Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de nvrrlaura : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Juste quelqu'un de bien Juste quelqu'un de bien
Angéla Morelli   
En tant qu’addict de la plume d’Angela Morelli, j’attendais la sortie de ce nouveau roman avec impatience. Même si ce livre n’est pas un coup de cœur, il restera à coup sûr une lecture marquante de cette rentrée 2017.

A 34 ans, Bérénice est à un tournant de sa vie. Toujours célibataire, elle multiplie les amants sans jamais tomber amoureuse. Même côté professionnel, c’est le chaos. Ecrivain, elle est en panne d’inspiration depuis plusieurs mois. Elle n’arrive à rien. C’est alors que de nombreuses questions restées sans réponse vont resurgir. Elevée par sa mère, elle n’a jamais connu son père. Si jusque-là, cela ne l’avait jamais dérangée, aujourd’hui, elle a besoin de réponses. Sans compter, le retour dans sa vie d’un homme qui a compté pour elle sans qu’il le sache, Aurélien, un homme avec qui elle a eu une brève aventure et qui ne la reconnait pas.
Heureusement, Bérénice est bien entourée. Elle peut compter sur le soutien indéfectible des trois femmes de sa vie : Cassandre, sa mère, Moune, sa grand-mère et Juliette, son amie d’enfance.
Bérénice parviendra-t-elle à retrouver la sérénité qui semble lui faire défaut depuis quelque temps ?

Sous ses dehors de romance feel good, Juste quelqu’un de bien est un peu moins léger que les précédentes publications de l’auteure. Je ne veux pas dire par là qu’il est triste ou déprimant. Non il est simplement plus profond. Il se fonde sur la remise en question, les interrogations de toute une vie, le constat d’échec et d’impuissance face à la vie. Dans ce roman, le concept de romance pure est beaucoup moins présent. Bien sûr, la romance est là mais elle n’est que sous-jacente.
Bien que j’aie énormément apprécié cette lecture, je n’ai pas eu de coup de cœur. Il m’a manqué un petit quelque chose. Est-ce dû à la fin un peu trop rapide à mon goût, à certains passages qui ne m’ont pas paru suffisamment approfondis ou à la romance trop peu présente, je ne sais pas le définir avec exactitude. Je sais juste qu’il s’en faut de peu pour que ce roman rejoigne la liste de mes coups de cœurs incontestés. Toutefois, le plume d’Angela Morelli n’en reste pas moins fluide, addictive, captivante et pétillante. Elle a un petit grain de folie qui vous emporte dans un tumulte d’émotions, du gloussement au simple sourire en pensant par la colère ou la tristesse. Bref, elle sait distiller les émotions comme personne pour nous offrir une histoire douce, belle, drôle et attachante.
Chacun des personnages apporte son lot de tendresse, de bien-être, de pragmatisme ou tout simplement de folie à l’histoire. Outre le personnage principal de Bérénice, que j’ai trouvé criante de réalisme et attendrissante, j’ai beaucoup apprécié ceux d’Arthur, le fils d’Aurélien, un petit garçon renfermé et très touchant. Moune, la grand-mère ultra moderne qui vit avec son temps mais conserve un petit côté traditionnaliste. Cassandre, la mère de Bérénice, un peu farfelue mais aussi étrangement très terre à terre. Aurélien, un homme fragile et désemparé, même si par moments je l’ai aussi détesté. Juliette, qui n’incarne pas la maman idéale, mais la jeune maman débordée, épuisée et impuissante face à son nouveau statut de maman. Et bien sûr, Capitaine Haddock, le perroquet de Bérénice, bavard mais toujours à juste propos. Tous nous emporte page après page dans cette histoire somme toute banale mais aussi rafraichissante.
Juste quelqu’un de bien est un roman que je vous conseille sans hésiter. Il m’a transporté dans les rues de Paris, m’a fait relativiser et m’a donner le sourire.
Le plus gros bémol maintenant, va être de devoir attendre l’an prochain avant de pouvoir se replonger dans l’univers d’Angela Morelli. Mais, croyez-moi, ça en vaut la peine !
Hollywood Dirt Hollywood Dirt
Alessandra Torre   
Vraiment top j'ai adoré. Le livre est très bien écris, l'histoire sympas.
J'ai bien ris avec le coq.
Seul petit bémol la fin est un peu trop rapide pour moi, j'aurais apprécié plus d'explication sur l'après tournage.

par oliwix
Fais-moi taire si tu peux ! Fais-moi taire si tu peux !
Sophie Jomain   
J'adore les livres de Sophie Jomain, et le résumé de celui là me donnait super envie, mais... non.
Ce n'est même pas que j'ai été déçue, je n'ai pas carrément pas du tout aimé ce livre, j'ai été désabusée pendant toute ma lecture.

Premier problème : les personnages. Louise est une gourde naïve qui m'a fait lever les yeux au ciel en permanence. Les gaffeuses sont souvent attachantes mais celle-là,.... L'idée de fleuriste était super bonne, ça partait bien mais ça passait pas au bout du compte. Ensuite Loïc. Ce mec est littéralement un connard arrogant et irritant. On est loin du bad boy qui se la joue distant, là le mec est juste détestable et se comporte comme le dernier des *, je ne comprends pas comment l'auteur peut cautionner ce genre de comportement (je sais c'est de la fiction, pas un manifeste sur le féminisme, normalement j'aime les personnages masculins qui adoptent ce genre de comportement mais trop c'est trop).

Les ficelles ne sont pas grosses, elles sont énormes ! Dans chaque situation, le trait est forcé, si bien que ce n'est plus crédible et même plus drôle.
Pour finir, je dois reconnaitre que la plume de Sophie Jomain reste agréable, et que c'est bien écrit, mais c'est bien là le seul point positif.
Je ne recommande pas ce roman.

par juju92
Obsession Obsession
Jennifer L. Armentrout   
J'ai trop aimé, on retrouve l'univers de Lux.
Bon ça n'est pas mes personnages préférés, c'est vrai, mais j'ai quand même ADORÉ Hunter (Oh my Gooood, respiiiiire). Serena est bien aussi, attachante.
Mais Hunter... Ouah!! C'est l'anti héro en chair et en os! Je l'aiiiiiimeuuuh!!! Pourvu qu'on le voit dans le tome 5 de Lux!
Ce qui est bien aussi, c'est qu'on découvre avec grande stupeur que les méchants et les gentils ne sont peut-être pas ceux qu'on pense...
Incontournable!
L'héritage d'arachné L'héritage d'arachné
Marine KELADA   
Points positifs de l’histoire :

Une écriture fluide, simple et d’une grande additivité. Telle une araignée, l’auteure a su nous piéger dans sa toile. Une fois le livre ouvert, nous ne pouvons plus le lâcher. Les rebondissements s’enchaînent sans s’arrêter. Ils sont les points forts du livre. De plus, ils ne sont pas visibles, les surprises ne cessent d’apparaître. Nous ne nous attendons pas aux chemins parfois empruntés par Marine Kelada. Elle prend continuellement des tournants différents pour notre plus grand plaisir. L’écrivain s’est parfaitement nous surprendre et remettre en question nos acquis. Les révélations sont nombreuses et placées là où il faut. L’univers est parfaitement ficelé. Bien que ce roman soit un one-shot, l’écrivain ne va pas trop vite. Il se suffit à lui-même. Marine Kelada prend son temps pour mettre en place son monde, sans oublier d’y semer du mystère et du rebondissement. Le suspense est intense, il ne diminue jamais. À aucun moment le roman perd en vitesse ou en profondeur. Nous pensons comprendre rapidement le but du roman mais en réalité, le début du livre cache le véritable final.

L’utilisation de la légende d’Arachné est très bien menée. Elle a su apporter sa propre conception de l’histoire et la pousser encore plus loin. Elle ne s’est pas contentée de l’employer, elle a façonné de nouvelles directions. Elle a pris des aspects, en à ajouté ou changé d’autres. Une très belle reprise.

Le final est d’un grand impact. Les situations de la fin sont, certes, prévisibles, étant donné les phrases disséminées, mais n’en restent pas moins bouleversantes et poignantes. Une fin amplement réussie. Elle mêle tristesse et beauté avec succès. Le lecteur ne pourra demeurer indifférent. Une lecture marquante. La conclusion m’a touchée et m’a mis les larmes aux yeux.

L’Amour et la souffrance trouvent leurs places et se mêlent parfaitement aux attraits mentionnés précédemment. Elles ne complètent pas uniquement le récit, elles en sont la trame principale, le but de chacun des protagonistes. Toutes leurs actions ont pour volonté d’atteindre l’amour et de panser les souffrances. Le deuil et la difficulté de se révéler après la perte d’un être cher apparaissent aussi. Des question viennent également s’ajouter : doit-on garder le silence sur les actes négatifs de ses proches ou au contraire ne pas avoir peur de les dénoncer ? Accepterons-nous d’envoyer en prison le seul membre restant de notre famille ? Des interrogations présentent durant de nombreuses pages.

Nous découvrons l’amour sous plusieurs formes, celui entre un homme et une femme, celui maternel, celui envers une mère... L’histoire d’amour entre Emma et Arachos va en douceur. La romance prend son temps. Ils se rencontrent, apprennent à se connaître, puis se dévoilent petit à petit pour devenir un couple soudé et unis dans les épreuves.

Toutefois, au de-là de la fiction, l’auteure aborde un sujet actuel, celui des scientifiques employant des cobayes sans scrupule. Elle traite très bien ce sujet. Elle met en avant ces scientifiques prêts à tout au nom de la science mais en vérité, ce n’est qu’un but purement personnel. Certaines scènes sont dures et choquantes mais en les montrant, elle ne peut qu’avoir l’effet escompté. Elles nous perturbent et nous permettent de réfléchir. Nous nous rendons compte de l’horreur vécu par les cobayes. Marine Kelada ne cherche pas à nous préserver et elle a raison de montrer la réalité des choses.

Points négatifs de l’histoire :

Comme cité précédemment, les événements de la fin sont prévisibles. Ceci est dû à certaines informations mentionnées épisodiquement. Pour ma part, je ne suis pas déçue. Cependant, cela pourra décevoir quelques lecteurs, surtout que l’auteure sait nous surprendre continuellement. Néanmoins, nous supposons que Marine Kelada l’a voulu ainsi, afin de provoquer un impact bien plus important. Cela permet également d’espérer un changement, alors que nous savons pertinemment qu’il ne peut en être autrement.

Le livre est sombre par les décors, l’histoire et l’atmosphère. Il est difficile de trouver une part de lumière, à part durant plusieurs scènes d’amour entre nos deux protagonistes principaux.

Certains événements pourront choquer les âmes sensibles.

Les personnages principaux :

Emma : depuis la mort de sa mère, sa vie n’est que souffrance. Elle souffre de la distance avec son père et de le voir sombrer dans ses délires scientifiques. La danse est sa passion et lui permet d’être un exutoire à ses peines. La rencontre d’Arachos va lui changer sa vie. Elle fera preuve de courage pour sauver celui qu’elle aime.

Arachos : il est simple et naïf. Il se montre tel qu’il est. Malgré sa condition, il est doux dans sa façon d’être et son comportement. Cependant, derrière cette douceur, il est prêt à tout pour protéger sa moitié.

Dewey : les souffrances vécues par ce dernier, l’a forgé en un être impitoyable. Il ne recule devant rien pour sa quête.

Points positifs des personnages :

Les personnages sont parfaitement travaillés et complexes. Marine Kelada ne les caricature pas. Elle leur a apporté des caractères humains. Ils ne sont pas parfaits, chacun a ses tourments, ses peurs, ses questionnements... Certains ne sont ni complètement gentils ni complètement méchants. Ils sont intéressants à découvrir. L’auteure nous propose des protagonistes tout en profondeur.

Emma est importante pour le récit mais les personnages les plus marquants sont Arachos et Dewey. La simplicité et la naïveté d’Arachos est touchante, nous nous prenons très vite d’affection pour cet être différent. Sa douceur n’est pas calculée ou factice. Chacune de ses paroles ou actes sont sincères. Quant à Dewey, il est celui adopter avec lui. Nous sentons, comprenons ses raisonnements mais il reste bien mystérieux, n’écoutant rien des conseils de ses proches.

D’autres personnages sont à citer, notamment Joe Clay, le père d’Emma, et Harry. Joe est horrible. Il a tellement souffert, qu’il en est devenu un monstre. Ses comportements sont choquants que ce soit pour ces expériences tordues ou vis-à-vis de sa fille. Tandis qu’Harry devient le père qu’Emma n’a malheureusement pas, il est toujours présent et prêt à l’aider.

Ils sont vraiment tous intéressants à découvrir mais ils ne sont pas tous appréciables.

Points négatifs des personnages :

Je n’en ai aucun.

Conclusion :

Un livre amplement réussi. Additivité, rebondissement, suspense sont les maîtres mots de cet univers parfaitement ficelé et maîtrisé. L’auteure nous piège telle une araignée dans sa toile livresque. Une excellente lecture à faire découvrir même aux personnes détestant les aranéides.

Une aventure à tenter sans hésitation.

par Rosabella
Crossing the Line Crossing the Line
Simone Elkeles   
http://www.my-bo0ks.com/2019/01/crossing-the-line-simone-elkeles.html

J'attendais la sortie de ce nouveau roman de Simone Elkeles comme jamais. Il faut dire qu'après quatre ans sans sortie française, son grand retour était comme un matin de Noël pour moi. Simone Elkeles a vraiment ce petit truc dans sa plume qui rend ses histoires émouvantes et touchantes à la fois. Nombreux de ses romans font partis de mes préférés d'ailleurs. Alors je ne pouvais pas passer à côté de Crossing the line.

Dans Crossing the line, nous faisons la connaissance de Dalila, fille d'un réputé avocat. Elle est obsédée par l'idée de devenir médecin et rien ne doit l'écarter de sa route, son père et ses sbires y veillent. De l'autre côté, nous avons Ryan. Ce jeune homme qui n'a jamais eu une famille digne de ce nom ne souhaite qu'une chose, devenir boxeur professionnel et rendre fière la seule personne qu'il a toujours déçue, sa mère. Pourtant, lorsque sa route va croiser celle de Dalila, il semble perdre de vue son objectif premier... et ensemble ils pourraient bien franchir la ligne.

Débuter ma lecture de Crossing the line, c'est me donner l'impression que je retrouve de vieux amis.Voyez-vous, les romans de Simone Elkeles ont ce petit truc qui font que vous êtes de suite concerné par le devenir de ses personnages. Des personnages qui sont comme à son habitude, attachants et totalement opposé l'un de l'autre. Mais comme on dit, les opposés s'attirent. J'étais également ravie de retrouver le double point de vue.

L'histoire est somme toute, assez classique, on sait qu'on lit un roman de Simone Elkeles, la reine des différences sociales. C'est d'ailleurs ce que j'aime dans ses romans. Elle n'hésite pas à bouleversé les stéréotypes et prouvent une fois de plus que peu importe d'où on vient, on peut s'en sortir si on se donne les moyens.

C'est le cas de Ryan, qui vient de Chicago, dont la mère est trop bourrée pour faire quelque chose de sa vie, son beau-père semble être un flic véreux qui ne le porte pas dans son cœur et enfin ses demi-frères sont aussi stupides qu'inutiles. Ryan n'a jamais rien eu, il a toujours du se débrouiller. Il ne se bagarre pas inutilement, il se montre plus malin et stratège que les autres afin d'atteindre son objectif, devenir boxeur pro. J'ai apprécié sa force de courage et son acharnement à vouloir réussir dans la vie. Ce qui m'a le plus touché, c'est sans doute son besoin de rendre fière cette mère qui pourtant, ne le mérite pas.

Dalila, de son côté, voudrait qu'on la traite autrement qu'en petite princesse mexicaine sensible et fragile. Fille d'un homme réputé et riche, elle veut montrer à tous que malgré la cuillère d'argent, elle sait se débrouiller seule et n'est pas quelqu'un que l'on manipule. D'ailleurs, elle s’entraîne même à la boxe, n'en déplaise à son père et Rico, son ami...

Finalement, nos deux personnages vont se rencontrer à plusieurs reprises mais c'est bel et bien sur le sol mexicain, dans une salle de boxe que nos deux héros vont tisser des liens. Leur histoire d'amour est à la fois mignonne et assez crédible bien qu'un peu rapide, mais étant donné que le roman se lit très rapidement, ça ne m'a pas dérangé.

Crossing the line, n'est pas seulement une romance. Ici, on est davantage centré sur l'enquête qui plane au-dessus de nos personnages. Les cartels, les flics corrompus, les coups bas, rien ne nous sera épargné. Ce suspense est présent tout du long et nos personnages, Dalila et Ryan sont au cœur même de ce problème majeur.

Si j'apprécie cet à côté, pour ne pas être exclusivement centré sur l'histoire d'amour, j'avoue que j'ai trouvé le tout un peu présent. En fait, j'avais l'impression d'être au milieu d'une affaire policière plutôt qu'une romance. Nos personnages subissant un peu tout cela. Cette partie de l'histoire m'a, je l'avoue, moins captivé. Je ne sais pas si cela vient du fait que j'attendais avec impatience ce nouveau roman où si mes exigences étaient un peu trop poussées mais j'avoue être restée quelque peu sur ma faim. Côté intrigue, j'avoue avoir vu venir depuis le départ certaines choses. Et d'autres ont réussi à me surprendre, du coup c'est finalement bien équilibré et cela pousse le lecteur à s’interroger sur chacun des personnages.

Simone Elkeles a toujours su clôturer ses romans de façon tellement profonde qu'elles m'ont bien souvent, tirer les larmes des yeux. Une fois n'est pas coutume, j'ai bien cru que cela allait également se produire. J'étais vraiment à pas grand chose de verser ma petite larme. Pourtant, j'avoue ne pas avoir vu venir la fin. Rapide, surprenante et totalement à des kilomètres de ses précédents romans. J'avoue avoir été déroutée. Je m'attendais à un énième retournement qui n'est finalement pas venu...

En conclusion, ravie d'avoir retrouvée la plume de Simone Elkeles. C'est un véritable plaisir pour moi de me replonger dans un roman de celle qui m'a tant fait pleurer par le passé. Si celui-ci ne m'a pas autant plu que ses prédécesseurs, il n'en reste pas moins une très bonne lecture que je vous conseille.

Petit aparté, j'ai la sensation que certaines scènes ont été coupé du roman pour entrer pleinement dans la catégorie YA... Je me trompe peut-être mais... avis à ceux qui l'ont lu, n'hésitez pas à venir m'en parler, si vous aussi vous avez eu cette impression.

par Carole94P
Dark Shadow Dark Shadow
G. H. David   
Waw, waw, waw, waw, waw !!! Que dire ?? Un nouveau méga coup de cœur ! Dark Shadows est une Dark Romance comme on les aime ! Je l'ai dévoré en deux jours tellement j'étais prise dans l'histoire !
Le double point de vue Sean/Jenny nous permet de bien cerner les deux camps et les convictions de chacun !
Ce qui m'a énormément plu, c'est ce côté historique, on voit vraiment que Geny a fait énormément de recherches pour nous proposer un bouquin qui colle à la réalité historique.
J'ai tellement pleuré avec nos compères, tellement espéré ! J'ai vécu, tremblé avec eux que j'espère avoir le fin mot de l'histoire un jour !!

Historique, poignant, sombre, lancez-vous le plus vite possible dans Dark Shadow, vous n'en sortirez pas indemnes !
Orgueil et préjugés Orgueil et préjugés
Jane Austen   
Depuis plusieurs mois je me suis découvert une adoration pour la lecture fantastique, mais je me suis promit de lire d’autre style pour ne pas passer a côté d’un bon roman, car mes goûts son assez variés dans presque tout.
Orgueil et préjugés, un livre de 622 pages, si je n’aime pas ça va être long… Mais non je me suis fais avoir ! Malgré d’être loin de mon style de lecture j’ai craqué. (Mais je dois avouer que j’ai du parcourir la moitié du livre pour me sentir aisé, me laisser bercer et enivré par l’histoire).
Le personnage d’Élisabeth m’a charmé. Ici loin d’être une histoire de coup de foudre, mais bien une évolution de sentiments renversés.
Je sais que ce livre est un coup de cœur de beaucoup de personne et qu’il a reçu beaucoup d’éloge, c’est pourquoi je voulais le lire, le mettre au défit de voir si il pouvait me séduire. Il a réussit avec un franc succès.


par vallery73
La Maison de la nuit, Tome 2 : Trahie La Maison de la nuit, Tome 2 : Trahie
P.C. Cast    Kristin Cast   
Une suite vraiment mirifique,l'auteur continue à nous stupéfié avec c'est rebondissements. Ce deuxième tome est encore mieux que le premier. De par sa lecture fluide on n'est plongé dans un univers haut en couleur qui nous captive du début à la fin et on en redemande encore. Quoi qu'il en soit sa lecture va de surprise en surprise et ne cesse de nous étonner et malheureusement pas toujours sans tristesse, mais n'est ce pas l'implication de multiples sentiment qui en fait un excellent livre? tout ne peut pas toujours être rose! En définitive, ce livre est tout simplement estomaquant. Tome trois pour novembre il nous reste juste à patienté.
Bad Romance, Tome 2 : Cœurs indociles Bad Romance, Tome 2 : Cœurs indociles
Céline Mancellon   
J'ai beaucoup apprécié le premier tome de cette saga et je me suis dis pourquoi ne pas continuer avec celui-ci ?

Charlène, plus connu sous le prénom de Charlie est née au sein des Black Angels, un gang de bikers bien connu des forces de l'ordre et des autres habitants. Un caractère de chien, elle ne doit sa place qu'à ses poings qui savent donner des coups. Logan et Ray vont modifier son destin sans qu'elle ne le veuille réellement. Mystérieux, rancunier, arrogant, que des qualificatifs pour ces deux hommes. Et si tout cela n'était pas que le jeu du destin ?

Une histoire qui ne date pas d'hier. Charlie et Logan se connaissent depuis très longtemps, quasiment depuis l'enfance de la jeune femme (d'ailleurs je n'ai pas compris pourquoi dans la 4ème de couverture ils parlent de connaissance...) Bref, ces deux-là se tournent autour sans pour autant que l'un ou l'autre ne fasse un pas. Pourquoi ? Apparemment quelque chose du passé vient les tourmenter sans vraiment que cela ne soit dit clairement.

Elle est une dure à cuire avec un cœur immense. Elle adore ses deux frères étant entre les deux, et serait prête à tout pour les sauver de leur père, le chef du gang, quitte à "enlever" son petit frère et l'emmener avec elle dans un coin légèrement perdu afin d'intégrer une "école" de cascadeurs. Une vie non idyllique avec plus de problèmes que de bonheur. Ray est un homme qui semble la détester (en fait il ne peut vraiment pas la voir et on le sait dès le premier chapitre) Quant à Logan, il cache son jeu même si on découvre très rapidement ses instincts, ses désirs face à la jeune femme.

Attention, ce n'est pas un triangle amoureux, je le dis du départ, car le résumé semble prêter à confusion. Il y a bien ces trois personnages en premier plan, sans oublier le père de Logan, les soeurs de Ray, la famille d'une manière générale. L'histoire tourne autour d'eux tous avec en principaux ceux qui sont toujours en confrontation. Nous suivons le récit à deux voix, plus souvent celle des règles de Charlie que des résolutions de Logan, mais ce n'est pas plus mal, car certaines résolutions reprenaient des passages déjà lues dans les passages de la jeune femme.

Le passé est la clé de tout, mais CE passé n'est pas facile à décrire, ni même à comprendre. Il est bien là, présent dans les esprits de chacun des protagonistes sans pour autant se dévoiler aux lecteurs. Cela arrive par étape et nous laisse prendre le temps de mettre les pièces du puzzle en place.

Autant j'ai été transporté dans le premier tome de cette saga, autant ici, j'ai trouvé le rythme plus lent. J'ai eu plus de mal avec la lecture de ce second tome. Beaucoup de non-dits, de secrets, qui au final est un GROS secret. Je m'attendais à plus que cela. Certaines réactions de quelques personnages, comme Lem, ou Ray m'ont parus extrême. en vouloir à quelqu'un oui, mais jusqu'à ce point ? Je ne pense pas que j'aurais réagit de la même manière et surtout ne pas hérisser autant de murs et encore moins donner des interdictions, voire menacer.

Difficile de ne pas spoiler l'histoire, j'en resterais donc sur ce point où je n'ai pas compris ce qui se passait vraiment dans l'esprit de la plupart des personnages. Concernant Logan, il est celui que l'on suit bien plus facilement et qui même s'il s'interroge, arrive à surmonter ce manque, enfin à sa façon. Il est complexe. L'auteur a su travailler sur diverses facettes. Le côté gentil, protecteur, à la limite du grand frère. Le côté besoin primaire, quasi viscérale de l'avoir à ses côtés. Le côté bestial lorsqu'il se laisse emporter. Le côté quasi dépressif lorsqu'il passe un cap, ou qu'il se rend compte qu'il n'en a pas le droit. Un personnage qui n'est pas linéaire. J'ai beaucoup aimé toute la psychologie détaillée et sous-jacente que l'auteur laisse apparaître entre ses mots.

Je suis un peu déçue par la fin, surtout avec ce que Lem apprend à Charlie. Il y a comme un manque, pour ma part concernant cet état de fait. Après, il s'agit de la suite logique de tout ce qui se passe dans l'histoire et donc je ne voyais pas une autre fin.

En conclusion, une histoire plus légère au final que celui du premier. J'en attendais surement un peu trop de ce second tome, mais malgré tout, j'ai passé un agréable moment de lecture. Un peu plus de recherche au niveau de la mémoire, des souvenirs, un peu moins d'actions proprement dites, mais un personnage qui vaut le coup d'être découvert.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/bad-romance-tome-2-coeur-indocile-celine-mancellon-a130946580