Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Nuit-enneigee : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
La Cafetière La Cafetière
Théophile Gautier   
( Je n'ai lu que la cafetière avec le collège )
j'ai bien aime car il y avait du mystère et l'on se demandait ce qu'il allait se passer.

La Morte amoureuse La Morte amoureuse
Théophile Gautier   
Un livre que j'ai du lire pour le français,et je n'ai franchement pas aimé, je n'ai vraiment pas accroché. Je n'aime pas trop le style d'écriture de Théophile Gautier..
La Vénus d'Ille La Vénus d'Ille
Prosper Mérimée   
J'ai du lire cette nouvelle dans le cadre des cours de français et il est indéniablement un peu spécial. Un classique qui appartient au style du merveilleux, il n'y a donc pas une conclusion déterminée à la fin. C'est cependant un livre qui m'a marqué par son ambiguïté et le mystère qu'il laisse planer au fil de la lecture.

par myra44
Les Soirées du hameau Les Soirées du hameau
Nicolas Gogol   
C'est en 1831 que paraissent à Saint-Pétersbourg Les Soirées du hameau, publiées par Panko le Rouge, éleveur d'abeilles. Derrière ce sobriquet se dissimule un écrivain de vingt-deux ans, qui utilise ses souvenirs d'enfance et le folklore de l'Ukraine.
Gogol devient aussitôt célèbre avec ces courts récits qui plaisent à la fois au public populaire et à Pouchkine : « Voici de la vraie gaieté, sincère, sans contrainte. »
La Dame de pique La Dame de pique
Alexandre Pouchkine   
Nouvelle agréable à lire, au style fluide et riche portant sur un thème original, côtoyant le fantastique, celui de la quête de richesse matérielle par un jeu de cartes et notamment par l'usage de trois cartes censées garantir la victoire à chaque partie.
L'histoire apparait donc attractive, les évènements s'enchaînent rapidement sans lourdeur et ce en dépit de certaines descriptions inévitables dans une oeuvre russe d'époque. La manoeuvre de Hermann afin de dérober le secret de la comtesse sur la combinaison des trois cartes à employer afin de gagner toujours et plus est ingénieuse et remarquable, mais avant tout inattendue de sa part . En effet, l'on pensait de prime abord que Hermann n'était en aucun cas intéressé par les jeux d'argent, ne souhaitant pas "risquer le nécessaire pour gagner le superflu". Cependant, la combinaison de trois cartes permettrait de gagner sans risque de perdre, ce qui change la considération qu'a Hermann du jeu. Ces 3 cartes, en garantissant inévitablement la victoire, ôte le caractère aléatoire et risqué du jeu en question ce qui a incité Hermann à s'y lancer.
C'est pourquoi, cette nouvelle s'articule sur le thème de l'avidité matérielle mais aussi de la foi en toutes ces choses inexplicables. Sinon, comment expliquer que Hermann ait cru en cette histoire de cartes au point d'entreprendre une telle manigance afin de s'approprier la connaissance de ces cartes ?
Une nouvelle qui ne demande qu'à être lue et relue !

par Ravine
Le Chat noir Le Chat noir
Edgar Allan Poe   
Le narrateur a toujours eu la passion des animaux, heureux de la partager avec sa jeune épouse. Alors qu'il rentre chez lui, un soir où il avait trop bu, sa haine se porte sur Pluton, son chat préféré. Il mutile la bête avec sauvagerie et barbarie, poussé par des démons invisibles, guidé par une folie meurtrière. Un peu plus tard, obéissant à une pulsion démoniaque, il pend la pauvre bête à un arbre lorsque soudain le feu se déclare dans la maison...

"Le Chat noir" est une nouvelle révélée en France par Baudelaire. A la fois nouvelle et court récit fantastique, c'est aussi l'étrange confession d'un narrateur pour "décharger son âme". Un récit qui va à l'essentiel et qui respecte les caractéristiques du fantastique, une ambiance particulière se déroulant le plus souvent la nuit, des événements étranges et inexplicables, un narrateur qui témoigne de sa propre expérience, une nouvelle qui se termine par un événement sinistre, un thème de la mort omniprésent, le thème du double, une oscillation entre surnaturel et réel, sans compter les figures de style qui ajoutent au "merveilleux"... sauf le cadre qui, une fois n'est pas coutume, n'obéit pas aux règles du fantastique (pas de manoir, de château hanté...), mais bien un cadre assez ordinaire qui contraste avec les événements obscurs. Le lecteur sera donc le témoin de la descente aux Enfers d'un protagoniste persécuté, pervers et déséquilibré, poussé à commettre les pires atrocités, sans cesse tiraillé entre remords et pulsions incontrôlables. Et que dire de la chute surprenante et inattendue.
C'est une nouvelle prenante, macabre et angoissante que j'ai eu plaisir à relire.
Avec "Le Chat noir", Poe fait une fois de plus la preuve qu'il fut un auteur de talent dont l'imagination, tout à la fois fertile et lugubre, marqua profondément le genre fantastique.

par SuperNova
Le K Le K
Dino Buzzati   
Un livre splendide, reprenant les thèmes chers à Dino Buzzati, à savoir l'angoisse de la mort, la déchéance et le sens de la vie, avec beaucoup d'humour. Un chef d'oeuvre.
La Maison aux insectes La Maison aux insectes
Kazuo Umezu   
Dans ce recueil de sept nouvelles fantastico-horrifiques, parues au Japon entre 1968 et 1973, l’effroi va de pair avec la monstruosité, le sordide et la noirceur.
Noirceur des récits se focalisant sur l’infidélité, les relations (souvent ambiguës) entre hommes et femmes, la folie...
Mais aussi l’extrême noirceur du trait appuyé dans le graphisme d’un mangaka connu au Japon pour être (avec Junji Ito) LA référence du manga d’horreur.
Les histoires d’Umezu sont très éloignées de l’hymne à l’amour. Elles sont pessimistes, sombres, enténébrées, mais finalement très réalistes dans leurs contours fantastiques.

par Do
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
Anna Gavalda   
Des histoires de vie, des tranches de vie banales... Une écriture simple, trop à mon goût, ce qui m'a profondément déçue. Rien de transcendant. Je n'ai pas été conquise. L'intérêt de ce livre m'a sans doute échappé.
Nouvelles vénitiennes Nouvelles vénitiennes
Dominique Paravel   
Avec Nicole, joueur de dés du XIIe siècle, ou Julien, reporter photographe d'aujourd'hui, sans compter Lorenzo Lotto ou Veronica Franco, on entre de plain-pied dans Venise. Chaque personnage mis en scène ici, à sept moments différents de son histoire, entretient un rapport particulier, d'amour ou de haine, avec la ville. Entre artistes, prostituées, philosophes ou gens de peu, se noue un lien à la fois profond et subtil ; l'art, la douleur, le plaisir, la solitude s'entremêlent dans un labyrinthe utopique et féroce, image même de la création.

Aussi bien pour ceux qui ont à découvrir la Sérénissime que pour ceux qui croient la connaître, Nouvelles vénitiennes en révèle les mystères et la beauté.

Dominique Paravel, née à Lyon en 1955, où elle enseigne aujourd'hui, s'installe à Venise en 1983 pour une vingtaine d'années. Traductrice, auteur de guides de Venise, elle a créé l'association culturelle Arte a Venezia.
Nouvelles vénitiennes est son premier livre de fiction.

Cet ouvrage a obtenu, dimanche 9 septembre, le Prix de la Nouvelle de la femme renard Lauzerte 2012.

Nouvelles vénitiennes a également obtenu le Prix Thyde Monnier de la SGDL 2011.

http://www.amazon.fr/Nouvelles-v%C3%A9nitiennes-Dominique-Paravel/dp/B004XG3ENC

par sylvain
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4