Livres
528 410
Membres
548 450

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Matoline 2020-10-20T11:16:13+02:00

Chapitre 2 :

Ciaran

«… Chenoa pouffe, ses yeux s’embrasant d’une lueur joyeuse. Un progrès fragile, mais qui vaut tout l’or du monde.

— J’en fais trop ?

— Rends-moi le Ciaran arrogant et provocateur, je le préfère à cette version ultra polie.

— Le souci, c’est que je ne sais pas comment m’y prendre avec toi, avoué-je en me surprenant moi-même. Avant, on discutait librement, tous les deux, mais ton départ m’a prouvé qu’on n’était peut-être pas aussi proches que ce que je croyais. Et, là, j’ai besoin de toi, même si j’admets que ce que je te demande est… difficile pour toi.

Mon nouvel accès de franchise fait ciller Chenoa, ce qui n’est pas pour me déplaire. Au moins, elle sort de son rôle de pantin inexpressif. Elle me soupèse avec indécision, puis se rejette contre le dossier de sa chaise.

— J’ai voulu en finir. Je ne suis pas passée à l’acte, précise-t-elle devant mon sursaut.

Un silence indélicat s’installe, mais je me refuse à le briser. Chenoa aspire l’air par grandes bouffées, comme si elle avait besoin de se donner du courage ou d’un élan pour continuer, et j’ai dans l’idée que les mots qu’elle s’apprête à prononcer n’ont jamais franchi le seuil de ses lèvres.

— La pression, mentionne-t-elle d’un ton enroué. Le harcèlement, la douleur, le manque…

Elle renverse la tête en arrière pour dissimuler ses yeux humides, puis se rétablit, plongeant dans mon regard comme si, finalement, elle avait décidé d’exposer cette souffrance qui la ravage.

— Certains jours, je me disais que j’étais forte, que j’allais surmonter ça… Pour Bella… Pour que sa vie n’ait pas été vaine… Pour qu’on se rappelle que son étoile brille tout là-haut…

Elle abaisse ses paupières sous le poids de ses émotions, la bouche tordue en un rictus peiné. Une larme unique trace son chemin sur sa joue pâle. Elle reprend :

— Puis, d’autres jours, j’avais juste envie de m’endormir et de la rejoindre.

J’accuse le choc. Pas très bien, si je dois être tout à fait honnête.

— Non… Chenoa…

— Il y a encore des moments difficiles, continue-t-elle d’une voix hachée. Les doutes, le désir de ne plus rien ressentir, d’être simplement en paix…

L’abysse de douleur m’explose à la figure. Me coupe littéralement le souffle. Je revois Connell à l’hôpital, le visage exsangue et les traits tirés. Je me souviens de ses promesses de prendre soin de Chenoa et de ses regrets si manifestes que j’ai accepté de me tenir à distance. De taire la souffrance qui me lacérait la poitrine.

Une connerie sans nom dont je ne mesure vraiment l’ampleur qu’aujourd’hui.

— Ici, c’est plus… simple. Alors, rentrer ? Non, jamais !... »

Afficher en entier
Extrait ajouté par CrystalM 2020-10-04T22:34:09+02:00

Prologue

Chenoa

La vie est un mensonge.

Un putain de mensonge qui vous incite à croire que le bonheur existe. Oh ! L’illusion est parfaite ! Le destin vous plonge dans un bain de délices, de rires et d’amour, puis, le jour où vous vous y attendez le moins, il vous reprend tout.

Tout ?

Non, en vérité, il vous arrache bien plus. Parce que la somme de vos malheurs n’équivaudra jamais à celle de vos joies. Comme si la balance cosmique était programmée pour vous faire payer chaque frémissement du côté positif et qu’elle multipliait la note.

La plupart du temps, le souvenir même de mon bonheur m’échappe. J’ai beau examiner les photos de mes albums, admirer les sourires éclatants, écouter les autres me narrer des anecdotes passées, c’est comme si un écran noir tapissait ma mémoire. Je vois bien des images remplir l’arrière-plan, mais elles n’ont aucune consistance.

Aucune valeur.

J’ai cessé de ressentir la chaleur des émotions et des sentiments le jour où le destin s’est chargé de me voler l’unique chose qui comptait plus que ma propre existence.

Le jour où tout a basculé. Irrémédiablement !

Peut-on survivre à l’innommable ?

Peut-on continuer d’ouvrir les yeux sur un monde qui a perdu son soleil ?

Doit-on s’acharner à respirer avec cette douleur qui vous oppresse tellement que chaque inspiration est un enfer ?

Pourtant, la souffrance n’est pas seulement ma pire ennemie. Elle est devenue une compagne dont j’ai viscéralement besoin pour combler un peu du vide qui creuse aujourd’hui ma poitrine.

Mon bébé… Ma fille…

Ma perle… Mon amour…

Ma Bella…

« Fly, fly, little wing

(Vole, vole, petite aile)

Fly where only angels sing

(Vole là où seuls les anges chantent)

Fly away, the time is right

(Vole au loin, c’est le bon moment)

Go now, find the light

(Va maintenant, trouve la lumière) »

Source : kobo.com

Afficher en entier
Extrait ajouté par CrystalM 2020-10-04T22:33:34+02:00

Chenoa gémit contre ma bouche avant d’enrouler ses jambes autour de mes hanches. Je voudrais être capable de ralentir la cadence, mais mon excitation domine mes sens. J’ai besoin de la sentir contre moi et de me gorger de chacun de ses mouvements et halètements.

Alors, je l’embrasse encore et encore, mon corps frottant contre le sien pour endiguer mon envie de plonger immédiatement en elle. Je suis fébrile, débordé par des émotions qui parlent de frustration et de maîtrise de soi.

Rien qui ne subsiste longtemps face à la virulence de la passion qui nous assaille…

J’aspire son souffle comme si j’étouffais et pétris ses hanches pour me repaître de son contact. Ce n’est pas assez. Je lui mordille les lèvres avant de réinvestir sa bouche, tirant sur son tee-shirt pour toucher sa peau, puis encadre de nouveau son visage pour approfondir notre baiser.

La valse de nos langues ressemble à une bataille rangée. Pas de haine ni de violence, mais un besoin âpre de conquête et de possession.

Chenoa chaloupe contre moi, renforçant la puissance de mon érection. Je suis au bord du gouffre, prêt à la prendre, là, contre le mur, comme un adolescent incapable de se contrôler. Mais je ne veux pas ça pour nous. Je souhaite l’aimer comme elle le mérite… jusqu’à ce que son cœur explose en mille morceaux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode