Livres
472 327
Membres
444 504

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Non, ne viens pas.

Ma voix était aigüe comme je m’asseyais, mon coeur martelant à la pensée de le voir ici.

— Je ne veux pas que tu viennes.

— Putain, Els…

J’ai tressailli à la douleur dans sa voix.

— S’il te plaît, Adam.

— J’en ai besoin. J’ai besoin d’être avec toi. Je t’aime, Ellie. Je t’aime tellement

Il pleurait.

Je ne l’avais jamais entendu ou vu pleurer avant.

À ses larmes et sa confession franche, j’ai commencé à pleurer aussi et me suis effondrée sur mon oreiller en serrant le téléphone contre mon oreille.

Afficher en entier

— Toutes ces années, même maintenant, tu m’as dit que tout ce que tu as toujours voulu faire était de me protéger de toute blessure. Et pourtant, tu dis des choses et fait des choses pour me confondre, me faire penser que tu pourrais ressentir la même chose que moi et la seconde suivante, tu es froid et tu affiches avec d’autres femmes devant moi.

Les larmes tombaient vite maintenant et j’ai pu voir que les yeux d’Adam commencer à miroiter de douleur. Je m’en fichais. Je devais en finir avec ça.

— La seule personne qui m’a vraiment fait du mal, c’est toi. Et je continue à te laisser faire.

— Ellie.

Mon nom sonnait de douleur, comme il a fait un pas vers moi. Il s’est arrêté, cependant, la douleur paraissant dans ses yeux quand je me suis éloignée de lui.

— Je t’aime vraiment, a-t-il admis et au lieu de ressentir de la joie à ces mots, le dernier morceau de moi tenant sur l’espoir s’est effondré.

J’ai secoué la tête.

— Mais pas assez.

— Tu sais que ce n’est pas vrai. El,toi, plus que quiconque doit comprendre. Si toi et moi commençons quelque chose et que ça finit par ne pas fonctionner, je perds aussi Braden. Je perdrais les deux personnes les plus importantes dans ce monde.

J’ai voulu le comprendre. J’ai toujours essayé de comprendre les raisons derrière les actions des gens parce que j’ai toujours voulu croire au meilleur dans chacun. Mais tout ce que je savais c’était que je l’aimais assez pour risquer toute notre histoire pour quelque chose de plus et le fait qu’il n’était pas enclin me disait qu’il ne pouvait absolument pas ressentir ce que je ressentais pour lui. Je ne voulais pas être dans une relation avec quelqu’un que j’aimais plus qu’il ne m’aimerait jamais.

— Rentre chez moi, Adam, répondis-je doucement. Nous avons terminé.

Il a écarquillé les yeux sous le choc.

— Ellie…

— Je ferai semblant pour Braden. Quand nous serons tous ensemble, je ferai semblant pour Braden que rien n’a changé entre toi et moi. (J’ai soutenu son regard, essayant d’être forte tandis que j’arrêtais tout.) Mais peu importe ce que cela est, c’est fini. Tout. Ne m’appelle pas, ne me visite pas… rien. Je ne te veux pas près de moi quand tu ne dois pas l’être. Ça fait trop mal et si tu te soucies de moi même juste un peu, reste loin de moi.

Afficher en entier

Mon téléphone a sonné et j’ai tourné la tête sur mon oreiller pour le regarder sur ma table de chevet.

Adam Appelle.

J’ai respiré difficilement à cause de ma poitrine étirée et me suis étendue pour attraper le téléphone. Depuis que j’ai atterri à l’hôpital il y avait dix jours, Adam avait manqué à sa parole sur sa promesse inexprimée de rester en dehors de ma vie. Il m’a appelée chaque jour et est venu à l’appartement autant de fois qu’il estimait devoir venir. Trop épuisée pour le combattre, je l’ai laissé faire.

— Salut, répondis-je, et je pouvais dire que ma voix ne me ressemblait pas.

Il y avait un grésillement sur la ligne comme il a poussé un profond soupir.

— Braden vient d’appeler.

Je me suis raidie en entendant la rudesse de la voix d’Adam, le ton étranglé dans sa voix.

— Oui.

— Seigneur, Ellie, a-t-il gémit comme s’il était à l’agonie. Ma chérie…

— Ne fais pas ça.

J’ai secoué la tête même s’il ne pouvait pas me voir et je me suis mordue la lèvre pour essayer de freiner l’écoulement des larmes. Aussitôt que j’ai senti que je pouvais parler sans pleurer, j’ai continué.

— Nous ne savons encore rien.

— Je sais que je dois venir te voir. Je serai là dans dix minutes.

— Non, ne viens pas.

Ma voix était aigüe comme je m’asseyais, mon coeur martelant à la pensée de le voir ici.

— Je ne veux pas que tu viennes.

— Putain, Els…

J’ai tressailli à la douleur dans sa voix.

— S’il te plaît, Adam.

— J’en ai besoin. J’ai besoin d’être avec toi. Je t’aime, Ellie. Je t’aime tellement.

Il pleurait.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier

— Tu dois t’arrêter, baby, a-t-il dit en enlevant ma main avec un soupir plein de regret. Je dois souffler.

Quand il a soulevé la tête, nos regards se sont croisés et il a vu les larmes briller dans les miens et s’est écarté de moi avec un juron. En passant sa main dans ses cheveux, Adam a poussé un profond soupir.

— Je n’aurais pas dû faire ça. Els, je suis désolé.

Son visage se chiffonna et j’ai vu de la flagellation dans son expression.

— Pourquoi, demandais-je doucement, ayant besoin de savoir une fois pour toutes ce qui nous arrivait. Pourquoi tu n’aurais pas dû le faire ? Pourquoi ne pouvons-nous pas être ensemble ?

Ces magnifiques yeux sombres se sont levés dans les miens dans la surprise, comme s’il ne pouvait pas croire que je ne comprenais pas.

— À cause de Braden, Els. C’est mon meilleur ami. Il est de la famille. Je ne peux pas prendre le risque qu’il ne me pardonnera pas pour…

Il m’a fait signe d’un air suppliant.

La chaleur de l’orgasme qu’il m’a donné a été détruite par le froid que ses paroles ont créé en moi. Je me suis levée du mur et j’ai essayé de contrôler ce morceau brûlant dans ma gorge.

— Mais je suis prête. Je suis prête parce que je suis amoureuse de toi. Tu le sais que je t’aime.

L’absence de surprise sur son visage était la confirmation.

J’ai secoué la tête en riant amèrement comme j’ai essuyé les larmes qui avaient commencé à tomber.

— Toutes ces années, même maintenant, tu m’as dit que tout ce que tu as toujours voulu faire était de me protéger de toute blessure. Et pourtant, tu dis des choses et fait des choses pour me confondre, me faire penser que tu pourrais ressentir la même chose que moi et la seconde suivante, tu es froid et tu affiches avec d’autres femmes devant moi.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier

Nous sommes restés silencieux un moment et je me suis permis de me détendre contre lui. C’était jusqu’à ce qu’il plie ses doigts contre mon dos et qu’un frisson involontaire me traverse. Adam s’est tendu, comme s’il avait senti ma réaction et j’ai regardé rapidement son visage pour confirmer. Ses yeux sombres brillaient d’une manière que je n’avais jamais vue avant. J’ai dégluti. Il m’a étudiée un moment et je me suis retrouvée appuyée encore plus serrée contre lui. Mes doigts se recroquevillaient dans son épaule.

Ses mots suivants m’ont presque fait bondir sur mes pieds.

— Tu es la plus belle chose que j’ai jamais vue, Els, a-t-il dit, sa voix épaisse avec l’émotion. Mes yeux se sont arrondis sous le choc de son annonce, mon coeur commençant à faire un bruit sourd contre ma poitrine. Adam pensait que j’étais belle ? Non, pas seulement belle… « la plus belle chose qu’il avait jamais vue. »

Wow.

Afficher en entier

— Attention, l’ai-je prévenu sèchement, je pense que tu transgresses ta règle de distance d’un mètre avec moi.

Il a courbé sa lèvre, pas impressionné.

— Ne commence pas. Pas ce soir.

— Pas n’importe quel soir.

Ses yeux ont brillé.

— Tu sais pourquoi je n’ai pas de petite amie, Ellie ? Pour ne pas avoir à supporter ce genre d'emmerde. C’est comme être dans une putain de relation sans les avantages.

Blessée, je lui donnai le regard le plus méchant dont j’étais capable.

— Non, c’est comme être dans une amitié que tu brises.

Afficher en entier

— D’accord, j’ai décidé que tu ne peux pas les donner à Joss. (Adam ferma le carnet en le faisant claquer.) En fait, tu devrais les brûler.

Je lui enlevais et l’ajouta à la pile.

— Pourquoi ?

— Parce que tu rentres dans beaucoup de détails,

Els. Non seulement à propos du sexe, mais aussi sur ce que je te dis avant, pendant et après le sexe.

J’essayais de ne pas rire et échouais lamentablement.

— Tu veux dire le truc romantique ?

Il me donna un regard pas impressionné.

— Tu ne les donnes pas à Joss. Elle le dira à

Braden et je n’aurais jamais fini d’en entendre parler jusqu’à la fin des temps.

— Tu sais que Joss essaye d’être prévenante auprès de mon frère, mais parfois, des choses glissent et ce qui a glissé fait qu’il peut être un romantique aussi.

Les sourcils d’Adam montèrent et je voyais sa bouche commencer à courbe de malice en coin.

— Romantique comment ?

J’ai grogné sur lui.

— Comme si j’allais te dire le dire et te donner des munitions pour le torturer.

— Ce n’est que justice si tu lui donnes des munitions pour me torturer.

Afficher en entier

J’abandonne. C’est fini. Je ne me soucie pas quelle histoire se trouve entre moi et Adam… c’est finalement assez…

Afficher en entier

- Je t'aime depuis longtemps, mon ami, murmurais-je.

- Je veux lire à ce sujet, répondit-il doucement, la solennité de son ton incitant mes yeux à se river sur les siens.

Ils brillaient sur moi, pleins de tendresse et d'émotion qui ne manquait jamais de me couper le souffle.

- Je veux chaque morceau de toi. Même les trucs que j'ai ratés sans même savoir que je les manquais.

Afficher en entier

"He's fifteen?"

"Sixteen."

He curled his lip in anger.

"I can't hit him, but I can scare the absolute fuck out of him."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode