Livres
572 677
Membres
632 205

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nos horizons infinis



Description ajoutée par CaMelanight 2020-04-09T12:36:11+02:00

Résumé

2002. Un an après les attentats du 11 septembre qui ont ébranlé le monde entier, la vie de Shirin est un enfer. Pointée du doigt, insultée, menacée, cette lycéenne d'origine iranienne n'a pour seules échappatoires que la musique et la breakdance.

Jusqu'au jour où elle rencontre Océan James. L'intérêt que lui porte le jeune homme la déstabilise... D'autant que les deux adolescents viennent de deux mondes que tout oppose.

Afficher en entier

Classement en biblio - 38 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Emmyniature 2018-06-29T09:51:54+02:00

Premier chapitre en VO via https://www.google.fr/amp/ew.com/books/2018/06/28/tahereh-mafi-very-large-expanse-of-sea-preview/amp/

one

We always seemed to be moving, always for the better, always to make our lives better, whatever. I couldn’t keep up with the emotional whiplash. I’d attended so many elementary schools and middle schools I couldn’t keep their names straight anymore but this, this switching high schools all the time thing was really starting to make me want to die. This was my third high school in less than two years and my life seemed suddenly to comprise such a jumble of bullshit every day that sometimes I could hardly move my lips. I worried that if I spoke or screamed my anger would grip both sides of my open mouth and rip me in half.

So I said nothing.

It was the end of August, all volatile heat and the occasional breeze. I was surrounded by starched backpacks and stiff denim and kids who smelled like fresh plastic. They seemed happy.

I sighed and slammed my locker shut.

For me, today was just another first day of school in another new city, so I did what I always did when I showed up at a new school: I didn’t look at people. People were always looking at me, and when I looked back they often took it as an invitation to speak to me, and when they spoke to me they nearly always said something offensive or stupid or both and I’d decided a long time ago that it was easier to pretend they just didn’t exist.

I’d managed to survive the first three classes of the day without major incident, but I was still struggling to navigate the school itself. My next class seemed to be on the other side of campus, and I was trying to figure out where I was—cross-checking room numbers against my new class schedule—when the final bell rang. In the time it took my stunned self to glance up at the clock, the masses of students around me had disappeared. I was suddenly alone in a long, empty hallway, my printed schedule now crumpled in one fist. I squeezed my eyes shut and swore under my breath.

When I finally found my next class I was seven minutes late. I pushed open the door, the hinges slightly squeaking, and students turned around in their seats. The teacher stopped talking, his mouth still caught around a sound, his face frozen between expressions.

He blinked at me.

I averted my eyes, even as I felt the room contract around me. I slid into the nearest empty seat and said nothing. I took a notebook out of my bag. Grabbed a pen. I was hardly breathing, waiting for the moment to pass, waiting for people to turn away, waiting for my teacher to start talking again when he suddenly cleared his throat and said—

“Anyway, as I was saying: our syllabus includes quite a bit of required reading, and those of you who are new here”—he hesitated, glanced at the roster in his hands—“might be unaccustomed to our school’s intense and, ah, highly demanding curriculum.” He stopped. Hesitated again. Squinted at the paper in his hands.

And then, as if out of nowhere, he said, “Now—forgive me if I’m saying this incorrectly—but is it—Sharon?” He looked up, looked me directly in the eye.

I said, “It’s Shirin.”

Students turned to look at me again.

“Ah.” My teacher, Mr. Webber, didn’t try to pronounce my name again. “Welcome.”

I didn’t answer him.

“So.” He smiled. “You understand that this is an honors English class.”

I hesitated. I wasn’t sure what he was expecting me to say to such an obvious statement. Finally, I said, “Yes?”

He nodded, then laughed, and said, “Sweetheart, I think you might be in the wrong class.”

I wanted to tell him not to call me sweetheart. I wanted to tell him not to talk to me, ever, as a general rule. Instead, I said, “I’m in the right class,” and held up my crumpled schedule.

Mr. Webber shook his head, even as he kept smiling. “Don’t worry—this isn’t your fault. It happens sometimes with new students. But the ESL office is actually just down the—”

“I’m in the right class, okay?” I said the words more forcefully than I’d intended. “I’m in the right class.”

This shit was always happening to me.

It didn’t matter how unaccented my English was. It didn’t matter that I told people, over and over again, that I was born here, in America, that English was my first language, that my cousins in Iran made fun of me for speaking mediocre Farsi with an American accent—it didn’t matter. Everyone assumed I was fresh off the boat from a foreign land.

Mr. Webber’s smile faltered. “Oh,” he said. “Okay.”

The kids around me started laughing and I felt my face getting hot. I looked down and opened my blank notebook to a random page, hoping the action would inspire an end to the conversation.

Instead, Mr. Webber held up his hands and said, “Listen—me, personally? I want you to stay, okay? But this is a really advanced class, and even though I’m sure your English is really good, it’s still—”

“My English,” I said, “isn’t really good. My English is fucking perfect.”

I spent the rest of the hour in the principal’s office.

I was given a stern talking-to about the kind of behavior expected of students at this school and warned that, if I was going to be deliberately hostile and uncooperative, maybe this wasn’t the school for me. And then I was given detention for using vulgar language in class. The lunch bell rang while the principal was yelling at me, so when he finally let me go I grabbed my things and bolted.

I wasn’t in a hurry to get anywhere; I was only looking forward to being away from people. I had two more classes to get through after lunch but I wasn’t sure my head could take it; I’d already surpassed my threshold for stupidity for the day.

I was balancing my lunch tray on my lap in a bathroom stall, my head in a viselike grip between my hands, when my phone buzzed. It was my brother.

What are you doing?

Eating lunch

Bullshit. Where are you hiding?

In the bathroom

What? Why?

What else am I supposed to do for 37 minutes? Stare at people?

And then he told me to get the hell out of the bathroom and come have lunch with him, apparently the school had already sent out a welcome wagon full of brand-new friends in celebration of his pretty face, and I should join him instead of hiding.

No thanks, I typed.

And then I threw my lunch in the trash and hid in the library until the bell rang.

My brother is two years older than me; we’d almost always been in the same school at the same time. But he didn’t hate moving like I did; he didn’t always suffer when we got to a new city. There were two big differences between me and my brother: first, that he was extremely handsome, and second, that he didn’t walk around wearing a metaphorical neon sign nailed to his forehead flashing CAUTION, TERRORIST APPROACHING.

I shit you not, girls lined up to show my brother around the school. He was the good-looking new guy. The interesting boy with an interesting past and an interesting name. The handsome exotic boy all these pretty girls would inevitably use to satisfy their need to experiment and one day rebel against their parents. I’d learned the hard way that I couldn’t eat lunch with him and his friends. Every time I showed up, tail between my legs and my pride in the trash, it took all of five seconds for me to realize that the only reason his new lady friends were being nice to me was because they wanted to use me to get to my brother.

I’d rather eat in the toilet.

I told myself I didn’t care, but obviously I did. I had to. The news cycle never let me breathe anymore. 9/11 happened last fall, two weeks into my freshman year, and a couple of weeks later two dudes attacked me while I was walking home from school and the worst part—the worst part—was that it took me days to shake off the denial; it took me days to fathom the why. I kept hoping the explanation would turn out to be more complex, that there’d turn out to be more than pure, blind hatred to motivate their actions. I wanted there to be some other reason why two strangers would follow me home, some other reason why they’d yank my scarf off my head and try to choke me with it. I didn’t understand how anyone could be so violently angry with me for something I hadn’t done, so much so that they’d feel justified in assaulting me in broad daylight as I walked down the street.

I didn’t want to understand it.

But there it was.

