Livres
568 622
Membres
623 678

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marlene2303 2019-02-08T11:23:49+01:00

« – J’ai une proposition, je lance.

Océan s’arrête.

– Vas-y.

– On passe la nuit tous les deux. Et si demain matin on a encore envie de mourir, on saute. Ensemble.

Je me retourne. Dans la pénombre, on échange un long regard. Je peux presque voir les rouages jouer sous son crâne tandis qu’il pèse le pour et le contre. Je me lève, tremblante, et le rejoins, craignant de déraper à chaque pas. Un sourire amusé m’accueille sur la crête du toit.

– Quand tu dis « On passe la nuit tous les deux… », souffle-t-il.

– Je suis désespérée au point de mettre fin à toute cette merde, Océan, mais pas au point de coucher avec toi. Ça signifiait juste « On passe cette nuit l’un avec l’autre ».

– Dommage. Et qu’est-ce qu’on fait ?

– Je ne sais pas. Ce qui se présente à nous.

– A une condition. (J’attends la suite, craignant qu’il me demande de l’embrasser, ou pire.) On se dit la vérité. Toujours. Sur tous les sujets. Les gens qui mentent ne m’intéresse pas.

J’ai envie de l’intéresser. Car si je l’intéresse lui, tellement différent de moi, alors tout n’est peut-être pas perdu.

– Ça me va. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2021-07-02T23:42:52+02:00

- Tu as terminé ?

- Non. T’es pas seul. Il y a des millions de personnes dans cette ville, des centaines dans ta vie. Et tout ce que tu fais a une conséquence sur eux, même quand tu n’as pas envie de la voir. Tu peux te voiler la face tant que tu veux, te morfondre en te disant que personne ne te comprend, leurs vies, la mienne, sont changées par tes actions. Alors tu vois, cette nuit j’ai l’impression que la question importante, c’est : de quelle manière tu veux changer la vie des gens qui t’entourent ? Parce que ça déterminera la manière dont ils changeront la tienne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2021-07-02T23:42:41+02:00

Cent mètres devant nous, le feu passe au vert. La camionnette accélère. Le vent froid fouette mon visage, grisant. Je me retiens de crier de joie. C’est comme si une porte s’était ouverte en moi. Cette nuit, je peux être qui je veux, comme je veux. Océan ne me connaît ni du lycée ni d’ailleurs, il n’a pas d’image de moi, pas de préjugés. C’est un peu la même sensation que lorsque j’ai commencé à traîner sur des groupes virtuels il y a trois mois, en mille fois plus puissant. En vrai. Et puis il n’y aura aucune conséquence, ni bonne, ni mauvaise. C’est une nuit hors de ma vie. Une parenthèse. La dernière, peut-être, alors autant en profiter.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2021-07-02T23:41:59+02:00

- C’est mon tour, souffle-t-elle.

Son sourire s’est envolé. Elle est sérieuse. Mortellement.

Après ce qu’on vient de vivre, j’ai presque peur de ce qu’elle va inventer. J’ai peur ! Ça aussi, c’est une émotion que je n’avais pas ressentie depuis longtemps. De quoi ? De perdre quoi ? Ma mère, la seule personne que j’aimais vraiment, la seule qui me comprenait, m’a abandonné, mon père ne m’a jamais aimé et se fiche de ce que je peux devenir, le reste des Du Plessis me tolère dans le clan sans m’accepter vraiment parce que je suis le portrait craché de mon père, je me fais chier comme un rat mort en cours, je ne trouve d’intérêt à rien, j’ai l’impression que ma vie n’a pas commencé et ne commencera jamais, non vraiment, ça ne sert à rien d’insister, cette existence est un faux départ. Je ne suis pas adapté au monde, le monde n’est pas adapté à moi. Le quitter est la seule issue possible à l’ennui tentaculaire qui me dévore le cerveau.

Alors pourquoi ai-je peur ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2021-07-02T23:40:46+02:00

- Imagine, quand ils vont nous trouver en bas l’un à côté de l’autre ! Les flics s’arracheront les cheveux à essayer de comprendre pourquoi on a sauté ensemble ; ils vont chercher une connexion entre nous. Alors qu’il n’y en a aucune. Juste le hasard d’avoir choisi le même spot, le même soir. Ça va les rendre fous ! Un mystère qu’ils ne résoudront jamais. Notre ultime blague à ce monde de merde peuplé d’abrutis ! Qu’est-ce que tu en dis ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2021-07-02T23:40:20+02:00

- Je suis monté ici pour faire la même chose que toi, lâche le garçon.

L’aveu me prend au dépourvu.

- Tu… pourquoi tu veux te tuer ?

- Il y a besoin d’une raison ?

- Bah, c’est un peu la base…

- C’est un peu la base, m’imite-t-il. Qu’est-ce que tu en sais ? Tu es psy ? Même eux ils ne comprennent rien à rien.

- Donc tu te suicides comme ça, pour le fun ?

- Ouais, voilà, ironise-t-il. La mort, c’est fun. (Il m’imite à nouveau, me renvoyant l’image d’une écervelée futile.) Et donc toi, tu as une raison valable pour sauter ?

- Évidemment.

- J’écoute.

- Ça te regarde pas.

- Nan. Mais apparemment, je suis le seul à m’y intéresser.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2021-07-02T23:33:43+02:00

- Va-t’en, je souffle.

S’il disparaît, tout rentrera dans l’ordre, je poursuivrai la soirée comme je l’avais prévue.

Il m’observe sans répondre. Comment peut-il être si calme ? Il voit bien que je m’apprête à sauter. M’a-t-il aperçue de la rue ? Est-il monté dans l’espoir de me faire changer d’avis ? De me sauver ? Il n’y arrivera pas.

Le garçon descend vers le rebord du toit où je me tiens.

- T’approche pas !

- Je n’approche pas.

C’est vrai, il garde ses distances. Il s’arrête à quelques mètres de moi, le bout de ses chaussures flirtant avec l’à-pic. Baisse les yeux vers l’avenue. Notre position précaire ne semble pas l’inquiéter.

- Tu vises où ? demande-t-il.

Non mais c’est quoi ce mec ? Il est taré ! Il voit une fille sur le point de se foutre en l’air, et tout ce qu’il trouve à demander, c’est quel endroit elle vise ? Une bouffée de nervosité me saisit. J’ai toujours détesté l’imprévu, et ce soir plus encore.

Il répète avec un sérieux qui me trouble :

- Tu vises où ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par EsaLine 2021-04-27T13:58:13+02:00

Cette prétention. Il n'en a jamais marre de regarder le reste du monde depuis son piédestal ? Parce qu'il doit être sacrément seul, là haut.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2020-06-06T14:48:07+02:00

Avoir mal ne te donne pas le droit d'en faire, Océan.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2020-06-06T09:08:02+02:00

Je ne comprend pas cet amour qui les unit. Pourtant, il est indéniable.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode