Livres
394 716
Comms
1 386 442
Membres
289 196

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Nos amis les humains ajouté par Lusylila 2016-01-10T17:09:16+01:00

"- Hélas, je n'ai pas eu le courage d'aller jusqu'au bout. Je n'osais pas sauter du haut des ponts, même si je restais des heures à fixer l'abîme en dessous. Quand je prenais des médicaments, je les vomissais. C'est pas facile d'arrêter la vie. Elle s'accroche au fond de vous, de vos tripes. Il y a toujours un morceau d'estomac qui dit: "Désolé, cerveau, je suis pas d'accord, tiens je te renvoie tout, débrouille-toi autrement." "

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par Lusylila 2016-01-10T17:08:17+01:00

"- La nature avec un grand N a dû créer l'homme pour voir ce que cela allait donner, maintenant elle sait. C'est un échec."

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par fanfan50 2017-08-10T09:51:14+02:00

- Dis-moi, Raoul, s'il n'y a plus de Terre, nous sommes donc... seuls. Les derniers survivants de l'espèce. Les deux derniers... J'ai comme un poids énorme sur les épaules.

- Le point final au feuilleton de l'aventure humaine. Son dernier épisode, dit Raoul, en lui massant les épaules.

Soudain, le regard de Samantha s'anime à nouveau.

- Ou peut-être le premier de la série suivante... Nous serions, dans ce cas, comme les nouveaux Adam et Eve.

- Adam et Eve étaient au paradis. Nous, nous sommes dans un bocal de verre.

Elle se relève, déterminée.

- Moi, Samantha, je dis : tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Ensemble, on peut sauver tout ce qui a été gâché.

- Encore faut-il en avoir envie.

- Même si on n'en a pas envie, on en a le devoir.

- Le devoir ? Quel devoir ? Celui de perpétuer le malheur dans l'univers ?

- Le devoir d'entretenir la "petite étincelle" de l'humanité.

- Désolé. Sans moi.

- Tu laisserais l'aventure humaine s'arrêter ?

- Alors là, sans la moindre hésitation.

- Mais tu es un criminel !

- Qui va me juger ?

Samantha, sur un ton de défi :

- Moi.

- De quel droit ?

- Celui de défendre mon espèce.

- Eh bien moi, j'ai le droit de l'attaquer. J'ai des arguments qui sont d'une évidence criante.

- Moi aussi.

- Les miens sont meilleurs.

- Ca m'étonnerait.

Ils se toisent.

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par Gollum 2017-06-06T21:27:23+02:00

« J’ai repris une vie « normale », un boulot « normal », j’ai épousé une femme « normale ». J’ai arrêté de regarder les étoiles, j’ai même arrêté de lever la tête. Quand je marchais, je regardais mes pieds. La seule chose qui restait, c’était les bouquins de science-fiction. A chaque page tournée, j’avais l’impression de la sentir. Estelle… Comme si elle était là, à côté de moi, à me souffler les titres des bons romans. Quant au suicide, je me le suis administré en version diluée. En fumant des cigarettes. C’est la manière lente. Pour l’extérieur, je suis seulement devenu un peu moins « souriant ». »

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par Gollum 2017-06-06T20:04:31+02:00

« Peut-être que, si on laissait l’homme exprimer sa vraie nature, il reconnaîtrait ouvertement qu’il n’aime pas son prochain, qu’il ne s’aime pas lui-même et qu’il a naturellement envie de tout détruire. La police, la justice, la prison sont des moyens d’obliger les gens à contenir leurs pulsions de mort. Mais s’il n’y avait pas la peur du gendarme, ils exprimeraient tous leur vraie nature de tueurs. »

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par Gollum 2017-06-06T09:21:59+02:00

« - Vous exposez des hamsters pendant des heures sous des lampes UV pour voir l’effet des crèmes solaires. Vrai ou faux ?

- C’est pour mieux te faire bronzer, mon enfant.

- Vous coupez la tête des singes pour voir si elle continue à fonctionner sans le reste du corps !

- C’est pour mieux soigner tes migraines, mon enfant.

- Vous mettez du shampooing dans les yeux des lapins !

- C’est pour mieux protéger ta cornée des irritations, mon enfant.

- Tu es vraiment une grosse enflure pourrie. »

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par TheFangirl 2017-05-01T19:36:25+02:00

- On n'est pas des bêtes, on a la pilule!

- Et on a une croissance démographique exponentielle! Six milliards aujourd'hui. Dix milliards dans une dizaine d'années. Alors que tous les autres animaux savent autoréguler leur population, nous on déborde de partout. Les lapins tuent leur progéniture quand il se savent en excédent. Nous, on crée des bidonvilles!

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par TheFangirl 2017-05-01T19:35:55+02:00

La télécommande de la télévision. Voilà le révélateur ultime de l'autorité conjugale. Détenir la "commande de la télévision", c'est décider du programme de toute la soirée. Quand l'homme renonce à ce dernier symbole, c'est qu'il a tout perdu.

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par Nikita16 2014-01-22T14:30:54+01:00

- D'accord, dans ce cas, mademoiselle Baldini, je vous propose que nous organisions un procès en règle de l'Humanité.

- Un procès! Mais on est que deux, mon pauvre Raoul, il faut plein de monde pour faire un procès.

-Nous nous répartirons les rôles. Vous serez l'avocate et je serais le juge et le procureur.

- Et qui serons les témoins ?

-Nous.

-Et qui serons les jurés ?

-Nous.

-Et quel sera le verdict ?

- La vie ou la mort de l'espèce humaine.

- Carrément...

Afficher en entier
Extrait de Nos amis les humains ajouté par LittleGrey 2013-07-22T12:36:16+02:00

-Après m'avoir parlé littérature, elle m'a sauté dessus, a mis ses genoux sur mes bras et a avancé son visage près du mien. Elle m'a embrassé sans me laisser la possibilité de bouger. Puis elle a éclaté de son petit rire. Elle sentait le caramel.

-Elle s'appelait comment?

-Estelle. L'étoile.

-Tu l'as revue?

-A seize ans, je lui ai fait une demande en mariage. Je lui ai offert une bague plaqué or avec écrit à l'intérieur 1+1=3.

-Que c'est beau... Et alors?

-Un jour son père nous a surpris au lit. Il n'a pas prononcé un mot. Le lendemain, il l'a envoyée en pension dans une autre ville.

-Et qu'est-ce que tu as fait?

-J'ai arrêté l'école, j'ai vidé mon compte en banque, j'ai quitté ma maison et je me suis dépêché de la retrouver. Nous avons fugué.

-Ah, dit-elle soulagée.

-Nous avons vécu tant bien que mal quelques mois. Je distribuais des prospectus de pizza à domicile dans les boîtes aux lettres et elle a fait caissière de supermarché.

-Et alors?

-Et alors, elle a été tuée par un chauffard.

Afficher en entier