Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Noninette : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Crossfire, Tome 4 : Fascine-moi Crossfire, Tome 4 : Fascine-moi
Sylvia Day   
Une bonne suite.
Gideon et Eva se sont mariés en secret.
Des personnes veulent nuire à Gideon, en s'attaquant à Eva. Ce dernier veut tout gérer seul, ce qui provoque des conflits avec Eva puisque celle-ci à le sentiment d'être exclue.
Ce tome s'appuie sur les capacités du couple à s'unir face à l'adversité. Et c'est pas gagné!!
Pour la première fois dans cette saga, le tome est écrit à deux voix. J'ai adoré avoir le point de vue de Gideon, on comprend mieux ses réactions.
J'ai aimé ce livre mais je l'ai trouvé un peu long, du fait de certaines répétitions qui alourdissent la lecture.
J'espère que le prochain tome sera le dernier car "trop de crossfire tue crossfire".


par Adèle
Fighting for Love, Tome 1 : Seducing Cinderella Fighting for Love, Tome 1 : Seducing Cinderella
Gina L. Maxwell   
oh punaise quelle belle histoire, je suis encore toute retournée, j'adore!!! ce roman est très bien écrit. je pense suivre cet auteur de près... j'ai passé un très bon moment avec ce livre, une fois commencée plus moyen de le lâcher

par cricribib
Never Sky, Tome 1 Never Sky, Tome 1
Veronica Rossi   
WHAOU, WHAOU, WHAOU ? C'est assez expressif nan ? Ce livre est juste à coupé le souffle, parfait ! C'est un énorme coup de coeur !
Une dystopie pas comme les autres, un mélange de technologie et de vie sauvage, un mélange absolument délicieux d'ailleurs !
Never Sky est un livre ou dans l'histoire la Terre (on ne sait où exactement) est frappé par l'Ether, des tempêtes d'éclair bleu, depuis, des gens pour y échapper vivent dans des Capsules, d'autres dans la vie Sauvage, en formant des tribus.
Tout commence par un incendie, un sauvetage, un enlèvement, une accusation à tort et deux bannissement mais dans deux milieux différents. Deux personnes qui n'ont rien en commun et viennent de monde différent et qui pourtant vont devoir s'entraider pour finir leur quête : ils sont tout les deux à la recherche d'une personne qu'ils aiment. Commence alors une aventure fabuleuse, avec comme on pourrait dire, deux mondes ou plutôt deux espèces, mode de vie qui s'entrechoquent. Au fils des pages ont en apprend un peu plus sur La Capsule et sur la vie Sauvage et c'est totalement fascinant ! On apprend en même tant que nos deux héros à les connaître, on suit leur relation qui évolue de jours en jours, même si des fois quand ils font un pas en avant dans leur entente, le jour suivant ils en font deux en arrière. Puis ensuite, ce suit des nouvelles rencontres, de nouveaux sentiments, des combats, des évènements auxquels ont ne s'attend pas et tout sa écrit avec une plume merveilleuse. L'auteure à altéré les point de vue de Perry et Aria en fonction des chapitres mais en restant dans la narration externe, ce qui nous permet d'être proche de tout les personnages. Et elle manipule la narration externe avec brio car d'habitude quand il y a ce genre de narration, le lecteur sait des choses en avance mais l'auteure n'a rien laisser filé donc ont est vraiment surpris, surtout que ce sont pas des choses facile à deviner.
L'univers qui est sombre mais avec des éclats et le décor du livre sont fascinant, ont l'imagine sans mal et ont est tout de suite emporté, il n'y a aucune longueur, chaque passage est intéressant et apporte toujours quelque chose à l'histoire.
Concernant les personnages, Aria est une sédentaire, elle a 17 ans et quand elle est exclu dans "l'Usine de la Mort" puis quand elle rencontre Perry, ont apprend avec elle à connaître Perry et à s'habitué à son nouvelle environnement. C'est vraiment une héroïne parfaite, mature, avec un fort caractère mais tout en étant douce, curieuse, elle pose toujours un tas de questions, elle est réfléchie et ne se conduit jamais en gourde, elle pense vraiment comme une personne censé, et c'est très agréable. Sa l'a rend plus réel, plus humaine, malgré ses spécialités...
Peregrine appeler Perry quand à lui et tout aussi agréable, c'est un Sauvage, de 18 ans, chassé de sa tribu et il est près à tout pour retrouver la personne qu'il aime. Il est un Olfile et un Vigile (je ne vous dit pas ce que c'est, je vous laisse le découvrir en lisant le livre...) des dons qui se révèlent passionnant, surtout pour le lecteur. Le voir géré la situation avec Aria est vraiment superbe, on évolue en même temps que lui, on est spectateur de l'évolution de son jugement. Lui aussi est mature et réfléchie mais il est aussi courageux et surtout plein de ressource, il est un peu plus difficile à décrire que Aria.
Quant aux autres personnages : Talon, Lumina, Cinder, Marron, Vale et Roar, ceux sont aussi des personnages super, ils apportent un plus à l'histoire, ils aide l'histoire à ce construire, les relations. Roar est le personnage secondaire que j'ai le plus aimée.
En ce qui concerne l'histoire d'amour, elle est fascinante, merveilleuse, envoûtante. Elle se fait petit à petit, lentement mais surement. Un pure délice.
Et pour finir parlons de la fin, des dernières révélations, rempli de trahison, de souffrance, de compromis, de nouvelles rencontres et surtout d'une nouvelle quête... La dernière page, le dernier pasage est juste troublant et nous donne qu'une envie, découvrir la suite !
En résumé aller acheter Never Sky, de suite ! Sinon vous ratez un des meilleurs livre dystopique !
PS : Je veux lire le tome 2, now !

