Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Oojam

Extraits de livres par Oojam

Commentaires de livres appréciés par Oojam

Extraits de livres appréciés par Oojam

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 16-12-2018
Pourtant, bien que toujours occupée - derrière ses rideaux - à épier Jury pour savoir quand il était là et quand il était sorti, Mrs Wasserman respectait sa vie privée avec beaucoup de tact. Jamais elle ne s’était avisée de se mêler de ses affaires comme le faisaient, par exemple, sa cousine ou ses copains. Jamais elle ne lui avait déclaré d’un air entendu : ce qu’il vous faudrait, c’est une femme, une petite amie, un chien, un chat, quelque chose, n’importe quoi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Chaque fois qu’elle le voyait, Elinor ressentait un léger vertige, un frisson de plaisir qu’elle s’obligeait à réprimer, car il était évident que Roddy, même s’il l’aimait, n’éprouvait pas pour elle le quart de ce qu’elle éprouvait pour lui. Sa seule présence l’atteignait, lui poignait le cœur presque à lui faire mal. Quelle absurdité qu’un garçon ordinaire - oui, tout ce qu’il y a d’ordinaire – ait un tel pouvoir ! Que sa vue vous fasse tourner la tête, que sa voix, rien qu’un instant, vous mette au bord des larmes… L’amour aurait dû être une émotion agréable, pas cette violence, cette douleur…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
– Elle a repris le dessus, mais pas pour longtemps, acquiesça l’infirmière visiteuse. Il y aura une deuxième attaque, puis une troisième. Je sais trop bien comment ça se passe, allez ! Soyez patiente, ma chère petite. Distrayez la vieille dame, embellissez ses derniers jours, c’est le mieux que vous puissiez faire. Le reste viendra en son temps.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
– Tante Laura, dis-moi, honnêtement, tu crois que l’amour est toujours quelque chose d’heureux ?
Le visage de Mrs Welman se fit grave :
– Non, probablement pas, Elinor. Pas dans le sens où tu l’entends… Aimer passionnément quelqu’un apporte plus de souffrance que de joie et cependant, on ne serait rien sans cette expérience. Celui qui n’a jamais vraiment aimé, il n’a jamais vraiment vécu…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Ici le temps est splendide. Je passe des heures à me baigner. Une foule de gens assez drôles, mais, tu sais, je me lie peu. Tu m’as dit un jour que je n’étais pas très sociable. J’ai bien peur que ce soit vrai. Je trouve l’humanité, dans son ensemble, remarquablement repoussante. Sans doute en a-t-elle autant à mon service.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Parfois, à des moments comme celui-là, il se sentait tellement déconnecté de la vraie vie qu’il se demandait si ça ressemblait à ça, l’existence d’un fantôme qui traverse, invisible, la vie des autres.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Qu’elle soit cela pour lui, oui, un souvenir exquis – une image éternelle de beauté et de joie…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Captant le regard de Grace, Cleo lança joyeusement : « Un motocycliste autopsié hier. Il voulait doubler un camion, mais n’avait pas vu qu’une poutrelle en acier dépassait sur le côté : s’est décapité tout seul, comme un grand. »
« Comment tu fais pour rester saine d’esprit ? » demanda Grace.
Elle sourit : « Qui a dit que je l’étais ? »
« Je ne sais pas comment tu peux faire ce métier. »
« Ce ne sont pas les mort, qui font souffrir, Roy. Ce sont les vivants. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
– Cette jeune personne et vous… vous êtes fiancés… c’est ça ? Vous êtes amoureux l’un de l’autre ?
Peter Lord éclata de rire – un rire amer :
– Non, vous n’y êtes pas du tout ! Elle a eu le mauvais goût de me préférer un imbécile au long nez dédaigneux planté au milieu d’un faciès de cheval neurasthénique ! C’est stupide de sa part, mais c’est comme ça !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
– Ah, mais c’est précisément ça, la vie ! On ne peut pas l’organiser à sa guise. On ne peut pas échapper aux émotions, ni se réfugier dans la seule vie de l’esprit et de la raison ! Nul ne peut dire : « Je n’éprouverai rien au-delà de ça. » La vie, quoi qu’elle soit, n’est pas raisonnable, Mr Welman !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
– Evidement ! Cela tombe sous le sens ! Elinor est un être exquis, parfaitement équilibré - un être harmonieux, étranger à toute violence. C’est un esprit clair et sensible, qui ignore les passions animales.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Je peux vous l’assurer, mon bon ami, celui qui a déjà tué une fois n’hésitera pas à recommencer !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Va savoir pourquoi ils veulent un ours ! Je trouve ça complètement stupide, si tu veux connaître le fond de ma pensée, mais puisqu’ils ont commandé un ours et qu’ils ont de quoi payer, ils auront un ours.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il savait qu’il n’avait aucun moyen d’agir sur les sentiments qu’elle éprouvait pour lui, et pourtant il lui arrivait d’espérer, encore, que les choses redeviennent comme avant entre eux. Elle surprit son regard et lui sourit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Il lui donna la trentaine bien sonnée. Une trentaine qu’elle portait avec panache. Elle était probablement plus belle aujourd’hui qu’à vingt ans. Son visage était de ceux que Jury avait toujours trouvés beaux, car il était marqué par la souffrance et le regret comme ceux des sculptures funéraires.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Enfin tant pis, je le fais pour toi, parce que la dernière chose dont tu as besoin en ce moment, c’est que quelqu’un te plante un croc de boucher dans le cœur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
C'est peut-être à cela qu'on reconnaît les gens vraiment solitaires : ils trouvent toujours un truc chouette à faire les jours où il pleut.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
…des lieux calmes, paisibles, sans présence humaine. Il peignait très rarement des gens, en effet. Exceptionnellement un personnage ou deux dans le paysage, c’est tout. Il me semble que c’est ce qui, en un sens, est à l’origine de leur charme. Une espèce de sentiment d’isolement. Comme si, en supprimant les êtres humains, le peintre rendait le paysage à ce qu’il a de meilleur, à la paix des lieux. Maintenant que j’y pense, c’est peut-être la raison pour laquelle on a repris goût à son œuvre. Il y a trop de monde aujourd’hui, trop de voitures, trop de bruit, trop d’agitation. La paix, la paix sans mélange. La Nature souveraine.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
- C’est là poliment prendre ses désirs pour des réalités. Mais c’est aussi fondamentalement irrationnel je le crains.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Chacun doit assumer la responsabilité de ses actes, et non seulement de ses actes, mais aussi des conséquences de ses actes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Ces enfants ont été choyés, on leur a mâché la besogne, on s'est excité pour eux, on les a aimés et, sous bien des aspects, cela ne leur a fait aucun bien.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Elle n’avait jamais tenu compte, il le voyait maintenant, de la nature humaine. Elle avait toujours envisagé les gens comme des cas, comme des problèmes à traiter. Elle n’avait jamais saisi que chaque être humain est différent, réagit différemment, possède sa personnalité propre. Il lui avait recommandé alors, il s’en souvenait, de ne pas entretenir de trop grandes espérances. Mais elle avait toujours espéré trop, bien qu’elle l’ait nié farouchement lorsqu’il le lui reprochait. Elle avait toujours espéré trop, et, ainsi, elle avait toujours été déçue.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Elle pensait à lui tel qu’elle l’avait toujours connu petit garçon. Toujours, oui toujours, un menteur et un tricheur ! Mais tellement charmant, tellement séduisant. Elle lui avait toujours pardonné. Elle avait toujours tenté de le soustraire aux punitions. Il mentait si bien. Telle était l’horrible vérité. Il mentait si bien qu’elle le croyait - qu’elle ne pouvait s’empêcher de le croire. Jacko, le cruel, le malfaisant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Pourquoi ne voulait-il pas être seul avec elle quand elle ne voulait rien d’autre qu’être seule avec lui ? Pourquoi ce désir d’une autre compagnie que la sienne ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
La nature fait décidément bien les choses, pensa Poirot, puisque pour tout homme, si disgracieux qu’il soit, il existe une femme qui le trouve à son goût.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-12-2018
Des promesses, on lui en avait fait tant et plus, et jamais on ne les avait tenues ; c’est pourquoi elle était capable d’en faire et de les rompre en toute impunité et elle se moquait bien que les autres agissent de la même façon.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2