Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Orbianna

Extraits de livres par Orbianna

Commentaires de livres appréciés par Orbianna

Extraits de livres appréciés par Orbianna

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 19-06
https://aliciabookshelf.blogspot.com/2018/06/quand-la-nuit-devient-jour.html

J'avais très envie de lire ce roman depuis sa sortie tout d'abord parce que celui-ci traite du sujet de l'euthanasie et ensuite, car c'est un Sophie Jomain et je j'aime beaucoup Sophie Jomain. Je trouve que ce genre de roman est très important, car que l'on soit d'accord ou non il est intéressant que chacun puisque comprendre les arguments de l'autre. Que ce genre de roman peut faire évoluer les moeurs et les esprits. Bref, je suis toujours pour ce genre de romans qui traitent de sujets sensibles.

Dans ce roman, le plus compliqué n'est pas tant le sujet, mais la manière dont-il est traité puisque Camille, le personnage principal, n'est pas tétraplégique ou cancéreuse ou toute autre maladie qui se voit à l'oeil nu, mais elle est dépressive, soit la maladie la moins facile à comprendre. Bien entendu, c'est dans ce détail que réside. Comment réussir à accepter qu'une personne physiquement valide et/ou non diminuée puisse vouloir se supprimer ?

Pour moi, cela a été vraiment dur d'accepter ce fait, je n'arrivais pas du tout à accepter que Camille veuille se faire euthanasie "juste" car elle est dépressive. Attention, je comprenais tout à fait ses motivations, mais mon cerveau, lui était totalement contre l'idée même que l'on puisse en arriver à ce point. Pourtant, on n'est pas vraiment choqué lorsque l'on apprend qu'une personne dépressive c'est suicidé alors pourquoi dans ce cas de figure là, je n'arrivais pas à l'accepter ? Je n'en ai toujours pas la réponse. Peut-être est-ce parce que la dépression peut être un mal que l'on peut combattre contrairement à la tétraplégie ? Quoiqu'il en est j'ai eu du mal à l'accepter et à avancer dans ma lecture. En effet, malgré sa petitesse, il m'a fallu un long moment pour arriver au terme de ce roman. Durant tout ce récit, Sophie Jomain tente donc de nous faire comprendre le point de vue de Camille.


J'ai trouvé que c'était une lecture très éprouvante et difficile à aborder et à gérer. Camille nous place dans une situation que notre cerveau refuse de comprendre et à accepter, mais c'est ce qui fait sa force de réflexion et de remise en question. Ce récit nous fait donc gamberger dans tous les sens et ça fait du bien.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.com/2018/06/nos-coeurs-en-desaccord.html

« Nos coeurs en désaccord » a le mérite et l'avantage de ne pas être ce qu'il parait. Son point faible, en revanche, est qu'il n'est pas hyper mémorable. La preuve en est, à l'heure où j'écris ces lignes, je ne garde qu'un vague souvenir de cette histoire, pouvant retranscrire que les grandes lignes.

Si vous en avez assez de ces romances toutes mielleuses où tout s'emboîtent parfaitement et où la fin est écrite d'avance, « Nos coeurs en désaccord » est fait pour vous. Si vous aimez les romans d'amour on ne peut plus classique, passez votre chemin, ce livre n'est clairement pas fait pour vous.

Pour être totalement transparente, je trouve que ce roman n'a pas de grand intérêt puisque quelques semaines seulement après avoir lu ce roman, je me souviens de presque plus rien. La seule chose dont je suis sûr c'est que les personnages ne m'ont pas plus marqués que cela au point d'être obligé de retrouver leurs noms sur internet. Cependant, ce dont je me souviens bien c'est que je n'ai pas du tout aimer Grace et que Henry m'a laissé indifférente, bien que leur situation pour l'un comme pour l'autre soit assez délicate à leur manière.

Bref, ce roman est plutôt triste, notamment par la présence de Grace et de son histoire, mais aussi à cause de la position que prend Henry dans cette affaire. « Nos coeurs en désaccord » de laisse pas une grande marque à l'âme, mais il sait se démarquer par l'originalité de sa « romance » et par son réalisme. Pour une fois nous avons une histoire qui montre que tout n'est pas toujours parfait que chaque histoire est différente. Je n'ai pas trouvé ça transcendant, mais après quelques petites recherches, certains ont adoré donc je vous laisse trancher.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.com/2018/06/la-premiere-fois-quon-ma-embrasse-je.html?m=1

Ce roman a été un petit bonbon. J’avoue, au début, j’ai eu un petit peu de mal à entrer dans ce roman, mais une fois fait, la vie de Jubilee et surtout sa situation nous happe. Après tout, ce n’est pas tous les jours que l’on croise quelqu’un qui est allergique aux êtres humains !

La vie de Jubilee est horrible, vraiment, pourtant c’est passionnant de découvrir comment elle fait pour survivre dans ce monde ou un simple contacte avec autrui peut la tuer. Cependant, un petit point m’a un petit peu fait tiquer au début du roman, c’est la vitesse à laquelle Jubilee se resocialise alors qu’elle vivait en ermite depuis des années. En dehors de ce petit couac, il est tellement bon de suivre l’évolution des relations de la jeune femme prendre vies et évoluer, notamment avec Aja et Eric que l’on passe au outre. D’ailleurs, bien qu’il puisse paraitre « bizarre » à certains moments, j’ai adoré Aja et son histoire. Il est drôle et touchant à la fois. Quand à Eric, il se débat comme il peut pour être un bon père.

J’adore la thématique de l’allergie, les inconvénients qu’apporte une telle pathologie, mais aussi le bonheur qu’elle peut apporter, montrant que dans chaque situation, il y a aussi du bon si l’on cherche bien. L’allergie présente dans le roman apporte une autre dimension aux liens qui peuvent se créer entre les personnes puisque dans ce cas les contacts physiques sont impossibles.

J’ai adoré suivre Jubilee dans son combat pour ne plus survivre, mais vivre tout simplement sa vie comme si elle n’avait aucun problème. La seule chose qui m’a vraiment rebuté, c’est la fin de ce roman qui m’a complètement abattu. Cependant, ayant envisagé d’autres possibilités, cela ne m’aurais pas satisfaite non plus donc je pense que peu importe les choix de l’auteur, je n’aurai jamais eu une fin correcte à ce roman, de mon point de vue.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-05
http://aliciabookshelf.blogspot.com/2018/05/eliza-et-ses-monstres.html

Pour être cash et ne pas faire durer le suspens trop longtemps, ne je comprends pas du tout pourquoi ce roman a fait autant de bruit lors de sa sortie hormis le fait que ça soit le second roman de Francesca Zappia. Je n’ai absolument pas accroché à ce livre et je l’assume complètement. Avec tout le ramdam qu’il a fait je m’attendais à quelque chose de grandiose, mais finalement, j’ai été plus que déçue du résultat.

J’ai bien remarqué et intégré les messages que voulait transmettre l’auteur notamment l’amitié à travers internet, ce monde obscure qu’est internet et que les plus âgés ne comprennent pas toujours, les possibilités que peut offrir cette plateforme, ne pas se fier aux apparences... Même s’ils sont bien amenés, que ce sont des thèmes importants et bien moi, ça m’a laissé de marbre. D’autant plus que les « coïncidences » pour faire avancer l’histoire sont trop comme des maisons que l’on verrait à quinze kilomètres de distances.

D’autre part, j’ai trouvé certains personnages touchants, notamment les parents d’Eliza qui m’ont fait beaucoup de peine par leurs gaffes, leur incompréhension du monde dans lequel évolue leur fille et donc par extension, l’incompréhension d’Eliza et de ses passions. Mais ce qui m’a fait le plus de peine pour eux, c’est la façon dont parfois Eliza traite sa famille, autant ses parents que ses frères. Elle est à la limite de la méchanceté. Pourtant, je me suis à certains moments, retrouvé en Eliza vis-à-vis de sa famille, mais je n’ai pu tolérer certaines de ses réactions face à eux.

Pour ce qui est de Wallace, le second personnage principal, si je puis dire, je l’ai trouvé sympathique pendant une grande partie du roman, jusqu’à ce qu’il s’effondre dans mon estime. Même si l’on peut essayer de comprendre Wallace et ses réactions, vis-à-vis d’Eliza, j’ai tout de même eu une envie toute particulière de le tabasser pour lui remettre les idées en place. J’ai trouvé Wallace vraiment injuste.

Encore une chose qui m’a dérangé, c’est la place qu’a donné l’auteure à la BD d’Eliza. On pourrait me dire que d’une certaine façon, celle-ci est la base de cette histoire. Pour ma part, j’ai trouvé ça plus perturbant qu’autre chose que l’on nous distille de petites touches ainsi que quelques planches, sans avoir la BD dans son intégralité. Dans les moments ou les personnages en parlent, on ne comprend pas vraiment leur discussion puisque nous n’avons pas lu la BD.

Bref, « Eliza et ses monstres » ne m’ont pas convaincu et malheureusement, cela me freine un peu dans mon envie de lire « Je t’ai rêvé » qui me fait envie depuis sa sortie, mais que je n’ai pas encore en ma possession. D’autant plus que lorsque l’on regarde les notes des deux bouquins, Eliza et mieux noté. A voir donc.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/05/la-fille-qui-nexistait-pas.html?m=1

J'avoue tout, lorsque ce roman est sorti, il ne m'intéressait ABSOLUMENT pas ! Je n'ai même pas cherché à savoir de quoi cela parlait ou autre, non, j'avais simplement zappé ce livre. Puis, un beau jour, en regardant une vidéo de Pikiti Bouquine où elle en disait le plus grand bien, je me suis dit « Pourquoi pas ? ». Dans la foulait, lors d'une viré à Cultura, je suis tombée dessus, je n'ai pas vraiment réfléchis. Je l'ai embarqué, je l'ai lu et j'ai énormément apprécié ! Comme quoi, parfois cela a du bout de changer d'avis.

Je n'ai franchement pas était déçue par cette découverte ! L'auteure nous propose un thriller bien sympa ou se mêlent vengeance, suspicion et trahison. Cependant, le plus savoureux dans tout cela c'est le contexte de cette histoire puisqu'elle a l'Afrique en toile de fond. On est tellement habitué aux Etats-Unis, au Royaume-Unis ou encore à la France, que lorsque l'on tombe sur ce genre contexte, c'est une véritable bouffée d'air frais.
D'autant plus que la trame de l'histoire nous fais aborder de nombreux sujets tels que les conflits qui ont lieux au Congo, avec les miniers d'or. Mais aussi la place des femmes et ce qu'elles subissent au milieu de tout cela, les gangs, l'esclavagisme et les différences sociales. Ce roman aborde une multitude de thèmes sensibles, voir carrément durs. Même s'il n'a pas été un coup de coeur, ce roman a été une superbe découverte que je ne suis pas prête d'oublier, mais plutôt à conseiller un peu partout.

Comme s'il n'y en avait pas encore assez, l'un des points positifs de ce roman c'est la semie romance qui a lieux entre deux des personnages. Pourquoi est telle si positives au milieu de ce thriller ? Et bien c'est parce qu'elle ne prend pas vraiment de place, même si elle a pu m'agacer une ou deux fois, elle est n'est pas le point culminant de ce roman. Il est vrai que j'aurais préféré qu'elle ne soit pas présente du tout, mais je pense qu'il ne faut pas trop en demander non plus. C'est déjà pas mal qu'elle ne soit pas plus mise en avant, ce que j'ai vraiment craint à un moment. Finalement, cela reste raisonnable et j'en suis joie.

Bref, tout ce blabla pour vous dire que je ne regrette absolument pas d'avoir été aussi faible pour une fois. Vous voulez lire ce roman ? N'hésitez plus, faites-vous plaisir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/05/outlander-t4-les-tambours-de-lautomne.html?m=1

Quatrième tome engloutis pour la saga Outlander, j'avance bien dans ma lecture de la saga donc je suis ravi. Pour le moment, je suis dans les temps. Pour ce qui est de l'histoire/intrigue du tome présent : j'ai bien aimé. Au début, j'ai trouvé que la réintroduction dans l'histoire était un peu longue, mais ça c'est lu plutôt facilement donc rien de trop grave ou de contraignant.

J'ai particulièrement apprécié la découverte des Etats-Unis de l'époque, notamment avec la présence des indiens. Comme chaque fois le travail mené sur les faits historiques sont à tomber par terre, ce qui facilite grandement la mise en situation et l'imagination des aventures de nos protagonistes.

J'ai trouvé que les décisions de l'auteure sur la mise en parallèle de la vie de Claire et Jamies face à celle de Brianna et Roger est une très bonne idée. Ainsi, on ne laisse pas tomber ces personnages qui ont tout de même eut une certaine importance dans les tomes précédents. Elle a aussi fait d'autres choix qui apporte une autre dimension au récit, ce qui est vraiment pas mal, cependant, je ne peux rien vous dire, cela gâcherait la surprise. Pour ce qui est de la fin du tome, même si l'auteure nous a distillé quelques petits indices sur ce que pourrait donner les prochains tomes, il se finit de façon simple contrairement à d'autres ou l'on était dans le suspense ou l'attente totale. Je pense que pour ceux qui ne veulent pas continuer plus loin, ce tome à une fin acceptable. Cependant, comme il n'y a pas autant de mystères que ce que l'on pourrait plus ou moins attendre pour donner du piquant à la suite, je me demande ce que va donner le prochain tome, d'autant plus qu'il fait tout de même un peu plus de 1500 pages. A voir. Je dois avouer que j'ai peut-être un petit peu peur, mais on en reparlera quand je l'aurai lu.

Bien que la magie de la découverte de cet univers soit bien loin, Outlander est une série que j'aime beaucoup lire, l'histoire, bien que comprenant quelques longueurs restent toujours aussi prenante. C'est donc avec plaisir que je m'y replonge à chaque fois.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/05/les-filles-au-chocolats-tome-4-coeur.html

Les tomes de filles au chocolats, sont le genre de roman que je garde précieusement dans ma bibliothèque au cas où un jour j'aurais une fille car je les trouve trop kiki et très sympathiques pour les fillettes qui commencent à être de bonnes lectrices.

Pourtant et malheureusement, je n'ai absolument pas aimé le tome centré sur la petite Coco et cela me peine puisque c'est une saga que j'aime beaucoup. J'ai trouvé que Coco, pour une pré-ado de douze ans prend des décisions et fait des choses complètement hallucinantes comparées à son âge.

Alors que j'ai retrouvé l'ambiance de Tanglewood et de cette famille atypique que j'adore, je n'ai pas du tout adhéré et c'est vraiment dommages car les thèmes abordés étaient plutôt intéressants ; notamment celui de la maltraitance animale. Le problème c'est que même si Coco est une jeune fille passionnée, ses réactions sont disproportionnées à mon sens.

J'espère du coup que pour la suite, je serais plus happé par l'histoire et plus en accord avec les personnages pour la simple et bonne raison que je suis vraiment triste de mon ressentis vis-à-vis de ce tome.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/05/lepouvanteur-t1-lapprenti-epouvanteur.html

L'apprenti épouvanteur est certainement l'une des sagas les plus connues du rayon jeunesse, du coup, il fallait bien que je la tente un jour ou l'autre. D'autant plus quand on voit à quel point elle est appréciée. Comme il fallait s'en douter, je ne pouvais pas faire comme tout le monde et du coup, je n'ai pas vraiment adhérer à cette saga, voir même pas du tout.

A mon avis je devais en attendre beaucoup trop, mais bon, c'est comme ça. Je n'ai pas adhéré à l'écriture, aux personnages ni même à l'univers. Pour moi, « L'apprenti épouvanteur » a été un véritable fiasco de A à Z. Il n'y a pas de véritable raisons qui font que je n'ai pas aimé ce roman, c'est l'ensemble, lui et moi on n'a pas eu le feeling, c'est comme ça.

J'ai trouvé que le roman était trop jeunesse pour moi. Ayant lu d'abord « Arena 13 » de Joseph Delaney, je ne sais pas pourquoi, je pensais que « L'apprenti » serait pour la même tranche d'âge. Mon cerveau a oublié de fonctionner à un moment ou à un autre. De plus, j'ai trouvé que certaines scènes étaient vachement flippantes pour la tranche d'âge visée (cela dit maintenant, à la télé les gamins voient bien pire).

Je suis tellement passée à côté de ce roman que je suis en peine pour expliquer mon avis ou dans parler l'ayant oublié à peine terminé. La seule chose qui a un petit peu titillé ma curiosité, cela a été la mère du héros, mais même ça ne me poussera pas à continuer. Pour le coup, c'est un roman que je ne pourrai ni conseiller, ni déconseillé à quiconque. Il sera juste un vague souvenir dans ma mémoire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-05
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/05/a-un-fil.html

Avec Rainbow Rowell, je ne sais jamais sur quel pied danser, un coup j'adore ce qu'elle écrit (« Fangirl »), ensuite je déteste (« Carry On »), mais la plupart du temps elle me laisse indifférente comme avec « A un fil » que j'ai trouvé quelconque tout comme « Attachement » ou « Eleanot & Park » qui ne m'a pas emmené dans la hype qu'il avait généré lors de sa sortie.

Pour être sincère, j'ai trouvé que les personnages n'étaient pas attachants, certes, j'ai éprouvé pas mal de peine pour le pauvre Neil qui a une vie de couple vraiment triste avec Georgie, qui m'a été particulièrement antipathique. Je ne suis absolument pas du genre à penser que les femmes doivent être cantonnées à la cuisine et aux enfants, je suis totalement pour les femmes qui ont une carrière et une famille, mais j'ai trouvé cela aberrant le manque d'investissement (voir l'inexistence) de Georgie vis-à-vis de sa vie de famille. Elle est à la limite de l'incapacité de s'occuper de ses filles sans la présence de son mari.

Malgré sa situation un peu « délicate », j'ai trouvé que Neil avait aussi sa part de responsabilité dans les problèmes de sa vie conjugale. C'est un personnage auquel on n'a pas envie de s'attacher. J'ai trouvé que les trais de caractères principaux de chacun des personnages de ce roman était peut-être un peu trop poussé à l'extrême, les rendant antipathique et insupportable.

Bref, je n'ai pas aimé l'histoire, je n'ai pas aimé les personnages et je trouve que les sections entre présent et flash-back ne sont pas assez bien définit rendant la lecture laborieuse.

« A un fil » est un roman que je suis ravi de terminer afin de passer à autre chose. Si vous voulez lire une histoire basée sur un téléphone « magique » et que vous n'êtes pas rebuté par les romans ados, j'ai préféré (et de loin) « Parle-moi » de Sarah Mlynowski.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-05
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/05/et-plus-si-affinites.html

En commençant ce roman, j’étais persuadée que cela allait mettre en scène une romance entre un sourd et une muette. Je pense que j’ai du mal lire le résumé puisque finalement Steffi est une jeune fille à la capacité de parole, mais qui est trop timide/angoissée pour s’en servir. Du côté de Rhys, lui est bien sourd.

Je trouve ça bien que les auteurs se renouvellent et nous propose des romans d’amour avec des personnages avec des caractéristiques particulières, cela diversifie les histoires et met en avant des personnages que l’on n’a pas l’habitude de voir dans la littérature. Bien évidemment, dans ce roman, la surdité et tout ce qui l’entourent est abordé dans ce roman. L’auteur nous plonge, même si le narrateur n’est pas Rhys, dans le monde des sourds et à quel point leur vie peut-être compliquer dans ce monde d’entendant. On nous montre bien que même si les sourds veulent se débrouiller le plus possible par eux-même et vivre « normalement », ces possibilités sont freinées et ont leurs limites. On se rend soudain vraiment compte que le monde dans lequel on évolue n’est vraiment pas adaptés à tous, mais aussi à quel point les gens changent de comportement dès que leur interlocuteur a une quelconque déficience.

Ce que j'ai aimé avec le « problème » de Steffi, c'est qu'il montre que les gens souffrants d'angoisses chroniques ne font pas exprès d'être ainsi et que cela leur bouffe la vie à eux aussi. En effet, Steffi, souffre d'angoisses face à la vie depuis bien des années et à cause de ça, elle ne peut s'exprimer par la parole dès qu'elle est hors de sa sphère familiale. Ce qui entraîne de nombreux problèmes que cela soit à l'école où cela l'isole énormément ou bien même à la maison ou sa relation avec ses parents sont tendues. Steffi a tout de même la chance d'avoir une meilleure amie qui l'aide, bien que leur relation ne soit pas sans défauts lors de cette année charnière de première, ainsi qu'un super papa génial, protecteur et attentionné. En contrepartie, elle a une mère exécrable, qui ne fait rien pour arranger la situation, bien au contraire, elle a plutôt tendance à aggraver les choses par ses remarques sournoises et blessantes. J'ai à ne nombreuses reprises eu très envie de la trucider sur place.

Comme souvent, on retrouve quelques clichés données aux romances, mais rien de bien méchants. Bien au contraire, j'ai trouvé que Steffi était d'un réalisme assez prononcé vis-à-vis de son histoire avec Rhys. Oui, ils s'aiment à cet instant T, mais rien ne prouve que cela durera pour toujours et à jamais, elle en a conscience et ça fait du bien de suivre une fille qui ne pense pas que si cette histoire ce termine, toute sa vie sera foutue ! Malgré tout, je dois dire que leur histoire à tous les deux est bien trop mignonne et sincère. La non-possibilité de communiquer par la parole, les obligent à instaurer leur propre mode de communication ou la parole n'a pas sa place, nous offrant des scènes très touchantes sans qu'un mot ne soit prononcé, leur histoire d'amour est d'une pureté rare.

Par contre, ce qui m’a le plus fait tiquer, ce sont les nombreuses coquilles repérées tout au fil du roman. Mots manquants, mauvais pronoms. Je ne suis pas trop regardante sur les accords, je fais aussi des fautes, mais là, cela a été assez répétitif et lors de la lecture d’un roman, c’est assez gênant.

En résumé, « Et plus si affinités » est une romance qui fait du bien par le contexte de son récit et par le réalisme de ses personnages. Cela fait du bien de trouver de plus en plus de romans de ce genre, mettant en avant des personnages peu communs.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/04/la-saga-phobos.html

J'ai ENFIN découvert la plume de Victor Dixen, haut les coeurs ! Quelle découverte... Une navette spatiale, Mars, un speed-dating de télé-réalité, du mystère, de l'amour, des héros uniques, un combo parfait ! Je trouve que l'auteur a eu une idée formidable, que cela change énormément de tout ce que l'on peut trouver en librairie ces derniers temps, tout en gardant les codes fondamentaux du Young Adult.
De plus, Victor Dixen a une plume très fluide qui nous entraîne sans cérémonie au coeur de cette histoire passionnante. On est pris dès le départ par l'écriture simple et captivante de l'auteur, ce qui nous empêche de lâcher le livre avant la fin.

Phobos est un roman qui met en scène un bon nombre de personnages et malgré que Léonor en soit le personnage principal, on s'attache aux autres notamment car l'auteur nous donne assez d'éléments pour, mais aussi parce que chacun a son importance dans l'histoire. Que ce soit les gentils ou les méchants, les personnages secondaires ont assez de place pour exister et ça c'est vraiment top !
Pour ce qui est de Léonor, pour ma part, elle ne m'a pas transcendé, mais elle reste un personnage principal sympathique, malgré ses petits défauts.

Ce roman plein de mystères croisent plusieurs vies dont tous les secrets semblent se rejoindre à un moment ou à un autre. C'est avec grand plaisir que l'on suit les aventures de chacun dans l'espoir de découvrir les tenants et aboutissants de chaque mystère. Le petit plus du roman résident bien évidemment dans l'aspect télé-réalité avec les speed-dating qui tient aussi bien les spectateurs que les lecteurs en haleine, auxquels on se prend au jeu. Tout comme les personnages, on a envie de connaître mieux certains participants ou de voir finir untel avec untel.

L'originalité de ce roman réside sans conteste dans le contexte spatial du jeu. En soit, que cela se passe dans l'espace, ou comme actuellement, dans des villas somptueuses le principe reste le même : confinement + intrusion de la vie privée, cependant tout est fait pour rappeler le cadre particulier aux lecteurs et cela fonctionne du tonner.

Personnellement, j'ai adoré ma lecture du premier tome, attendant ma lecture des tomes suivants avec impatience.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/04/les-mille-visages-de-notre-histoire.html

Ce roman, ce n'est pas un coup de coeur pour une histoire, mais pour un personnage : Libby. C'est sans doute le meilleur point de ce roman, Libby est tellement inspirante ! J'ai adoré son caractère affirmé et déterminé. Alors que la vie n'a pas été simple avec elle pourtant, elle s'assume, envois balader ceux qui le méritent, trace sa route comme elle l'entend, Libby c'est mon héroïne, Libby c'est mon crush féminin livresque !




Jack, bien qu'en tant que personnage propre je ne l'ai pas trouvé exceptionnel à côté de Libby, c'est son histoire qui est passionnante, mettant en avant une maladie que je ne connaissais pas : La prosopagnosie. Une maladie dont les symptômes permettent de mettre en avant l'importance de ne pas se fier aux apparences et de creuser plus profondément en chacun.




Au travers de ce récit, on met aussi en avant les problèmes de harcèlement dont peuvent être victimes les jeunes à l'école, surtout le harcèlement à cause du physique. Cependant cela, n'est pas plombant, au contraire, c'est un des aspects du roman qui permet de mettre un peu plus Libby en avant.


J'ai aimé cette romance qui est loin d'être gnangnan, mettent l'accent sur des sujets importants. C'est une histoire ou les personnages sont vrais par leurs imperfections et c'est ce qui m'a beaucoup plu. (Avec Libby en numéro 1 sur ma liste de ce que j'ai aimé dans "Les mille visages de notre histoire")
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-04
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/04/quand-vient-la-vague.html

J'ai rencontré Jean-Christophe Tixier dans le cadre de mon travail, sans jamais avoir lu l'un de ses titres et je dois dire que d'assister à sa conférence, m'a donnée terriblement envie de me pencher sur sa bibliographie. Le hasard faisant bien les choses, quelques jours plus tard, je me suis retrouvée avec "Quand vient la vague" entre les mains. N'étant pas que de Tixier, j'ai aussi pu découvrir la plume de Manon Fargetton et je dois avouer que les deux ont un pouvoir pour captiver leurs lecteurs?




N'ayant même pas jeté un oeil au résumé, mais juste portée par l'envie de découvrir un auteur, je ne savais pas dans quoi je m'embarquais. Cela a été une bonne lecture, avec une écriture fluide et prenante, j'ai lu le roman en deux jours, cependant, je regrette d'avoir découvert l'intrigue dès le début. Il est vrai que le "pourquoi" Nina est parti est vite révélé, l'histoire n'étant pas orientée sur ce sujet, mais plus sur les conséquences de ce pourquoi, il n'est pas étonnant que j'ai pu comprendre rapidement. Même si j'ai été un peu déçu par ce manque de mystère, l'histoire est bien tournée et addictive.




Je pense que la force de ce roman réside dans la fraction en deux voix, mais aussi par le passé et le présent qui se rejoignent pour expliquer les causes à effets de toute cette histoire. Pour le coup, je me suis pas mal retrouvée dans la relation qu'entretiennent les personnages de Nina et de son frère, Clément, faisant écho à ma propre relation fraternelle. J'ai donc pu facilement m'identifier à l'un comme à l'autre vis-à-vis de chacun.




J'ai beaucoup apprécié ma lecture, malgré le petit manque de mystère vis-à-vis des causes du départ de Nina, j'aurais aimé jouer un peu plus au détective, cependant, je comprends bien que le roman n'est pas basé sur la résolution du départ, mais sur les raisons, les causes et les liens entre les gens et leur famille, les aléas de la vie. Une bonne petite lecture qui me donne envie de découvrir d'autres titres de Tixier et Fargetton.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/04/4-le-choix-de-ma-bibliothecaire-le.html

Je ne connaissais pas les écrits de Jean Teulé, du coup, quand ma bibliothécaire m'a dit "lis ça c'est loufoque et drôle" donc je me suis dit "pourquoi pas ? ça changera de ce que je lis d'habitude". Et bien, si vous êtes comme moi et que les romans un peu trop barrés ne vous branches pas, passez votre chemin, vous allez détester ! Et je parle d'expérience.

J'ai donc commencé ce petit roman pleine d'espoir, me disant que le thème semblait original et là, le drame. Je suis passée complètement à côté du roman. J'ai trouvé les personnages peu engageants, l'histoire peu attrayante et l'humour ne m'a pas sauté aux yeux. Je ne dois pas être réceptive à l'humour de Monsieur Teulé, malheureusement.

Bref, je pense que pour ce livre c'est quitte ou double. Pour moi, ça n'a rien donné et j'en suis presque déçue parce qu'un magasin de suicides, c'était hyper bien trouvé comme idée !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/04/outlander-tome-3-le-voyage.html

Après le "fiasco" que j'ai vécu avec le tome deux, vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point je suis ravi de retrouver l'ambiance qui m'avais tant plus dans le premier ! Bien sûr, lorsque je dis fiasco, c'est un grand mot, j'avais tout de même trouvé l'histoire intéressante et les personnages toujours aussi passionnants. Cependant, à côté de ses voisins, il était tout de même en dessous, à mon humble avis.

Pour en revenir au tome présent, j'ai a-do-ré ! En étant bien différent des autres tomes, on est de nouveau plongé dans l'aventure de nos personnages préférés et ça, c'est vraiment plaisant. Moins d'intrigues politiques et plus d'actions. D'ailleurs, on pourrait penser qu'à force, cela deviendrait ridicule que les personnages vivent autant de péripéties et pourtant, ça ne prend pas une ride, c'est jouissif à souhait et je ne fais qu'en redemander !

L'un des points forts de ce tome est sans conteste la mise en parallèle des deux histoires qui se mêlent et s'entremêlent. Justement, dans le tome deux, je m'étais posée pas mal de questions à ce sujet, me demandant comment tout allait se dégoupiller et comme toujours, Diana Gabaldon et son imagination débordante ne laisse rien au hasard et nous submerge.

Le second super point pour moi, c'est la découverte des îles exotiques à leur époque, avec bien sûr, l'épopée en bateau en haute mer. Que ce fut bon ! Sans grande surprise, au fil de ces aventures, on découvre de nouveaux personnages et on en revoit d'anciens et cela apporte encore un peu plus de poids à l'histoire.


Comme à chaque fois, l'auteure a fait un très bon travail de recherche sur l'Histoire et les thèmes qu'elle aborde dans ce roman. C'est un vrai plaisir de découvrir l'Histoire de cette époque, de ces pays et de ces personnages. Bref, encore une fois, c'est une merveille. Lire Outlander, c'est vivre mille vies, mille aventures et continuer à être surpris et émerveillé. Vivement la suite !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-03
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/03/les-insoumis-du-blizzard.html

Comme j'ai pu le dire à maintes reprises, Sarbacane est une maison d'édition très chère à mon coeur. La plupart du temps, je suis fan de ce qu'ils proposent, mais pour le titre présent, cela a été complètement l'inverse. J'ai eu un véritable problème avec ce roman, allant à la structure de l'histoire, aux personnages en passant par les choix de l'auteure. Bref, je n'ai pas adhéré.

Pour commencer sur une note positive, j'ai trouvé que l'idée du roman était bonne. Après tout, le cadre apocalyptique offre pas mal de possibilité et le blizzard n'a jamais fait parti de mes lectures passées du coup, c'était plutôt original. Malheureusement, j'ai trouvé que tout ça n'était pas assez travaillé, qu'il manquait beaucoup de choses. En effet, l'histoire manquait de profondeur, ne survolant que les faits, sans vraiment entrer dans les détails, du coup, j'ai eu du mal à comprendre comment et pourquoi ces réfugiés étaient des réfugiés. On ne sait pas vraiment comment les personnages en sont arrivés là ni pourquoi. Il manquait beaucoup de descriptions, qui auraient pu apporter de la matière à ce récit. Il aurait aussi été appréciable d'avoir des personnages plus travaillé afin de pouvoir s'attacher à eux et à se mettre à leurs places, comprendre leurs choix et leur mode de vie.

Certes, le texte était rythmé, mais pour ce genre de récit, un peu plus de descriptions/approfondissements des personnages aurait été mieux, afin de ne pas se sentir comme un cheveu dans la soupe, perdu au milieu de cette histoire.

Malheureusement, le plus gros point noir a mais yeux ce n'était pas ça. Je préfère commencer par dire que j'ai compris pourquoi l'auteure avait fait ces choix pour son texte, mais ce n'est pas pour autant que je les approuve. Les adultes du récit n'ont qu'une idée en tête : faire perdurer perdurer leur groupe de résistants. Cependant, les méthodes décrites pour y parvenir sont, à mon sens, scandaleuses. Peut-être que c'était un choix fait exprès pour secouer le lecteur, je ne sais pas, mais si c'est le cas s'est réussi puisque j'ai été scandalisé par les méthodes pratiquées par les adultes et pourtant, je ne suis pas facilement choquée.

Personnellement, je ne pourrai pas recommander ce roman, surtout pour cette dernière raison, mais libre à chacun de se faire sa propre opinion. La preuve en est, j'ai lu de bons avis sur ce livre, alors, fait vous le votre..
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/03/miss-peregrine-et-les-enfants.html

Pour le coup, je n'ai vraiment pas aimé ma lecture de "Miss Peregrine et les enfants particuliers". Ca a été très laborieux, mais je l'ai tout de même lus jusqu'au bout afin de pouvoir écrire cet article avec toutes les "informations" et "faits" en mains, mais plus j'ai avancé dans ma lecture et plus je grinçais des dents. Pour ceux qui ont adoré, passez votre chemin car je risque de ne pas être tendre.

Pour commencer et c'est aussi le point le plus affreux du bouquin à mes yeux, c'est le manque d'action. Je me suis tellement sentis arnaquée, m'attendant à un roman mouvementé, mais il faut avoir lu les trois quarts du bouquin pour que cela bouge un peu. Cela dit, bien avant de vouloir de l'action, il a fallu un bon moment avant que l'on nous livre deux ou trois informations sur les enfants particuliers ainsi que l'histoire du grand-père de Jacob ! J'avais beau tourner les pages j'avais l'impression de ne pas avancer. Et plus j'avançais, plus je me sentais trompée par ce livre. On nous offre un objet livre à ce damner, sur ce point, il n'y a rien à dire Bayard a fait un super boulot (et à un prix très convenable), mais en échange on nous propose une histoire ennuyante.

J'ai trouvé que les chapitres étaient très longs, donnant une impression encore plus présente de longueur, mais aussi mal équilibrés. Il y a onze chapitres pour 430 pages, certain d'à peine vingt pages et d'autres en faisant le double voir le triple. Personnellement, cela m'a un peu dérangée, mais ce n'est pas le coeur du problème.

Dans sa globalité, j'ai trouvée ce livre long et frustrant, nous faisant miroiter des éléments de réponses ou de l'action, sans finalement y arriver. J'ai aussi été passablement agacée par Jacob qui est une véritable girouette en ce qui concerne ses avis et certitudes.


Pour moi, "Miss Peregrine et les enfants particuliers" est une véritable déception et s'arrêtera dès ce premier tome. Je pense que j'aurai pu adorer si cela avait été un peu plus rythmé et moins rocambolesque, car je trouve l'idée des enfants particuliers très intéressante, Malheureusement, l'auteur n'a pas réussi à m'embarquer dans son univers.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
George écrit par Alex Gino
date : 15-03
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/03/3-le-choix-de-ma-bibliothecaire-george.html

George est un petit roman pour les plus jeunes très sympathique et surtout très important, qui gagnerait à être connu puisqu'il traite d'un sujet d'actualité : le transgenre.
Pour moi, c'est le genre de livre et de lecture qui peuvent aider à changer les mentalités, je ne peux donc que le recommander.

Cependant, étant un roman pour les 9/10 ans, je pense qu'il est préférable que l'enfant soit accompagné lors de sa lecture afin que celui-ci comprend bien ce qui se passe et ce que cela veut dire être transgenre.

George est un personnage très touchant par son malaise et les questions qu'elle se pose sur sa personne, ses doutes. Il n'est déjà pas aisé pour un adulte de comprendre et gérer ce genre de situation, alors pour un enfant c'est délicat, avec la peur d'être rejeté ou moqué. Pourtant, Geroge peut compter sur des gens de confiance, pour le soutenir et l'aimer dans cette phase de "coming out".

La maman de Geroge est aussi un personnage que j'ai beaucoup apprécié et très courageux. Malgré la peur et le choc de la découverte que son petit garçon est en fait une fille, elle essaye de gérer tout ça tout en acceptant et aidant Geroge comme elle le peut. On se met facilement à la place de cette maman qui a mit un petit garçon physique au monde, mais qui se sent fille.

Le seul petit point qui m'a fait tiquer c'est que dans l'écriture, les personnages, avant même de savoir que Geroge est une fille utilisent le pronom "elle". J'ai trouvé cela un peu perturbant et peu en raccord avec l'histoire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-03
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/03/la-fourmi-rouge.html

Sarbacane est une maison d'édition que j'affectionne beaucoup, j'aime énormément le travail qu'ils font ainsi que leurs choix éditoriaux. C'est donc toujours un plaisir de découvrir un nouvel Exprim' ou Pépix. Comme souvent avec cette maison d'édition, j'ai énormément aimé ma lecture !

"La fourmi rouge" est un roman que j'ai dévoré en un petit jour tellement j'ai été prise dans le récit et ses personnages. Emilie Chazerand nous propose un texte bourré d'humour, de tendresse et d'amour. Un très bon cocktail dans lequel un magnifique roman de vie prend forme.

Dans ce roman on suit Vania, une jeune fille pleine d'humour et de cynisme, un personnage unique auquel on s'attache très facilement et que j'ai beaucoup aimé, c'est un vrai petit bonbon qui a tout de même ses défauts. Vania, bien que très touchante à travers son histoire et son vécu, peut-être un personnage blessant et dur vis-à-vis notamment de son père ce qui est très triste à voir tant celui-ci aime sa fille. Il est vrai qu'avoir ce père n'est pas forcement évidant (et vous comprendrez pourquoi si vous lisez le livre), mais il est attachant dans son originalité. Partez du principe que chacun des personnages de ce récit est un numéro à lui seul et vous aurez déjà une petite idée, "La fourmi rouge" regorge de personnages hauts en couleur avec leurs petites particularités qui leur sont propres.

Ce roman est touchant par la vie que mènent ses personnages, mais aussi par les messages et les valeurs qu'il véhicule. "La fourmi rouge" est un roman que je recommande cent fois et sans hésitation. Si vous avez envie d'un roman touchant, mais très drôle, il est fait pour vous ! Suivre Vania et ses proches atypiques à travers ce roman a été un vrai régale, j'ai adoré ma lecture !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/03/outlander-tome-2-le-talisman.html

J'étais tellement pressée de découvrir ce second tome après la fin du livre précédant. Je dois avouer que même si cela reste une bonne lecture, j'ai été un peu déboussolé, voir même un peu déçue par celui-ci.

Pour commencer, le début du roman m'a énormément perturbée étant donné que je ne comprenais pas le pourquoi du comment le roman commençait comme il le fait. Bien sûr, on finit par nous expliquer, mais cela m'a beaucoup déstabilisée, bien que cela reste un plaisir de retrouver Claire et Jamie.

Ensuite, me retrouver à la cour de Louis XV m'a emballé que le décor de l'Ecosse que nous offre l'auteur dans le tome un. Il est vrai que l'on si fait au fur et à mesure du récit, mais je n'ai pas adhéré, trouvant même cette partie un peu longue malgré qu'elle soit essentielle au récit.

Enfin, le point le plus problématique pour moi a été toutes ces intrigues politiques dans lesquelles je me suis perdue au milieu de tous ces protagonistes. Ce n'est vraiment pas mon fort et j'ai trouvé ça très long.

Par ailleurs, dans ce tome on découvre un peu plus Murtagh pour qui j'ai eu un gros coup de coeur. J'ai aussi craqué sur le petit Fergus, qui est vraiment trop choupi !

Ce second tome était donc pour moi, en deçà de son précédent que j'avais adoré. Malgré tout, cela reste une bonne lecture, comportant son lot d'intrigues et de rebondissements et c'est avec joie que je découvrirai le tome 3.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-02
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/02/2-le-choix-de-ma-bibliothecaire.html

Pour cette deuxième édition du choix de ma bibliothécaire, il m'a fallu un bon moment avant d'arriver à me plonger dans la vie de cette famille haute en couleur, mais une fois fait j'ai bu ces lignes comme du petit lait.

Ce livre raconte la vie des membres d'une famille : les Threadgoode qui a vécu au début du siècle dernier et dont l'histoire est contée par l'un de ces membre : Ninny. Ninny est une petite grand-mère toute mignonne et touchante, qui au travers de ces histoire aide Evelyne à reprendre goût à la vie.

Suivre ces personnages à travers leur vie simple et joyeuse, est réconfortant. En effet, ils prouvent que l'on n'a pas besoin de beaucoup pour être heureux et s'aimer. On découvre Ninny et sa bande au fil des ans partageant leurs joies, leurs peines, leurs désillusions, leurs espoirs, les tragédies et les mystères que composent chaque famille.

Il est peut-être déstabilisant pour certains lecteusr de passer du passé au présent ainsi que de date se chevauchent leurs unes les autres, mais j'ai trouvé ce choix de structure très agréable et très bien constitué, apportant un plus au récit.


Ce roman est plein de simplicité et de douceur malgré les drames qui touchent cette famille au fil du temps. On se prend d'affection pour ces membres et leurs amis, saluant le courage de ces femmes et autres personnages que compose le récit. Une belle découverte.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/02/fleurs-captives.html


J'ai découverts "Fleurs captives" par le biais de son adaptation en téléfilms qui sont passés un après-midi, il y a quelques temps et par lesquels j'ai été captivé. Je dois bien l'avouer, pour ce premier tome, l'adaptation est très réussie et pour être honnête, je crois que j'ai préféré le film au livre, pour une fois. Bien que l'histoire soit tout aussi touchante et révoltante dans les deux cas, j'ai trouvé le film un peu plus rythmé que le roman.

Pour ce qui est de l'émotion, sans conteste nous sommes happés par le destin funeste destin auquel ces enfants ne semblaient pas destinés, passant du bonheur absolu au cauchemar sans nom. L'histoire de cette fratrie à l'enfance brisées est prenante et révoltante. Virginia C. Andrews a su créer une histoire ou l'on vacille entre espoir et désillusions au fil des joies et déceptions de ces petits protagonistes.

Je ne peux en dire plus sur cette histoire, risquant d'en dévoiler trop alors que le plaisir de cette histoire est sans doute de découvrir, espérer, enrager au fil des péripéties de ces enfants.

"Fleurs captives" n'est plus édité, le seul moyen aujourd'hui pour le découvrir est donc de ce les procurer en occasion ou en bibliothèque. Croyez-moi, cette histoire vaux bien un abonnement en bibliothèque.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-02
http://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/02/forbidden.html

J'avais envie de lire Forbidden depuis bien avant sa sortie en France. En effet, il m'avait tapé dans l'œil, avec sa thématique sur l'inceste, bien avant sa traduction, le voyant passer sur diverses chaînes YouTube. Malheureusement pour moi je ne lis pas l'anglais donc j'ai dû attendre patiemment..

Je ne sais pas si c'est parce que j'avais envie de le lire depuis des années, mais j'ai été plutôt déçue par l'histoire. Certes, elle donne à réfléchir sur certain aspect de l'insecte, mais je m'attendais à un roman puissant, qui m'aurait arraché les tripes. Au lieu de ça, et même si je l'ai lu en très peu de temps, je n'ai pas trouvé que ce roman méritait l'engouement qu'il a pu susciter.

L'histoire de ces deux adolescents, frères et soeurs, qui tombent amoureux l'un de l'autre n'a rien de bien spécifique en dehors du fait qu'ils élèvent leurs cadets à cause d'un père absent et une mère qui a démissionné. C'est dans ce sens-là, que le roman nous fait réfléchir. Si l'on ne sait pas que ces deux jeunes sont frère et soeur, on n'aurait rien à redire de leur couple puisqu'ils ont une relation comme tout le monde. Seulement voilà, ils ont un lien de parenté. En voyant cet exemple, ou les deux partis sont consentants (et complètement saints d'esprits), je ne comprends pas pourquoi leur amour serait interdit. Bien sûr, il ne faudrait pas que ce couple enfante, mais sans ça, ils ne font de mal à personne. Tous les autres couples sont autorisés alors pourquoi pas ceux là ? C'est comme les couples homosexuels, il a fallu du temps et il faut encore de la patience, mais les mentalités évolues. Cela pourrait en être autant pour les couples incestueux. Voilà le genre de réflexion qu'amène ce livre.

