Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Oceana78 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Marina's Tales, Tome 1 : Between the Land and the Sea Marina's Tales, Tome 1 : Between the Land and the Sea
Derrolyn Anderson   
C'a à l'air pas pire. Je pourrais essayer de le trouver et de le lire. :)

par cyn21
Waterborn Waterborn
Kimberly James   
Charms fade… "You don’t have to choose. You can be both. The girl with the charm, the girl without. They both suit you."

Caris Harper lives a charmed life. Literally.

When her dad offers to take her to the Emerald coast of Florida for summer vacation, Caris jumps at the chance. The chance to get answers to questions she’s always been too afraid to ask. The chance to be normal. Isn’t that what her dreams have been telling her, that here in the place of her birth she can be normal? But from the first moment the wind caresses her face and the sun touches her skin, the charm begins to fade, revealing a girl Caris never knew existed, one that is anything but normal. The long-buried Song that awakens is only the beginning of a transformation that will challenge her ideas about loyalty and family.

Noah Jacobs is a waterbreather—a species of human fully adaptable to life in the water. Like his older brother Jamie, Noah wants to prove they can use their abilities and be heroes in service to their country. When a simple mission goes wrong and Jamie goes missing, Noah exiles himself to the Deep in a desperate search. MIA is a classification Noah is not ready to accept. But instinct can’t be ignored. Not when he hears her Song. Caris is not what he expects and Noah is determined to get her out of his head. Instead he finds himself acting as her mentor and the more time they spend together, the more Noah realizes he just wants Caris.

When a startling truth threatens their newly formed trust, Noah straddles the line between love and obsession while Caris struggles to find a balance between the girl she thought she was and the young woman she wants to be.

par Oceana78
Gaïg, Livre 1 Gaïg, Livre 1
Dynah Psyche   
Contient les 5 premiers tômes : La prophétie des nains/La forêt de Nsaï/L'appel de la mer/L'île des disparus/La lignée sacrée

par sophie22
Marquer les ombres, Tome 1 Marquer les ombres, Tome 1
Veronica Roth   
«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.
Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.
Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...
Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.
Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!
D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?
C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.
Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"
Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.
Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.
Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^
Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.
Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)
Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.
(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)
Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.
Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.
Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺
BREF.
Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.
Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.
Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺
J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).
Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.
[spoiler]Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?[/spoiler]

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. [spoiler]Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?[/spoiler]

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.
Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

par Sheo
Les anges de pierre Les anges de pierre
Monique Le Dantec   
En quête de leurs Ancêtres venus à l'aube des temps sur notre planète et n'ayant pu repartir, et de l'Inconnue qui y règne, censée résoudre leurs problèmes, Adr et Roz, immortels et pacifiques, débarquent sur Terre. Ils sont rejoints par deux de leurs compatriotes, Tor et Liz, hostiles à leur mission. Leur voyage trépidant conduira nos héros tout autour du globe et leur fera découvrir les humains dans ce qu'ils ont de meilleur et de pire. Dans un style maîtrisé, truffé de détails insolites et de rencontres hors normes, Monique Le Dantec, dont c'est le septième roman, nous entraîne au fil des pages dans une longue quête initiatique, une réflexion philosophique et un regard incisif sur notre monde.
Les anges de pierre, un surprenant thriller fantastique aux frontières du réel et de l'imaginaire.

par x-Key
Entre chiens et loups, Intégrale Entre chiens et loups, Intégrale
Malorie Blackman   
4 tomes impossible à lacher. 4 tomes d'une splendeur inouie. 4 tomes absolument geniaux. 4 tomes qui devienent une drogue entre vos main. En bref la meilleur saga de que j'ai lu, ou plutôt dévorée. Un grand MERCI à Malorie Blackam pour ce chef-d'oeuvre génialissime.



par ChocBook
J'ai failli te dire Oui J'ai failli te dire Oui
Federico Moccia   
il est facile de s'aimer sur une île paradisiaque, loin de la vie au quotidien, des ennuis, des amis et surtout de la famille mais il faut revenir et là on se retrouve face à la vie de tout les jours, au booulot, au imprevu, au nouvelle rencontre... Bref l'amour le vrai devrait faire face à tous, resister aux tempêtes comme à la routine non? Pourtant voilà Federico Moccia nous montre l'envers du decor, comment l'amour peut passer aussi facilement qu'un claquement de doigt de l'utopie au cauchemard, un veritable parcours d'obstacle et surtout comment la preparation d'un mariage, la confrontation de deux familles peut tout faire deraper en quelque jour. Un moment d'inattention, un relachement et l'autre se sent delaissé au point de tout quitter, et voir même de tenter une autre aventure avant de se rendre compte la plus part du temps qu'on a fait le mauvais choix.
La vie de tout les jours et la plus difficile barrière à franchir pour un couple, pour que l'amour vive jour apres jour sans que la flamme s'eteigne ou se consume au point de n'être plus qu'un souvenir lointain, un petit fil qu'une simple rencontr peut faire rompre.
Bref grace aux différents personnages, (Pietro et son incapacité à etre fidele, Flavio et la routine qui achéve son couple, ou encore Enrico dont la femme est partie avec un autre), l'auteur nous detail tout les imprevus de la vie dont le couple doit faire face. Le fis rouge de toutes ses histoires est bien sur Alex et Niki qui decide de se marrier contre vent et marée mais peut etre que les courants seront plus forts? Pour le savoir il ne vous reste qu'une chose à faire, plonger dans les meandres de tous les couples, qui seront certainement vous rappeller les votres..., afin de le decouvrir.

En tous cas j'ai adoré le livre que j'ai devoré, en esperant qu'une chose... Que l'amour triomphe...

par bamby114
Une braise sous la cendre Une braise sous la cendre
Sabaa Tahir   
CE LIVRE EST ABSOLUMENT A LIRE. Trop souvent dans ce type de roman la violence est aseptiser et ne laisse aucune trace mais la c'est l'une des rare fois ou on a l'impression d'être dans un vraie monde.
Bon pour les personnages : J'ai tous simplement adoré Laia. [spoiler]Elle a beaucoup d’insécurité mais contrairement à ce qu'elle croit est très endurante. J'ai trouvé ses passages plus intéressants et j'ai préférée son personnage.[/spoiler]

Elias est un personnage que j'ai aussi appréciée mais [spoiler]des fois j'avais vraiment envie de lui mettre mon poing dans la figure. BIEN SUR QUE EL EST AMOUREUSE DE TOI IDIOT. Mais c'est rafraîchissant que pour une fois ce soit le garçons qui se torture sur l'amour. Même si des fois c'est agaçant. Mais ça rend la chose plus vraie. Par compte je le plaint sa mère est une vraie psychopathe et j'ai envie de savoir qui est son père. Je pense qu'il va finir avec Laia. Ils sont mignon ensemble même si je préfère Kennan. Après au delà des histoires de cœur j’apprécie vraiment ce personnage et son envie de rester intègre. Mais je le voie mal finir empereur. J'ai l'impression que ce qu'il veut c'est une vie simple au final. Et après tout ce qu'il a vécue c'est normal. Mais je dois avoué que la scène ou il se compare a Kennan est hilarante. Je l'ai beaucoup appréciée même si j'ai préférée Laia[/spoiler]

[spoiler]Je reste mitigée sur Hel, d'un coté elle subis aussi ce qui ce passe. Après j’espère qu'elle va briser sa promesse. J'ai un peu de mal avec les personnages qui mettent l'honneur devant tout. Et parfois je dirais même qu'il y a plus d'honneur a ne pas respecter sont serment justement.[/spoiler]

[spoiler]Kennan j'ai tellement envie de le voir plus. J’espère qu'il ne va pas mourir. Je sent que c'est le personnage qui a le plus de chance d'y rester. Quand a Cook c'est définitivement un personnage intriguant et j'ai hâte d'en savoir plus sur elle et son passé. [/spoiler]

Attendre le prochain tome va être une torture !

par Bellarke
Troisième humanité Troisième humanité
Bernard Werber   
Haaa comme je l’attendais ce dernier Werber ! Deux ans que j’espérais sa dernière oeuvre comme une prépubère son premier flirt ! Et le voilà achevé… Deux ans de patience et un week end en ermite pour me récompenser!

Troisième humanité, un nouveau délire onirique de mon cher Bernard. Où j’ai retrouvé avec joie la famille Wells qui naquit il y’a vingt ans pour » Les fourmis », enfin leur descendants bien sûr. Voilà donc un retour aux sources pour les fans dont je fais partie.

Cette famille de précurseurs et de découvreurs en tout genre nous fait réléchir, dans ce roman, au devenir de l’humanité. Surconsommation, nucléaire, intégrisme, surpopulation, en passant par les catastrophes de Fukushima et du 11 septembre et tout ça à travers le regard et la pensée de….notre propre planète. Car, à travers l’imagination débordante de Bernard Werber, la Terre est vivante, elle a une conscience, c’est elle qui a crée les humains et elle souffre de les voir la détruire. Perforation à coup de bombes nucléaires, vol de son « sang noir », engrais, pesticides, pollution qui détruit sa protection, la Terre en a assez de ces mammifères qui se reproduisent à vitesse exponentielle sans se soucier de l’avenir de l’humanité!

Le grand challenge de quelques unes de ses créatures sera de sauver leur planète en créant une race de « mini humains » résistants aux radiations, capables de se faufiler n’importe où pour des missions secrètes. Une race féminine et ovipare! La femme n’est-elle pas l’avenir de l’homme ?

Je vais tenter de ne pas trop m’emballer au risque de spoiler à tort et à travers mais cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon Werber, un début de trilogie comme il se doit, avec des parenthèses de l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, comme dans tous ses romans, qui nous laisse plus intelligent qu’avant.

Une nouvelle réflexion sur notre avenir, sur notre comportement, un cri d’alerte qui se dévore en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Fidèle à lui même, Bernard Werber nous jette des mots et des phrases sans fioritures, qui vont droit au but. PAN! Prends ça dans la tête et maintenant réfléchis. Réfléchis bien….


par NathM
L'Age du Feu, tome 1 : Dragon L'Age du Feu, tome 1 : Dragon
E. E. Knight   
Ce roman est original car le personnage principal est un dragon. Nous abordons donc le monde du point de vue d'Auron, jeune dragonnet qui doit apprendre à survivre seul dans un univers tout sauf accueillant. On en apprend beaucoup sur le comportement des dragons, comme par exemple la raison de leurs trésors... Sympathique, mais sans plus.

par Funambule