I hadn’t expected much when we moved here, but I was still sorry to discover that this school seemed no better than my last one. I was stuck in another small town, trapped in another universe populated by the kind of people who’d only ever seen faces like mine on their evening news, and I hated it. I hated the exhausting, lonely months it took to settle into a new school; I hated how long it took for the kids around me to realize I was neither terrifying nor dangerous; I hated the pathetic, soul-sucking effort it took to finally make a single friend brave enough to sit next to me in public. I’d had to relive this awful cycle so many times, at so many different schools, that sometimes I really wanted to put my head through a wall. All I wanted from the world anymore was to be perfectly unremarkable. I wanted to know what it was like to walk through a room and be stared at by no one. But a single glance around campus deflated any hopes I might’ve had for blending in.

The student body was, for the most part, a homogenous mass of about two thousand people who were apparently in love with basketball. I’d already walked past dozens of posters—and a massive banner hung over the front doors—celebrating a team that wasn’t even in season yet. There were oversize black-and-white numbers taped to hallway walls, signs screaming at passersby to count down the days until the first game of the season.

I had no interest in basketball.

Instead, I’d been counting the number of dipshit things people had said to me today. I’d been holding strong at fourteen until I made my way to my next class and some kid passing me in the hall asked if I wore that thing on my head because I was hiding bombs underneath and I ignored him, and then his friend said that maybe I was secretly bald and I ignored him, and then a third one said that I was probably, actually, a man, and just trying to hide it and finally I told them all to fuck off, even as they congratulated one another on having drummed up these excellent hypotheses. I had no idea what these asswipes looked like because I never glanced in their direction, but I was thinking seventeen, seventeen, as I got to my next class way too early and waited, in the dark, for everyone else to show up.

These, the regular injections of poison I was gifted from strangers, were definitely the worst things about wearing a headscarf. But the best thing about it was that my teachers couldn’t see me listening to music.

It gave me the perfect cover for my earbuds.

Music made my day so much easier. Walking through the halls at school was somehow easier; sitting alone all the time was easier. I loved that no one could tell I was listening to music and that, because no one knew, I was never asked to turn it off. I’d had multiple conversations with teachers who had no idea I was only half hearing whatever they were saying to me, and for some reason this made me happy. Music seemed to steady me like a second skeleton; I leaned on it when my own bones were too shaken to stand. I always listened to music on the iPod I’d stolen from my brother and, here—as I did last year, when he first bought the thing—I walked to class like I was listening to the soundtrack of my own shitty movie. It gave me an inexplicable kind of hope.

When my last class of the day had finally assembled, I was already watching my teacher on mute. My mind wandered; I kept checking the clock, desperate to escape. Today, the Fugees were filling the holes in my head, and I stared at my pencil case, turning it over and over in my hands. I was really into mechanical pencils. Like, nice ones. I had a small collection, actually, that I’d gotten from an old friend from four moves ago; she’d brought them back for me from Japan and I was mildly obsessed. The pencils were delicate and colorful and glittery and they’d come with a set of adorable erasers and this really cute case with a cartoon picture of a sheep on it, and the sheep said Do not make light of me just because I am a sheep, and I’d always thought it was so funny and strange and I was remembering this now, smiling a little, when someone tapped me on the shoulder. Hard.

“What?” I turned around as I said it, speaking too loudly by accident.

Some dude. He looked startled.

“What?” I said quietly, irritated now.

He said something but I couldn’t hear him. I tugged the iPod out of my pocket and hit pause.

“Uh.” He blinked at me. Smiled, but seemed confused about it. “You’re listening to music under there?”

“Can I help you?”

“Oh. No. No, I just bumped your shoulder with my book. By accident. I was trying to say sorry.”

“Okay.” I turned back around. I hit play on my music again.

The day passed.

People had butchered my name, teachers hadn’t known what the hell to do with me, my math teacher looked at my face and gave a five-minute speech to the class about how people who don’t love this country should just go back to where they came from and I stared at my textbook so hard it was days before I could get the quadratic equation out of my head.

Not one of my classmates spoke to me, no one but the kid who accidentally assaulted my shoulder with his bio book.

I wished I didn’t care.

***

I walked home that day feeling both relieved and dejected. It took a lot out of me to put up the walls that kept me safe from heartbreak, and at the end of every day I felt so withered by the emotional exertion that sometimes my whole body felt shaky. I was trying to steady myself as I made my way down the quiet stretch of sidewalk that would carry me home—trying to shake this heavy, sad fog from my head—when a car slowed down just long enough for a lady to shout at me that I was in America now, so I should dress like it, and I was just, I don’t know, I was so goddamn tired I couldn’t even drum up the enthusiasm to be angry, not even as I offered her a full view of my middle finger as she drove away.

Two and a half more years, was all I could think.

Two and a half more years until I could get free from this panopticon they called high school, these monsters they called people. I was desperate to escape the institution of idiots. I wanted to go to college, make my own life. I just had to survive until then.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

" I worried that if I spoke or screamed my anger would grip both sides of my open mouth and rip me in half "

AVLEOS, est mon premier roman de Tahereh Mafi. J'ai beaucoup entendu parler de sa série " Shatter me", mais je n'ai jamais eu l'occasion de lire ses œuvres. Et pourtant, dès que j'ai entendu parler que T.M allait écrire un livre sur le quotidien d'une jeune musulmane suite aux attentats de 2001, j'ai sauté au plafond. J'ai attendu pendant 3 moi ( l'agonie, la torture ) que ce livre sorte et dès qu'il a pointé le bout de son nez, j'ai saisi l'occasion ! Je ne l'ai pas regretté....pas une seconde, pas une seule fois.

Entre moi et AVLEOS, ça a été le coup de foudre, l'amour fou dès les premiers mots...Et malgré cela, AVLEOS m'a détruite, il a fracassé mon pauvre coeur en mille morceaux...et maintenant je n'ai plus qu'à tout ramasser ( inévitablement ).

Je savais que ce livre aurait de la résonance en moi, je savais que j'allais m'y ( trop ) attacher, et je savais que je devais me méfier de Tahereh Mafi. Car une auteur de dystopie qui écrit un roman contemporain, attendez-vous à un remake de " massacre à la tronçonneuse ". Et c'est justement ce qui c'est passé....

BREF, j'dis ça j'dis rien....

" I'd lost a lot in our moves, things, stuff, objects, but nothing hurt as much as losing people "

Quand je dis qu'il y'a de la résonance dans AVLEOS, je veux dire par la qu'il touche un point sensible de ma vie. C'est rare de trouver des livres qui parlent avec ouverture d'une jeune musulmane. Rick Riordan l'a déjà extraordinairement exécuté dans la trilogie de magnus Chase, mais jusque là nothing. C'est donc avec un pur plaisir que j'ai foncé vers ce livre, qui parle d'un sujet sérieux quelques fois même tabou. Tahereh Mafi explique le port du voile sous un nouvel éclairage, une perspective assez méconnue de la société...et c'est ce qui m'a éblouit dans ce livre.

" I tought women were gorgeous no matter what they wore, and i didn't think they owed anyone an explanation for their sartorial choices. Different women felt comfortable in different outfits. They were all gorgeous "

J'ai adoré suivre Shirin. Sa force, son courage, sa détermination et son charisme lui permettent de faire face à une opposition sociale grandissante. Je me suis tellement attachée à elle ! Je la voyais lutter, je la voyais avoir peur et je ne l'aimais que d’avantage. Elle n'est pas parfaire, elle fait des erreurs, elle est sincèrement humaine. Elle est badass ! C'est l'un des personnages féminins les plus féministes que j'ai eu la chance de rencontrer au cours de mes lectures....

Son parcours et son développement psychologique est fabuleux. On assiste à l'éclosion d'un papillon : c'est beau, émouvant et fascinant.

J'ai adoré Ocean, ( bon j'avoue...j'ai encore craquée...plus fort que moi) . Attention ce n'est pas un personnage secondaire, il a droit à une bonne part de l'intrigue. Son développement est intéressant, et il est tout simplement attachant. Pas de stéréotype avec lui, il est réel, concret...Ses problèmes et complexes m'ont attendrie et je laissé mon cœur succomber !

La famille de Shirin adoucie le sérieux de l'histoire...il y'a des moments ou je n'ai pas pu m'arrêter de rire...J'adore, j'adore et j'adore....que dire de plus ? ( petite dédicace au frère de Shirin : I love you bro )

" I could no longer distinguish people from monsters "

Dans AVLEOS, de nombreux sujets sérieux sont pris en compte. Le racisme, la xénophobie, le féminisme, l'islam et les femmes. Ceci est abordé avec justesse, réalisme, passion et sincérité. Certaines pratiques musulmanes ont également été abordée, et diffèrent de ce que je vis au quotidient...mais cela n'est qu'une question de point de vue. L'essentiel est la : un message de paix.

" If the decision you've made has brought you closer to humanity then you've done the right thing "

Afficher en entier

Je ne l'ai pas encore lu, je pense tout de même le lire mais en VO.

L’édition Michel Laffont ont utilisé le n word lors de la traduction d'une phrase (alors qu'en VO le n word n'est pas utilisé) ce n'est PAS ACCEPTABLE même si l'intention n’était pas "mauvaise".

C'est très irrespectueux pour les lecteurs et pour l'autrice.

Ne boycottez pas le livre pour autant, l'autrice n'y est pour rien!! Je vous conseille cependant de l'acheter en VO

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par sevixa 2021-08-12T16:54:57+02:00
Argent

J'ai commencé ce livre sans trop savoir à quoi m'attendre. Je connaissais Tahereh de par sa saga Shatter me que j'avais adoré, mais pour le coup ce livre s'inscrit dans un tout autre style beaucoup plus réaliste et poignant.

Shirin est Iranienne et subit malgré elle les conséquences des événements du 11 septembre, le racisme et les railleries de ses collègues de lycée ignorants. Devant ça, Shirin à développé une technique de protection assez simple : elle refuse toutes sorte d'amitié, ne se mêle à personne, et considère tout le monde comme une menace. Elle a tendance à garder le visage baisser et à ignorer tout le monde en espérant qu'ils l'ignorent à leur tour.

C'est là qu'Ocean entre en jeu. Ocean est bien évidemment magnifique, mais ce que j'ai aimé, c'est que ce n'est pas ce que l'auteure montre en premier. Elle parle du fait qu'il s'adresse à elle, et elle finit avec le temps par le remarquer et décrire son physique. Il se montre particulièrement gentil avec elle, ce qui ne l'empêche pas de conserver son franc parler au point de parfois se montrer un peu sèche avec lui. Mais il s'intéresse à elle, d'une manière que personne d'autre n'a jamais fait. Il voit au-delà de son voile, et d'ailleurs il ne le voit pas du tout et la traite comme une personne normale (ce qu'elle est évidemment, mais ce que personne ne semble comprendre).

J'ai aimé la défiance de Shirin. J'ai aimé qu'elle pose les vraies problématiques de l'existence d'une relation entre eux, qu'elle soit suffisamment mature pour en avoir conscience et il y avait quelque chose de particulièrement réel et terre à terre dans sa manière de penser.

Ce que j'ai aimé chez Ocean, c'est la sincérité de ses émotions. Aucune fierté en jeu, aucun mur pour cacher ce qu'il ressent, il est juste vrai et lorsqu'il s'adresse à Shirin et qu'il se confie à elle, c'est sans filtre. Lorsqu'il la trouve magnifique, il le lui dit. C'est beau, juste beau. Et ça étonne Shirin autant que ça nous étonne à nous en tant que lecteurs.

A plusieurs reprises Shirin se refuse d'être heureuse, Spoiler(cliquez pour révéler)et quand on croit que le dénouement heureux est enfin atteint, on se retrouve au dernière chapitre de l'histoire. Quatre pages qui m'ont littéralement détruite. Ça m'a beaucoup fait pensé à la fin de "The Sun is also a star". On pense que tout est enfin parti pour se finir en happy ending et finalement elle annonce qu'elle déménage et qu'ils doivent se quitter. La brutalité de l'annonce, ça m'a fait pensé à la mort de Gus dans "The fault in our stars". La dernière scène avec Shirin qui s'éloigne en voiture et Ocean qui la regarde de loin avant de lui envoyer un message "Don't give up on me" m'a littéralement brisée en mille morceaux. Brillant, une flèche décochée précisément dans le cœur, c'est un peu le talent de tahereh mafi. Parce qu'on se dit qu'avec tout ce qu'il s'est passé, toute l'énergie qu'ils ont dépensé, la puissance de leurs émotions, ce n'est juste pas possible de finir comme ça.

D'ailleurs, la fin reste encore énigmatique pour moi. Est-ce que ce "Don't give up on me" suivit de sa réponse "I never did" de Shirin voulait dire qu'ils se retrouvent et restent en couple malgré tout, où est-ce que le "me" voulait ici être une représentation de la société en générale, et était un appel à ne pas perdre espoir envers les gens ?

Bref. Ce livre était si simplement beau et sincère que je n'ai eu d'autre choix que de l'apprécier ! Je l'ai lu sans voir les heures passer (ce qui est assez rare pour le notifier) et j'ai eu besoin d'uniquement deux jours pour le finir. La lecture était si agréable et simple qu'on était plongé dans l'histoire sans voir le temps passer!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeslivresdeLea 2021-04-26T14:27:38+02:00
Argent

MA CHRONIQUE COMPLETE : https://leslivres2lea.wordpress.com/2021/03/24/nos-horizons-infinis-tahereh-mafi/

Je n’ai pas eu de coup de cœur, mais j’ai passé un excellent moment de lecture auprès de Shirin.

.

L’auteure traite des sujets importants tels que le racisme, les discriminations subies par Shirin, musulmane, dont les parents ont fui l’Iran pour venir en Amérique. J’ai adoré être plongée dans cette culture, que l’auteure a inclus au récit à travers la langue parlée par les parents de Shirin, le farsi, ou encore les plats typiques, les traditions.

.

Shirin m’a beaucoup impressionnée par son courage et sa force. J’ai aussi aimé découvrir ses passions, le breakdance et la mode.

.

Ses proches m’ont tout autant touchée, j’ai adoré son frère, protecteur, ainsi que les amis de ce dernier.

.

Pour finir, un own voice qui ne peut que vous toucher, une histoire douce, dure, bouleversante, sur une adolescente contre une vague de haine, de méfiance, de racisme. Un roman qui fait réfléchir, qui fait du bien aussi, avec sa romance toute douce, ses personnages attachants.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par natacha-eva 2021-04-03T15:15:19+02:00
Lu aussi

Une jolie lecture avec de magnifiques messages d'espoirs et d'humanité. Je m'attendais à une lecture plus dure psychologiquement dans un état de haine contre les musulmans.

Mais Tahereh a rendu le récit touchant malgré la dureté de ce que vit notre héroïne, qui nous révolte, on a envie de distribuer les claques, mais on regarde le côté positif de tout ce qui lui arrive et des gens bien qui l'entoure.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Johannalem 2021-01-10T17:25:50+01:00
Argent

Ce livre m’a sincèrement heurtée, je suis profondément contre l’injustice et ce livre en est truffé, j’ai compris la colère de Shirin, j’ai compris ses craintes mais plus que tout j’étais terrifiée à l’idée que oui, pour certaines personnes - beaucoup plus que ce que je pensais sûrement - vivre un amour simple est une chose compliquée si ce n’est impossible.

Ce livre m’a rappelé que évidemment l’amour n’a pas de religion, d’origine ethnique, ni même de conviction politique.

C’est un livre qui vous prend, vous jette dans une fausse aux lions (affamés évidemment) et après avoir été

massacré, vous ressort en vous demandant « Alors, tu penses quoi de la vie de milliers de gens ? »

Ça m’a brisée. Évidement je ne suis pas naïve et je sais que l’injustice existe, je sais que nous ne sommes malheureusement pas tous égaux en chance, mais bon sang que ça m’a agacée de me dire que certains doivent se battre pour s’aimer.

Bon et pour finir ... cette fin ...

J’ai refermé ce livre en larmes, je ne dirais pas si j’ai été déçue ou heureuse parce que ça spoilerait la fin pour ceux qui souhaitent découvrir cet ouvrage mais je ne dirais qu’une chose : si vous souhaitez vous lancer dans ce livre, accrochez votre cœur, faites attention, parce qu’il pourrait se briser à tout moment, la plume de Tahereh Mafi, toujours aussi poétique et rigoureusement juste, a ce pouvoir surprenant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shadlodie 2020-12-13T18:49:09+01:00
Diamant

Ce livre est une vraie pépite.

Je suis passée par un tas d'émotions. J'ai lu le livre d'une traite. c'est addictif.

Les personnages principaux sont attachants et la situation dans laquelle ils se trouvent est révoltante. Difficile de rester indifférent durant la lecture.

Le style de l'auteure est captivant, sa plume est sensible et dure à la fois. Ce livre est un coup de cœur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilaJune 2020-11-26T18:41:51+01:00

J'adore la plume de Tahereh Mafi alors quand j'ai vu qu'elle sortait un nouveau livre qui était un peu inspiré de sa propre vie et avec une couverture aussi belle, j'ai foncé !

J'ai vraiment beaucoup aimé A very large expanse of sea, c'était intéressant, prenant et les personnages sonnent vraiment juste. Leurs relations sont parfaites, ou plutôt parfaitement imparfaites. J'ai adoré le message du livre, toujours d'actualité malheureusement. J'ai adoré Shirin, sa personalité, ses réflexions. J'ai adoré Ocean et sa gentillesse.

Bref, un très très bon livre, qui fait réfléchir, rire et pleurer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mayumi 2020-10-07T22:43:52+02:00
Or

Dans ce roman, nous suivons Shirin, une jeune fille qui ne fait que déménager avec sa famille. Shirin est née en Californie et sa famille est d'origine iranienne. Cela a toute son importance car le récit se déroule en 2002, soit un an après les terribles attentats du 11 septembre. Nous découvrons alors le quotidien affreux de Shirin qui est harcelée au lycée, mais aussi dans la rue car elle a décidé de garder son foulard. On se retrouve alors confronté à la haine intense qu'elle subit chaque jour depuis quelques mois. J'ai eu l'impression de découvrir quelque chose. C'est horrible, je n'y avais jamais pensé. Je n'avais jamais pensé que cette jeune fille californienne qui porte le foulard pourrait être maltraitée pour des crimes qui l'ont autant choqué que tout le monde. ⁠

J'ai beaucoup aimé cette partie-là et je pense que ce roman devrait être lu par le plus grand nombre, rien que pour ça. D'ailleurs, j'ai vraiment apprécié que le personnage principale soit cette jeune fille musulmane qui combat la haine, le racisme et la bêtise des autres.⁠

Enfin, j'ai été très surprise car je savais qu'elle allait rencontrer un certain jeune homme nommé Océan (c'est dans le résumé après tout !), mais je ne pensais pas que la romance allait prendre une telle place dans le récit ! Les personnages m'ont beaucoup plu et je m'y suis attachée.⁠

Pour finir, j'ai adoré retrouver la plume de Tahereh Mafi (même s'il s'agit là de la traduction). J'aime sa façon de représenter et décrire les choses et je n'ai pas été déçue !⁠

En conclusion, il s'agit là d'un roman fort en émotions mettant en scène une jeune fille déterminée, qui en apprend aussi beaucoup sur elle-même sur fond de breakdance. ⁠

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Flosh 2020-09-29T21:39:55+02:00
Diamant

Très bon livre qui dénonce le racisme et la différence

Afficher en entier
Commentaire ajouté par revesurpapier 2020-08-24T14:30:23+02:00
Argent

https://revesurpapier.blog4ever.com/nos-horizons-infinis-de-tahereh-mafi

Shirin est une adolescente américaine de seize ans. Mais après le drame du 11 septembre, le monde ne voit en elle que ses origines iraniennes et le foulard qu'elle porte autour de la tête. Elle ne compte plus les méchancetés et les humiliations. On comprend vite pourquoi un nouveau déménagement et un énième changement de lycée n'est vraiment pas une partie de plaisir. Shirin peine à trouver ses marques...

L'auteure nous présente une jeune fille en colère, révoltée. Shirin est aussi une ado lassée et profondément ennuyée par le lycée. Elle a bien trop souvent été confrontée au regard intolérant des gens et c'est comme si elle avait baissé les bras. Elle garde ses distances avec le monde. J'ai vraiment pris le temps de comprendre toutes les émotions qui traversaient cette jeune héroïne parfois très froide. Comprendre pourquoi Shirin mettait tout le monde dans le même panier, persuadée qu'elle est entourée de personnes à l'esprit fermé, la tête pleine de vilains préjugés.

On se dit que rien de tout cela ne devrait arriver. Shirin devrait juste pouvoir profiter du lycée, se faire des amis, peu importe ses origines. On se prend une petite claque, on tente de se mettre à sa place. A cause de ses trop nombreuses mauvaises expériences, on réalise qu'elle met beaucoup de barrières entre elle et les gens qui tentent de l'approcher. Et puis voilà qu'Océan entre dans sa bulle.

Océan est ce garçon gentil et direct qui voit Shirin, et qui fait totalement abstraction du regard des autres. Si Shirin a un avis très tranché sur la tolérance du monde qui l'entoure, Océan est là pour nuancer tout ça, redonner un peu d'espoir. Pourtant, rien n'est simple pour autant. Cela m'a fait beaucoup de peine de découvrir comment leur relation est perçue et les répercussions franchement stupides, alors qu'ils ne font ABSOLUMENT RIEN de mal.

Verdict : Le monde peut être con et c'est pas tout nouveau. Ce roman est un petit appel à la tolérance et il a parfaitement sa place en littérature ado. Il est question de racisme et de diversité et c'est à travers un romance adolescente que l'auteure choisit d'en parler. Si j'aurais aimé m'attacher davantage aux deux héros, j'ai apprécié le message que porte le récit. On a tous beaucoup à apprendre les uns des autres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sophie-231 2020-08-22T01:04:16+02:00
Or

Chronique entière juste ici : https://lacoccilectrice.wordpress.com/2020/08/21/147-nos-horizons-infinis-de-tahereh-mafi/

Ce roman est un merveilleux petit bijoux ! J’ai adoré ma lecture même si elle fut bien trop courte à mon avis. Il ne se passait pas grand-chose tout compte fait mais j’ai totalement accroché du début à la fin. Parlons donc rapidement de la fin, c’était une chute rapide, comme le haut d’une falaise. Océan est clairement mon chouchou que ce soit grâce à son caractère ou sa manière de penser un peu hors du commun par rapport à d’autres personnages de son âge dans d’autres romans. J’ai vraiment adoré cette histoire parce que j’ai passé un sublime moment de lecture, comme dit dans la chronique complète, c’était innocent et pourtant dur. Emouvant et poignant aussi. En bref, je vous recommande ce roman où la romance finit par prédominer ce dont je ne m’attendais pas forcément. Bonne lecture si vous vous lancez !

Afficher en entier

Date de sortie

Nos horizons infinis

  • France : 2020-06-18 (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • A Very Large Expanse Of Sea - Français

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 38
Commentaires 16
extraits 14
Evaluations 17
Note globale 8.65 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode