Livres
455 035
Membres
404 153

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nordie, tome 2 : Deijan



Description ajoutée par CecileAmaCourtois 2018-04-28T10:43:59+02:00

Résumé

Après avoir failli périr dans l'incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d'abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout… la reconquérir.

Mais sera-t-il capable de s'affranchir du passé ? Car ce n'est pas l'amour, qui rend aveugle. C'est la peur de l'amour.

ISBN : 978-2-36892-590-4

Pages : 250

Sortie numérique le 02 mai 2018

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Extrait

— Vous avez mal aux yeux ? me demanda-t-elle dans un froncement de sourcils.

À mon air surpris, voire effaré, elle plissa davantage les paupières.

— Vous avez cligné fortement des paupières, se sentit-elle le besoin d'expliquer. Est-ce que cela vous brûle ?

Malédiction ! Elle ne connaissait pas le langage dont Guilendria avait eu l'idée. Comment allais-je me faire comprendre ? Je soupirai de frustration et la colère crispa mes mâchoires. J'inspirai un grand coup et braquai mon regard sur le sien, puis je fermai lentement les yeux. Deux fois. Avant de la fixer à nouveau. Je haussai un sourcil. Bon, c'était clair, non ?

— Est-ce que… observa l'une des autres femmes, il tenterait de communiquer ?

Bien joué, sœurette !! On va pouvoir avancer ! Je lui dédiai mon plus beau sourire de gratitude et eus même le plaisir de la voir rosir.

— Avec qui conversiez-vous de cette manière, au château ? s'enquit la supérieure, qui avait enfin engrené.

Je pinçai les lèvres de dépit. Comment voulait-elle que je réponde à cette question ?

— Vous ne pouvez répondre que par oui ou par non, n'est-ce pas ? intervint encore ma sauveuse.

Il fallait que j'essaie de connaître son nom.

Je clignai ostensiblement des yeux. Une fois.

— C'est oui ! s'exclama-t-elle. Tentons le non. Pouvez-vous vous lever ?

Je sentis mes lèvres s'étirer en un large sourire. Elle me rappelait Guilendria.

Je fermai à nouveau les paupières. Deux fois.

— Voilà le non ! C'est facile ! Une fois, c'est oui, deux fois, c'est non !

— Oui, Sœur Brindille, j'avais compris, la calma Mère Sourire d'un ton légèrement agacé.

Sœur Brindille ? Si j'avais pu, j'aurais éclaté de rire. Sœur Brindille possédait à peu près le tour de taille d'une barrique de deux cents litres. Celles dans lesquelles le vieux Morand brassait la meilleure bière de la vallée.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Goewin 2019-03-17T20:20:45+01:00
Diamant

Coup de cœur ! Passionnant, totalement addictif.

Ifhoras le Ciseleur, l'écumeur, quitte le château de Bucail avec sa troupe de bandits et Guilendria qui demeure sa prisonnière. Mais avant cela, il fait enfermer tous les habitants du château dans une pièce sans fenêtres, clouer la porte et mettre le feu. Il ignore qu'il existe un passage secret qui va leur permettre d'échapper au sort affreux auquel il les a condamnés. Le retour à la santé et à la vie est douloureux pour Deijan. Conscient de tout ce que sa conduite a eu d'odieux envers Guilendria mais aussi envers ses gens et ses vassaux, il souhaite guérir au plus vite afin de délivrer sa femme et se venger. Mais plus que tout, il souhaite la reconquérir. Y parviendra-t-il ?

J'ai retrouvé avec joie l'univers envoûtant de Nordie et ses héros. Guilendria est vraiment un magnifique personnage de femme. Fragile et forte à la fois, sa douceur et son courage forcent l'admiration. Malgré tout ce qu'elle a souffert par Ifhoras et ses sbires, elle se refuse à les croire totalement perdus pour le Bien. « Peut-être que quelque part au fond d’eux survivait encore une part de l’enfant qu’ils avaient été ? Fermant les yeux, je priai Esca que ce fût le cas, et que la déesse me donne assez de force et d’amour pour le découvrir. [...] Toutefois je me souvins de la promesse que je m’étais faite : les écumeurs prendraient peut-être ma vie, mais ils n’auraient pas ma haine. Ils auraient ma compassion. Et mon pardon. » Pendant ce temps, Deijan qui est en convalescence, ne rêve que de vengeance et châtiments. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'est pas un patient docile ; ses démêlés avec les sœurs d'Esca qui le soignent sont un régal. Ifhoras se révèle bien plus complexe dans ce second tome et malgré toutes les horreurs commises, je me suis surprise à éprouver de la sympathie pour lui.

