Livres
476 087
Membres
454 839

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2016-03-14T20:49:28+01:00

Se retourner sur sa vie, c'est prendre le risque de voir les traces du passé dans le sable de nos souvenirs.

Vivre, vivre vraiment, regarder loin devant, avancer pas à pas, et laisser le temps, le vent, effacer les empreintes derrière soi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pixie-Girl 2016-05-09T10:15:39+02:00

Je ressens un pieu dans le coeur en me rendant compte à quel point elle me manque, cette tendresse simple. Être pris dans les bras et qu'on vous caresse les cheveux. N'importe quel être humain en a besoin, quel que soit son âge. Et celui qui nie est certainement monté de travers. Il a forcément mis un voile sur ce besoin-là en se disant qu'il n'en souffre pas. Balivernes! Il en souffre, peut-être à en crever, mais sans pouvoir l'admettre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pixie-Girl 2016-05-09T10:20:26+02:00

- ça se saurait si elle était simple la vie... Je suis libre, mais pas toi. Mais je suis seule, et pas toi. On ne peut pas tout avoir. Je ne sais pas ce qui est le mieux, mais la solitude est probablement plus douloureuse au quotidien que la frustration. Peut-être moins violente mais plus insidieuse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pixie-Girl 2016-05-09T10:19:01+02:00

Être l'oreille attentive d'un homme est un privilège incommensurable car d'une extraordinaire rareté. Je savoure mon rôle, mon rang, mon statut. Moi, la reine des oreilles au royaume des hommes silencieux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pixie-Girl 2016-05-09T10:10:40+02:00

Gaël est phénoménal de pragmatisme, mais je n'écoute pas tout ce qu'il me dit. Il est persuadé que je serais heureuse si je suivais ses conseils plus souvent. ça part d'un bon sentiment, mais c'est parfois pesant. Je l'aime quand même. Comme un frère. Comme le frère que je n'ai jamais eu et qui a manqué à mon besoin de protection. Il est drôle et attentionné. Il est costaud et impressionnant, du haut de son mètre quatre-vingts et de ses cent trente kilos. Cent trente kilos de guimauve concentrée, qui à l'approche de la moindre chaleur humaine se caramélise en surface et se liquéfie au coeur. Un amas de tendresse et de bienveillance, en somme.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-03-12T17:53:24+01:00

Le seau était au milieu de la pièce. Suzanne savait ce qui l’attendait. Elle avait peur mais ne le montrait pas. Atrocement peur. Il y avait une pierre dans son estomac. Une grosse pierre rugueuse qui pesait une tonne et l’empêchait de respirer.

Mais plutôt crever.

Plutôt crever que de les laisser gagner.

Plutôt crever que de parler.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-03-12T17:53:11+01:00

Mon Hélène,

Je m’en veux. Je m’en veux terriblement, si tu savais. C’est la première fois que je ressens ce malaise. Débarquer comme ça chez une inconnue, ça ne se fait pas, surtout pour demander de l’aide. Mais avais-je le choix ? Elle aurait pu me claquer la porte au nez ; au lieu de cela, elle nous a accueillis et a pris soin de Nanie avec bienveillance et efficacité. Elle a l’habitude des enfants. J’ai eu de la chance dans mon malheur.

Je me sens coupable, tu sais ? Même si le médecin a dit que ça irait, je suis inquiet pour Nanie. Je m’en veux. Je m’en veux parfois de lui faire vivre cette vie-là, mais comment peut-il désormais en être autrement ? Elle n’a connu que ça. Tu crois que jamais je n’aurais dû partir ? Je me sens nul, mauvais père, idiot, irresponsable. Et seul. Tu me manques. Encore plus dans ces moments-là, quand j’aimerais tant m’en remettre à ton instinct maternel. Les hommes savent-ils prendre la température sur un front d’enfant avec leurs lèvres ?

Je ne sais pas ce que je ferais s’il lui arrivait quelque chose. Je crois que je ne survivrais pas.

Mais c’est inutile de penser à tout ça. De toute façon, on ne maîtrise rien dans la vie… Rien. On en sait quelque chose, hein ?

Elle dort à côté de moi. De l’entendre respirer calmement m’apaise.

Je pense à toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-03-12T17:52:58+01:00

J’installe ma puce dans le grand lit aux draps fleuris qui sentent bon le frais, et je la borde de la couette légère que Valentine a installée. Elle est déjà redescendue et Nanie ne s’est même pas réveillée pendant qu’on la déplaçait. Je retourne au rez-de-chaussée. Personne. Je décide de faire un saut pour voir les chevaux, vérifier qu’ils ne mettent pas la pagaille dans la grange, et pour récupérer cette fameuse carte vitale. Il pleut toujours des cordes. Nous n’aurions pas tenu dans la roulotte au toit éventré. Je fais au plus vite pour retourner dans cette grande bâtisse solide où nous sommes accueillis.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-03-12T17:52:40+01:00

J’ai attendu qu’Anna-Nina s’endorme pour retourner dans la salle de bain et finir de m’habiller. J’avais finalement séché dans l’air ambiant.

La femme qui nous accueille est partie préparer la chambre d’amis, sans poser aucune question. Je lui ai précisé que je préférais dormir avec Anna-Nina cette nuit, pour veiller sur elle et la rassurer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-03-12T17:52:31+01:00

Bien sûr que si, il en doute. Je le connais depuis trop longtemps pour ne pas comprendre les pensées tapies derrière son attitude stoïque. Il repart aussitôt en courant jusqu’à sa voiture, non sans m’avoir au préalable lancé un regard suspicieux. Je sais ce qu’il pense. Il est contrarié à cause des mystères non élucidés, en dehors de l’origine de la fièvre. D’un autre côté, c’est pour ça qu’il est venu. Et puis, j’en suis à peu près au même point que lui dans l’ignorance. Tout est allé si vite.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode