Livres
469 560
Membres
436 999

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

On ne peut pas être heureux tout le temps



Description ajoutée par Aralorn 2012-02-12T23:28:43+01:00

Résumé

À 83 ans, la grande dame de la presse française livre ici quelques-uns de ses souvenirs. Non pas les "mémoires de Françoise Giroud", mais une série d'instantanés égrenés au fil des photos échappées d'un tiroir défaillant.

C'est un itinéraire hors du commun, qui traverse le siècle aux côtés des plus grands. Script à 15 ans sur La Grande Illusion de Jean Renoir, elle devient une sorte de mascotte pour les grands hommes de l'époque, André Gide, Saint-Exupéry, Louis Jouvet… Puis c'est la guerre, la prison et la résistance. Elle entre en journalisme, d'abord pour le magazine Elle aux côtés d'Hélène Lazareff, pour mieux s'échapper et se lancer dans la grande aventure de L'Express. Les années cinquante et soixante seront le temps de tous les combats, l'Algérie, la dénonciation de la torture (déjà), la cause des femmes. Françoise Giroud parle de son travail, la valeur qui a guidé sa vie, elle qui dit : "Personne n'a travaillé davantage et plus longtemps que moi."

On trouve surtout dans ce livre un ton, une qualité humaine qui retient et émeut lorsqu'elle évoque les hommes de sa vie, ses enfants, sa sœur, son père, à qui elle a toujours cherché à "prouver qu'elle valait bien un garçon". Et sa mère qui répliqua, à quelqu'un qui voyait dans la petite Françoise un "vrai garçon manqué" : "Non, c'est une fille réussie !"

Afficher en entier

Classement en biblio - 8 lecteurs

Extrait

Comment cela peut-il m'être arrivé à moi ? A moi !

On a un corps fier, dru, on est invulnérable à la fatigue, on irradie une énergie communicative, on reçoit des coups mais on se redresse, on prend des risques, on bouillonne de désirs, de révoltes, d'élan vital. Les années défilent par dizaines sans qu'on les voie passer...

Un jour, on se découvre petite chose molle, fragile et fripée, l'oreille dure, le pas incertain, le souffle court, la mémoire à trous, dialoguant avec son chat un dimanche de solitude.

Cela s'appelle vieillir, et ce m'est pur scandale.

Non parce que la vieillesse annonce la mort, je me fiche de la mort - de la mienne, veux-je dire,. Je ne l'appelle ni ne la crains. Il y a longtemps que je l'ai apprivoisée comme une présence familière qui rôde et m'apportera un jour le repos.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

On ne peut pas être heureux tout le temps

  • France : 2002-09-04 - Poche (Français)

Activité récente

adeleh le place en liste or
2017-09-07T22:50:45+02:00
Divie l'ajoute dans sa biblio or
2017-07-03T03:02:44+02:00

Les chiffres

Lecteurs 8
Commentaires 0
Extraits 2
Evaluations 1
Note globale 0 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode