués. Chacun est bien plus complexe qu'il n'y paraît.

On peut voir quelqu'un à l'école tous les jours, au travail ou au réfectoire, partager une cigarette ou un café, parler de la météo et du dernier raid aérien.

Mais on évoque rarement les paroles les plus cruelles à sa mère, la façon dont on a joué à être David Balfour à treize ans, ou ce qu'on s'imagine faire avec le pilote qui ressemble à Leslie Howard, seule avec lui après une soirée dansante.

Afficher en entier