Cécile Ama Courtois nous offre un récit captivant. Le monde qu'elle a créé est brutal, cruel et tous les sentiments sont exacerbés. Elle dépeint à merveille la psychologie de ses personnages, qu'il s'agisse d'Ifhoras confronté à la grossesse de Guilendria, de Deijan aux prises avec ses remords, ou encore des trois face à l'amour qu'ils éprouvent par exemple... Tout est d'une grande justesse et sa plume empreinte de délicatesse nous émeut et nous transporte. L'intrigue est passionnante et l'auteure ne cesse de nous surprendre par des retournements de situation. Elle nous fait ressentir les émotions de Guilendria, Deijan, Ifhoras. Nous souffrons avec eux, nous espérons avec eux et nous tournons fébrilement les pages avec l'espoir que tout se finira bien pour eux. Malgré la gravité des situations, l'humour est très présent et il apporte une note de légèreté à l'ensemble. Nous suivons pas à pas le retour de Deijan à la santé ainsi que ses réactions au fur et à mesure qu'on lui dévoile la vérité. Il est très différent du Deijan du premier tome et c'est un homme nouveau qui devra faire face à Guilendria. Parviendront-ils à se retrouver ?

J'ai été totalement séduite par ma lecture ponctuée d'émotions, de suspense et qui multiplie les surprises jusqu'à la fin. Un magnifique roman d'amour qui vous emportera très loin et qu'on a du mal à quitter. Je me réjouis de retrouver prochainement l'univers de Nordie dans une nouvelle partie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jc-2 2019-02-12T20:55:53+01:00
Diamant

Je suis un peu frileuse lorsque je découvre le deuxième tome d’un auteur. Vais-je retrouver le même engouement ?

Après lecture des trois premiers chapitres, me voici d’ailleurs un peu perdue. Deijan et Guilendria se trouvaient encore si profondément ancrés dans mon esprit que je me suis demandée qui était la narratrice du départ. Le temps de retrouver mes points de repère et je me suis sentie happée par le roman. J’ai redécouvert cet univers magique propre à Cécile.

Une histoire où l’on apprend à aimer les méchants ou du moins où l’on se sent enclin à comprendre leur motivation.

J’ai l’impression que je grandis en même temps que l’auteur. Son écriture se démarque vis-à-vis de ses premiers écrits et donne l’impression que la chrysalide s’est transformée en papillon.

Vole, Cécile, vole. Déploie tes ailes et continue de nous faire rêver.

Amour, romance historique, romance fantasy, chacun trouvera dans Nordie son petit coin de paradis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par skye67 2018-08-02T14:58:51+02:00
Argent

Je n'ai pas été transcendé par cette histoire mais j'ai passé un agréable moment. En fait j'imagine bien ce roman adapté en film. Sinon je trouve que le monde " fantastique" n'apporte pas grand chose à l'histoire, mais du coup ça crédibilise quelques actes . Dans l'ensemble j'ai bien apprécié cette lecture.

Afficher en entier
Or

Tout d'abord, je tenais à remercier Cecile Ama Courtois de m'avoir permis de découvrir son second et dernier tome de Nordie. J'ai préféré ce second tome au premier, je trouve qu'il y avait plus d'action, même si malheureusement je trouve que la bataille finale a été un peu expédiée, mais globalement j'ai beaucoup aimé cette histoire. Les personnages sont soit attachants (Deijan, Ifhoras, Guilendria,...) ou détestables (Anthelmina, le vérolé, bec de lièvre, etc.). Ce livre m'a fait passer par pas mal d'émotion. J'apprécie beaucoup.

Afficher en entier
Argent

Le gouffre entre riches et pauvres…

Cette deuxième partie nous expose une thématique essentielle dans l’univers que nous peint Cécile Ama Courtois : ce fossé qui sépare les nobles des autres. Cet écart de richesse, cette différence de niveau de vie… Et ce combat pour survivre. Avec justesse, avec des mots très bien choisis, l’auteur arrive à nous faire réfléchir sur le gouffre qui sépare les riches et les pauvres et met en exergue le fait que tout n’est ni blanc ni noir. Elle met en avant le fait que les méchants ne sont pas forcément les coupables, qu’il vaut mieux ne pas se fier aux apparences et gratter sous la surface. Et ça, elle le fait merveilleusement bien ! Ainsi, cette histoire a pris un tournant assez inattendu et pour le moins passionnant, dans ces problèmes politiques et sociaux. Si bien que j’ai trouvé que la romance en a été éclipsée, pour revenir cependant en force à la fin. Ce qui provoque un contraste pour le moins détonnant…

La place de la romance…

Et ce contraste a plutôt tendance à m’avoir rebutée. Parce que si la romance s’inscrivait parfaitement dans le fil du récit dans la première partie, dans la seconde, elle s’est étiolée, a presque disparu, puis est revenue, vivace, pour déséquilibrer le roman et casser son rythme. À mon sens, en nous laissant sans le goût du romantisme pendant les trois quarts du roman, peut-être aurait-il fallu alléger sa ré-apparition à la fin, qui du coup, provoque un écœurement du fait d’un amour dégoulinant et trop envahissant. En outre, pas mal de manquements sont à déplorer, des manquements qui auraient pu rendre à cette romance sa brillance de la première partie. Et faire prendre encore un autre tournant à ce récit, finalement riche et réfléchis.

Quelques manquements…

Commençons par ce que je déplore le plus : le manquement principal se révèle être l’étrange passivité de la famille de Guilendria. D’ordinaire, lorsqu’on apprend que son enfant, sa sœur est prisonnière d’un groupe de malfrats sanguinaires, on se hâte pour partir à sa recherche. On fait des erreurs, on est effrayés, en colère. On agit à l’instincts… Ici, ils étaient tous très posés, réfléchis. Aucune erreur, tout dans le calme et la patience. Cela m’a semblé si irréaliste, non, même, surréaliste, que tout sonnait faux. Et j’ai eu du mal à y croire. Comme si leur fille, leur sœur, et pire encore, sa femme, n’était pas la priorité. Ensuite, dans cette séparation des amoureux, nous avons, à l’image de la première partie, les points de vue de chacun. Et régulièrement, je me suis enfoncée dans une routine redondante où les protagonistes ne faisaient que répéter inlassablement les mêmes choses mais de façon différente. C’est dommage car la plume de Cécile Ama Courtois est un vrai régal, un style travaillé et fluide. Presque poétique par endroit. Et enfin, je terminerai sur un point d’ordre politique. En effet, dans cette deuxième partie, l’auteur insère l’ambiance politique, les problèmes et jeux de pouvoirs. Et, malheureusement, un des soucis fondamental évoqué, qui aurait pu être passionnant, n’est qu’à peine esquissé. J’en suis alors venue à me demander à quoi servait cette partie du roman, si ce n’est à attiser une curiosité qui ne sera pas assouvie.

Au final, cette seconde partie de Nordie a été un bon moment de lecture. C’est une histoire qui a pris une autre tournure assez inattendue et, qui transpire de thématiques passionnantes. Néanmoins, quelques manquements sont venus poser un léger voile de déception sur ma liseuse.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elo-Dit 2018-06-04T13:42:12+02:00
Diamant

Deijan, c'est une suite absolument parfaite, une touche finale exceptionnelle pour ce diptyque non moins extraordinaire, plus bouleversant, plus sombre, mais paradoxalement plus lumineux également, c'est une histoire pleine d'espoir et d'émotions, qui ne vous laissera pas indifférent !

Avis complet : http://elo-dit.over-blog.fr/2018/06/nordie-tome-2-deijan-cecile-ama-courtois.html

Afficher en entier
Diamant

Que dire sur ce petit bijou... C'est indéniablement ma saga coup de cœur de ces dernières années ! Il y avait longtemps qu'un livre ne m'avait pas transportée, envoûtée comme celui-là. Ce tome 2 est à la hauteur du tome 1. J'aurais aimé en savoir plus sur Sauge, jeune femme attachante et courageuse. On gagnerait tous à avoir des Guilendria dans notre cercle intime, et des Sœur Brindille ! Autant que Louisaine et Ifhoras... Car oui, au-delà des horreurs, on apprend à aimer cet homme blessé, meurtri, au terrible passé et à lui pardonner ses fautes. J'ai adoré Kharyn, merveilleuse sorcière aux chats. L'auteure nous décrit un monde qui ressemble par bien des points au nôtre. J'ai dévoré ce second tome et pleuré d'émotion à partir du chapitre 19... Je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler ceux et celles qui ne l'ont pas encore lu. Je ne peux que vous le conseiller ! A lire de toute urgence sans aucune modération ! Et merci Cécile pour cette très belle parenthèse offerte le soir pelotonnée sous ma couette...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrielle-1 2018-05-20T12:06:24+02:00
Diamant

Avec Deijan, Cécile signe à nouveau un coup de coeur pour moi. Vous le savez, je le répète assez souvent : je n'aime pas la romance. Mais il y a tellement plus dans ce diptyque que de la romance. L'univers ne reste pas dans les ombres, la géopolitique non plus. Cécile a su créer son monde, ses problèmes, sans se contenter de les effleurer pour servir les obstacles entre Deijan et Guilendria. Je l'avais déjà souligné dans le tome 1, mais c'est encore plus flagrant dans ce tome 2.

Car ici, à travers le périple de Guilendria, on découvre alors toute la "problématique" des écumeurs, ce qui se cache réellement derrière les origines de ces "vilains". A travers la croisade vengeresse de Deijan, on découvre le système politique et militaire de Nordie, sa hiérarchie aristocratique. Cécile embellit son univers, page après page, délicatement, discrètement, comme on peint lentement un tableau, ou tisse une tapisserie, on ne capture toute son étendue qu'une fois l'oeuvre achevée...

Encore qu'il y a bien des choses que j'aimerais voir explorées !! Comme l'histoire de Foresterre et Honérius... Je crois qu'il y a tellement à développer, à écrire, dans cet univers, qu'on pourrait remplir autant de pages que pour la saga Kushiel de Jacqueline Carey ! (Je sais, je compare souvent l'oeuvre de Cécile à Kushiel, mais il ne faut pas m'en vouloir ! Nordie, c'est un peu mon Kushiel à la française !)

Tout comme pour le premier tome, les personnages ne sont pas en reste non plus ! Deijan et Guilendria poursuivent leur évolution, leur découverte d'eux-mêmes. Ils deviennent tous les deux plus forts, mais de façon opposée. Deijan en apprenant la patience, à voir plus loin, à aimer. Guilendria, en s'affranchissant du confort et de ses préjugés, en nourrissant son indépendance de cet amour qui la caractérise si bien.

Je ne déplorerai que la mise en second plan des personnages secondaires du premier tome. J'aurais aimé suivre l'évolution de Jorel et de Sauge, autrement que par des bribes d'informations dans les chapitres centrés sur Deijan... Mais que dire des nouveaux personnages secondaires ? Si je n'ai pas particulièrement accroché avec les frères d'armes de Deijan, j'ai adoré la mère de Guilendria... et cette révélation à la fin, sur sa propre mère à lui ! oh et surtout Kharyne, et Mirka, et les enfants... Et enfin, le passé d'Ifhoras qui se dévoile, plein de douleur, d'épreuves... je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler ceux qui n'ont pas encore lu... mais sa scène finale m'a fait pleurer... En fait, depuis le chapitre 19 jusqu'à la fin, j'ai eu les larmes aux yeux... Cette fin... je l'ai dévorée après ma journée de travail, incapable d'attendre le lendemain pour finir les pages qu'il me restait à lire... Même si du coup j'ai éteint la lumière à 2h du matin xD

Je finirai avec un point qui me parait des plus importants dans le récit, et qui me tient à coeur.

