Livres
377 596
Comms
1 315 005
Membres
260 379

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nouvelles histoires à délire debout



Description ajoutée par Bbey 2010-09-12T21:50:45+02:00

Résumé

Il y a des jours où je me dis que ça doit être formidable d'être Jean-Luc Fonck. Si j'étais Jean-Luc Fonck, ça voudrait dire que je serais ce crooner au regard certes un peu jaune (à cause de la boisson) mais tellement dévastateur, au sourire ravagé (je veux dire ravageur), à la voix de Tergal (le velours étant réservé à un autre) et à la gestuelle... (je ne trouve pas de qualificatif approprié, car Jean-Luc a une manière de faire des gestes tellement à lui qu'elle ne pourrait être décrite que par des gestes de Jean-Luc lui-même ; l'adjectif gestuel semblant en définitive convenir le mieux pour qualifier la gestuelle fonckienne) gestuelle. Si j'étais lui, je serais aussi ce brillant photographe de terrain traquant la vérité partout où elle se cache. Si j'étais lui, je serais un écrivain à succès, auteur de deux best-sellers, s'apprêtant à offrir au public impatient mon troisième recueil d'Histoires à délire debout. Et si j'étais lui, je serais surtout reconnaissant à mon directeur de collection que j'aime tant, de m'avoir écrit une aussi jolie post-face.

Philippe Geluck Directeur de collection

Extrait du livre:

Mais bon ! Même si elle était vraiment gentille avec moi, ma grand-mère était fort vieille et je m'ennuyais un peu chez elle. Elle passait beaucoup de temps à dormir et, comme nous ne vivions que dans une seule pièce, quand Mémé dormait, je ne pouvais pas faire de bruit. C'est difficile quand on est petit, de ne pas faire de bruit. Je dessinais beaucoup. J'aimais bien dessiner. Je dessinais à quatre mains. C'était amusant. Mais je me sentais seul sans faire de bruit pour ne pas réveiller Mémé. J'aurais tant voulu avoir un ami.

Un jour, alors que nous revenions de promenade, je demandai à ma grand-mère si je pouvais avoir un animal de compagnie.

Mais enfin, Hubert, tu n'y penses pas ! C'est beaucoup de travail. Je suis trop vieille pour m'en occuper ! (...)

Après ça, elle avait été brûleuse de chandelle par les deux bouts, mais elle n'a pas voulu m'expliquer en quoi cela consistait exactement. Elle m'a dit que je comprendrais sans doute plus tard. Je détestais quand on me disait ce genre de choses. Soit !

Finalement, elle avait enseigné le saut à l'élastique dans une école d'hirondelles. C'est là qu'elle avait découvert sa passion pour les animaux et, qu'en conséquence, elle avait fini par aboutir ici, dans l'animalerie où Mémé et moi étions venus chercher Fred.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Bbey 2010-09-12T21:50:26+02:00

Nous regardions tous les deux dans le plus grand silence le bouchon qui flottait immobile à la surface de l'eau. Ça me rappelait mon enfance, lorsque je partais avec mon père pêcher les ours blancs dans la forêt. C'était le bon temps. Maintenant, il n'y a plus ni forêt, ni ours blanc. Ils en ont fait un parc d'attractions avec des animaux en peluche qui font des parades ridicules. Pathétique ! Mais où est-ce que tout ça va un jour s'arrêter ?

- C'est qui le capitaine ?

- Vous l'avez vue ?

- Oui.

- Elle n'est pas mal, hein ?

- En effet !

- Ne vous y fiez surtout pas. C'est un véritable chameau. Avant, elle était sympa, mais depuis qu'elle a été nommée chef de la police de l'île, elle n'est plus la même...

- Vous avez une police sur l'île ?

- Ben oui, jeune homme, que croyez-vous ? Nous ne sommes pas des sauvages !

- Ce n'est pas une île déserte ?

- Si, mais ce n'est pas une raison pour ne pas avoir de police. En plus, avez-vous déjà vu une île déserte avec un pêcheur ?

- Vous savez... je ne suis pas un grand spécialiste en îles désertes. À part Robinson Crusoë...

- Robinson Crusoë ! Vous connaissez ce type ?

- Oui... j'ai lu son histoire...

- Il a finalement écrit son bête bouquin... je ne l'en aurais jamais cru capable.

- Vous le connaissez aussi ?

- Tout le monde le connaissait ici. C'était un horrible person nage snob et prétentieux. On a tous poussé un grand «ouf» de soulagement quand il a enfin fini par quitter l'île.

Je n'en revenais pas.

Afficher en entier

Commentaires récents

Ajouter votre commentaire


Date de sortie

  • France : 2004-10-22 - Poche (Français)

Les chiffres

Lecteurs 2
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Évaluations