Livres
554 645
Membres
599 778

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Noelay 2020-05-14T18:56:46+02:00

Je suis morte de honte. D'ailleurs, je fais mine d'être morte, ça peut fonctionner sur un malentendu.

- Je sais que tu dors pas, Baka.

Non je ne dors pas, je suis morte. Adieu monde cruel

Je sens qu'il s'écarte pour se redresser. Surement pour mieux me voir.

- T'es hyper nulle pour faire semblant de dormir en plus.

Evidemment puisque je suis morte. Quel talent.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Noelay 2020-05-14T18:53:10+02:00

- Tu veux coucher avec nous ?

(...)

- Tu as le droit de dire non, me précise Jared.

- Mais, mais...

Heure du décès : 2h15

Afficher en entier
Extrait ajouté par CallMe_Eno 2020-02-03T22:23:52+01:00

— Si tu vois Jessica, ajoute Bassiste, dis-lui que je ne rentrerai pas tard, OK ?

— Je m’en branle, dis-lui toi-même.

— Rappelle-moi pourquoi on est potes toi et moi déjà ?

— Parce que j’ai eu pitié de toi en 6 ème

Afficher en entier
Extrait ajouté par CallMe_Eno 2020-02-03T21:01:39+01:00

On a tous déjà vu dans les films ou les bouquins cette scène incroyable où le héros cesse d’avoir peur de ses sentiments, et se précipite sans réfléchir crier son amour à l’autre. Et il ne balance pas des mots au hasard, non, il te fait un vrai discours émouvant, tout droit sorti de son cœur, ça lui vient presque naturellement.

Eh bien, je peux vous dire d’ores et déjà que vous n’assisterez pas à ce genre de scène ici. Désolée. Sincèrement désolée.

Dans le taxi, j’ai pourtant eu le temps de réfléchir à ce que j’allais dire, mais je ne sais pas pourquoi, mon attention a été détournée et je me suis mise à décompter les personnes portant des bonnets sur les trottoirs. L’émotion sûrement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par PANDORE88 2020-01-17T17:07:23+01:00

Encore une fois, je remarque beaucoup de jeunes femmes de ma catégorie d'âge, et chaque fois la même demande star de l'établissement: le mauvais garçon, le connard beau gosse qui finit par tomber amoureux à la fin du repas. Je ne sais pas si ce phénomène est dû aux romans à succès de ce type, reconnaissables par leurs couvertures identiques: un torse nu viril, parfois sans tête - c'est vrai ça pourquoi s'embarrasser d'une tête quand on a un corps pareil ?

Rajoutez quelques poils de barbe, un blouson de motard et des tatouages et vous aurez le prochain best-seller !

Afficher en entier
Extrait ajouté par TACL02 2021-03-08T18:46:36+01:00

"Déjà, pour que quelqu’un décide d'acheter ton livre, le tien, pas celui du voisin, c'est un peu le jeu de la chance. Et puis le lecteur, il n'a pas que ça à faire, il a une PAL de dingue ! Alors toi tu te dis, mince, ils ne l'ont pas aimé ce bouquin ou quoi ? Ils font silence radio pour tromper l'ennemi (en l'occurrence moi) ?! Non, le lecteur lit autre chose qui patientait depuis plus longtemps. Le lecteur est roi, ton ami, ton vénéré maître, et toi tu la boucles avec tes envies de gloire, OK ?!!!! Quoi qu’il en soit, ne rêvons pas, les gens laissent rarement des commentaires Amazon, Fnac, Booknode, Royal Canin (un intrus s’est glissé dans la liste), etc."

Afficher en entier
Extrait ajouté par TACL02 2021-03-06T17:49:19+01:00

"— Pour ta gouverne, je m’en fiche de ce mec. Et sincèrement, si j’avais envie de me faire culbuter sur un plateau d’huîtres par un journaliste marié, père de deux enfants, avec une gueule de con ou pas, c’est mon problème !

Bien entendu, c’est à ce moment-là que Také, Jared et Hugo se pointent, dans un grand nuage de fumée.

Un long silence s’installe. Comblé de temps en temps par le bruit de bouche de Charlie qui sirote son café, les jambes toujours croisées vers nous.

Také, les cheveux humides, le visage encore endormi par une sacrée gueule de bois, une clope entre les lèvres, me passe à côté en me tapant sur l’épaule d’un air appréciateur.

— Amen !"

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kouet 2019-07-09T11:33:21+02:00

Je ne parviens pas à lâcher Také du regard pendant que son père disparaît à l'intérieur du château. J'ai l'impression de ressentir la gifle que ces mots ont formé, je me sens blessée pour lui comme jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2021-06-08T19:24:11+02:00

Selon un apophtegme d’Anatole France, la sympathie est le doux privilège de la médiocrité.

Médiocre ou sympathique, même résultat. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2021-06-06T23:50:18+02:00

En réalité, le plus difficile n’est pas d’écrire le livre, mais de le faire éditer ! Comme tous les auteurs qui croient avoir pondu le succès du siècle, j’ai essayé d’envoyer mon manuscrit aux mastodontes des maisons d’édition. 13 x 400 pages imprimées, 150 euros de timbres, et 4 cartouches d’encre plus tard, j’apprendrais que j’ai contribué à la pollution de la planète pour rien. Les riches éditeurs ne vous répondent pas. Même pas un petit mot pour dire « c’était à chier, je l’ai donné à mon fils en guise de feuilles de brouillon », rien.

Dieu soit loué, je n’ai pas tout misé sur ces importantes structures (mon compte en banque était à sec quoi qu’il en soit). Certains éditeurs ont le bon goût d’accepter les soumissions de manuscrit par voie électronique. Le seul souci avec les mails, c’est que chaque maison a ses exigences, toutes plus farfelues les unes que les autres : marge de gauche de 4,65 cm, interligne de 1,25, les trois premiers chapitres uniquement, police TrucBidule taille 16, joindre un synopsis, un résumé (non non, ce n’est pas la même chose), un pitch (pas le gâteau hein, ils n’ont pas d’humour), voire les trois à la fois, une description des personnages, une note d’intention, une présentation auteur de 4 lignes — pas une de plus sinon je mets ton manuscrit dans la corbeille mouhahaha !!

C’était un genre de méchant dans les dessins animés ? Belle imitation.

Merci. 

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode