Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ombe2003 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Les enfants de la Lampe magique, Tome 1 : Le secret d’Akhenaton Les enfants de la Lampe magique, Tome 1 : Le secret d’Akhenaton
Philip B. Kerr   
se livre est trop bien j'ai adoré
c'est dommage qu'il ne soit pas connu car il est super

par garance
Pars avec lui Pars avec lui
Agnès Ledig   
Le début du livre était vraiment prometteur, j'ai aimé les débuts de la relation entre Roméo et Juliette, je me suis attaché a ces personnages ainsi qu'a Vanessa et Guillaume, dés le début j'ai eu envie de tuer Laurent. Même si j'ai aimé une grande partie de ce livre la fin me laisse dubitative, elle ne m'a pas convaincue ! C'est ce que j'attendais mais pas comme je l'attendais !
Sinon une superbe écriture fluide et un récit à plusieurs voix trés appréciable.

par allie
Journal Journal
Anne Frank   
C'est un livre boulversant et poignardant. Certains passages sont horriblement tristes. Mais il retranscrit bien l'ambiance et la situation de l'époque. Ce n'est pas le genre de livre qu'on lit pour se distraire mais pour apprendre, s'instruire. Je dois avouer qu'à la fin de l'histoire j'ai bien pleuré.

par myra44
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Une jeunesse au temps de la Shoah Une jeunesse au temps de la Shoah
Simone Veil   
Simone Veil survit tant bien que mal dans des conditions déplorables. J'ai été particulièrement marquée lors du passage de Bergen-Belsen à cause de toute cette cruauté ; souffrant d'un manque de ressource, il se développe des cas de cannibalisme tant les Hommes sont désespérés. C'est d'une atrocité sans nom... Il y a également l'épidémie de typhus qui cause de nombreux morts dont celle d'Yvonne. Sa mort est émouvante car elle était comme un point de repère pour Simone Veil. Le retour à la vie normale st compliqué. La communauté juive est accueillie avec indifférence, on ne s'intéresse pas à ce que les Juifs ont vécu. Je me sens révoltée de ce comportement ; heureusement qu'elle ne se laisse pas démonter. Mariée et ayant trois enfants, elle entre dans la magistrature, un domaine assez masculin tout en étant juive. Une revanche sur la vie ! Et quelle vie !

Ce livre met en lumière l'horreur des camps de concentration que subissaient les Juifs et constitue un témoignage de valeur pour ceux qui souhaitent découvrir ce génocide.

par Karyulie
Les Sorcières de North Hampton, Tome 2 : Le Doux Baiser du serpent Les Sorcières de North Hampton, Tome 2 : Le Doux Baiser du serpent
Melissa De La Cruz   
J'avais eu énormément de mal à terminer le tome 1, parce que les personnages étaient -selon moi- trop antipathiques et agaçants. Mais finalement je ne regrette pas d'avoir persévéré et d'avoir lu le tome 2, car j'ai adoré cette suite.
Les personnages sont beaucoup plus attachants et intéressants que dans le tome précédent.
Freya est plus mature, même si elle reste celle que je préfère le moins.
Joanna est plus présente qu'avant et c'est tant mieux. Il lui arrive, enfin, des choses intéressantes.
Ingrid est celle que je préfère. Ses doutes et inquiétudes m'ont beaucoup touché et je trouve que des trois héroïnes, elle est celle à qui l'on peut, le plus, s'identifier. Ses problèmes et sentiments m'ont semblé plus "humains" que ceux de Freya et de Joanna.
Quant à l'intrigue, je l'ai trouvé passionnante. Chaque fin de chapitre donne envie de lire le suivant et ça devient difficile de s'arrêter.
J'ai particulièrement aimé les passages sur l'Histoire des sorcières dans l'Europe du XVIIème siècle.
D'ailleurs les titres de chaque chapitre correspond à des paroles de "vieilles" chansons française. C'est plutôt surprenant qu'une auteure américaine est des références de notre culture musicale.

Pour résumé, si vous n'avez pas aimé le tome 1 et que vous prévoyez d'arrêter cette trilogie, je vous connaisse de persévérer car ce deuxième tome est complètement différent du précédent et il vaut vraiment le coup d'être lu.

par Avalon
Les Sorcières de North Hampton, Tome 3 : Les Vents de Salem Les Sorcières de North Hampton, Tome 3 : Les Vents de Salem
Melissa De La Cruz   
Un dernier tome excellent qui clos une saga magnifique !
Freya, Ingrid et Freddie vont me manquer. J'ai adoré ce tome, avec le parallèle entre les deux époques et ses rebondissements amoureux.
J'ai même oublié le petit bémol de cette série (la mythologie nordique n'est pas beaucoup plus développée que dans les anciens tomes) tellement j'ai été transportée par ce livre.
Pour les fans de Melissa De La Cruz, du pur bonheur !

par Cleem27
L'Héritage, Tome 1 : Eragon L'Héritage, Tome 1 : Eragon
Christopher Paolini   
J'ai commencé ce livre un jour sur un coup de tête, c'était mon premier roman de fantasy pure et dure et je l'ai lu d'une traite. Il est tout simplement génial, l'univers créé par l'auteur est complet, magique, intriguant et dangereux parfois. J'ai adoré m'y perdre et voyager en compagnie d'Eragon et Saphira.

par x-Key
L’Épreuve, Tome 3 : Le Remède mortel L’Épreuve, Tome 3 : Le Remède mortel
James Dashner   
Retour dans le monde de James Dashner!
Et oh lalala, je ne crois pas que je vais me remettre de cette trilogie. Ça doit faire un an que je n'ai pas lu ce genre de série qui vous comprime le cœur et vous empêche de dormir. Je doute d'en retrouver encore. Car L'Epreuve est vraiment exceptionnel et c'est se briser le cœur que de fermer Death Cure. Un déchirement. Savoir que plus jamais je ne lirai sur ces blocards me tue, c'est un horreur.
Que dire sur ce tome 3? Déjà, qu'il faut une volonté surhumaine pour ne pas lire la fin (qui, comme tout les tomes, se finit sur un mail du WICKED.). Des le début, ce n'est que panique et angoisse et les doigts qui tremblent sur les pages. C'est affreux de devoir tourner chaque page. Jamais l'action ne s'arrête. Il y a toujours quelque chose qui se passe, l'histoire ne s'essouffle pas et ne parait pas forcée.
Tous sont de retour: Thomas, Minho, Theresa, Brenda, Jorge, Newt... Les fondus, Poêle à frire, le WICKED... Mais que d'émotions, j'en ai encore la gorge nouée, l'estomac de travers et les larmes aux yeux!!
[spoiler]Newt, qui n'est pas immunisé contre la Braise. Sa descente vers la folie, terrible et terrifiante. Il est mon personnage préféré. Savoir ça... L'espoir que j'ai eu jusqu'au bout, jusqu'à la dernière page... Il y a des passages très éprouvants dans Death Cure. Quand Minho et Thomas retournent chercher Newt, dans un Crank Palace -Palais de Fondus- et que celui ci les rejette... Je crois que je n'ai jamais rien lu de plus dur. C'était horrible de voir ce trio disparaitre... Et sa mort... Seigneur!! Des hauts le cœur, une irrépressible envie de hurler et de tout balancer. Je vous jure qu'on pète les plombs à ce moment là. Enfin, un moment très intense et très éprouvant.[/spoiler]
Le livre entier vous fait péter les plombs du début à la fin. Que ce soit parce que vous voulez savoir la fin ou parce que c'est fini, vous avez intérêt à avoir le cœur bien accroché. Je ne peux pas dire plus. Je ne peux pas vraiment retranscrire ce que j'ai ressenti à ma lecture de Death Cure. C'est au delà du descriptible et de l'excellente lecture. C'est un monde qui se ferme et une blessure qui s'ouvre.
Ici, il n'y a plus de labyrinthe ni de désert. L'action se passe dans différents lieux et on en découvre plus sur le monde. Avec une surprise en prime.
Mais ça se passe bien jusqu'à l'épilogue. L'épilogue est une horreur indescriptible.
Je suis absolument détruite en pensant que je ne lirai plus jamais sur Thomas, Minho, Newt et les blocards. C'est affreux.
Alors à vous, chanceux qui ne l'avaient pas encore lu, je vous souhaite bien du courage pour supporter cette dernière épreuve. Mais prévoyez une nuit, parce qu'il est impossible de faire une pause dans cette avalanche d'action, de rebondissements et de sentiments. Ayez le cœur accroché et résistez à l'envie de lire l'épilogue.
Bon courage!
La guérisseuse et le roi La guérisseuse et le roi
Barbara Wood   
Je tiens tout d’abord à remercier tout particulièrement, les Editions des Presses de la Cité, pour l’opportunité qu’ils m’ont donnée de découvrir le dernier roman de Barbara Wood. J’avais très envie de le découvrir, il faisait d’ailleurs parti d’une de mes sélections pour mes envies livresques.
Alors, verdict ! Ai-je aimé ou pas ? Et bien, oui, même si ce n’est pas un coup de coeur, il n’en est pas passé loin.

Ce roman, nous fait voyager, loin, très loin, 1500 ans avant notre ère, à l’époque lointaine ou l’Empire Égyptien est en pleine expansion. Nous sommes en Syrie, ou du moins, sur les terres ou elle se situe aujourd’hui, et nous suivons la vie de la famille de Léah. Les personnages sont nombreux et pour la plupart attachants.

Léah, tout d’abord, il s’agit d’une belle jeune fille, en âge de se marier. Malheureusement, son précédent prétendant est décédé peu avant leur noce. Par conséquent, sa famille mise tout sur Jotham, un riche armateur. Par un concours de circonstances malheureuses, Léah va provoquer la colère de ce dernier, et précipiter la perte de sa famille vers la faillite. En effet, à cette époque, l’honneur d’une famille passe par les fils, et les hommes. Or Léah n’a que deux soeurs, et la dernière malheureusement ne trouvera jamais de prétendant à cause d’une déformation de la lèvre.

Avigail, la grand-mère de Léah, dirige la maison d’une main de fer. Malheureusement Jotham et sa soeur vont tout faire pour ruiner leur famille et y parvenir. Les manigances et les complots, parfois politiques, sont le fer de lance de ce roman historique, et je dois dire que ce n’est pas pour me déplaire.

L’écriture de Barbara Wood m’a vraiment plu, et j’en suis assez surprise. En effet, j’ai lu l’année dernière un précédent livre de cette auteure, et je n’avais pas du tout aimé, je l’avais trouvé trop convenu, et trop mièvre à mon goût. Ici, ce n’est pas le cas, il y a de nombreux rebondissements, et si, en effet, il y a une jolie romance entre Léah et Daveed, elle n’est pas le point central de ce livre.

Par contre j’ai été assez surprise par ma lecture, pour moi, la quatrième de couverture ne reflète absolument pas le déroulement de ce roman. En effet, si Léah en effet sauve le roi Shalaaman, elle n’est à la base, pas vraiment guérisseuse, elle le devient par un concours de circonstances, pour tenter de sauver sa famille de la déchéance, ou elle l’a entraînée, bien malgré elle. Quant à son enlèvement, il se passe dans le dernier quart du livre.

Mis à part ce léger bémol, j’ai vraiment aimé ce livre, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, j’entends encore en moi, les bruits et les cris propagés par la terrible bataille de Jéricho, la fuite des habitants, la peur au ventre, mais aussi, des autres cris, plus joyeux des marchés aux épices, plantes ; ou encore d’autres plus exaltés, hurlant leur enchères pour remporter l’esclave tant prisé.

En bref, une très belle découverte, et un roman que je vous recommande les yeux fermés, si vous êtes friands de grandes fresques historiques.

Ce roman a été publié en 2013, aux Editions des Presses de la Cité.

http://milleetunepages.com/2013/09/13/la-guerisseuse-et-le-roi-de-barbara-wood/

par cledesol