par Megane84
Anita Blake, Tome 1 : Plaisirs coupables Anita Blake, Tome 1 : Plaisirs coupables
Laurell K. Hamilton   
Quand on se plonge dans les aventures d'Anita on n'en sort plus ! Un livre qui vous entraine et vous rend nostalgique de la période "Buffy" même si Anita tient largement la comparaison !

par lily
Once and for All Once and for All
Sarah Dessen   
https://aliceneverland.com/2018/03/27/once-and-for-all-sarah-dessen/

Un nouveau Sarah Dessen… Quel délice ! Six ans après la sortie de son dernier roman en France, c’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé cette auteure que j’adore, une référence en matière de young adult.

Louna est une jeune fille assez cynique sur l’amour. Un comble quand on sait qu’elle aide sa mère, célèbre wedding planner, à planifier ces derniers pour en faire un moment merveilleux pour les clients. Mais, c’est justement toute cette expérience au sein de nombreux mariages, tous plus différents les uns que les autres, que Louna a pu en observer l’envers du décor. Pour elle, amour est loin de rimer avec toujours. Un adage renforcé par sa propre – et courte – expérience en la matière. Car, que peut-on attendre de la vie quand, a dix-sept ans à peine, on a déjà vécu – et perdu – son grand amour ?

J’ai immédiatement été prise par l’atmosphère ambiante de ce roman. Il faut dire que, étant moi-même en plein préparatifs de mariage, la thématique de cette histoire ne pouvait pas mieux me parler. Mais, surtout, j’ai aimé retrouver cet équilibre, entre joie et tristesse, qui caractérise tant l’écriture de Sarah Dessen. L’auteur arrive parfaitement à alterner les moments drôles et joyeux avec ceux, plus dramatiques, qui constituent l’histoire de Louna. C’est tendre, doux et magnifique : un vrai ascenseur émotionnel comme seule Sarah Dessen sait le faire.

Je me suis immédiatement attachée à Louna, trop adulte pour son âge et qui, a seulement dix-sept ans, a déjà vécue tant (trop?) de choses. Elle est bien entourée dans son quotidien, mais cela ne l’empêche pas de se sentir seule malgré tout. Louna est une jeune fille qui a dû apprendre à grandir trop vite. Régulière et carrée, elle ne laisse pas beaucoup de place à l’imprévu. Sa rencontre avec Ambrose va littéralement faire voler son quotidien en éclat.

Ambrose… Un personnage masculin au charisme fou, adorablement agaçant ! C’est typiquement le genre de personne imprévisible qui voit le monde avec leur propre filtre, l’élément perturbateur qui va pousser Louna à voir les choses sous un nouvel angle, à sortir de sa zone de confort et, surtout, à réapprendre à vivre, tout simplement.

Et, au milieu de toute cela, impossible de ne pas se sentir touché quand on découvre l’histoire de Louna. On devine facilement ce qu’elle a dû traverser. Mais cela ne m’a pas empêchée, chapitre après chapitre, de sentir mon coeur se serrer douloureusement. Comment, d’ailleurs, ne pas faire le parallèle avec l’actualité et les derniers événements survenus aux États-Unis à ce propos ?

Pour conclure : encore une fois, c’est dans un vrai cocon de douceur que Sarah Dessen nous plonge avec son nouveau roman. Elle nous invite à faire la connaissance de Louna et d’Ambrose, mais aussi d’Ethan, Jilly, Natalie ou encore William. Nous partageons une tranche de vie avec eux, nous nous attachons à eux… Et, avec ce récit aux notes douces-amères, Sarah Dessen réussi une nouvelle fois à trouver le parfait équilibre entre drame, émotions, tendresse et espoir. De quoi nous faire passer un merveilleux moment…

par Kesciana
Dark and Dangerous Love, Tome 1 Dark and Dangerous Love, Tome 1
Molly Night   
http://www.my-bo0ks.com/2018/03/dark-and-dangerous-love-tome-1-molly-night.html

A la base, je n’étais pas spécialement tentée par Dark and Dangerous love. J’ai tendance à me méfier de ce qui vient de Wattpad ayant eu quelques déceptions dernièrement. Finalement, on me l’a proposé et je me suis dit qu’il faut parfois prendre des risques et sortir de nos genres de prédilections d’autant qu’avec le salon ce week-end, c’était l’occasion de rencontrer l’auteure. Je me suis donc lancée dans Dark and Dangerous love sans spécialement d’attentes mais curieuse de voir ce que ça allait donner.

Evelyn et sa famille ont toujours tout fait pour rester discret. Pourtant, lors de la fête d’anniversaire du Roi Atticus, vampire réputé sans cœur, Evelyn va se faire remarquer. Les choses vont se gâter puisque peu de temps après, Evelyn sera « invitée » au Palais pour tenir compagnie au Roi le jour de ses 18 ans. La jeune fille voudrait bien refuser cette demande (amoureuse et heureuse) mais elle n’a pas le choix et va devoir composer avec les règles et demandes du Roi Atticus….

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à donner mon avis global sur ce roman en une ligne ou deux pour, après, développer ce qui m’a déplu et plu (même si les points positifs sont faibles). Dark and Dangerous love mérite à mon sens un avertissement. Jeunes lecteurs, attention, ce roman n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde. Pour faire court, ce roman m’a énormément faite grincer des dents. Plus d’une fois j’ai cru qu’il allait se retrouver à plusieurs mètres de moi. Je ne savais plus où me mettre, ou bien si je devais rire ou pleurer. En clair, je n’ai pas apprécié ma lecture.

Cette chronique n’engage que moi et je respecte les avis contraires au mien, il en faut pour tous les goûts. Je vais donc commencer par les points positifs et finir par les choses qui fâchent.

Lorsque j’ai commencé ma lecture de Dark and Dangerous love, j’étais plutôt contente car le style de l’auteure, Molly Night est fluide et plutôt addictif, les pages se tournent vraiment toutes seules. Clairement, on ne voit pas trop le temps passer avec ce premier tome de Dark and Dangerous love.

Le côté fanfiction qui effrayait tout le monde ne se fait clairement pas ressentir. Personnellement je n’ai pas vu les liens avec les deux chanteurs. L’histoire s’inspire des autres romans du genre, avec notamment des petits liens avec Twilight (très peu, si ce n’est les vampires), Cinquante nuances de Grey et autres sans pour autant faire du copier-coller. L’auteure prend une direction bien à elle et développe son histoire comme elle le souhaite.

La fin. C’est bête à dire, mais vers la fin, le côté fantastique est un peu plus exploité que la « romance ». On en apprend plus sur les origines des vampires et sur la petite révolte humaine qui tente de faire face à la domination du Roi. Je pense d’ailleurs que le roman aurait gagné à être moins centré sur le côté sexuel que sur cette origine des vampires et leur signification.

Hansel ? Je suis assez partagée sur ce personnage. Bien qu’au final il soit le seul à trouver grâce à mes yeux. Quoique, je n’ai rien contre l’héroïne, Evelyn, en particulier. Hansel, est le meilleur ami du Roi Atticus (son créateur). Il lui voue une adoration sans limite. Il est à l’opposé de ce dernier. C’est un vampire, mais sympathique, gentil et vraiment pas dégeu. Il avait un fort potentiel et je croyais en lui – par moment – malheureusement, il est le premier à justifier les actes de son Roi et c’est vraiment usant.

Dark Romance oui, mais pas que. Ce roman entre dans la catégorie de la Dark Romance. On ne le niera pas, l’héroïne subit énormément au cours de ce premier tome. Attouchements, viols, harcèlement, tout y passe. Le côté dure et sombre du roman est parfaitement retranscrit et quelque part, suffisamment bien pour que j’en ai eu la boule au ventre. Donc, de ce côté-là, chapeau à l’auteure.

En revanche, là où ça coince vraiment c’est la réaction des personnages. En gros, chaque fois que notre héroïne subissait une agression sexuelle (appelons un chat, un chat), les autres personnages du roman (clairement très peu nombreux) n’avaient de cesse que de justifier ses actes.

Un exemple concret du début ? Notre très cher Roi, l’oblige à le masturber, se frotte à elle, bref, nous ne sommes pas loin du viol dès le début. Eh bien, les autres personnages vont justifier son acte en lui disant qu’il l’aime vraiment et que sa jalousie le pousse à parfois déraper. Le comble dans tout ça ? Elle en vient à lui trouver elle aussi des excuses lorsqu’il fait quelques efforts de comportement au fil des chapitres.

Qu’on se le dise, la violence et le langage cru dans de la « Dark Romance », pourquoi pas. C’est horrible, peut choquer, mais prévisible étant donné le genre. Mais justifier ses actes par des pseudos déclarations d’amour plus farfelues les unes que les autres, NON ! Le premier exemple annonce la couleur du roman, car cet événement se reproduira au cours de ce premier tome, allant jusqu’au bout du viol.

Les émotions ne sont suffisamment exploitées. Le choix de la troisième personne n’aide pas à ressentir la souffrance (car oui elle souffre beaucoup) au fil des pages. J’ai eu beaucoup de peine pour elle, mais cette partie là aurait pu être d’autant plus développée étant donné les circonstances. Je pense que d’ailleurs, le mal-être d’Evelyn aurait pu être plus « intéressant » et des : « il t’aime » à tout bout de champ…

Le personnage principal masculin. Atticus, le Roi. Il remporte aisément le trophée du pire méchant de tout l’univers. Dit comme ça c’est un peu bidon mais sérieusement ? Il lui manque une case ? Bon certes, ça fait partit du personnage, un vampire violent, sanguinaire, dictateur, violeur (oui, oui !) et qui aime dominer quoi qu’il arrive. Mais bon sang, avoir son point de vue (même extérieur) lorsqu’il est satisfait d’avoir agressé Evelyn… j’ai cru vomir. Il y prend vraiment du plaisir et se persuade de ne pas lui faire du mal, parce que voyez-vous, il l’aime. Évident non ?

Alors voilà. J’arrive au bout de ma chronique.

A mon sens, Dark and Dangerous love ne devrait pas être comparé à Twilight. Les deux ne s’adressent clairement pas au même public. Rappelons quand même que Twilight est du Young Adult et prône certaines valeurs traditionnelles, et qu’ici on est carrément dans une autre catégorie. Il est destiné – à mon humble avis – à un public averti ou habitué à la Dark Romance.

Une héroïne pas au bout de ses peines. C’est vraiment ce qu’on peut retenir de Dark and Dangerous love. Elle ne sera pas épargnée. J’avais vraiment beaucoup de peine pour elle et j’étais à deux doigts d’arrêter ma lecture en cours de route. Je dois dire que j’ai voulu aller au bout pour pouvoir en parler entièrement et voir si la fin relevait un peu le niveau.

Est-ce que je regrette cette lecture ? Non, je n’irai pas jusque-là. Je ne l’ai pas apprécié, c’est certain, mais je lui ai donné sa chance. Je pense que Dark and Dangerous love aurait sans doute été meilleur si les points négatifs n’étaient pas si omniprésents mais il est difficile pour moi d’y faire abstraction.

Est-ce que je le recommande ? J’ai envie de dire, non, mais ça ne regarde que le lecteur. Vouloir se faire son propre avis – ou non – c’est chacun son point de vue. En tout cas il est clair qu’il n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde.

J’ai longuement hésité si je devais ou non mettre des extraits dans ma chronique. Finalement, je pense qu’il vaut mieux éviter, en revanche, si vous êtes curieuse, je suis disponible en privé pour en parler.

par Carole94P
Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates
Anne Bishop   
It’ s a trap ! J’ai tout laissé en plan et je l’ai dévoré ce tome 1 ! J’ai été sous le charme dès la première page. C’est un projet assez atypique, j’ai du mal à le relier à d’autres livres dans le même genre, c’est bien un urban fantasy mais il arrive à aller au-delà. Je pensais avoir affaire à un habituel ‘bit-lit’ avec une héroïne pour narratrice et ce n’est absolument pas le cas, divers protagonistes prennent part à l’histoire. On sent la patte d’une auteure de fantasy, ce qu’Anne Bishop est sans aucun doute, nul besoin de rappeler qu’elle est connue pour la Trilogie des Joyaux Noirs.

Humains et terra indigene se côtoient, se supportent sans réellement se comprendre, soit par peur, soit par intérêt. Les humains ne sont que des proies dans ce monde pour ces êtres mystiques, ils étaient là avant eux et s’adaptent à chaque génération de prédateurs, ils seront encore là bien après. Namid contient plusieurs continents (Thaisia, Brittanie…), une géographie bien spécifique avec une histoire propre, des jours de la semaine rappelant les éléments et des noms de villes très reconnaissables (Strassville, Bouseville…), des cartes et un prologue permettent de s’immerger dans ce nouveau lieu assez rapidement. De ce fait, il est tout public, il plaira au plus jeune comme au plus vieux, fille ou garçon y trouveront leur compte.

Si Anne Bishop ne revisite pas l’aspect des vampires, loups-garous & cie… elle apporte quelque chose de plus avec le personnage de Meg Corbyn (la quatrième de couverture en dit déjà trop). Elle m’a au départ fait penser à Alice Royale par son côté innocent, ingénu, soit totalement pur, et qui découvre autant les humains, que les terra indigene avec ses pauvres ‘images’ pour seul bagage. Son côté ‘chaton fragile’ aurait dû me faire fuir, ce n’est pas un personnage auquel je m’identifie, mais j’ai su l’apprécier pour sa particularité (en mettant de côté mon agacement que j’avais, de voir chaque Autre s’attacher à elle aussi facilement).

Les personnages sont intrigants (Simon, Tess plus particulièrement), bien développés et ont tous leur place. Même les flics ou les quelques longueurs ne m’ont pas freinée dans cette lecture. J’ai succombé à l’univers présenté par Anne Bishop, à son ambiance à huit-clos qui ne ressemble à aucune autre et plus particulièrement aux émotions distillées au long du livre, qui sont, son plus gros atout dans cette histoire. Grâce notamment à l’autre visage des êtres surnaturels qu’elle nous montre, une partie plus psychologique et animale qu’on n’a pas l’habitude de voir. Ils n’ont rien de séduisant et c’est ce qui fait leur charme, vraiment, ça leur donne du mordant (roh ce jeu de mots). Ce qui donne des occasions de glousser quand il y a ces petites remarques à la limite de l’humour noir et parfois même grimacer, tout n’y est pas édulcoré. La nature est belle, merveilleuse, mais tout aussi cruelle, à Lakeside c’est pareil.

Pendant que nous découvrons le dernier d’Anne Bishop, le tome 2 sort aux USA, et que de frustration, maintenant que j’ai terminé ce premier opus de ne pouvoir enchaîner. Certes, l’intrigue est simple, mais efficace ; il n’y a pas de romance comme dans toute bit-lit actuelle ; l’action est surtout en fin de tome et l’essentiel du roman se concentre sur les relations familiales, amicales — sur les émotions… mais quel premier tome, tellement addictif et différent !

{avis pour Fantasy-Gate.fr}

par LLyza
Dark and Dangerous Love, Tome 2 Dark and Dangerous Love, Tome 2
Molly Night   
Un deuxième tome très mauvais pour ma part. Si le premier n'avait pas été une franche réussite, il y avait tout de même un semblant de scénario. Ici, que nenni ! La seule histoire qui nous est contée pendant plus de 300 pages se concentre sur les déboires amoureux entre Atticus et Evelyne. Autant dire que c'est creux et inintéressant au possible.
Je comprends que depuis quelques années, la romance aime exploité le ressort scénaristique du "je t'aime, moi non plus", mais dans ce livre, il est usé jusqu'à plus soif. Je n'en pouvais plus des pensées d'Atticus : "je suis méchant mais pas méchant. J'aime Evelyne mais je veux lui faire du mal". Pitiéééééééé !
Et que dire du personnage principal féminin qui s'amourache de tous les hommes qu'elle rencontre sauf d'Atticus bien évidemment. Et qui est d'une bêtise sans nom et pleurnicharde au possible. Oui, on a compris qu'elle était sans défense, innocente et totalement pur. Mais, au bout d'un moment, il faut tout de même faire preuve d'un peu plus d'inventivité. Que dire de la fin ??? Evelyne prend une décision dont on comprend mal les motivations.
Bref, aucune histoire, aucun intérêt, aucune évolution dans les personnages ni dans leur relation. Interactions basées seulement sur une relation perverse et totalement ridicule.
Et un Atticus tellement incohérent qu'on a beaucoup de mal à s'y retrouver. Si j'avais de l'espoir dans ce personnage dans le tome 1, on peut dire que le tome 2 a détruit mon maigre petit intérêt pour ce personnage. Sa folie ne peut pas justifier un manque évident de caractère. Il est mauvais, point. Malgré tout, cela reste pour moi le personnage le plus intéressant de cette série.
Je vais finir la saga car je suis curieuse de connaitre la fin et de voir comment l'auteur va nous dépatouiller de ce grand bazar. Trois prétendants, un monde de dystopie peu développé, une romance sans intérêt. J'attends de voir !

par Pulusuk
La Vie Épicée de Charlotte Lavigne, Tome 1 : Piment de Cayenne et Pouding Chômeur La Vie Épicée de Charlotte Lavigne, Tome 1 : Piment de Cayenne et Pouding Chômeur
Nathalie Roy   
Charlotte m'est tombée sur les nerfs. Immature, naive, un peu trop extrème dans tout ce qu'elle fait... Lecture tout de même divertissante, mais j'espère bien que Charlotte va grandir un peu dans le prochain tome, sinon, pour moi, ce sera le dernier.

par Anananick