On dit souvent que les auteurs de science-fiction soulignent les soucis de notre société, les exacerbent, pour les mettre en lumière, les révéler plus efficacement aux lecteurs, au monde. On oublie que les auteurs de fantasy savent aussi le faire. Et ici, le message de Cécile me paraît clair : s'il y avait plus de Guilendria dans notre société, peut-être que les conflits pourraient être résolus d'une bien autre façon... ainsi que tous les "problèmes" qui font la une des journaux...

Au-delà de la romance, au-delà du chemin que Guilendria et Deijan ont du parcourir, des obstacles qu'ils ont dû affronter, des émotions qui les ont saisis et moi à travers eux, c'est surtout ce message que je retiens. J'ai envie de voir le monde comme Guilendria le voit. J'ai envie que plus de personnes comprennent, voient au-delà des apparences premières, de ce que les médias veulent qu'on voit. Qu'ils réfléchissent... car, si, comme eux, nous avions à subir les catastrophes naturelles, ou des attaques presque quotidiennes... ne deviendrions-nous pas nous aussi des "écumeurs"... ou plutôt des "effacés" ?

Afficher en entier
Or

Le premier tome, Guilendria, nous donnait à découvrir Bucail et ses habitants, faits prisonniers par une bande d'Écumeurs. À leur tête, l'étrange Ifhoras, dit le Ciseleur. Un tome à huis clos, qui révélait Guilendria à elle-même, puisqu'elle se découvrait une force moral insoupçonnée.

Le deuxième tome nous emmène en voyage à travers Nordie. Les Écumeurs, après avoir incendié le château, emmènent Guilendria comme otage, afin de s'en servir comme monnaie d'échange. Le début d'une aventure pleine de peur mais aussi de découverte pour cette jeune femme qui a toujours mené la vie protégée et sans soucis d'aristocrate. Côtoyer les gens du commun va lui faire réaliser qu'elle ignore bien des choses sur la vie des habitants du royaume, de leurs difficultés. Guilendria, une fois de plus, va évoluer et grandir. Sa compassion naturelle va lui faire prendre fait et cause pour les Effacés.

Il y a plus de mouvement dans ce tome du fait du voyage de Guilendria. Deijan, quant à lui, se remet lentement de ses blessures, il enrage de ne pouvoir se lancer à la poursuite des hors la loi. Un repos forcé qui l'oblige à une certaine introspection, concernant son attitude passée et ses aspirations présentes. Si les aventures de Guilendria m'ont davantage passionnée, je me suis surprise à changer d'avis sur Deijan, que j'avais juste envie de gifler dans le tome 1.

À l'inverse du premier tome, celui-ci est plus fantasy que romance : le couple est séparé durant la majeure partie de l'histoire, en revanche, on découvre davantage l'univers créé par Cécile Ama Courtois, l'organisation sociale. Les prêtresses d'Esca, seulement évoquées dans le premier tome, prennent ici leur place, tout comme une certaine sorcière aux chats.

L'alternance des points de vue, de chapitre en chapitre, permet de balayer les événements via la vision de chacun.

J'ai apprécié le style à la fois soigné et fluide : le vocabulaire est riche sans être trop pédant, et les personnages sont caractérisés par leur niveau de langue et leur façon de parler.

Afficher en entier

Nous avons laissé Guilendria d’avoir perdu son amour dans un chateau enflammé, entre les mains du Ciseleur, seule, parmi une bande de malfrats.

J’attendais la suite avec impatience, ne pas savoir ce qu’il allait advenir de Deijan était une torture. Contre toute attente Guilendria est une jeune femme extrèmement courageuse.

L’auteure nous retourne le cerveau encore une fois, le stress et l’attente sont omniprésent tout au long de ce second tome. Nous découvrons d’autres contrées, de nouveaux personnages, les descriptions sont fantastiques.

Attention toutefois les apparences sont trompeuses

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 10
Extraits 1
Evaluations 7
Note globale 8.43 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode