Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Opi-Pro : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Le mas des peurs Le mas des peurs
Jean-Louis Magnon   


A Corbans, non loin de la route de Verviers, en plein cœur des Cévennes, les maisons se confondent la nuit avec la forêt.

Dans le silence épais et la fraîcheur de l'obscurité, le moindre bruit devient inquiétant. Belle nuit pour un crime...

Au fond d'un jardinet, un peu en retrait, une maison " biscornue ", recouverte de jasmin blanc, se distingue des sévères bâtisses de la région.

Franck Maréchal ne soupçonne pas qu'elle cache un mystère bien plus grand qu'il n'y paraît. Il ignore aussi qu'il va se retrouver malgré lui embringué dans une enquête riche en surprises.

Car Maréchal semble s'approcher décidément trop vite d'une vérité compromettante pour le village et certains de ses habitants...

par LIBRIO64
Love Letters to the Dead Love Letters to the Dead
Ava Dellaira   
LOVE LETTERS TO THE DEAD est un récit magnifique et époustouflant. Je ressors de ma lecture conquis et bouleversé comme rarement j’ai pu l’être en terminant un roman. Avant d’entamer cette histoire, j’avais un peu peur d’être déçu et perturbé par le fait qu’elle soit exclusivement composée de lettres. Sauf que, à ma (très) grande surprise, ce système de narration m’a envoûté au plus haut point. Je me suis attaché aux personnages d’une manière indescriptible. J’ai été renversé, pulvérisé et déchiré par chaque mot et chaque message de l’auteure et j’ai été happé par l’ambiance enivrante et hyper hypnotique du roman. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à attribuer un note au livre. Habituellement, les critères sont pratiquement les mêmes. Mais, là, tout est différent. Il n’y a pas vraiment d’action, pas vraiment de rebondissements, pas vraiment d’énormes surprises qui nous coupent le souffle. Pourtant, ça ne m’a empêché d’adorer cette histoire. Et vous savez pourquoi ? Tout simplement parce que la plume d’Ava Dellaira m’a profondément, profondément touché. Genre, vraiment. L’auteure possède ce genre d’écritures, vous savez, celui qui vous donne envie d’écrire un livre et de laisser s’échapper les mots qui implosent en vous. Grâce à LOVE LETTERS TO THE DEAD, je me suis souvenu qu’un livre, ce n’était pas seulement un concentré d’action ou de retournements de situation. J'avais oublié à quel point les mots pouvaient être coupants, profonds ou libérateurs. LOVE LETTERS TO THE DEAD m’a permis de m’en rappeler. Et, rien que pour ça, ce roman mérite toute mon admiration.

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3219030027-LOVE-LETTERS-TO-THE-DEAD.html

par Jordan
Le Dernier Elfe Le Dernier Elfe
Silvana De Mari   
Univers de fantasy, la poésie en plus ! Yorsh, le petit elfe trop naïf (mais tellement gentil) qui devient grand est vraiment un personnage attachant ! Et le récit est plein d'humour.
Eleanor & Park Eleanor & Park
Rainbow Rowell   
http://wandering-world.skyrock.com/3219430089-ELEANOR-&-PARK.html

ELEANOR & PARK est une lecture passionnante et hyper touchante. C’est un roman qui nous met à fleur de peau et nous fait traverser tout un tas d’émotions. On passe de la nostalgie à la joie, de la mélancolie à la tristesse, du plaisir à la colère en quelques pages seulement. Eleanor et Park m’ont, eux, complètement ébloui. Ils font partie de ces héros que vous ne voulez pas quitter. Genre, du tout. En refermant le livre, j’ai soudainement réalisé qu’ils allaient me manquer, et ça m’a fait mal. Malgré tout, ELEANOR & PARK n’est pas la claque que j’attendais. Si l’intrigue est ultra émouvante et que l’écriture de l’auteure est juste saisissante, j’ai mis pas mal de temps à rentrer pleinement dans le récit. De plus, si, une fois vraiment conquis par l’histoire, j’ai adoré l’évolution des protagonistes et voir jusqu’où Rainbow Rowell allait les emmener, je dois bien reconnaître que la toute fin du roman m’a carrément pris au dépourvu… Dans le mauvais sens du terme. La conclusion est tellement frustrante qu’elle me dégoûte presque de ma lecture. J’ai eu envie de balancer mon livre et de hurler à l’auteure que sa décision était illogique au possible. Je garde donc un goût un peu amer concernant la fin de ce récit. Néanmoins, rien que pour la romance entre Park et Eleanor, qui est tellement époustouflante et remarquable, il faut absolument que vous alliez vous procurer ce roman.
Comme dit précédemment, j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’intrigue. La narration à la troisième personne pour les deux personnages ne m’a pas vraiment aidé, d’ailleurs. Je n’ai pas vraiment saisi pourquoi Rainbow Rowell avait opté pour ce genre de point de vue. Je pense que si le roman avait été écrit à la première personne, j’aurais pu encore plus m’attacher au héros ou bien, du moins, m’identifier à eux plus rapidement. Au fil des premiers chapitres, on découvre Eleanor et Park, leurs personnalités, leurs modes de vie, leurs entourages familiaux, leurs façons d’appréhender l’existence. Si, au départ, je ne me suis pas trop senti concerné par ce qu’ils éprouvaient ou expérimentaient, j’ai tout de même eu le déclic assez rapidement. Et là… BOUM. Eleanor et Park sont loin, très loin, d’être des héros normaux. Ils sont décalés, étranges, spéciaux, dans leur bulle… Et irrésistibles. Sincèrement. C’est le genre de protagonistes que j’aimerais rencontrer à chacune de mes lectures. Ils sont tellement, tellement, tellement adorables et touchants, c’est juste prodigieux. Il y a quelque chose chez eux d’irrémédiablement humain et captivant, d’irrémédiablement fragile et imparfait, d’irrémédiablement émouvant et renversant. Une fois qu’on s’attache à eux, on n’a plus aucune envie de les quitter.
Si Park et Eleanor nous paraissent aussi profonds et réels, c’est grâce à la plume de l’auteure. Sincèrement, je crois que je peux compter sur les doigts d’une seule main les écrivains qui prennent le temps d’aussi bien retranscrire leurs héros. Le cadre familial est juste décrit à la perfection. Je n’ai pas peiné une seule seconde à me représenter les personnages et leurs habitudes, leurs attentes, leurs relations avec leurs parents, leurs frères ou leurs sœurs, leurs désirs, leurs souvenirs. J’aime TELLEMENT quand tout est fluide à ce point et que ça paraît aussi naturel. Rien que pour cela, ELEANOR & PARK est fabuleux. On sent bien que l’auteure a voulu leur conférer un côté hyper réaliste, hyper clair, hyper précis. C’est juste top. Sincèrement.
Cependant, je me dois de reconnaître une chose : si j’ai adoré ELEANOR & PARK, j’ai eu un énorme souci avec leur romance (seulement au départ, merci seigneur de la lecture). Alors oui, Eleanor et Park sont des exclus. Oui, ils sont bizarres et spéciaux et étranges et mis de côté et victimes de moqueries. D’accord, c’est affreux. Mais est-ce une bonne raison pour s’attacher aussi rapidement à la seule personne qui semble leur correspondre ? Je veux dire, évidemment que c’est une bonne raison. C’est même une excellente raison mais, là, c’est trop. Trop vite. Trop d’un coup. Trop, trop, beaucoup trop. Je n’ai pas cru une seule seconde à leur amour instantané. Genre, aucun sentiment n’était présent à un moment et hop, celui d’après l’autre personne représente le monde entier. Non. Sérieusement, non. J’ai trouvé que les choses étaient bien trop précipitées, bien trop simples, bien trop irréalisables. C’est dommage car sans ce bémol, tout aurait été parfait.
Je m’explique : une fois ce défaut oublié et leur relation complètement mise en place, Eleanor et Park, qui étaient déjà magnifiques, deviennent inoubliables. Leur histoire d’amour m’a pulvérisé, m’a enchanté, m’a fait frissonner, m’a coupé le souffle, m’a donné envie de pleuré, m’a déchiré et m’a anéanti. J’ai été désintégré par la passion qui unit ces deux héros, c’est aussi simple que ça. L’histoire d’Eleanor, que nous découvrons au fil des pages et qui m’a ému aux larmes, ne fait que rendre son attachement pour Park encore plus légitime et poignant. Park, lui, est tellement amoureux et dingue d’Eleanor que même les plus belles histoires d’amour feraient mieux de se cacher tant elles manquent d’intensité à côté de celle qui voit le jour entre nos deux héros. Rainbow Rowell écrit des passages qui ont carrément fait naître des papillons aux creux de mon estomac. C’est puissant. C’est épatant. C’est incroyable. Ouaw. Juste ouaw ♥
Je m’étais pensé sauvé jusqu’à la fin et, malheureusement, je me suis trompé. Si, à partir du moment où je suis enfin rentré dans l’histoire et où j’ai oublié mon problème concernant la rapidité avec laquelle se met en place les sentiments entre Eleanor et Park, tout était juste parfait et sensationnel, j’ai vite déchanté en découvrant les ultimes pages du roman. Et quand je dis les ultimes, c’est quelque chose comme les vingt dernières pages. En effet, plus je me rapprochais de la fin du roman, plus tout devenait épatant et formidable. J’ai été anéanti, consumé, pris aux tripes et complètement dévasté. Tout était sincèrement maîtrisé à la perfection. Les émotions devenaient encore plus brutes, plus intenses, plus fortes. Sauf que l’auteure a alors décidé d’emprunter la pire des voies possibles. Alors que nous avons droit à des révélations fracassantes, Rainbow Rowell en profite pour nous délivrer une conclusion HYPER ouverte et totalement incompréhensible. Cette fin est ultra frustrante et ultra rageante. Je ne comprends pas. Je ne comprends absolument pas. Qu’est-ce qui a pu passer par la tête de l’auteure pour nous écrire ça, en vrai ? Je suis tellement en colère et tellement déçu par cette fin que j’en hurlerais, là, tout de suite. Je suis tellement désolé pour Park, tellement désolé pour Eleanor. C’est juste horrible. Après, je me dis que si je ressens cela, c’est parce que je me suis réellement attaché aux héros. Mais ça ne me console qu’en partie. Ils ne méritaient pas une telle conclusion. Nos nerfs, nos émotions, et nous, non plus.
En résumé, ELEANOR & PARK est une lecture bouleversante, éprouvante et extrêmement touchante. Nous faisons la rencontre de deux protagonistes hors du commun et tellement, tellement adorables. Si j’ai eu du mal avec eux au départ, tout s’est rapidement arrangé. Même chose concernant leur relation qui m’a semblé beaucoup trop précipitée et trop peu approfondie au début. Une fois ce problème réglé, nous vibrons avec les personnages. Leur histoire nous bouleverse, nous coupe le souffle et nous pulvérise le cœur. Néanmoins, la conclusion – beaucoup trop ouverte à mon goût – me paraît complètement à côté de la plaque et ne correspond absolument pas au récit. Je reste sur ma faim et je déteste ça. ELEANOR & PARK est un roman irrésistible et inoubliable, que je vous recommande même malgré l’horrible fin qu’il possède. Ne pas rencontrer Eleanor et Park serait extrêmement regrettable, je vous le promets. Ils sont tellement parfaits et adorables, c’est fou… Tout comme leur histoire, en fait. Laissez-vous tenter, vous ne serez pas déçus.

par Jordan
Essais Essais
Michel De Montaigne   
A lire et à relire, à conserver à porté de main, indispensable à tout "honnête" homme/femme. surtout, ne pas s'arrêter à l'écriture de Montaigne et profiter de ses réflexions sur la plupart des situations de la vie.

par Arthemis
L'Épouvanteur, Tome 2 : La Malédiction de l'Épouvanteur L'Épouvanteur, Tome 2 : La Malédiction de l'Épouvanteur
Joseph Delaney   
Un tome deux aussi génial que le premier, vraiment une super histoire!

par Hogwarts
Absences Absences
Lauren Oliver   
http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/08/absences-de-lauren-oliver.html

(...)
Tant de questions que l'on se pose au début du récit... avec, pour seule réponse, un vaste brouillard, inquiétant et troublant, si intense et déstabilisant (car on se doute dès le départ que quelque chose n'est pas net, mais quoi ?) que s'en est flippant.
Dans quoi est mêlée Dara ? Quel est le rapport entre tous les éléments que nous distille l'auteure ?
C'est tellement intrigant, qu'il est impossible de lâcher ce roman. Je l'ai lu d'une traite, sans une seule pause... satisfaite qu'une fois terminé. Et là encore, ce n'est pas réellement le mot juste car le dénouement m'a tellement choquée que je n'ai su que penser.
Je n'ai RIEN vu venir. Du coup, je suis perplexe, limite contrariée d'avoir été menée par le bout du nez. J'ai refait cent fois le scénario dans ma tête et rien ne laissait présager cette issue... Je suis bluffée comme rarement je l'ai été et je n'ai qu'une envie : relire le roman maintenant que je connais la trame finale voir si je suis capable de déceler des indices de cette incroyable révélation.

De plus, la plume de l'auteur est entraînante et ne nous laisse aucun temps mort. Lauren Oliver a fait le choix d'une narration à deux voix dans ce récit (celle de Dara et Nick). Un choix judicieux, qui a toute son importance pour comprendre les multiples facettes de nos personnages.

En bref ? Impressionnant. Ce livre est impressionnant et va en choquer plus d'un par ce dénouement inimaginable. Un roman incroyablement bien ficelé, passionnant et intriguant, que je ne peux que recommander !


par toutoun
Portrait de l'artiste en jeune homme Portrait de l'artiste en jeune homme
James Joyce   
Un livre que j'ai eu beaucoup de mal à terminer...
L'écriture est intéressante mais le sujet... Bon... il y a plus intéressant !
Ce livre ne m'a vraiment rien apporté. Je l'ai trouvé très compliqué avec beaucoup d'allusions à des événements politiques d'Irlande de la fin du XIXème et des références bibliques que je ne connaissais pas...

Le premier chapitre passe encore, mais après... pfiuu !

[spoiler]En effet, le I parle de l'enfance de Stephen Dedalus, à l'école. Le deux raconte son entrée au collège, après la ruine de ses parents; A la fin, il cède aux charmes d'une prostituée... Le III est un long châtiment dans lequel le héros se voit torturé par la culpabilité. Nous est décrit un long discours d'un père sur l'Enfer, qui fait regretter à Stephen ses péchés avec la prostituée...
Le IV parle politique.
Le V essentiellement art (et philosophie...) alors que Stephen est entré à l'Université.[/spoiler]

On passe d'une idée à une autre, on y revient plus loin... ce style m'aurait plu si le sujet était intéressant... et non barbant !
Rien n'est approfondi, ni les personnages, ni les événements...

par Zelina
Manosque-des-Plateaux Manosque-des-Plateaux
Jean Giono   
" Ce pays-là va tout en vagues, puis se creuse en un beau val. Un ruisseau est au fond, sous des saules. C'est le Largue. Un Largue large de trois pas. Il ne va pas comme tous les ruisseaux, d'un flot égal, mais il dort dans des trous profonds, puis l'eau glisse d'un trou à l'autre, en emportant des poissons, puis tout s'arrête et l'on attend une pluie là-bas sur les plateaux. Quand on se penche sur ces trous d'eau, on voit d'abord le monde renversé des arbres et du ciel. Là, j'ai compris pourquoi les jeunes filles se noyaient : c'est la porte d'un pays, c'est un départ ; sous l'eau sont des nuages, et des arbres, et des envols d'oiseaux, et des fleurs. Un peu de courage, même pas du courage, laisse faire le poids de cette chair ... "

par x-Key
Perdue et retrouvée Perdue et retrouvée
Cat Clarke   
5/5 ♥

Ok. Alors je viens de finir PERDUE ET RETROUVÉE et je ne sais pas, une fois de plus, si je dois détester Cat Clarke parce qu'elle rend l'écriture de mes chroniques vraiment hyper compliquée à chaque roman qu'elle écrit ou alors devenir encore plus fou amoureux d'elle pour cela. Cette lecture est un joli coup de cœur, une histoire à la fois troublante, anxiogène et vraiment, vraiment passionnante. C'est bien la toute première fois de ma vie que je lis un livre en ayant une boule dans l'estomac du début à la fin. Dès que nous entamons ce récit, et comme nous parlons ici de Cat Clarke, nous savons pertinemment que tout peut basculer d'une page à l'autre et qu'un évènement imprévisible risque de se manifester pour faire valser nos convictions. PERDUE ET RETROUVÉE et l'exemple-même de ce don de l'auteure. J'ai vraiment été stressé et paniqué à l'idée de découvrir le fin mot de cette histoire tout en étant ultra curieux et captivé par ce qui se passait. Ce récit nous rend complètement paranoïaque et sadomasochiste : on en veut constamment plus alors qu'on sait que la chute va être horriblement traumatisante. J'avais oublié à quel point c'était jouissif d'être un peu fou. Merci Cat Clarke de me l'avoir rappelé. ♥

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3250298942-PERDUE-ET-RETROUVEE.html

par Jordan
  • aller en page :
  • 1
  • 2