Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de NounMangil : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Conte des contes Le Conte des contes
Giambattista Basile   
Ecrit en langue napolitaine, sous l'anagramme Gian Alesio Abbattutis, autour de 1625, et édité, posthume, en 1634-1636, Lo cunto de li cunti de Giambattista Basile n'a jamais fait l'objet d'une traduction intégrale en français.
Il s'agit pourtant de l'une des productions majeures de la littérature européenne du XVIIe siècle. Il peut être considéré comme un recueil de contes pour enfants, ainsi que son sous-titre l'indique et l'on peut tenter de rechercher quelle inspiration les contes du Napolitain avaient pu fournir à Perrault ou à Grimm. D'autres critiques, comme Italo Calvino, hésitent à inclure Basile dans ce patrimoine, préférant souligner la richesse de l'invention métaphorique et le délire de l'imagination voyageant du " sublime au sordide ".
Ainsi selon Calvino " le Conte des contes est le rêve d'un Shakespeare napolitain difforme, obsédé par tout ce qui est effroyable, n'ayant jamais son compte de sorcières et d'ogres, fasciné par les images alambiquées et grotesques, où la vulgarité se mêle au sublime ". Et sans doute ont-ils raison. Mercenaire à la solde de la Sérénissime République de Venise, académicien, courtisan au contact des centres culturels les plus prestigieux d'Italie, Venise d'abord, et Mantoue où sa sueur, la chanteuse Adriana Basile régnait en diva, poète dilettante et gouverneur de fiefs provinciaux aux environs de Naples, Basile est un " aventurier de la plume ". Le Conte des contes n'est pas seulement un conte (celui de la princesse Zoza, que Lucia, l'esclave mauresque aux jambes de sauterelle, dépossède du prince qu'elle a ressuscité par ses pleurs) qui engendre d'autres contes (ceux que les femmes racontent à Lucia à qui Zoza a donné l'envie irrépressible d'entendre des histoires), c'est un monument narratif qui orne et enrichit les structures élémentaires du merveilleux d'une expérience d'artiste et d'homme. Partant de la structure traditionnelle des nouvellistes antérieurs (ici cinq journées au cours desquelles dix femmes difformes racontent des histoires à une petite cour magique dont la princesse est sur le point d'accoucher), il la transgresse, par le merveilleux, par la langue napolitaine qu'il enregistre et magnifie, par la parodie et la destruction du récit-cadre traditionnel, par l'auto-dérision enfin.

par Brit
L'Iliade L'Iliade
Homère   
Certaines version sont écrites en vers d'autres en prose, pour apprécier ce livre à sa juste valeur, il faut bien sur choisir la version qui vous correspond le mieux.
Ensuite, il faut se laisser plonger dans le rythme du poète, car il faut garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas pour lui d'entrainer l'histoire à toute vitesse mais de là décrire dans tous ses détails. Et finalement c'est cette lenteur relative qui lui donne sa puissance.

par Nechtan
Mythologie grecque et romaine Mythologie grecque et romaine
Pierre Commelin   
Livre utile pour compléter ses connaissances en matière de mythologie ou commencer en la matière mais si on cherche quelque chose de vraiment exhaustif il faudra se tourner vers un ouvrage plus conséquent. (bien sûr, étant un Pocket, je ne pense pas que ce livre ait la prétention d'être complet)

par Hellea
Prométhée enchainé Prométhée enchainé
Eschyle   
Génial!
J'ai juste adoré le personnage de Prométhée, son effronterie, son ironie face à Océan, j'étais pliée! C'est étrange comme un humour antique parvient toujours à faire rire!
Et il est amusant de voir à quel point, dans cette tragédie, les rôles sont inversés: celui qui subit tout reste le plus tranquille et prend tout avec philosophie, et les autres s'agitent autour de lui, le plaignant, lui faisant la morale, tentant de le faire se sentir coupable ou de l'entendre se plaindre... Prométhée est cloué sur son rocher, et il voit autour de lui aller et venir tout ce petit monde, tout frénétique dans la nuit, et lui se contente de répondre à leurs questions et de les remettre à leur place. La seule avec qui Prométhée est compatissant et juste, c'est Io, une mortelle: fidèle à lui-même, Prométhée se préoccupe plus des humains que des dieux, dont il juge le sort injuste, et ce sort est voulu par les dieux. Prométhée est un immortel, mais il hait les dieux, il les hait tant que malgré sa disposition, jamais il ne penserait à supplier Zeus, à s'excuser: Prométhée est un effronté, une vraie tête de mûle, mais qui se bat pour la justice.
Une très belle pièce, une mise en scène génialissimement pensée, une écriture fantastique, un thème qui fait réfléchir... Bref, à lire à lire à lire!

par Hope-S
Stalingrad Stalingrad
Antony Beevor   
Une livre de référence sur cette célèbre bataille de la seconde guerre mondiale écrit par un historien pas moins célèbre. C'est un ouvrage de synthèse qui nous présente bien l'enjeu que constitue cet affrontement entre deux régimes totalitaires : le régime stalinien et le régime nazi. Ma lecture fut laborieuse quant aux passages concernant la stratégie et l'avancée des troupes. En revanche, j'ai beaucoup apprécié les pages où Beevor nous raconte le quotidien des soldats. On peine à imaginer à quel point leur vie fut atroce lors de cette bataille. L'horreur est bien rendue par l'auteur qui sait distiller des anecdotes suffisamment parlantes pour en prendre conscience. Comment les soldats furent poussés au sacrifice, victimes de la violence des autres soldats comme de celle de leur propre camp. On découvre aussi leurs stratégies de survie et le destin funeste de nombre d'entre eux. C'est donc un ouvrage très complet et qui fait référence sur ce sujet.

par Khloros
Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre
Ruta Sepetys   
Ce livre est tout simplement indescriptible. Dans les musées, les cours d'histoires et dans la vie, on oublie souvant à quel point la vie dans les futures pays de l'Est lors de la seconde guerre mondiale était tout aussi difficile que la vie pour les juifs dans les pays d'Europe de l'Ouest face au Allemands! Déporté comme Lina et sa famille, maltraité, souvent bléssé aussi bien physiquement que moralement... Les goulags sont tout aussi atroce que les camps de concentrations, et le fait que dans cette histoire, l'une des partie se passe en hiver, avec le froid, la faim, la mort, la peur ... donne une dimension horrifique à l'histoire

Pourtant, le personnage principale, lina, grâce à son courage, à sa force, grâce à la manière dont l'auteure nous décrit ses joies, ses peines, ses doutes, son histoire d'amour et ses espoirs, n'est que plus attachante, et arrive à donner une certaines douceur à l'histoire qui fait que ce livre n'est pas "trop" brutal.

Ce livre est un hymne à la vie et rend hommage à toutes les personnes décédées lors de leurs déportations, ou qui en s'en étant sortie, sont resté marquée à vie!

J'ai juste trouvé dommage que le livre ne soit pas plus long, Qu'on ne découvre pas le jour où Lina et son frère peuvent rentrer chez eux, où Lina retrouve Andrius, où il arrive pour la première fois depuis des années en Lituanie... Bref Qu'on ne découvre pas dans ce livre, tous les instant heureux qui lui aurait donné un charme plus doyux encore et un espoir plus poignant!

par Mariioon
Rue des Boutiques obscures Rue des Boutiques obscures
Patrick Modiano   
Je ne comprends pas très bien pourquoi il a reçu le prix Nobel de littérature...
L' histoire se lit très facilement, et est très attachante. On veut savoir qui est ce personnage mystérieux, et les indices ne nous déçoivent pas.
Mais l'enquête se poursuit un peu trop facilement : pourquoi tout le monde lui dit-il tous les renseignements qu'il voulait et lui donne des photos, en (presque) parfait inconnu qu'il est ?
Un moment agréable à passer, mais sans plus...

par mm22
Elle s'appelait Sarah Elle s'appelait Sarah
Tatiana De Rosnay   
J'ai reçu ce livre hier soir, et je l'ai dévoré dans la foulée... Il sonne terriblement juste, sans trop en faire, juste la vérité...
J'ai pleuré.
J'ai vu qu'il avait été adapté au cinéma, il faut que je le vois.


par ashaelle
La Couleur des sentiments La Couleur des sentiments
Kathryn Stockett   
Un superbe roman très touchant qui nous dépeint avec un certain réalisme les conditions des personnes noirs en Amérique durant les années 60 . Vraiment une très belle histoire entre Trois femmes qui se dressent contre les lois raciales au péril de leur vie . j'ai beaucoup aimé ce romant que j'ai trouvé émouvant . Je le conseille vivement !

par Ocasam
L'énigme des blancs-manteaux L'énigme des blancs-manteaux
Jean-François Parot   
Un très bon roman. On est littéralement plongé dans le Paris du XVIIIe (siècle ; pour l'arrondissement, c'est encore la campagne). On tremble pour le héros, la conception de l'hygiène est différente... Malgré tout, il arrive à s'en sortir, nous fait son Poirot à la fin de l'histoire, en mettant en boîte Sartine (celle-là, il fallait que je la fasse) à cette occasion.

par BPiet