Je ne dis pas que je suis d'accord ou non les réflexions que ce livre apporte, mais je trouve ça bien de bousculer les lecteurs avec des thèmes controversés comme celui-ci. Par conséquent, même si j'ai été déçu du manque de puissance du roman, je trouve qu'il est tout de même utile dans sa démarche de bousculer les codes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 10-02
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/02/mille-femmes-blanches.html


Ce roman commence par un fait réel : la visite de Little Wolf, le chef cheyenne à Washington. A partir de ce fait, Jim Fergus c'est amusé à inventer ce qu'aurait pu être la demande de Little Wolf, en l'occurrence mille femmes blanches contre mille chevaux et c'est largement inspiré du vrai chef des Cheyennes pour son personnage du même nom. Cette idée qu'a eu l'auteur est vraiment géniale, donnant une dimension très réelle à son texte, qui se lit très facilement. Présenter tel un journal tenu par l'une des femmes envoyées au clan, c'est une récit totalement prenant et passionnant qui m'a permis de découvrir un peuple que je ne connaissais pas bien.

Une chose est sûre, c'est que les Indiennes ne m'ont pas laissé indifférente. Parfois j'étais très étonnée de leur "civilité" et d'autres fois complètement révolté par la barbarie dont-ils peuvent faire preuve. Les Cheyennes, bien qu'ayant des coutumes plus que choquantes prouves bien souvent qu'ils étaient plus honnêtes et civilisés que les Blancs. En comparaison, il est assez triste, voir honteux de se rendre compte à quel point l'Homme Blanc est menteur, manipulateur et exécrable. Tout est bon pour le profit, quitte à écraser les plus faibles sous prétexte qu'ils n'ont pas la même couleur de peau. Le côté racial de ce roman est bien sûr un élément clé du roman et j'ai parfois du mal à comprendre comment les gens de cette époque faisaient pour penser de tel manière.
En parallèle, nous avons des Hommes Indiens tellement plus tolérant face à la différence ainsi qu'avenant et honnête. Il est vrai que l'inégalité entre homme et femme était aussi de mise dans leur clan et que, comme dit plus haut, certaine coutumes étaient plus de discutables. Ce roman prouve que si chacun des deux "races" c'était écouté et entraidé au lieu de se battre, le monde vivrait bien mieux et les Indiens auraient un peuple plus conséquent que ce qu'il en reste aujourd'hui. C'est assez énervant de lire les lignes en se disant "Mais écoutez vous les uns, les autres au lieu de faire n'importe quoi !".

L'histoire de May Dodd et de ses amies d'infortunes est prenantes à souhait, insufflant une multitude de sentiments vis-à-vis de chacun des partis qui s'affronte de ce récit. Les Blancs, les Indiens et ces femmes qui se retrouvent au milieu. Tous auraient eu à apprendre de chacun, mais encore une fois, ce roman prouve que la bêtise humaine est bien plus forte que le reste.

Je pense que "Mille femmes Blanches" est un roman qui ne peut pas laisser totalement de marbre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 21-01
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/01/au-bonheur-des-ogres.html

Ce livre m'a été recommandé par ma bibliothécaire. En effet, cette année, j'ai décidé d'aller à la bibliothèque près de chez moi avec plus d'assiduité que ce dont j'avais fait preuve jusqu'à maintenant. Je trouve que c'est un bon moyen de lire des livres sur lesquels je ne me serais pas retournée en temps normal et donc de faire des découvertes intéressantes. J'ai donc commencé l'expérience en demandant à ma bibliothèque un de ces coups de coeurs (récent ou non) et elle m'a proposé de lire "Au bonheur des ogres".

Pour être honnête, quand j'ai eu le roman entre les mains je n'étais pas sur... Je n'ai pas lu le résumé, comme très souvent quand je commence un livre, j'aime beaucoup trop garder la surprise, mais quand j'ai vu la couverture la superficielle qui est en moi était très réticente. J'ai tout de même tenté le coup puisqu'il ne faut pas juger un livre à sa couverture (même si une belle couverture ne fais jamais de mal) et au début, j'ai eu du mal à me plonger dans le récit. L'auteur et son style ont faillit par moment me perdre complètement, laissant des passages passer sans même comprendre le lien entre les pensées du personnage et les actions. Cela dit, je me suis accrochée et au fur et à mesure je me suis prise à l'histoire et aux personnages hauts en couleurs. Je ne pense pas lire la suite, mais c'était une bonne découverte.

J'ai trouvé l'histoire addictive et entraînante, on a très envie de découvrir qui est le poseur de bombe et quel est le lien avec le personnage principal : Benjamin. "Au bonheur des ogres" est un roman très connu, que je suis ravi d'avoir découvert bien que mon avis final soit mi-figue mi-raisin.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-01
https://aliciabookshelf.blogspot.fr/2018/01/le-silence-de-melodie.html

Je ne m'y attendais pas, mais "Le silence de Mélodie" a été un coup de coeur. En effet, c'est une histoire très émouvante où plusieurs sentiments se mêlent les uns aux autres tout au long de la lecture. Il lest vrai qu'en commençant ce livre, je ne connaissais pas le thème et je ne pensais pas en ressortir bouleversée. Je n'avais pas lu le résumé au préalable, mais c'est ce qui a fait tout le charme de cette lecture et cela a été une excellente surprise !

Cette histoire est un véritable mélange de bonheur, de tristesse, de joie, d'espoir, de déception vis-à-vis de l'être humain. On ne peut pas décrire ce roman par un seul et unique sentiment, car c'est tout un arc-en-ciel qui se déverse en vous durant cette lecture. J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai été en colère et révolté devant la vie de Mélodie et de son entourage. C'est un roman qui nous pousse faire moult sentiments aussi différents qu'intenses.

J'ai adoré cette lecture qui est, selon moi dans la même ligné que "Wonder" de R.J. Palcio (si vous ne l'avez pas encore lu, vous avez loupés quelque chose !) C'est exactement le genre de lecture que je voudrais distribuer à tout à chacun, afin que les esprits évoluent et que les plus bêtes d'entre nous arrêtent de penser qu'une personne handicapée physiquement ou mentalement ou les deux, qu'une personne dite "différente" (qu'importe la raison) est tout aussi capable (voir plus) qu'une personne en bonne santé, sans problème.

Commencer l'année avec une telle lecture est un vrai bonheur, comme un bon présage pour l'année à venir, niveau lecture. C'est le genre de roman qui vous bouleverse et vous fais réfléchir sur le monde qui nous entour. Bref, tout ça pour dire que chaque personne sur cette planète devrait prendre de la graine sur Mélodie. J'ai tellement aimé ce roman, que j'aimerais que le monde entier l'aime aussi.

A tous ceux qui voulaient lire ce livre et les autres, ne perdez plus votre temps et faites-vous plaisir...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4