Livres
415 575
Membres
328 211

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-J’ai une nouvelle fascination pour le minuscule. (Ses yeux s’embrasèrent tandis que ses mains caressaient l’extérieur de mes cuisses.) Le délicat, le magnifique, le fragile. Je veux te protéger et t’anéantir en même temps, murmura-t-il contre mes lèvres, mais seulement de la meilleure des façons possibles. (La lueur dans ses prunelles me rassura.) Petite, mais bien roulée. (Il prit alors mes seins en coupe pour me caresser les tétons.) La femme la plus sexy avec qui je sois jamais sorti. (Sa main droite disparut entre mes jambes, et il ne me quitta pas des yeux en introduisant deux doigts dans mon sexe chaud et humide.) Aussi belle en haut qu’en bas. (Son souffle était saccadé.) Et putain, être en toi, qu’est-ce que c’est bon !

Afficher en entier

— Vous êtes en retard, nous chuchota Hannah quand nous fendîmes la petite foule encombrant la librairie pour rejoindre notre famille.

— C’est la faute de Cole, répondis-je dans un murmure.

— C’était quoi, cette fois ? marmonna Marco. Il voulait tester la résistance de la table de cuisine ?

Je souris, les yeux rivés sur Joss, qui évoquait l’inspiration ayant donné naissance à sa dernière héroïne.

— Non. L’efficacité de notre pomme de douche.

— Je crois que je vais vomir.

Je pouffai doucement en entendant ce grommellement familier par-dessus mon épaule. Logan se tenait juste derrière moi, élégamment vêtu d’une chemise bleu nuit et d’un jean noir.Il me fit la grimace.

— Fais-moi plaisir : la prochaine fois, regarde autour de toi avant de partager ce genre de détails.

M’efforçant d’étouffer mes gloussements, j’acquiesçai et me concentrai sur le discours de Joss.Quelques minutes plus tard, après avoir fini sa présentation et signé plusieurs livres, elle se dirigea vers nous. Elle avisa mes bouclettes encore humides et mes joues colorées.

— D’abord, tu es en retard, puis tu parles pendant mon laïus. Tu me dois une autre toile.

— Pardon. C’était la faute de Cole.

— Arrête, m’interrompit Logan en levant la main.

— Qu’est-ce que j’ai dit ?

— Qu’est-ce que tu as dit ? voulut savoir Braden en venant se poster près de lui.Logan se tourna vers son patron en fronçant les sourcils.

— Je préfère ne pas en parler.

— Ça parlait de Cole, de moi et d’une douche.

Braden fit la moue.

— Oh, je ne veux pas en savoir plus.

— J’ai besoin d’un verre, ronchonna mon frère.

Afficher en entier

— Eh bien, tout ce que ma famille m’a dit ce soir, c’est combien la fameuse Shannon MacLeod était adorable.

Je rougis intérieurement de plaisir, heureuse d’avoir été appréciée, mais je ne répondis pas. Je ne savais pas trop ce qu’il attendait que je dise. Mon mutisme n’était clairement pas la réaction escomptée, car il parut soudain exaspéré.

- Tu peux m’expliquer pourquoi je n’ai jamais rencontré cette version de toi ? Non… attends. (Il se pencha vers moi, ses yeux verts brûlant de colère.) Je l’ai rencontrée, mais quand tu avais quinze ans.

Je m’empressai de me détourner, guettant l’arrivée du barman. Quelques secondes plus tard, j’entendis un grognement d’agacement et je sentis Cole se redresser. Je poussai un immense soupir de soulagement, mais m’étranglai en voyant Hannah se précipiter vers moi. Elle s’arrêta en fronçant les sourcils.

- C’était quoi, ça ? voulut-elle savoir en me désignant la direction où Cole avait dû disparaître.

- Rien. Elle plissa les paupières.

- Cole est mon meilleur ami et il me raconte tout, je sais donc qu’il t’a fait des avances et que tu l’as éconduit. Je devine aussi à sa réaction que tu l’as repoussé de façon pas forcément sympathique. Cole a tendance à tout prendre avec détachement, il faut vraiment y aller pour le mettre dans cet état de rage. Cela ne lui ressemble pas.

- Je n’ai fait que dire la vérité, me défendis-je. (Je ne voulais pas que ces gens bien sous tous rapports cessent de m’apprécier.) Je lui ai dit que je savais qu’il était un coureur et que cela ne m’intéressait pas. Hannah sembla stupéfaite.

- Tu plaisantes, pas vrai ? Je secouai la tête.

- Cole ? Un coureur ? (Elle s’esclaffa.) Tu as fumé, ou quoi ?

Je me figeai alors, n’aimant pas du tout sa réaction. Même si elle souriait, son air demeurait incrédule.

- Shannon, quand j’ai rencontré Cole Walker, c’était un ado timide de quatorze ans qui n’arrivait pas à aligner deux mots en ma présence. Cole est tout, sauf un coureur. Je m’efforçais de comprendre ce qu’elle me disait, mais je doutais d’être capable de dissimuler le doute qui m’habitait.

- Mais il a tout d’un bad boy, couinai-je.

Elle gloussa.

- Pas du tout.

- Mais il est si… prétentieux et charmeur…

Ma voix se brisa quand le malaise que j’éprouvais depuis le début de la soirée s’expliqua enfin.

- Eh bien, il a passé ses années d’adolescence entouré d’hommes incapables de s’empêcher de flirter outrageusement avec leurs femmes. Chacun d’entre eux (elle désigna les quatre coins de la pièce) est impudent, arrogant et un peu crâneur. (Elle sourit largement.) Mais tu ne trouveras aucun homme plus fidèle ou amoureux qu’eux. (Elle prit alors un air grave.) On a surmonté des tas d’épreuves. Cole aussi. Comme nous, il sait ce qui compte vraiment. Et il a été profondément influencé par les hommes de son entourage. Il n’a jamais aimé la désinvolture. À part Jessica et sans doute quelques coups d’un soir dus à l’alcool, il n’a toujours eu que des relations sérieuses. Il cherche la personne idéale pour s’installer avec elle. C’est un romantique. (Son regard trahissait une affection profonde.) C’est aussi l’un des garçons les plus gentils que j’aie rencontrés de ma vie. Je l’aime du fond du cœur et… je ne veux que le meilleur pour lui, conclut-elle d’un ton plein de sous-entendus.

Je me sentis mal dès qu’elle eut fini de parler. Sincèrement, profondément mal.

Afficher en entier

" The look he gave me . . . it was as if he wanted to protect me in Bubble Wrap. "

Afficher en entier

– Cole… Ils ne m’ont jamais offert ce que tu m’as donné. Pas une fois. Tu le vaut bien. Tu vaux largement toutes les mauvaises choses que j’ai endurées, car traverser ces épreuves m’a menée jusqu’à toi.

– Shannon.

Il se blottit contre moi, la voix rauque et chargée d’émotion

Afficher en entier

– Je t’aime, Shannon. J’ai envie de te protéger et de veiller sur toi. Je veux être ta famille et te donner la mienne, pour que tu n’aies plus jamais à te sentir triste si quelqu’un est trop stupide pour laisser tomber une personne aussi spéciale sans se rendre compte que son existence sera toujours plus terne sans elle.

Afficher en entier

– Tu es ma famille, Cole. Et je veux que tu le restes jusqu’à la fin de mes jours.

Afficher en entier

– Cole, répondit-il. Cole Walker.

Je souris. Ça lui allait comme un gant.

– On dirait un nom de héros.

(…)

– Alors, es-tu un héros, Cole Walker ?

– Qu’est-ce-qu’un héros, au fond ?

– Quelqu’un qui sauve les autres, je dirais.

(…)

– Et donc, est-ce que tu sauves des gens ?

Il rit.

– Je n’ai que quinze ans. Laisse-moi le temps.

Afficher en entier

-J'ai besoin de savoir, insista-t-il. (Il me caressa la pommette du revers de la main, les yeux plongés dans les miens). J'ai besoin de savoir pour réparer tout le mal qu'ils t'ont fait.

Mes yeux et mon nez me piquaient tant ses paroles visaient juste.

-Si tu savais ... (Je secouai la tête, tentai de m'écarter, mais il m'en empêcha.) Cole.(J'essayai de parler d'une voix autoritaire, mais il raffermit son étreinte.) Si tu savais, tu saurais à quel point j'ai été idiote. Tu ne me regarderais plus du même œil.

Chapitre 15 - page 227

Afficher en entier

Il me détailla d’un coup d’œil et tiqua en avisant la couverture de mon livre.

- Fan de J. B. Carmichael ? m’interrogea-t-il. J’avalai ma salive avec peine, tâchant de reprendre contenance.

- Ouais.

Il opina du chef puis soutint mon regard.

- C’est la meilleure amie de ma sœur. Elle habite à New Town.

Quoi ? Qu… Je restai bouche bée, telle une vraie groupie.

- Sérieux ? chuchotai-je, m’imaginant déjà la rencontrer et lui faire dédicacer mes exemplaires de ses ouvrages. Je savais qu’elle était américaine mais vivait en Écosse. Sa série se déroulait à Richmond, en Virginie, et Édimbourg y figurait aussi. J’ignorais simplement que j’étais si proche d’elle depuis quelques semaines. Une lueur malveillante illumina les pupilles de Cole, mais j’étais trop occupée à me faire un film pour y prêter attention.

— Ouaip. (Il eut un claquement de langue réprobateur.) Dommage.

Son ton me tira brutalement de ma rêverie. La signification de son regard s’imposa subitement à moi. J’avais perdu toute chance de rencontrer l’auteur depuis que j’avais déclaré la guerre à mon boss. Il m’adressa un sourire pincé et triomphal, puis tourna les talons. La colère me submergea.

- Tu n’es qu’un imbécile immature !

- Je m’en cogne complètement, Tartelette, rétorqua-t-il. Et c’est toi qui as commencé.

Afficher en entier